La télévision australienne dévoile en direct la plus grande escroquerie du siècle et les biologistes donnent tous les secrets de la covid

@PeterDaszak, Shi Zhengli, Anthony Fauci, tous leurs mensonges tombent les uns après les autres et la télé australienne les expose en direct avec des images inédites.

Les biologistes nous expliquent comment les MENGELE du XXI siècle ont fabriqué une vraie saloperie . De quoi frémir en sachant que VACCINS NE PRENNENT PAS EN COMPTE LES VOIES D’INFLAMMATION

LA VIDEO

https://www.infovf.com/video/tele-australienne-creve-abces-direct-fauci-daszak-zhengli–9645.html

Jean-François Lesgards@JLesgards·Notre article sur le COVID-19 dans FS: – Origine/génétique du virus – Détail des vraies voies inflammatoires du COVID – Thérapies associées dont IVM et C1-inhibiteur La protéine Spike diffuse le virus mais la protéine N est cruciale dans l’inflammation!!

 Le virus est probablement une chimère: c’est à dire qu’il contient du matériel génétique de différentes espèces. Il y’a dans la structure protéique du SARS-CoV2 un site très particulier. Ce site est appelé site de clivage de la furine ou « site furine » et il se trouve dans la fameuse protéine spike (de pointe en français) du SRAS-CoV2. La protéine spike  est responsable de l’ancrage du virus sur son récepteur l’ACE2 présent dans les voies respiratoires mais exprimé aussi dans de nombreux organes

cette protéine S est composée de 2 parties: la première, appelée S1, reconnaît la cible du virus et la seconde S2 aide le virus, une fois ancré à la cellule, à fusionner avec la membrane cellulaire. Une fois que la membrane externe du virus a fusionné avec celle de la cellule touchée, le génome viral est injecté dans la cellule, détourne sa machinerie de fabrication de protéines et la force à générer de nouveaux virus.

Le processus de fusion est lancé par le peptide de fusion marqué en jaune, mais pour qu’il s’engage dans cette action, une enzyme doit couperla protéine S afin de l’activer, à un endroit précis

Le virus n’a pas ses propres ciseaux, il utilise donc diverses enzymes de ses victimes capables de couper les protéines (protéases). La furine est l’une des plus efficaces et elle se trouve non seulement à la surface des cellules, mais également à l’intérieur.

le SARS-CoV2 a un groupement d’acides aminées très attractif pour les furines qui vont venir découper la protéine et activer l’entrée du virus. Cette concentration d’acide aminés R dans le SARS-CoV2 est tout simplement UNIQUE si on le compare aux 3000 coronavirus connus à ce jour (chez aucun des proches parents de chauve-souris ou de pangolin par exemple) même si ce type de répétition est présent dans le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), la grippe, le virus cytoMegalo humain (herpès) et virus respiratoire syncytial, la fièvre jaune, ou encore Zika et Ebola.

Quatre insertions dans la glycoprotéine de pointe (S) qui sont uniques au SRAS-CoV-2 et ne sont pas présentes dans d’autres coronavirus et ont une identité ou une similitude avec celles du VIH-1 gp120 ou du VIH-1.

Ceci est très connus des biochimistes qui sont capable de fabriquer ces séquences en laboratoire pour augmenter la virulence de virus dans ce qu’on appelle les études gain de fonction (GOF)

On rappelle ici que plus de 200 scientifiques ont demandé l’arrêt de ce type de travaux de fabrication de virus chimérique en général censés empêcher des pandémies ! Le problème, ont-ils dit, est que cela augmente la probabilité qu’une pandémie se produise lors d’un accident de laboratoire (ce qui est arrivé souvent depuis des décades!) et finalement sous la présidence de Barack Obama, le 17 octobre 2014, le gouvernement américain et le NIH (National Institutes of Health), le principal organisme du gouvernement des États-Unis responsable de la recherche biomédicale et de la santé publique ont annoncé une suspension sans précédent sur le financement de 21 études GOF impliquant des recherches sur la grippe, le MERS-CoV (Coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient) et le virus du SARS (U.S. Government Gain-of-Function, 2014)

C’est étonnamment à ce moment-là que des financements du NIH et NIAID (Institut national des allergies et des maladies infectieuses) comme le financement US du célèbre Dr Fauci (directeur depuis 1984 et le sida, Ebola, Zika etc) sont dirigés vers l’Institut de Virologie de Wuhan (WIV) du Dr Zenghli Shi  qui publiait (Yang Y et al., 2015) en collaboration avec des laboratoires américains la manipulation conduite avec succès sur le génome d’un coronavirus lui permettant d’être contagieux à l’homme par la modification de la protéine spike d’accrochage à la cellule humaine*

Le Dr Ralph S Baric (Université North Carolina), spécialiste mondial des coronavirus et mentor du Dr Z Shi, le Dr Fauci (directeur du NIAID, proche des directeurs du NIH, de Bill Gates et membre de son conseil scientifique, du parti démocrate et financier des projets US-China/Wuhan) et le Dr Peter Daszac (directeur d’EcoHealth Alliance) par qui des millions de dollars $ ont transité entre le NIAID et Wuhan (WIV) sont les scientifiques les plus au fait de ces travaux et en particulier de ce qui a été fait à Wuhan depuis de longues années, avec le Dr Shi évidemment.

De plus, le Dr Peter Daszac fait partie de la « commission indépendante » mandatée pour déterminer si l’origine du virus est naturelle ou artificielle…

Le Dr Baric (présent aussi dans les premiers tests du remdésivir et dans la première publication du vaccin Moderna) travaille depuis de longues années avec le Dr Fauci, Daszac et Shi et dit dans une autre interview qu’on peut manipuler totalement le génome des coronavirus sans laisser aucune trace visible! On peut le considérer comme le meilleur chercheur au monde sur les coronavirus.

Connaître les vraies voies de l’inflammation (surtout celle du complément – syst immunitaire inné – et inhibition de la voie de la bradykinine) activées par ce virus peut permettre (et permettra très probablement) de soigner beaucoup mieux qu’avec les corticoides!!

https://t.co/JijX8DgcLm?amp=1

https://www.francesoir.fr/archive-scientifique-libre/une-vision-globale-de-la-biologie-du-sars

🏵️ Planètes360 :
https://planetes360.fr/
🏵️ France-Soir :
https://www.francesoir.fr/

Publié dans éducation prépa école de commerce | 1 commentaire

QUAND BIG PHARMA IMPORTAIT 18000 GLANDES DE CADAVRES BULGARES POUR LE PLUS GRAND MALHEUR DE NOS ADOS

Hélène Strohl ex inspectrice générale des affaires sociales  se souvient  d’un autre moment  ou pour suivre un effet de mode des innocents furent victimes d’un traitement expérimental…

« Le recours à la vaccination massive en plein pic épidémique a méconnu les règles habituelles de la prudence médicale. Si la vaccination aussi rapide des personnes à risque pouvait à la rigueur se justifier, celle des moins de 50 ans beaucoup moins et celle des 12 – 18 ans pas du tout. Ainsi la vaccination massive et volontariste des 12-18 ans doit-elle s’interpréter comme le sacrifice de nos héritiers au refus panique de notre génération de leur céder la place.

ecourrierdesstrateges.fr/2021/06/16/helene-strohl-la-vaccination-des-adolescents-et-la-grande-peur-des-vieux-pensants/?fbclid=IwAR1YWFcaeFP98lJGdA9cnWfs6QV3-XsRZfMeLmiNaBR3TlmFMJOAMJ7tZj4

Une expérimentation imprudente

La rapidité dans la mise au point des vaccins n’est en effet pas seulement due à la créativité des scientifiques et à l’importance de l’investissement public et privé dans cette recherche, mais elle résulte du détournement des règles de précaution habituelles concernant notamment la durée nécessaire au recensement des effets secondaires possibles

On s’apprête donc à vacciner tous nos adolescents, sans que cette vaccination comporte pour eux le moindre bénéfice et sans qu’on sache quel bénéfice collectif on en retirera.

 Notons la tendance à la tribalisation de l’opinion : on a eu les complotistes, puis les rassuristes, ensuite les enfermistes ; les « experts » ne parlent pas en fonction de leur connaissance (logos) (infectiologue, épidémiologiste, sociologue, mais en fonction de leur appartenance d’opinion.

.

Le chiffre ne sert pas à évaluer une situation concrète, mais devient un objectif en soi. Une sorte de défi, qu’on pourrait dire ludique s’il n’était aussi bêtement dangereux. Personne n’explique pourquoi 80% d’immunité collective ralentirait plus la circulation du virus que 50% ou 90%. Mais 80% est devenu un objectif en soi (peut-être le souvenir des 80% de bacheliers ! ) et puisqu’on ne peut pas l’atteindre en vaccinant tous les adultes, remplaçons ces adultes rétifs par des enfants aux parents consentants. 

Le 80% de la population vaccinée sert en fait d’auto-justification à la politique du tout vaccin : pas la peine de tester des thérapeutiques puisque grâce au vaccin il n’y aura plus de malades.

D’autant que les thérapeutiques ne rapportent rien à l’industrie pharmaceutique au contraire des vaccins.

Je me souviens avoir lu le témoignage d’une mère ayant perdu son enfant atteint de la maladie de Creutzfeld-Jacob après un traitement à l’hormone de croissance. Elle expliquait qu’au fond son enfant aurait très bien pu s’accommoder d’être petit, mais que comme le traitement existait et lui était proposé (et présenté comme sans danger) elle y avait consenti. Juste pour que son enfant ne souffre pas d’être moins grand que la moyenne de sa classe d’âge. Elle avait l’impression d’avoir fait mourir son enfant pour un simple effet de mode. 

On espère, fermement, que cette vaccination imposée au mépris du droit des enfants n’aura pas d’effets secondaires graves et massifs et on souhaite vraiment que tous les parents qui ont signé « les yeux fermés » ce formulaire d’autorisation de vacciner n’auront pas à le regretter éternellement.

Mais ce qui est certain c’est qu’une société qui accepte d’exposer ainsi ses enfants et de rejeter sur eux les conséquences de sa peur de la mort est une société moribonde.

Entre 1983 et 1985, 120 enfants en insuffisance hormonale sont morts après avoir contracté la maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ), qui leur a été transmise via des injections d’hormones de croissance.

Chez certains enfants, cette glande ne fonctionne pas normalement, d’où une croissance ralentie. Pour leur permettre de grandir un peu et de ne pas souffrir de nanisme, il existait un traitement à prescrire avant la puberté.

Il n’y avait qu’un seul moyen de faire grandir ces enfants en prélevant des hypophyses sur des cadavres pour en extraire l’hormone de croissances. La somatotropine était ensuite réduite en poudre puis diluée pour être injectée. Mais ce traitement miracle avait une faille : le risque de contamination par des agents pathogènes.

En 1973, une association loi de 1901 est créée à Paris, France Hypophyse. Son but : collecter les glandes, centraliser la production (avec l’Institut Pasteur) et la distribution du médicament (avec la Pharmacie centrale des hôpitaux).

Le souci c’est que certaines hormones prélevées étaient contaminées par un germe qui était encore inconnu à l’époque, celui de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ)Ce germe s’est développé lentement chez des enfants et leur a causé de graves encéphalites, une inflammation du cerveau ». Au total, cette maladie a été transmise à plusieurs centaines d’enfants, dont 120 sont donc morts au terme de longues souffrances.

En outre, dès 1980, à la suite d’un incident médical mortel lié à une autre maladie (la rage) contractée lors d’une greffe de cornée, l’Institut Pasteur avait demandé une note au professeur Luc Montagnier, aujourd’hui mondialement célèbre pour ses travaux sur le sida, et dont le témoignage est très attendu. À l’époque, le prion n’avait pas encore été découvert. Mais le savant, doté d’un flair scientifique hors du commun, demandait qu’«une attention particulière soit portée au danger de transmission de la MCJ» et préconisait, faute de certitudes, d’écarter au moins certains donneurs d’hypophyse «à risque».

Avertissement vain : les collectes semblent avoir été réalisées dans des conditions indignes, comme s’il s’agissait de démonter une pièce mécanique dans une vulgaire épave automobile. Surtout, elles ont notamment eu lieu dans des hôpitaux spécialisés dans le traitement des maladies infectieuses ou neurologiques, sans contrôle médical. La méthode employée autre spécificité française permettait de séparer l’hypophyse (accessible par le nez) du cerveau sans ouvrir le crâne, mais elle présentait l’inconvénient de prélever de la matière cérébrale potentiellement surcontaminée par le prion. Est-ce pour cela que 57 % des cas de MCJ transmis par l’hormone de croissance ont été enregistrés en France ?

En 1983, pour satisfaire une demande accrue, 17 000 glandes bulgares sont importées…

Publié dans éducation prépa école de commerce | 3 commentaires

QUAND JEROME SALOMON ET VERAN ONT MIS FIN AUX ETUDES RANDOMISEES  OFFICIELLES SUR L’HYDROXYCHLOROQUINE , CELLES-CI PROUVAIENT L’EFFICACITE  DE LA MOLECULE  CAPABLE DE REDUIRE D’UN TIERS LA MORTALITE DES MALADES

Delfraissy se vantait auprès de Fauci  de  sa résistance contre l’hcq, le pouvoir a bien choisi de sacrifier plus de 30 000 Français , car il connaissait de source sure les effets positif de la molécule

Non Didier Raoult ne s’est pas planté , les études pourtant à charge  menées à la demande du pouvoir démontraient l’efficacité de l’hydroxychloroquine . Salomon et Véran ont profité de l’étude bidonnée menée par une call girl et ses comparses  (Lancet gate) pour mettre fin aux études randomisées officielles françaises.

Le CHU d’Angers qui menait l’étude Hycovid  a du interrompre  au moment où il communiquait pour de patients hospitalisés ( ce qui n’est pas le mieux pour l’hcq surtout utile en début de maladie  4,7% de décès pour le groupe hcq contre 7,2 % pour le groupe placebo Un tiers de vies sauvées grâce à l’hydroxychloroquine

Dans son courrier le responsable d’Angers connu pourtant pour ne pas être un admirateur de Raoult  ne notait pas un nombre d’effet indésirables nettement plus importants pour l’hcq (14,9% contre 11,1).

Il faut également noter  qu’une autre étude à charge  menée par Yazdan Yazdanpanha  appelée DISCOVERY a été mystérieusement arrétée au moment  où elle   prouvait une baisse de mortalité de 17%.

J’ai lu relu quelques 137 études portant sur l’hydroxychloroquine. Toutes celles qui concernent un traitement précoce sont positives et décrivent  une amélioration médiane de 64%.

Pas les succès époustouflants de l’ivermectine mais tout de même

Publié dans éducation prépa école de commerce | 10 commentaires

Les Chinois ont injecté des anticorps anti protéine Spike à des souris , regardez ce qui s’est passé…

Les Chinois ont injecté des anticorps anti protéine Spike à des souris , regardez ce qui s’est passé…

Il est urgent d’attendre avant de vacciner les jeunes …

Publié dans éducation prépa école de commerce | Laisser un commentaire

LES CHINOIS ONT TESTE SUR DES ANIMAUX  /LES ANTICORPS DIRIGES CONTRE LA PROTEINE SPIKE  DU VIRUS  SONT DANGEREUX  EN CAS DE NOUVELLE INFECTION  ET DECLENCHENT DES MALADIES AUTO IMMUNES

Cette étude constitue un appel pour de nouveaux vaccins ciblés sur d’autres composantes du virus que la fameuse protéine de Pfizer ou Moderna, un appel pour des traitement précoces. Les anticorps tournés contre cette protéine SPIKE se révèlent pathogènes  ce qui explique l’échec  dramatique de la thérapie par plasma et sérums (Karine Lacombe) , la deuxième étape de la maladie, les covid longs mais également(  les effets secondaires des vaccins et le fait constaté que les personnes  vaccinées  soient certes moins souvent contaminées que les non vaccinées mais atteintes de formes plus graves …En attendant la suite

L’étude enterre les Regénéron qui tuent les bébés souris et plaide pour des recherches  sur la protéine N (nucleocapside) les anticorps sont   sans danger…

Cette étude, utilisant un modèle de souris sans virus, explore les rôles pathogènes et le nouveau mécanisme d’action de certains anticorps spécifiques aux protéines de pointe des coronavirus hautement pathogènes tels que les virus COVID-19 et SARS-CoV. Ces anticorps pathogènes, induits lors d’une infection hautement pathogène telle que l’infection au COVID-19, ciblent et se lient aux cellules ou tissus vulnérables de l’hôte tels que les cellules épithéliales pulmonaires endommagées, initient une réponse immunitaire d’auto-attaque persistante et conduisent à des affections graves, notamment le SDRA. , les tempêtes de cytokines et la mort. 

De plus, les anticorps pathogènes peuvent également être responsables de maladies auto-immunes liées aux infections, y compris De plus, les anticorps pathogènes peuvent se lier aux tissus fœtaux non matures et provoquer des avortements, des accouchements post-partum, des mortinaissances, et les décès néonatals de femmes enceintes.

 De nouvelles interventions cliniques, en perturbant la liaison de ces anticorps pathogènes, peuvent être développées pour lutter contre la pandémie de COVID-19. De plus, le nouveau concept exploré par cette étude peut être applicable à d’autres maladies infectieuses, telles que les infections grippales hautement pathogènes. 

La blessure primaire est limitée, courte et diminue à mesure que le virus est éliminé, comme on le voit dans les infections grippales régulières.Cela signifie que le virus lui-même n’est pas suffisant pour causer des conditions graves telles que le SDRA, les tempêtes de cytokines et décès. En revanche, la blessure secondaire causée par les anticorps pathogènes est plus long, plus large et additif car les anticorps persistent beaucoup plus longtemps que  le virus et peuvent se lier de manière non spécifique à d’autre stissus ou organes inflammatoires autres que les poumons.

Heureusement un ancien malade a également  des anticorps N qui le protègerait des effets des anticorps S

Quid d’un vacciné (vaccin non traditionnel) qui n’a que des anticorps S ?

Les données suggèrent que la coexistence d’anticorps non pathogènes peut réduire la pathogénicité des anticorps pathogènes. Ainsi, un vaccin capable d’induire des anticorps multivalents peut être plus sûr, dans lequel au moins un type d’anticorps est du type non pathogène qui induit moins de réactions indésirables. Un exemple d’un tel vaccin est le vaccin viral inactivé traditionnel (par exemple le vaccin COVID-19 inactivé) qui induit des anticorps multivalents spécifiques de plusieurs antigènes d’un virus. Autre exemple, un vaccin COVID-19 recombinant ou ARNm capable d’induire les anticorps spécifiques non seulement de la protéine de pointe mais aussi des protéines de la nucléocapside, ou une protéine sans pointe du virus SARS-CoV-2 peut être plus sûr

Les Anticorps de pointe SPIKE induisent seuls inflammation systémique et blessure in vivo Pour plus de confirmation, une souris enceinte et sans infection virale a été utilisée

 Injection de REGN10987  ( le fameux regeneron  autorisés pour les humains  ou anticorps monoclonaux )à des souris gravides induit une mort fœtale significative et une mort néonatale desdes souriceaux livrés à ces femelles.REGN10987 a le potentiel le plus élevé pour induire maladie et décès (61,9 %), suivi de B38 (45,8 %)et l’anti-COVID-19 S1 polyclonal (45,5%). L’anti-SRAS S polyclonal a également causé une maladie importante

Pfizer et Moderna se sont plantés de cible avec leur protéine S

Ni les anticorps de contrôle sains ni les anti-COVID-19 N ni l’anti-SRAS N(protéine de nucléocapside) ont causé de maladie importante ou mort des souriceaux nouveau-nés Les principaux antigènes contre lesquels est dirigée la réponse anticorps sont la protéine Spike et la protéine de nucléocapside. les anticorps contre cette protéine protègent sans danger.

Contrairement à la protéine Spike externe, la protéine N est enfermée dans le virus, protégée des pressions environnementales (notamment immunitaires) qui provoquent les mutations de la protéine Spike. Dans le sang, cependant, la protéine N flotte librement après avoir été libérée des cellules infectées. La protéine en liberté provoque une forte réponse immunitaire, conduisant à la production d’anticorps protecteurs. La plupart des kits de test d’anticorps recherchent la protéine N pour déterminer si une personne a déjà été infectée par le virus – par opposition aux tests de diagnostic PCR qui recherchent la protéine Spike pour déterminer si une personne est actuellement infectée.

Si l’analyse des séquences de protéines N des humains, ainsi que de différents animaux considérés comme des sources potentielles de la pandémie, tels que les chauves-souris, les civettes et les pangolins révèle des différences, l’analyse de la structure 3D de la protéine N par cryo-microscopie électronique, permet de constater que le site de liaison de l’anticorps reste identique dans tous les échantillons de patients COVID-19 analysés.

Cela suggère que ce site de liaison, constant, est une cible possible pour lutter contre toutes les variantes connues du COVID-19. Un traitement conçu pour cibler le site de liaison de la protéine N pourrait en effet permettre de réduire l’inflammation et d’autres réponses immunitaires durables au COVID-19, en particulier en cas de COVID long

De plus la protéine N joue un rôle dramatique dans l’inflammation, la combattre est vital

https://www.santelog.com/actualites/covid-19-et-si-la-proteine-de-pointe-netait-pas-la-bonne-cible

A DEFAUT DE SOURIS LA PREMIERE AUTOPSIE D UN VACCINE DECEDE

Un homme de 86 ans auparavant asymptomatique a reçu la première dose du vaccin COVID-19 à ARNm BNT162b2. Il est décédé 4 semaines plus tard d’une insuffisance rénale et respiratoire aiguë.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8051011/

Le 9 janvier 2021, l’homme a reçu le vaccin à ARN BNT162b2 modifié par des nucléosides, formulé à base de nanoparticules lipidiques à une dose de 30 g. Ce jour-là et au cours des 2 semaines suivantes, il ne présenta aucun symptôme clinique . Le jour 18, il a été admis à l’hôpital pour une aggravation de la diarrhée. Comme il ne présentait aucun signe clinique de COVID-19, l’isolement dans un cadre spécifique n’a pas eu lieu. Les tests de laboratoire ont révélé une anémie hypochrome et une augmentation des taux sériques de créatinine. Le test d’antigène et la réaction en chaîne par polymérase (PCR) pour le SRAS-CoV-2 étaient négatifs.

Il aurait été contaminé dans sa chambre d’hopital et il est mort deux jours après avec une surabon dance d’anticorps anti spike

 La liaison à l’antigène de la protéine de pointe (S1) a montré des niveaux significatifs pour l’immunoglobuline (Ig) G, tandis que l’IgG/IgM de la nucléocapside n’a pas été provoquée.

Donc des anticorps anti spike partout et en quantité dans tous les organes… L’apport du vaccin mais ces anticorps sont dangereux… et pas d’anticorps nucleocapsides protecteurs

La présence d’inflammation a montré que le vaccin lui-même avait entraîné des effets indésirables. L’anémie hypochrome était présente avant le jour 24, ce qui signifie que le vaccin lui-même peut provoquer une anémie, conformément au rapport des essais de vaccin (nombre faible). La protéine C-réactive a également montré l’inflammation avant le jour 24, le jour de transmission du SRAS-CoV-2. Ainsi, le vaccin lui-même avait provoqué une anémie et une inflammation rénale.

 La bronchopneumonie aiguë et la défaillance tubulaire ont été désignées comme cause de décès à l’autopsie ; cependant, nous n’avons observé aucune caractéristique morphologique caractéristique de COVID-19. La cartographie moléculaire post-mortem par amplification en chaîne par polymérase en temps réel a révélé des valeurs seuils pertinentes du cycle SARS-CoV-2 dans tous les organes examinés (oropharynx, muqueuse olfactive, trachée, poumons, cœur, rein et cerveau) à l’exception du foie et du bulbe olfactif.

Mort de la rencontre du virus de la covid et des anticorps anti spike générés par la vaccination?

Ces anticorps sont ils dangereux? L’admettre conduirait à suspendre les vaccins occidentaux…

Le CNRS reconnait des bizarreries:

https://insb.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/effets-surprenants-de-certains-anticorps-neutralisant-la-proteine-spike-du-sars-cov-2

Des observations en cryo-microscopie électronique d’immuncomplexes ont révélé des modes distincts de liaison des anticorps à la protéine Spike, certains pouvant en stabiliser des conformations favorisant la formation de syncytia cellulaires. Cela pourrait compromettre l’activité de neutralisation virale dans le traitement des cas sévères de COVID-19 et accentuer les dommages tissulaires chroniques observés chez les patients. 

Les anticorps dangereux? Etrange?Une étonnante corrélation entre la sévérité de la maladie et le taux d’anticorps neutralisants chez les patients COVID-19

 Les chercheurs ont montré que les patients avec peu de symptômes développent peu d’anticorps neutralisants alors que les patients en réanimation, qui présentent une maladie plus sévère, ont des taux d’anticorps neutralisants significativement plus élevés, sans qu’il soit à ce stade possible de déterminer s’il y a un lien de cause à effet entre les deux paramètres.  

https://insb.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/une-etonnante-correlation-entre-la-severite-de-la-maladie-et-le-taux-danticorps

L’un des tournants dans l’histoire de la pandémie a été la prise de conscience que la force de frappe déployée par le système immunitaire pour lutter contre le coronavirus pouvait mener à des victoires à la Pyrrhus. Chez les patients atteints de formes sévères de Covid-19, le processus inflammatoire destiné à combattre le SARS-CoV-2 s’est en effet avéré potentiellement responsable de dommages collatéraux pour l’organisme du patient.

https://theconversation.com/les-formes-severes-de-covid-19-seraient-liees-a-une-reponse-anticorps-de-type-auto-immune-147942

https://www.lemonde.fr/blog/realitesbiomedicales/tag/proteine-spike/

https://www.santelog.com/actualites/covid-19-et-si-la-proteine-de-pointe-netait-pas-la-bonne-cible

Publié dans éducation prépa école de commerce | 7 commentaires

L’échec de la politique sanitaire anglaise ou l’anticipation  de ce qui nous attend  pour avoir fait confiance aux bonimenteurs de big pharma …

La presse des « élites » passe sous silence le désastre anglais , le succès de l’Inde et le scandale Fauci aux Etats Unis . Elle a menti sur l’origine du virus, menti sur les vaccisns (il va bien falloir interdire l’Astra zenecca ). Elle entend bien descendre Raoult et tous les moyens seront bons…

Voici comment elle définit le complotisme; « oser penser par soi même et faire des recherches »

L’interdiction  des traitements précoces et la manipulation de l’opinion conduisent droit dans le mur. L’Angleterre s’affole devant la progression du variant delta (indien) et constate que si les vaccins réduisent le risque d’infections les formes graves  sont plus fréquentes .

65% des Anglais ont au moins une dose  mais les vaccinés représentent près de la moitié des décès , ceux qui ont deux doses représentent 45% de la population et un tiers des décès. Nous sommes très très loin  des 95%d’efficacité…LA PROTECTION VACCINALE SE  REVELE INFERIEURE A CELLE DE LA VITAMINE D

Quand comprendra t on qu’il faut soigner sans attendre  comme le font les asiatiques ! Médecine traditionnelle à la Chinoise, Zinc mais surtout ivermectine et hydroxychloroquine.

Delhi et Londres avaient le même nombre de cas de covid le 1er juin , devinez ce qui va se passer ?

L’échec de la politique sanitaire anglaise ou l’anticipation  de ce qui nous attend  pour avoir fait confiance aux bonimenteurs de big pharma …

L’interdiction  des traitements précoces et la manipulation de l’opinion conduisent droit dans le mur. L’Angleterre s’affole devant la progression du variant delta (indien) et constate que si les vaccins réduisent le risque d’infections les formes graves  sont plus fréquentes .

65% des Anglais ont au moins une dose  mais les vaccinés représentent près de la moitié des décès , ceux qui ont deux doses représentent 45% de la population et un tiers des décès. Nous sommes très très loin  des 95%d’efficacité…LA PROTECTION VACCINALE SE  REVELE INFERIEURE A CELLE DE LA VITAMINE D

Quand comprendra t on qu’il faut soigner sans attendre  comme le font les asiatiques ! Médecine traditionnelle à la Chinoise, Zinc mais surtout ivermectine et hydroxychloroquine.

Delhi et Londres avaient le même nombre de cas de covid le 1er juin , devinez ce qui va se passer ?

La différence entre les états indiens qui utilisent l’ivermectine et celui qui l’interdit(Tamil Nadu)

Publié dans éducation prépa école de commerce | 8 commentaires

LES VACCINS NE PROTEGENT PAS DES FORMES SEVERES DU VARIANT INDIEN; les statistiques anglaises confirment celles de Raoult

Un stratégie uniquement vaccinale se révèle désastreuse , le pass vaccinal  permet de contaminer aux nouveaux variants  car la contagiosité demeure…

Les statistiques sont arrivées, en Angleterre la moitié des personnes décédées du variant anglais étaient  vaccinées  (un tiers  avec les deux doses), mêmes chiffres à Marseille. L’évolution de la pandémie en Inde  ne laisse aucun doute sur l’efficacité de l’ivermectine . Il faudra observer l’évolution des prochains jours  à Londres et à Delhi …

L’Inde ou la victoire de l’Ivermectine, le Royaume Uni ou l’échec de la vaccination

Malgré la pression de l’OMS les médecins indiens ont tenu bon et l’épidémie est vaincue. L’ivermectine a écrasé le variant , sauf au Tamil Nadu ou un dénommé Staline la combat, mais les soignants de terrain lui désobéissent de plus en plus . Nous pouvons comparer  le Royaume Uni  , la politique sanitaire y a été pire que chez nous, les Anglais ont été transformés en cobayes, et Dehli la capitale indienne ; observez ce qui va se passer dans les prochaines semaines…

J Chamie

@jjchamie

Une personne saine d’esprit suivrait-elle la stratégie de confinement du covid au Royaume-Uni par rapport à celle de l’Inde ?

 Protocole indien https://mohfw.gov.in/pdf/UpdatedDetailedClinicalManagementProtocolforCOVID19adultsdated24052021.pdf…

Protocole britannique https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/961289/Stay_at_home_Easy_Read_February_2021.pdf

Les vaccins et le variant indien

Il est maintenant largement répandu partout en Angleterre avec une fréquence > 90 % dans presque toutes les régions – que nous examinions les données de séquençage ou d’abandon de pointe. Il ne fait aucun doute que le delta changera la forme de la pandémie au Royaume-Uni, et peut-être dans le monde entier

Rapport PHE sur les variantes qui viennent de sortir. Points forts: -> 90% des cas à travers l’Angleterre sont désormais delta -delta ~66% plus transmissible -La plupart des cas sont des enfants d’âge scolaire -30% des décès étaient parmi les complètement vaccinés et 17% chez les partiellement vaccinés -cas de sous-lignée delta avec mutation K417N

En France Raoult ose fournir des statistiques comparatives  entre vaccinés et non vaccinés  hospitalisés ; Observez bien….les pourcentages le vaccin ne protègerait pas des formes graves . Pour l’hospitalisation il faudrait avoir pour la période le pourcentage moyen de la population vaccinée ? 5% de vaccinés parmi les hospitalisés, 8% de la population de Paca avait au moins une dose au 15 mars date médiane pour les hosptialisation de l’étude.

Total hospitalisés    1213 dont  62 vaccinés et       1151 non vaccinés

 Décès                          125            8 vaccinés              117 non vaccinés

In our center, among 15242 patients followed up for COVID-19 from January 1st 33 , 2021, 1213 were hospitalized (7.9%) and 125 died (0.8%) with COVID 19. Among these, 545 were vaccinated, 62 of whom (11.3%, p < 10- 34 2 35 ) were hospitalized and eight died (1.4%, p = 0.08).

Publié dans éducation prépa école de commerce | 7 commentaires

RISQUES DE FAUSSES COUCHES POUR LES FEMMES VACCINEES PRECOCEMENT/ LES INQUIETUDES NE SONT PAS LEVEES

SUR  127 FEMMES ENCEINTES  VACCINEES Arm AVANT LE DERNIER TRIMESTRE  DE GROSSESSE 104 VICTIMES DE FAUSSES COUCHES

Les femmes enceintes avaient été écartées de la phase 3 des essais Pfizer  mais un article rassurant du mois de mai  indiquait que les avortements spontanés  n’étaient pas plus fréquents que ce que l’on observe habituellement.  Pensez donc sur  827 grosses terminées  on ne comptait 12,5%¨d’avortement spontanés, alors que l’on peut s’attendre à 20% .

Les avortements spontanés  interviennent pratiquement tous au cours des  13 premières semaines. DES ELEMENTS PAS TRES RASSURANTS APPARAISSENT AU LECTEUR ATTENTIF

700 DES 827 FEMMES ONT ETE VACCINES AU COURS DU DERNIER TRIMESTRE DE GROSSESSE  c’est-à-dire  à  un moment ou il n’y a plus de risque de fausse couche

On y ajoute 127 autres femmes qui ont terminé leur grossesse avant terme

SEULEMENT  127 FEMMES ONT ETE VACCINEES  avant le dernier trimestre DE LA GROSSESSE  et on observe chez elles 104 fausses couches soit 82% !

Mais 82% de celles qui ont terminé leur grossesse , ce qui n’est pas le cas de toutes les femmes vaccinées précocément .. Il faudra attendre

De quoi s’interroger …

Bien entendu d’autres femmes ont été vaccinées au début de leur grossesse et ont conservé le bébé , mais combien sont elles?

Il sera interessant de refaire les calculs quand toutes auront terminé leur grossesse

A défaut de le savoir les 12.5% n’indiquent rien , calculer une moyenne à partir de deux groupes qui n’ont strictement rien à voir n’indique rien

Cette étude indique seulement qu’il n’y a pas de problème après le troisième trimestre mais elle ne démontre pas l’innocuité de la vaccination pendant les premières semaines au contraire

https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa2104983

La presse part de cette étude sans l’avoir lu pour conseiller lavaccination:

Doit-on se faire vacciner contre le Covid-19 si l’on est enceinte ou allaitante ?

Publié le 07/05/2021 – 12:43

Laura Foster, journaliste santé à la BBC, répond à la question : les vaccins contre le Covid-19 sont-ils dangereux pour les femmes enceintees ?
Laura Foster, journaliste santé à la BBC, répond à la question : les vaccins contre le Covid-19 sont-ils dangereux pour les femmes enceintees ?

Laura Foster, journaliste santé à la BBC, précise que des études similaires conduites cette fois au Royaume-Uni sont parvenues à la même conclusion. Jo Mountfield, gynécologue-obstétricienne au Royal College, précise que les risques accrus de fausses couches sont écartés.

D’après toutes les données dont nous disposons à ce jour, il n’y a pas d’augmentation du risque de fausse couche et, d’ailleurs, il n’y a pas de mécanisme biologique qui pourrait les favoriser. Car nous ne pensons pas que le vaccin traverse le placenta et affecte le bébé.”

Les médecins dans leur majorité déconseillent la vaccination avant le dernier trimestre de grossesse . Même l’OMS prefere réserver la vaccination aux femmes à risques

En France, on estime à 20 000 environ le nombre de fausses couches chaque année, soit 10 à 15 % des grossesse. Les fausses couches tardives, survenant entre 14 et 22 semaines d’aménorrhée, sont rares (moins de 1 % des grossesses).

Sur les 127 femmes vaccinées précocément il était possible d’avoir entre 15 et 25 fausses couches mais pas 104…. Expliquez moi

Le site Eudravigilance rapporte 300 fausses couches de femmes vaccinées au début mai.

Les auteurs de l’étude sont donc plus prudents que les journalistes:

Nous n’avons pas été en mesure d’évaluer les effets indésirables pouvant survenir en association avec des expositions plus tôt dans la grossesse, telles que les anomalies congénitales, car aucune personne enceinte qui a été vaccinée au début de la grossesse n’a eu de naissances vivantes enregistrées dans le registre des grossesses v-safe à ce jour ; le suivi est en cours. De plus, la proportion de femmes enceintes qui ont signalé un avortement spontané peut ne pas refléter les proportions réelles après la vaccination, car les participantes pourraient avoir été vaccinées après la période de risque le plus élevé au cours du premier trimestre, et les pertes de grossesse très précoces pourraient ne pas être reconnues. Alors que certaines grossesses avec vaccination au premier et au début du deuxième trimestre sont terminées, la majorité sont en cours, et une comparaison directe des résultats sur la base du moment de la vaccination est nécessaire pour définir la proportion d’avortements spontanés dans cette cohorte. En raison des contraintes liées à la taille de l’échantillon, les issues de grossesse et néonatales ont été calculées sous forme de proportion plutôt que de taux.

Notre analyse préliminaire utilise des données déclarées par les participants et dispose d’informations limitées sur d’autres facteurs de risque potentiels de grossesse et d’issues néonatales indésirables. Le VAERS est soumis aux limitations de la surveillance passive. 12Malgré les exigences de déclaration obligatoire de l’EUA et les directives du CDC sur la déclaration du VAERS, il existe probablement une sous-déclaration substantielle des événements indésirables spécifiques à la grossesse et au nouveau-né. Nous ne connaissons pas non plus le nombre total de doses de vaccin Covid-19 administrées aux personnes enceintes, ce qui limite davantage notre capacité à estimer les taux d’événements indésirables signalés à partir des données du VAERS. Parmi les affections spécifiques à la grossesse signalées au VAERS après la vaccination contre le Covid-19, les fausses couches étaient les plus fréquentes. Ceci est similaire à ce qui a été observé lors de la pandémie de grippe A (H1N1) en 2009 après l’introduction du vaccin inactivé contre la grippe H1N1 2009, où la fausse couche était l’événement indésirable le plus souvent signalé par les femmes enceintes qui ont reçu ce vaccin. 

Publié dans éducation prépa école de commerce | Laisser un commentaire

CHILI: LE BON ELEVE DE BIG PHARMA NE SAIT PLUS COMMENT S EN SORTIR / INDE: EPIDEMIE TERMINEE, L’IVERMECTINE A TUE LE VARIANT

Le Chili est le pays le plus vacciné au monde ( devant Israel) au chinois mais massivement au Pfizer, c’est le pays qui a connu le confinement le plus long de la planête, le pays où Delfraissy est un prophète… Hélas le Chili connait une vague de contaminations sans précédent, la preuve que ni le confinement ni la vaccination ne peuvent constituer la solution . Bien entendu dans ce pays ni ivermectine , ni hydroxychloroquine…En Inde c’est terminé, kaput le variant avec l’ivermectine mais comme les médias n’aiment pas la vérité ils devraient dire que les cas sont sous évalués . Problème les envoyés de l’OMS ont reconnu la puissance et l’efficacité du système indien qui a envoyé des dizaines de milliers de volontaires soigner à domicile…

Pour leur déplaire, un exemple européen , la Slovaquie utilise l’ivermectine….et s’est déconfinée au pire moment de la pandémie…

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est captureindeeee.png



  • Article
  • Bloc

Paragraph

Start with the building block of all 

Publié dans éducation prépa école de commerce | 5 commentaires

SCANDALE FAUCI: ILS NE VEULENT PAS QUE VOUS SACHIEZ

FAUCI A DEJA RETARDE VOLONTAIREMENT UN TRAITEMENT EFFICACE ET BON MARCHE PENDANT DEUX ANS. C’ ETAIT CONTRE LE SIDA. Les courriels avec Zuckerberg, Gates, Delfraissy

Combien de morts le mentor de Delfraissy a-t-il sur la conscience. Il savait tout sur la création de la Covid dès 2019, il savait que l’hydroxychloroquine  était efficace mais a tout bloqué, il n’ignorait pas les dangers des vaccins mais étrangement les fabricants étaient au travail avant la Noel  et Fauci s’accordait avec Bill Gates. Toute la matière d’un film d’horreur . Les emails du docteur fou parlent et nous apprenons en plus que Fauci est un sinistre récidiviste  qui a bloqué pendant deux ans  un traitement efficace et bon marché contre le sida….

https://www.huffpost.com/entry/whitewashing-aids-history_b_4762295 ;

Le Dr Anthony Fauci réécrit l’histoire. Il le fait pour déguiser son rôle honteux en retardant la promotion d’un traitement contre le sida qui aurait évité des dizaines de milliers de décès au cours des premières années de l’épidémie.

Dans mon livre Body Counts, A Memoir of Politics, Sex, AIDS, and Survival , je raconte à quel point le gouvernement fédéral a tardé à faire connaître l’utilisation du Bactrim et d’autres sulfamides pour prévenir la PCP (la pneumonie qui était alors la principale cause de mortalité personnes atteintes du SIDA) en plus de son utilisation de longue date et bien connue pour traiter la PCP.

il était et demeure aujourd’hui le directeur des National Institutes of Allergy and Infectious Diseases et le directeur du programme de recherche du gouvernement fédéral sur le sida. En 1987, l’activiste pionnier du sida Michael Callen a supplié Fauci de l’aider à promouvoir l’utilisation de Bactrim comme prophylaxie de la PCP et à publier des directives provisoires exhortant les médecins à prophylaxie les patients jugés à haut risque de PCP.

Dans le livre d’Arthur Kahn, Winter Wars , Larry Kramer a souligné que pour obtenir un rendez-vous avec Fauci, on n’appelait pas sa secrétaire mais ses attachés de presse, « qui réservent [ses] conférences et interviews… comme des stars de cinéma ». Il aurait facilement pu prôner la sensibilisation au traitement préventif, en tant que tsar fédéral de facto du sida, son influence était et est énorme.

Si Fauci avait écouté les personnes atteintes du sida et les cliniciens qui les soignaient et avait réagi en conséquence, il aurait sauvé des milliers de vies. Au cours des deux années entre 1987, lorsque Callen a rencontré Fauci et 1989, lorsque les directives ont finalement été publiées, près de 17 000 personnes atteintes du sida ont suffoqué à cause de la PCP. La plupart de ces personnes auraient pu vivre si Fauci avait répondu de manière appropriée.

LA RECETTE DE LA COVID

L’AFP QUI DEMANDE DES CONSIGNES POUR TAIRE LA VERITE

Quand Peter Daszac (qui a reçu des millions de $$ de Fauci et du NIAID/NIH pour financer les travaux du P4 de Wuhan) remercie le Dr Fauci de lui apporter son soutien pour enterrer l’idée d’un virus échappé d’un labo, ce qu’il a fait aussi dès le début en publiant dans le Lancet

La télévision US admet publiquement que l’Hydroxychloroquine fonctionne contre le sars-cov2 et que les emails de Fauci révèlent qu’il le savait, mais l’a sciemment décrédibilisée pendant 18 mois

https://t.co/MzYQxaJPr5?amp=1

danger vaccins

Peter Daszak (le financeur des travaux de Wuhan) sur les coronavirus et ce SARS-CoV2: « certains d’entre eux peuvent provoquer la maladie du SARS. Ils ne sont pas traitables avec les anticorps monoclonaux thérapeutiques et vous ne pouvez pas vacciner contre eux avec un vaccin »

le bras droit de Bill Gates lui demande de se débrouiller pour bien désigner les experts à l’OMS

Donc Jeremy Farrar de Wellcome Trust (proche de Bill Gates), co-financeur de l’Etude Pfizer Israël, co-financeur des chercheurs de RECOVERY demande à Fauci (dont $$ a payé Wuhan), qu’il propose à l’OMS de nommer des personnes pour le comité travaillant sur l’Origine du Virus…

FAUCY AU SERVICE DE BILL

Avec une telle implication de Gates, de son GAVI, comment pouvait-on (on le sait dès avril 2020) échapper à la vaccination comme unique solution? On voit aussi la proximité de Fauci avec Gates et Emini (dir scientifique et vice-président vaccins chez Pfizer, conseiller de Gates)

Marc Zuckerberg à Tony Fauci: un peu d’aide $$ pour les vaccins? Histoire qu’on en profite tous quand le public aura bien été préparé.. Vous vous étonnez de voir vos facebook bloqués quand vous parlez de vaccin?? Ecrit en… février 2020. HCQ, IVERMECTINE déjà condamnées??

Quand le Dr JF Delfraissy (président du conseil scientifique) demande son aide au Dr Fauci (son équivalent US et directeur du NIAID) pour résister contre l’utilisation de l’Hydroxychloroquine:

Publié dans éducation prépa école de commerce | 4 commentaires