ECOLES DE COMMERCE: la vérité sur les diplômes,les cursus, les classements

LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE

BookCoverPreview

Il fut un temps où les écoles de commerce étaient célébrées pour leur capacité à attirer les meilleurs étudiants et pour leurs liens étroits avec le monde du travail et les entreprises. Aujourd’hui les critiques internes aux institutions ne sont pas tendres. Elles remettent en cause une dérive venue du monde Anglo saxon : explosion des frais de scolarité, faible valeur ajoutée. Ne soyons pas surpris si ces critiques viennent de là-bas. Martin Parker, écrit même « Pourquoi il faut passer le bulldozer sur les école de commerce » pour The Guardian.

Où en sommes-nous en France ?

Quelques belles institutions sont fidèles au modèle français mais pour un bachelier et même pour un étudiant plus âgé il n’est pas facile de s’y retrouver. Mon « Guide critique des écoles de commerce « édition 2018 » sera à la fois le dernier et le plus précis.

Depuis trois ans je dénonce la…

View original post 1 888 mots de plus

Publié dans éducation prépa école de commerce | Laisser un commentaire

ECOLE DE COMMERCE: la vérité

Bâtissez votre formation sur du béton plus que sur le blabla pédagogiste à la mode dans trop d’écoles :

-Avant l’école une prépa ou une formation solide et ACADEMIQUE si possible car votre niveau de culture générale ne progressera guère en école. Le risque après un bachelor ou une école post bac c’est d’arriver sur le marché du travail avec une culture générale de …lycée

-En école choisissez les modules les plus sérieux même s’ils ne sont pas « sexy ».

De toute façon et quelle que soit l’école votre premier job sera, pour une majorité ,dans l’audit ou le conseil où vous allez apprendre à travailler pendant de longues heures. Dans quelques années vous irez en entreprise dans des secteurs diversifiés.

Pour échapper au lot commun il vous faudra de l’audace et penser au numérique, aller sur le terrain commercial. Prendre des risques.

Quelques-uns auront, en plus de l’école de commerce, su acquérir une double compétence en droit, en maths financières, mais alors il vous faudra beaucoup de travail, autant qu’en prépa …

BookCoverPreview

https://www.amazon.fr/dp/B07CS9JZ84/ref=sr_1_6… version numérique 2.99 euros

https://www.amazon.fr/guide-critique-2018-ECOLES-COMMERCE/dp/B07CQKKF7W/ version papier 10,36 euros

 

Publié dans éducation prépa école de commerce | 1 commentaire

Une attaque en règle menée par 1200 terroristes ce n’est pas un incident c’est un début de guerre civile

750black.jpg

 

Le pouvoir macronien est bien plus ferme avec les  vieux ou les prolos  qu’avec les casseurs d’extrême gauche et les islamistes

APRES LEUR VICTOIRE A NOTRE DAME DES LANDES 1200 TERRORISTES ATTAQUENT PARIS

Jamais le mot d’incident n’a été autant galvaudé, Le pouvoir macronien est bien plus ferme avec les prolo de la CGT qu’avec les casseurs d’extrême gauche ou les islamistes

Les autorités étaient prévenues mais n’ont pas pris la mesure du danger. Le gouvernement paie sa complaisance avec l’extrême gauche à Notre Dame des Landes. Seuls 29 squats sur les 97 recensés ont été démantelés. Depuis plusieurs années les casseurs interpelés dans les manifestations bénéficient d’une quasi impunité

 Ils sont connus, pourquoi ne sont-ils pas arrêtés.

Ces activistes d’ultragauche défraient la chronique de Notre-Dame-des-Landes, jusqu’à Paris, ce mardi, à l’occasion du défilé du 1er-Mai, en passant par Montpellier lors de la manifestation estudiantine début avril.

Ils sont « pour beaucoup issus de la mouvance anarchiste » et participent à « tous les combats altermondialistes violents ». Les « Black Blocs » avaient notamment causé des incendies et des dégradations en marge du sommet de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à Seattle en 1999 et de celui de l’Otan dix ans plus tard à Strasbourg et à Kehl (Allemagne).

Dès 2014 Manuel Valls les a pointés du doigt après les graves débordements en marge de la manifestation anti-aéroport de Notre-Dame-des-Landes, samedi. «Cette violence venant de cette ultra-gauche, de ces « Black Blocs », qui sont originaires de notre pays mais aussi de pays étrangers, est inadmissible et elle continuera à trouver une réponse particulièrement déterminée de la part de l’Etat», a prévenu le ministre de l’Intérieur. Qui sont ces jeunes, hostiles aux institutions, masqués et vêtus de noir, regroupés sous l’appellation «Black Blocs»?

«Les Black Blocs forment, dans les manifestations, des groupes éphémères, dont l’objectif est de commettre des actions illégales, en formant une foule anonyme non identifiable, explique Pierre-Henry Brandet, porte-parole du ministère de l’Intérieur. C’est la raison pour laquelle ces individus portent des vêtements noirs ou très sombres, ce qui rend difficile le travail d’identification et d’interpellation. Ils s’habillent ainsi au dernier moment et changent immédiatement de tenue une fois les exactions terminées.» Selon lui, ils sont «pour beaucoup issus de la mouvance anarchiste» et participent à «tous les combats alter-mondialistes violents»

BFM continue sa désinformation en jetant le trouble sur l’idéologie  des casseurs.

On ne peut pas parler au nom du black bloc, par définition, car il est anonyme. Mais les qualifier de « totos » comme on l’entend parfois, d’autonomes, n’est pas faux. Ils sont anticapitalistes, écologistes radicaux, anarchistes, généralement anti-Etat, ce qui les place à l’extrême gauche de l’échiquier politique. En France les slogans les plus repris dans le cortège de tête au printemps dernier étaient : « A. Anti. Anti-Capitaliste ! », « Tout le monde déteste la police ! » et « Paris, debout, soulève-toi ! ». L’appel à l’insurrection était aussi omniprésent sur les graffitis qui ont orné les murs.

https://www.streetpress.com/sujet/1464688427-manifestations-au-coeur-du-black-bloc

INDULGENCE CRIMINELLE ?

https://www.20minutes.fr/justice/2257219-20180418-dame-landes-plusieurs-zadistes-condamnes-violences-envers-gendarmes

 

Une jeune femme âgée de 20 ans a été condamnée à 3 mois de prison avec sursis assortis d’une interdiction de paraître en Loire-Atlantique, ce lundi après-midi à Nantes.

 

Soupçonnée d’avoir jeté une bouteille sur un gendarme mobile – sans le blesser –

A Saint-Nazaire, cinq personnes ont également été jugées en comparution immédiate par le tribunal correctionnel, essentiellement pour « violences aggravées sur personnes dépositaires de l’autorité publique » intervenues dans la zone de Notre-Dame-des-Landes.

 

L’une, interpellée vendredi, a été condamnée à quatre mois avec sursis avec obligation d’accomplir un travail d’intérêt général, « outre une interdiction de paraître dans le département de Loire-Atlantique ». Trois autres, arrêtées samedi, ont été condamnées à huit mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve, ainsi qu’à une interdiction de présence en Loire-Atlantique.

 

La cinquième personne, interpellée samedi, a demandé un délai pour préparer sa défense et a été placée sous contrôle judiciaire avec interdiction de séjour en Loire-Atlantique dans l’attente de son jugement le 24 mai.

LES CONDAMNATIONS DE 2015

http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/12/02/ce-n-est-pas-le-proces-de-la-manifestation-ni-celui-des-blacks-blocs_4821881_1653578.html

 

Ils sont finalement là, les deux premiers condamnés de la place de la République. Venus manifester en marge de la COP21 alors que l’état d’urgence l’interdisait, David M. et Jorine G. ont été interpellés dimanche 29 novembre. Comme 339 autres manifestants ce jour-là sur cette place. Ils ont ensuite été placés en garde à vue. Comme 315 autres personnes.

Mais seuls eux comparaissaient, mardi 1er décembre, devant la 23e chambre du tribunal correctionnel de Paris. L’un pour violences volontaires sur un agent de police et refus de se disperser malgré les sommations. L’autre pour être restée sur la place malgré les ordres, également, et avoir refusé que l’on prenne ses empreintes.

A 28 ans, David M. reconnaît « une partie » des faits qui lui sont reprochés. « Le fait d’avoir été là pour la ligne humaine. » Ivre ? Oui, il l’était. Le jet de projectile ? Il l’admet aussi. Mais lui a lancé une canette en aluminium, pas une bouteille en verre dont les éclats ont occasionné une « coupure au-dessus de la lèvre » du policer, comme le décrit la présidente du tribunal. Et c’était parce que recevoir du gaz lacrymogène l’avait énervé, se justifie le prévenu. Il ne pouvait donc pas viser volontairement qui que ce soit, puisqu’il en avait « partout dans les yeux ».

 

Sur les captures d’écran de la vidéosurveillance, le prévenu est facilement reconnaissable, avec son sac à dos de randonnée et ses habits clairs. « Une tâche de lumière » au milieu des manifestants les plus énervés, vêtus de noir, souligne son avocate. Il ne cherchait d’ailleurs pas à se cacher, selon lui. S’il avait un tee-shirt autour de la bouche, c’était davantage « pour les odeurs de poivre. » Les yeux rivés sur les clichés, la présidente est sceptique. « On voit tout de même que vous êtes au milieu des échauffourées. » Des clichés également « éloquents » pour le procureur.

 

Les sommations, David M. admet les avoir entendues. Mais en regardant dans les rues alentour, les barrages de CRS étaient déjà en place. « J’ai voulu passer, mais je me suis pris un coup de gaz lacrymo. » Une explication qui ne convainc pas le procureur, qui requiert huit mois de prison dont quatre avec sursis et mandat de dépôt à la clef. Car « quand le masque tombe, ou plutôt le foulard dans le cas de monsieur, il faut rendre des comptes ».

Soit finalement trois mois de prison ferme, sans mandat de dépôt, et 200 euros de dommages et intérêts. Le parquet de Paris a annoncé avoir fait appel de ce jugement.

 

2516756-protestors-dressed-in-27549114

Publié dans SCIENCES POLITIQUES | Laisser un commentaire

ECOLES DE COMMERCE: la vérité sur les diplômes,les cursus, les classements

https://www.amazon.fr/guide-critique-2018-ECOLES-COMMERCE/dp/B07CQKKF7W

BookCoverPreview

 

Il fut un temps où les écoles de commerce étaient célébrées pour leur capacité à attirer les meilleurs étudiants et pour leurs liens étroits avec le monde du travail et les entreprises. Aujourd’hui les critiques internes aux institutions ne sont pas tendres. Elles remettent en cause une dérive venue du monde Anglo saxon : explosion des frais de scolarité, faible valeur ajoutée. Ne soyons pas surpris si ces critiques viennent de là-bas. Martin Parker, écrit même « Pourquoi il faut passer le bulldozer sur les école de commerce » pour The Guardian.

Où en sommes-nous en France ?

Quelques belles institutions sont fidèles au modèle français mais pour un bachelier et même pour un étudiant plus âgé il n’est pas facile de s’y retrouver. Mon « Guide critique des écoles de commerce « édition 2018 » sera à la fois le dernier et le plus précis.

 

Depuis trois ans je dénonce la mystification des classements des écoles de commerce.

 

La presse vend du papier, les candidats sont friands et les écoles pas toujours scrupuleuses. Preuves à l’appui, je multiplie les avertissements. Depuis quelques semaines la baudruche se dégonfle et plusieurs journalistes sérieux prennent du recul et des précautionsQuels classements utiliser ? Quels critères choisir ?

L’Etudiant et Challenges ont fait d’indéniables progrès.

Evitez absolument les classements qui ne fournissent pas les indications statistiques précises pour chaque école. Le Point, le Figaro en attendant le Parisien sont de ce point de vue peu lisibles et donc scientifiquement contestables.

Selon le Figaro, Gem aurait 32% d’alternants dans son programme grande école. Chiffres totalement fantaisistes. Il faudrait que l’école propose plus de 1000 contrats ; impossible. L’école avoue 113 contrats d’apprentissages sur son site et au ministère (3,2%…) on peut y ajouter des contrats de professionnalisation mais le Figaro s’est bien mélangé les pinceaux. Gem indique 17% d’alternants à l’Etudiant, ce n’est toujours pas 32%.

Le FIGARO utilise les accréditations pour la reconnaissance internationale mais oublie joyeusement AMBA pour Neoma , Edhec et Tbs.

Depuis quelques années je constate avec plaisir le renouveau de la fibre entrepreneuriale, les classements veulent la prendre en compte et c’est bien mais comment ?

Le Point classe première l’EDC ….

Pour comparer les différentes écoles le plus simple est de prendre en compte le concours du Petit Poucet .

http://petitpoucet.fr/2018/02/28/barometre-de-lentrepreneuriatetudiant-2018/

De quelles écoles de commerce sont issus les candidats et les lauréats du Concours Petit Poucet pour cette nouvelle édition ? 1. HEC Paris 2.  NEOMA 5. ESSEC 8. EM Lyon Business School 12. SKEMA

Je ne trouve pas l’EDC ….

Le microcosme français s’intéresse à un des multiples classements du FINANCIAL TIMES, celui du master généraliste en management

Permet-il pour autant de comparer les masters Grande ECOLE français ?

Encore faut-il que les écoles jouent le jeu et présentent toutes le même PROGRAMME au classement du Financial Times, à savoir donc  le programme Grande école

Certains établissements apparaissent avec un master spécifique et non le diplôme grande école. La stratégie payante consiste à faire prendre en compte une formation d’excellence, très internationalisée avec des rémunérations élevées pour les anciens. Il est ainsi possible de booster son classement.

Le bon rang de Grenoble s’explique par un classement à partir non de son diplôme « grande école » mais du MASTER INTERNATIONAL BUSINESS, excellent mais qui n’a rien à faire là. Il s’agit d’un master spécialisé sélectif.

Audencia l’a compris et elle n’est plus classée sur le master qu’obtiennent un millier d’étudiants par an mais sur le double diplôme obtenue chaque année par 101 étudiants de l’école Centrale

Skema diplôme plus d’un millier d’étudiants chaque année dans son grade master, le Financial times ne les prend pas tous en compte loin de là. LES EFFECTIFS déclarés par Skema ne représentent que la moitié des effectifs du PGE .

http://rankings.ft.com/businessschoolrankings/masters-in-management2017

Mais les fondamentaux ont la peau dure et leur approche est accessible via le site de la Commission des titres de master et ce pour le plus grand malheur de quelques écoles écoles . La contradiction devient alors flagrante entre certains classements et la réalité.

https://www.cefdg.fr/

 

La nouvelle mode du « bien-être », mise en avant par certaines écoles est-elle compatible avec la préparation à l’emploi?  

 

http://www.lemonde.fr/campus/article/2018/03/15/mba-des-candidatsen-quete-d-epanouissement_5271154_4401467.html

 

« Des étudiants assis bien droit sur leur chaise, les yeux mi-clos, les bras le long du corps, concentrés sur leur respiration en pleine méditation… Vous n’êtes ni dans un monastère ni dans un ashram, mais à Angers, dans un cours de macroéconomie du programme grande école de l’ESSCA, une école de management postbac.

 Lassé de voir ses étudiants déconcentrés par les alertes de leur smartphone ou l’arrivée d’une nouvelle notification Facebook sur l’écran de leur ordinateur, Stéphane Justeau, professeur d’économie et directeur de l’Institut de pédagogie avancée de l’école, s’est demandé comment améliorer leur concentration. Et a eu l’idée de leur proposer des exercices de « pleine conscience ». Une pratique méditative laïque héritée du bouddhisme qui a fait ses preuves sur le plan scientifique.

 “À la fin des années 1970, Jon Kabat-Zinn, médecin et professeur à l’université du Massachusetts, a montré l’impact de la pratique de cette méditation sur les processus mentaux, l’attention, la régulation des émotions, énumère le professeur. Aujourd’hui, pas moins de 450 articles ont été publiés sur ce sujet. »

 À Kedge (Bordeaux, Marseille), la pratique de la méditation a fait son entrée à l’école en 2014 à l’occasion de la “quinzaine du bien-être”. Depuis, les étudiants se pressent chaque année, en novembre, à l’atelier d’une dizaine d’heures de respiration et de méditation, dispensé par Amanda Schmitt, la responsable du centre Art de Vivre, une école située à Marseille.

 « Beaucoup de difficultés en entreprise sont liées au fait que les différents collaborateurs ont du mal à entendre les signaux envoyés par leur corps », observe Christelle Tornikoski, professeure de management à GEM. Une difficulté que la « pleine conscience » peut aider à résoudre.

 La business school grenobloise a été l’une des premières à s’intéresser, il y a vingt ans, à la pleine conscience. Et la seule sans doute à proposer à ses étudiants du programme grande école une spécialisation de 27 heures centrée sur le sujet, alliant connaissances du domaine de la santé et du monde de l’entreprise, et pratiques de la pleine conscience et de l’intelligence collective. Nom de code : “La force du manager de demain : réflexivité et cœur à l’œuvre”. Le centre de développement personnel et managérial de GEM propose à l’ensemble de ses étudiants des ateliers « pleine conscience ».

Tout cela est plus sexy que des cours d’Excel ou une aide sérieuse à l’orientation .Il m’arrive de me demander si l’on peut travailler en école. …

Les écarts sont pourtant conséquents entre des écoles qui comptent moins de 5% de chômeurs après le diplôme et celles qui sont à près de 20%. Mais tous les emplois ne se valent pas, nous prendrons donc en compte le pourcentage de jeunes diplômés en CDI

Qui fait mieux que la moyenne? Les parisiennes, on s’y attendait mais il y a des surprises.

Les écoles qu’il faut intégrer : moins de 10% d’étudiants en recherche d’emploi et plus de 70% en cdi

Réussite sans égal de l’Essec, pour pratiquement tous les étudiants c’est le cdi. Certains seront surpris de trouver Neoma dans le premier groupe mais la proximité de PARIS (Reims, Rouen) et l’importance de l’apprentissage n’y sont pas pour rien. Peut être également une moindre exigence en terme d’emplois ?

% Diplômés en CDI %en recherche d’emploi

ESSEC                         90.2                                              3

ESCP                            77.4                                             7

HEC                              74.1                                             5

EM LYON                   73.8                                                 7

NEOMA                      73.8                                              9

Trois écoles n’atteignent qu’un seul objectif mais leurs performances sont enviables

Je m’attendais à trouver l’EDHEC et Audencia un peu mieux placées, Kedge s’en sort bien. Le niveau d’exigence serait-il trop élevé pour les diplômés de l’Edhec et de Audencia qui croient en l’existence d’un top 5 ?

% Diplômés en CDI %en recherche d’emploi

EDHEC                               70.6                                          12

KEDGE                               68.9                                           5

Audencia                          64 .7%                                      8.3

Ces bachelors post bac qui conduisent rarement à l’emploi mais à de couteuses poursuites d’étude

 

Pour des raisons budgétaires les grandes écoles ont multiplié à côté de leur PROGRAMME GRANDE ECOLE, plusieurs formations moins sélectives. Les étudiants sont tentés par des programmes recrutant au niveau du bac et jouant sur la confusion des noms. Personne n’a vu un seul étudiant du BBA Essec ne pas se présenter comme un Essec. Pourtant il ne suit pas le programme Grande école et n’aura pas le grade de master. Les écoles ont gagné en notoriété ce que les étudiants et les recruteurs ont perdu en visibilité. Ces programmes sont à la mode et les Bachelor in Business Administration se multiplient. Ils sont organisés sur trois ans mais attention ils ne délivrent pas de licence. Les bachelors ont été conçus comme des formations post-bac professionnalisantes conduisant au marché du travail et destinées à des étudiants ayant déjà une petite idée de ce qu’ils ont envie de faire. Un bon bachelor se suffit à lui-même, il doit conduire au marché du travail sans chercher à repasser par la case « grande école ».

La critique intervient lorsque que des étudiants les confondent avec des écoles post prépa ou post bac délivrant le master. Alors ils veulent poursuivre dans une autre école ; ils referont en deux ou trois ans ce qu’ils ont déjà fait en trois ou quatre ; finalement un cursus répétitif très cher.Je rappelle que dans le modèle anglo-saxon le bachelor est suivi d’une longue période professionnelle puis ensuite un Mba, ce qui semble plus logique.

Les BBA qui peuvent se suffire à eux-mêmes : un étudiant sur deux  entre sur le marché du travail :

 

% Diplômés en CDI     %en recherche d’emploi    %poursuite étude

 

CESEM Neoma                   34                   9 .8                                       44

 

Bba essec                            33.1                  3                                         45

 

Bachelor TBS                        25                  8                                         49

Situation analogue pour Kedge EBPI mais peu d’étudiants ont répondu, seulement 4 % poursuivent des études. Cette formation qui délivre le grade de master est donc devenu une école post bac à part entière.

Ceux qui conduisent rarement à l’emploi mais à de couteuses poursuites d’étude

Je suis bien plus critique pour ces formations souvent mises en place pour alimenter le programme grande école.

 

% Diplômés en CDI        %en recherche d’emploi         %poursuite étude

 

Kedge bachelors          14.6                         9                                        63

 

Edhec     ESPEME         15                               4                                         74

 

Pour la rentrée 2018, les frais de scolarité de cette formation  passeront de 36.900 euros à 40.900 euros pour le parcours «business management» et de 50.500 euros à 55.500 euros pour le cursus «global business» sur quatre ans…Pour les deux tiers des étudiants qui complèteront  par deux années en programme Grande école, le cout total du cursus avoisinera donc les 100 000 euros . …Cher pour un diplôme Edhec…

BookCoverPreview

https://www.amazon.fr/guide-critique-2018-ECOLES-COMMERCE/dp/B07CQKKF7W

Publié dans éducation prépa école de commerce | 1 commentaire

Manu trump Brigitte

DbpR6oOX4AIvDVBmieux que Brejnev et Erich Honeckertrump-macron-1Trump-Macron-Special-Relationship-scaled

 » Macron a une femme assez âgée pour être sa mère peut être qu’il a besoin d’avoir une relation avec Trump en tant que père.5531dfa7fb2e0b99eb140c7b52539201.jpg

Publié dans humour | 1 commentaire

la Macronie n’influence plus les journalistes, elle leur fournit directement les articles à signer…

Mieux qu’un dossier de presse, une mise enscène pour valoriser le Prince

Sur la relation particulière Trump-Macron, ce week-end, Le Monde et Le Parisien nous font quasiment le même papier. Le Quai a bien bossé 🙂

DbZgIzGWsAErahH

Publié dans humour, SCIENCES POLITIQUES | 1 commentaire

TRUMP ET SON DOUBLE

Le même mépris profond pour tout avis qui n’est pas le leur, le même côté enfantin, incapable de vivre la moindre frustration

Il est bien loin le temps où la Macronie critiquait Trump. Comme Hollande, Macron porte les valises atlantistes de Washington. » Dans le couple américano-français, à l’instar des mauvais films d’Hollywood, il y a un des partenaires qui incarne le méchant.

Et c’est le rôle dévolu à la Mais comment en est-on arrivé là ?
Comment la France rebelle du général de Gaulle, sortie de l’OTAN, ayant chassé de France le SHAPE, luttant contre l’impérialisme anglo-saxon au Québec et en Indochine, esquissant l’axe Paris-Moscou, est-elle devenue en une décennie 2008-2018 de soumission et de vassalisation le meilleur partenaire géopolitique des USA, dans un Axe Washington-Paris ?   

France de Macron, qui sape toutes les positions de Paris. La perte de crédibilité est abyssale. Et à l’instar de l’Afrique, où Paris a été adoubé « nouveau shérif de l’Afrique par le général Mattis, chef du Pentagone de Trump, la haine de la France, qui est aussi celle des français, monte au Proche-Orient. »( Alter Info)

 

Difficile de faire plus symbolique. C’est à Mount Vernon, dans la plantation de George Washington, père de l’indépendance américaine et premier président, qu’Emmanuel Macron fêtera  l’anniversaire du premier tour des élections de 2017.

Le président français a accordé une interview à la chaîne d’information américaine Fox News,

« Nous avons une relation personnelle très forte après nos différentes rencontres, surtout après la venue de Donald Trump pour le 14-Juillet l’an dernier »,

Beau moment de propagande  Macron prononcera un discours au Capitole devant le Congrès, composé des membres du Sénat et de la Chambre des représentants. L’allocution, en anglais, qui devrait durer une trentaine de minutes aura pour thème principal la relation entre les deux pays.

 

Cette étape sera suivie d’une dernière rencontre, organisée avec des étudiants de l’université Georges Washington. Ces derniers pourront échanger librement avec le président de la République.

« Jamais nous aurions imaginé avoir l’équivalent de Trump à l’Elysée… Quel rapport y avait-il avec ce jeune arrogant que l’on nous présentait comme un surdoué et ce gros clown inculte entré par effraction à la maison blanche. Le fait d’abord qu’ils étaient tous deux entrés par effraction, sans réellement avoir un parti derrière eux, simplement une adversaire dont personne ne voulait. Mais le plus fort chez ces deux parvenus était le lien affirmé et décomplexé avec « le fric », à ce stade là, le capital devient effectivement « le fric », sa nature mafieuse éclate au grand jour et la servilité de ceux qui se prosternent est sans limite.

Il y a l’impossibilité de penser que l’autre existe, celui qui est un has been à leurs yeux… C’est fantastique, cette manière de nier la réalité de ce que vit tout ce qui n’est pas eux et le mépris profond pour tout avis qui n’est pas le leur, le côté enf

antin, incapable de vivre la moindre frustration »  Danielle Bleitrach

Publié dans géopolitique, humour, SCIENCES POLITIQUES | 1 commentaire