Attention danger ! Les vaccins aggravent la maladie si les personnes vaccinées sont infectées avant la deuxième dose

Si vous souhaitez vous faire vacciner  assurez vous ne ne pas être malade et restez en quarantaine avant la dernière injection.

Le silence officiel est assourdissant car il entraine de nombreux décès. La vaccination suppose de nombreuses précautions et en n’avertissant pas des personnes sont mises en danger. Pourtant les statistiques officielles sont vérifiables par tous.

Les spécialistes ont depuis longtemps    averti qu’il ne faut pas   vacciner pendant la pandémie et surtout pour des vaccins à Arn messager de ne pas vacciner des personnes récemment guéries  ou infectées. Les vétérinaires connaissent la mortalité qui en découle dans les troupeaux . Les laboratoires se sont protégés en déconseillant de vacciner des personnes guéries depuis moins de trois mois et en insistant sur les dangers d’accroitre les délais entre la première et la deuxième dose . Ils ont également averti sur une protection qui n’apparait que trois semaines après l’injection .

Certaines infos officielles sont dangereuses.  

Les statistiques permettent de comprendre :

Pourquoi dans les Ehpad si la vaccination a lieu alors que des résidents sont déjà contaminés, c’est une flambée de décès et une mutation du virus. Les responsables qui prendraient de tels risques sont dangereux.

https://pgibertie.com/2021/02/06/urgent-si-vous-avez-des-proches-dans-les-ehpads-empechez-la-vaccination-sil-y-a-des-cas-positifs-dans-letablissement/

Pourquoi en Europe une flambée d’effets secondaires se produit  avec 1500 décès recensés à ce jour officiellement et dont personne ne parle .

https://pgibertie.com/2021/02/17/les-vaccins-en-europe-nauraient-tue-que-1500-personnes/

https://pgibertie.com/2021/02/08/flambee-de-deces-au-portugal-et-a-monaco-trop-ecouter-les-medecins-de-plateau-tele-ca-se-paie-cher/

Pourquoi en Israel  ça se passe mal

https://pgibertie.com/2021/02/11/vague-mensongere-sur-lefficacite-des-vaccins-en-israel/

Israel : 660 personnes vaccinées décèdent entre le 19 janvier et le 10 février sur un total  de 1271 décès sur la période

Le tableau fourni par le ministère porte sur un groupe de 43 871 personnes toutes vaccinés

Monique Plaza poursuit un excellent travail d’information

Deux chercheurs franco israéliens, Haim Yativ et Hervé Seligmann, ont analysé les premières données sur les effets secondaires du vaccin Pfizer en Israël. Ils sont très inquiets et demandent l’arrêt de la vaccination par principe de précaution🔶

Leur attention a été d’abord attirée par le fait que, de la mi-décembre (date du lancement du plan de vaccination massive et d’un confinement) à la mi-février (deux mois), 2337 personnes sont mortes alors qu’Israel déplorait jusqu’alors 3014 décès par COVID (9 mois). Ainsi, le taux mensuel de décès par COVID-19 depuis le début de la pandémie et jusqu’à la mi-décembre est de 3014 décès, soit 3014/9 = 334,9 décès par mois. Le taux de mortalité mensuel depuis la mi-décembre est de 2337/2 = 1168,5 décès par mois, donc 3,5 fois plus élevé.

Sur les 2337 décès (Soit 43,7% du total), 1271 ont été recensés depuis le 19 janvier. Le tableau fourni par le ministère de la Santé le 10 février fait état de 660 décès COVID-19 parmi les vaccinés, soit 51,9% des décès sur cette période pendant laquelle 1,3 million d’Israéliens sur 8 millions (environ 1 sur 8, 12,5%), ont été vaccinés. En conséquence, la vaccination favorise les décès car 51,9% des décès au cours de cette période concernent les 12,5% qui ont été vaccinés.

Outre les décès, on note 1031 cas graves et 220 cas critiques hospitalisés le 10 février ou à une date proche qui ont été vaccinés avec la première dose ou jusqu’à deux semaines après la deuxième dose.

Entre le 19 janvier 2021 et le 10 février 2021, soit 21 jours, 1331881 citoyens israéliens ont reçu la première dose. 568 d’entre eux sont décédés, soit 0,042% et 39047 sont devenus des cas de COVID-19, soit 2,9%. Ce taux de mortalité concerne principalement une population de moins de 65 ans, dont la vaccination a été annoncée le 19 janvier.

Du 26 janvier au 10 février 2021, 909102 citoyens israéliens ont reçu la 2ème dose de vaccin et 92 sont décédés, soit 0,01%.

Pour expliquer l’augmentation de l’ordre de grandeur des taux de mortalité au cours du processus de vaccination de 5 semaines, par rapport aux non-vaccinés, les auteurs font l’hypothèse que les cas asymptomatiques avant la vaccination et ceux infectés peu après la première dose ont tendance à développer des symptômes plus graves.

La mortalité touche particulièrement les personnes âgées. Le ratio de décès des personnes de plus de 65 ans par rapport à celles de moins de 65 ans est d’environ 4,42 (155/35). Ainsi, le taux de mortalité des personnes de plus de 65 ans entre la première et la deuxième dose de vaccination devrait être jusqu’au 19 janvier 0,042 (le taux de mortalité des moins de 65 ans) multiplié par 4,42, soit 0,186%, ce qui est proche des 0,2% rapportés par le Ministère de la Santé le 21 janvier 2021. Mais ce taux de 0,2% de décès a été mystérieusement modifié par la suite par le ministère de la Santé qui l’a fait passer à 0,005 sans aucune explication.

Pour les auteurs, le nombre de décès par COVID-19 parmi les vaccinés depuis le début de l’action de vaccination semble expliquer l’augmentation des taux de mortalité par COVID-19 observée depuis décembre 2020. En effet, la plupart des décès dus au COVID-19 au cours de cette période concernent des personnes vaccinées, qu’il s’agisse de personnes de moins ou de plus de 65 ans. Leur taux de mortalité est significativement plus élevé que celui des personnes non vaccinées. Le taux de mortalité des moins de 65 ans (0,05%, soit 50 sur 100000) a augmenté de 260 au cours de la période de 5 semaines du processus de vaccination, par rapport à leur taux de mortalité naturel au COVID-19.

Les auteurs estiment que les vaccinations ont causé plus de décès que le coronavirus n’en aurait provoqué pendant la même période, et que le vaccin Pfizer a tué au cours de la période de vaccination de 5 semaines environ 40 fois plus de personnes âgées et environ 260 fois plus de personnes de moins de 65 ans que la maladie elle-même n’en aurait tué.

Ils soulignent que le nombre estimé de décès dus au vaccin est probablement beaucoup plus faible que le nombre réel, car il ne s’applique qu’aux décès par COVID-19 pendant cette courte période et n’inclut pas les AVC et les événements cardiaques (et autres) résultant des réactions inflammatoires post vaccinales rapportés par des citoyens sur le site NAKIM.

Ce bilan ne tient pas compte non plus des complications à long terme, des effets indésirables à moyen et long terme de la vaccination tels que l’ADE (Antibody-Dependant Enhancement) et les mutants résistants à la vaccination sélectionnés par les vaccins.

NAKIM.ORG

The uncovering of the vaccination data in Israel reveals a frightening picture-הודעות של נקים

Mortalité post-vaccinale aux États-Unis: proportion inhabituelle de décès dans les rapports sur les réactions vaccinales à partir de janvier 2021.

Etas Unis ; dix fois plus de décès post, vaccinaux en un mois que pendant une année habituelle

VAERS est l’institution fédérale centralisant les rapports sur les réactions indésirables aux vaccins aux États-Unis. Les données ne sont pas exhaustives et se limitent à celles communiquées au VAERS. Les données sont accessibles au public depuis 1990 à l’
adresse : https://vaers.hhs.gov/data/datasets.html?

L’examen de ces données au cours des différentes années révèle des tendances cohérentes dans les pourcentages de décès après vaccination selon les classes d’âge. Pour chaque année, des dizaines de milliers de cas individuels sont signalés.

En janvier 2021, 2947 cas ont été signalés, un montant similaire aux montants mensuels déclarés les années précédentes. Parmi ceux-ci, 1980 étaient des réactions de vaccination post-COVID-19 Pfizer et 954 Moderna.

En janvier 2021, 456 décès après vaccination ont été signalés, ce qui est anormalement élevé. En janvier 2020, le VAERS ne rapporte que 14 décès post-vaccinaux, et 166 décès pour toute l’année 2020.

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Attention danger ! Les vaccins aggravent la maladie si les personnes vaccinées sont infectées avant la deuxième dose

  1. Ping : Attention danger ! Les vaccins aggravent la maladie si les personnes vaccinées sont infectées avant la deuxième dose – Qui m'aime me suive…

  2. Patrick Huet dit :

    Leur objectif n’est pas que les gens soient en bonne santé ou guéris, mais qu’ils soient des clients à vie (dans un premier temps).
    Et si par la même occasion, ils peuvent se « débarrasser » de ce qu’ils appellent les « inutiles », on comprends mieux leur obsession du tout vaccin et aucun soin.

    Sans parler des petits bénéfices collatéraux : modifier les lois électorales, interdire tout rassemblement, obtention des pleins pouvoirs, etc.(à vous de continuer la liste.)

    J'aime

  3. fraternel dit :

    pour moi c’est déjà reglé pas de vaccination
    on en peut pas faire confiance à des apprentis sorciers…
    mon carnet de vaccination est à jour avec des vaccins dont on sait que çà a été fait avec sérieux
    pour les moderna pfizer astrazeneka non merçi
    avec leur course à l’échalote pour remplir leur tiroir caisse

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s