MES LECTEURS SONT INTELLIGENTS/ QUEL BENEFICE POUR LES PLUS DE 65 ANS ?

Les réponses des lecteurs sont bien souvent plus intéressantes que les articles, certains corrigent mes erreurs, d’autres apportent des précisions bien utiles. Beaucoup se demandent s’il y a un bénéfice à se faire piquer, même après 65ans. Un professeur de médecine fort connu (mais ce n’est ni Perronne ni Raoult) répondit pour moi à cette question il y a quelques mois: « fais du sport »!.

Je vous laisse lire la réponse d’un lecteur avisé

Bonjour,
Selon moi, la vaccination des anciens n’ est jamais justifiée… Pourquoi? Par ce que le principe vaccinale est : stimuler les défenses immunitaires. Mais justement, à quoi sert de stimuler un système qui marche déjà mal? A mon avis à rien… Ça serait comme si on essayait de stimuler l oeil d’un aveugle ! Ou faire le plein d’essence d’un moteur qui ne marche pas! Ça ne sert à rien , il est aveugle ou le moteur ne marche pas! Mais c’est justement par ce que ça ne sert à rien (que c’est inefficace) que c’est fait et proposé par big-pharma… C est le puit sans fond! On traite, on fait croire qu’on traite, on ne vérifie rien (car on sait que ça ne marche pas) et on recommence tout le temps! C est déjà le principe du vaccin contre la grippe ! C’est pour ça que je ne parle pas du bénéfice risque pour les plus de 65 ans , il ne peut pas y avoir de bénéfice, s’est impossible! En réalité, les seniors chez qui le vaccin marche (le peu), sont les seniors en pleine forme et donc ceux qui resisterraient naturellement à la COVID (avec une immunité plus forte qui plus est). Ça aussi, c’est très pervert! Car en imposant une dose chez ceux qui l’ont déjà eue, par le phénomène de l ADE ou par la baisse des anticorps spécifiques, on les rend vulnérables alors qu’ils ne le sont pas par l’immunité naturelle (beaucoup plus de lymphocytes à mémoires )… Et vas y que je te repique car vois-tu, maintenant que tu es vacciné, tes défenses baissent… Il faut te rechooter… Etc etc
Le problème est pris volontairement à l’envers: les anciens sont les plus vulnérables donc ils doivent être vaccinés…
Il y a moulte publications sur l inefficacité des vaccins contre la grippe, ou là faible efficacité ..
La solution pour les seniors (pour tous!) c’est bel et bien
Ivermectine ou chloroquine ou Artémisia annua…y compris contre la grippe ! Car vous l’avez compris, ça ne fait pas appel au système immunitaire défaillant… Ceux sont ces molécules qui attaquent directement le virus… Mais ça serait trop efficace donc trop anti-vaccin (anti-business)…

JHON DEUF dit :28 novembre 2021 à 23 h 02 min(Modifier)

Publié dans éducation prépa école de commerce | 6 commentaires

SI ON PARLAIT D ‘AUTRE CHOSE, du monde d’avant …

Beaucoup me découvriront sous un angle bien différent, celui du fils de paysan et fier de l’être. J’avais promis à ma mère de raconter sa vie, de donner ses meilleures recettes. Je ne pouvais remplir ma promesse qu’en mélangeant mes souvenirs aux siens.

Ma génération est la dernière à avoir connu une civilisation  disparue. Lorsque que je décris la maison familiale  à la naissance de maman, il me suffit de me rappeler mon enfance car rien n’avait encore changé, je prenais le même sentier perdu dans les bois pour me rendre à l’école de La Chapelle Aubareil.

Au milieu des années soixante la télévision fait son apparition à Fougeras. Le soir, la famille regarde le Palmarès des chansons mais maman n’a pas le temps, dit-elle, elle part gaver ses canards.

Je la suis souvent dans la nuit noire. Elle fait chauffer une marmite de maïs, mélange de la graisse, remplit une bassine et nous nous rendons dans l’étable où sont enfermés les oies et les canards. Une faible ampoule nous éclaire et nous réchauffe. Maman prend l’entonnoir et s’agenouille dans la paille et commence à gaver…

Là elle me raconte son histoire, son enfance. Elle sait tant de choses. Elle me fait partager son ambition, ne plus manquer d’argent, réussir à sortir de sa condition de paysanne. Je ne m’en rendais pas compte alors mais elle n’avait que trente ans, elle était jeune et croyait au travail pour s’en sortir.

Depuis la ruralité est morte avec les derniers paysans . Quelques agriculteurs tentent encore  de survivre dans un monde qui ne les comprend plus.

C’est cette vie que je raconte  avec des recettes du terroir et je n’ai pu m’en empêcher, de l’histoire , celle de la gastronomie, de Montaigne qui mangeait comme un Anglais, à l’âge d’or du XXème siècle.

Je ne pouvais qu’associer à cet ouvrage une autre femme d’exception, Nanou Delpeuch, conteuse et cuisinière (Les Saveurs du Palais).

 La bonne cuisine, c’est le souvenir » disait Georges Simenon ,c’est le lieu de passage de l’Histoire publique, la « grande histoire », à l’histoire privée, individuelle.

«  La cuisine est en effet un souvenir et une perpétuation des bonnes choses, à la frontière entre la représentation sociale et la mémoire privée, familiale, intime des individus. Dans une communauté mémorielle nationale toujours en redéfinition, dont les frontières et les contenus font l’objet de débats politiques et intellectuels très vifs depuis les années 1990, la gastronomie est quant à elle toujours rattachée à une mémoire heureuse dans l’imaginaire national. Si l’attachement à la Nation, c’est la capacité d’oublier les mauvais souvenirs selon l’idée chère à Ernest Renan, la cuisine ne nécessite même pas cet effort. En tant que patrimoine, elle constitue la mémoire vivante de la nation, une mémoire routinisée, légère et synonyme de convivialité. »

( Le goût des nôtres : gastronomie et sentiment national en France Vincent Martignyhttps://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2010-1-page-39.htm

Que reste-t-il de ce roman régional et national entre le burger, le kebab du quotidien et le « buddha Bowl healthy avec des falafels & des petits légumes » des cartes des grands hôtels ?

Un jour sans doute le gavage sera-t-il interdit pour cruauté animale et le Périgord produira de la spiruline, cette bactérie bleuâtre destinée à remplacer la viande pour nourrir l’humanité.

Ce jour-là il n’y aura plus personne pour comprendre ce petit livre à la gloire de la cuisine paysanne  et  les recettes qu’il contient…

Le livre peut être commandé chez votre libraire avec les références suivantes

Catalogue Dilicom :  distribution Sodis , éditeur BOD    EAN9791095867166

Le livre est disponible chez Amazon

Et chez Bod

https://www.bod.fr/librairie/yvonne-gibertie-la-cuisine-des-femmes-en-perigord-patrice-gibertie-9791095867166

On le trouvera à Montignac chez Liénard

Publié dans éducation prépa école de commerce | 7 commentaires

L’ Afrique non vaccinee vous salue bien! LA COVID ELLE CONNAIT PAS l’occident est devenu fou

Même si les médias rabachent le contraire , l’Afrique ignore la maladie car elle se soigne . Seul le Sud du continent, vacciné , est concerné…

Il y a deux ans Raoult éclatait de rire quand on lui parlait de vaccins contre les coronavirus… En occident ils s’accrochent encore

VAGUE DE MENSONGES DE MEPRIS ET DE RACISME SUR L’AFRIQUE ET LES ANTILLES. LES MEDECINS DE PLATEAUX TELE RECHERCHENT DES BOUCS EMISSAIRES ILS PANIQUENT CAR ILS DOUTENT DE L EFFICACITE DE LA 3EME PIQUOUZE

Omicron leur casse la barraque, pensez donc les contaminés sont tous piquouzés deux ou trois doses, sinon comment auraient ils pu venir d’Afrique du Sud. Les effets secondaires se multiplient, menstruations perturbées, zonas, pertes de mémoires et plus graves pancréatites, myocardies, avc et décès.

Symbole l’équipe portugaise du Bélem entierement vaccinée entierement contaminée

Davido affirme encore que 8 malades sur 10 sont non vaccinés . Il donne l’exemple d ‘une dame qui regrette de ne pas avoir fait son rappel…Rappel, elle avait donc les deux doses!

Plus ils se sont trompés , plus ils monopolisent le devant de la scène

L’Omicron une pandémie de vaccinés…

La chappe de silence finira bien par se lézarder Même les chiffres de la drees permettent d’entrevoir que pour 100 000 habitants les risques d’hospitalisations sont plus élevés pour un deux doses que pour un non vacciné !

Ils mentent 24h sur 24 sur les urgences remplies de vaccinés  de plus de quatre mois avec un système immunitaire affaibli

Mais moins ça marche plus ils mentent avec le soutien méprisant du groupe Altice (Télérama, BFM, l’Express, Libé) et des autres, ils ne supportent pas les brèves éclaircies sur CNEWS ou encore cette minute de vérité coupée très vite sur LCI

Pour moi le comble de l’insupportable réside dans le traitement médiatique de la situation aux Antilles. Nos compatriotes ont vaincu seuls la covid, la métropole préfère leur donner l’autonomie ou mieux l’indépendance plutôt que de céder sur ce qu’ils demandent en premier : ne pas être piqués de force§ ! Alors il faut les présenter comme des arriérés , des violents, des imbéciles.

Pour l’Afrique c’ est pire encore ! Le variant part d’une région qui a la particularité d’être la seule vaccinée d’Afrique  ( les deux tiers des plus de  60 ans ).

Et ils veulent absolument piquer les Africains ! Ces grands enfants ignares…

Ils ne se posent même pas la question d’une possible intelligence collective de peuples pauvres  mais capables de faire confiance à l’immunité naturelle, aux vieilles molécules et aux plantes  pour traiter une psychose collective occidentale …

Publié dans éducation prépa école de commerce | 11 commentaires

Pas de panique ! on connait mieux OMICRON

De mon point de vue il est inutile d’affoler les gens sur un variant dont on ne sait rien. Les gestes barrière nous protègent quand même assez bien quelque soit le variant. Alors à quoi bon angoisser la population? PR JACQUES FANTINI

Le Professeur Fantini est un des meilleurs, vous ne le verrez donc pas à la télé . Rappelons qu’il avait prédit que le DELTA allait devenir dominant ;

Omicron serait un variant bizarroides issu d’une avalanche de mutations n’obéissant à aucune logique de sélection, le fruit des amours du covid classique et d’un mutagène type Remdésivir ou Molnupiravir…

Jacques FANTINI
Les premières données d’alerte venant d’Afrique du Sud suggèrent un portage de 4 doubles vaccinés
Tout cela va se préciser dans les jours et semaines à venir

Très peu d’effets des vaccins sur lui ( en Afrique du Sud précisons que les 2/3 des plus de 60 ans sont déja johnson ou pfizerisés )

Peu de risques d’anticorps facilitants (ils se lacheront donc pour de nouvelles doses bien juteuses)

Il est moins contagieux que le Delta…

A vos vitamines et pas de panique, c ‘est pas Ebola …Vive Ivermectine et ses copines…

J Fantini est un des meilleurs spécialistes des ADE et donc plus que prudent sur les injections;

Jacques FANTINI• Professor of Biochemistry at Aix-Marseille Université3 h • Mon analyse moléculaire du nouveau variant Omicron

·      Ce nouveau variant apparu en Afrique australe défraye la chronique, du fait du très grand nombre de mutations dans sa protéine Spike : 30 mutations, 3 délétions et 1 insertion (en rouge dans la structure modélisée complète visible ici).
·      Afin d’en savoir plus sur sa contagiosité j’ai appliqué à ce variant l’analyse du T-index (index de transmissibilité) qui m’avait permis, dès l’apparition du variant Delta en avril dernier, d’anticiper son expansion au niveau mondial ( voir ici : https://lnkd.in/dnSDgQv ).
·      Cet index prend en compte l’interaction du domaine NTD avec les rafts de la cellule hôte, l’interaction du domaine RBD avec le récepteur ACE-2, et le potentiel électrostatique de surface qui révèle la vitesse d’attraction du virus à la cellule cible.
·      La prédominance du variant Delta s’explique, au niveau du virus, par sa valeur très élevée de son T-index : 10,67. Par comparaison, le T-index de la souche initiale (Wuhan) a un T-index de 2,16. On peut donc extrapoler que le variant Delta est environ 5 fois plus transmissible que la souche de départ.
·      Le calcul effectué pour le variant Omicron donne un T-index = 3,90. Il est donc a priori moins transmissible que Delta, qui reste à ce jour le variant possédant le T-index le plus élevé.
·      Une analyse détaillée de la protéine Spike du variant Omicron suggère que cette avalanche de mutations n’obéit à aucune logique de sélection, mais plutôt à une absence de contrôle immunologique (patient immunodéprimé ?) et/ou à des traitements antiviraux pouvant favoriser l’apparition de mutations.
·      L’affinité du RBD d’Omicron pour ACE-2 est diminuée par rapport à tous les autres variants analysés à ce jour, sans doute la conséquence de cette accumulation de mutations dans le RBD (>10 !)
·      Le succès de Delta tient à l’évolution concomitante du NTD et du RBD avec seulement 2 mutations dans chaque domaine. Pour Omicron, les mutations vont dans tous les sens, sans logique particulière, certaines s’annihilent mutuellement.
·      Les profils mutationnels du NTD et du RBD suggèrent que les anticorps neutralisants auront une activité très faible sur ce variant.
·      En revanche, l’épitope facilitant du NTD (épitope ADE) est également détruit par les réarrangements de la protéine Spike d’Omicron, ce qui souligne encore l’absence de logique dans ce profil mutationnel exacerbé.
·      Conclusion : cette analyse du variant Omicron laisse penser que ce variant ne supplantera pas le Delta.
·      N’oublions pas l’importance des interactions virus-hôte. Le polymorphisme du récepteur ACE-2 pourrait par exemple permettre des percées régionales du variant Omicron (ce fut le cas avec le variant B.1.351, qui s’est répandu en Afrique australe, mais pas en Europe).
·      Dans tous les cas, les gestes barrière restent incontournables pour tous

Flèche vers la droite

le Professeur Fantini

Publié dans éducation prépa école de commerce | 12 commentaires

Géographie de la pandémie en Europe: aucun lien entre la gravité de la pandémie en Europe de l’Est et taux de « vaccination »

La presse s’est une fois de plus plantée en voulant établir une causalité entre taux de vaccination et gravité de la pandémie. Pire la Hongrie cumule records de boosters et de décès

Nous l’avons déja dit début novembre.

Il y a un mois on nous expliquait que l’Europe de l’est était touchée car moins vaccinée . La France , l’Espagne et l’Italie ne le serait jamais affirmaient ils…

Le virus venait de l’est tout simplement et aujourd’hui la ligne Maginot a bien cédé. L’ouest de l’Europe est à son tour touchée.

A l’est la vague commence à reculer et l’on constate que le taux de vaccination n’explique pas l’inégale gravité de la maladie.

Des pays parmi les plus vaccinés (plus de 70% de la population ) comme la Lettonie ont enregistré bien plus de décès que la Pologne, la Tchéquie , la Slovaquie bien moins vaccinée. La Bulgarie peu vaccinée a été très touchée.

Le cas de la Hongrie est intéressant, le pays  compte 60% de vaccinés mais surtout il a le record de boosterisés , il est  le second pour le nombre de morts…

Publié dans éducation prépa école de commerce | 4 commentaires

LES SUD AFRICAINS NE VEULENT PLUS ENTENDRE PARLER DE PIQUOUZES ET OMICRON N’AIME QUE LES VACCINES!

Souvenez vous de cette démonstration scientifique de Bruno Megarbane: le Delta avait une tête chercheuse, il ne s’attaquait qu’aux non vaccinés..Omicron c ‘est l’inverse!

Les Sud Africains l’ont compris , ils semblent préférer trouver de l’ivermectine par tous les moyens y compris la contrebande

Bon , il est triste Bruno , tous ceux qui véhiculent l’Omicron sont vaccinés, c ‘est évident pour ceux qui reviennent en Israel et en Europe car le vaccinal est obligatoire. Les non vaccinés dont parlent les médias devaient être accrochés aux ailes.

Le communiqué du Botswana indique clairement que le nouveau variant sud africain #B11529 a été détecté chez des personnes toutes vaccinées. La ligne Maginot du gouvernement est caduque puisque ce virus est en Belgique et bientôt dans nos thés dansants soumis au #passedelahonte

Image

Publié dans éducation prépa école de commerce | 14 commentaires

MOLNUPIRAVIR:LE MUTAGENE MIRACLE HORS DE PRIX DE VERAN EST INEFFICACE(fda)

Pas de jour sans mensonge de Véran et propagande médiatique ! Son médicament miracle le Molnupiravir mutagène, cancérigène est totalement inefficace contre le Delta. Il n’ a pas été testé contre l’Omicron dont il est peut être le papa mais alors ce sera pire …

En attendant selon FDA américaine sur 237 malades traités 18 hospitalisés 7,6% contre 22 sur 221 en placebo (10%)

C ‘est statistiquement non significatif sans compter les risques

Vera en a deja acheté pour 200millions

la presse assure le marketing,

https://www.cnews.fr/monde/2021-11-25/annonces-dolivier-veran-quest-ce-que-le-molnupiravir-ce-medicament-anti-covid

https://www.lci.fr/sante/covid-19-50-000-gelules-pilules-du-traitement-du-laboratoire-merck-molnupiravir-ou-lagevrio-seront-disponibles-en-france-en-decembre-annonce-clarisse-lhoste-presidente-de-msd-france-2202254.html

Publié dans éducation prépa école de commerce | 18 commentaires

l’Afrique non vaccinée qui se soigne à l’ivermectine contre la cécité des rivières est totalement protégée du variant Omicron

CES CARTES QUI DEMONTRENT COMBIEN CHRISTIAN PERRONNE A RAISON

Une actualisation au 27/11 s’impose: l’Afrique non vaccinée qui se soigne à l’ivermectine contre la cécité des rivières est totalement protégée du variant Omicron , vérifiez sur la carte!

Idem pour l’Afrique su Palu, de l’ARTEMESININE de de la chloro. Je n’en dirai pas autant de l’Afrique du sud et des cobayes de Big Pharma , quid des conséquences des essais sur le Molnupiravir mutagène

Plusieurs hopitaux ont participé ou participent aux essais mais il est impossible de quantifier les Sud Africains impactés.

IATROS International ( Site 1212)
Bloemfontein, Free State, South Africa, 9300
Right To Care Research – Esizayo ( Site 1229)
Johannesburg, Gauteng, South Africa, 2087
Mzansi Ethical Research Centre ( Site 1225)
Mpumalanga, Gauteng, South Africa, 1055
Jongaie Research ( Site 1223)
Pretoria-West, Gauteng, South Africa, 0183
Wits Baragwanath Clinical Trial Site ( Site 1214)
Soweto, Gauteng, South Africa, 2013
Enhancing Care Foundation-DICRS ( Site 1216)
Durban, Kwazulu-Natal, South Africa, 4091
Limpopo Clinical Research Initiative ( Site 1227)
Thabazimbi, Limpopo, South Africa, 0380
TREAD Research ( Site 1211)
Cape Town, Western Cape, South Africa, 7500
Desmond Tutu HIV Foundation Clinical Trial Unit ( Site 1219)
Cape Town, Western Cape, South Africa, 7925
Be Part Yoluntu Centre ( Site 1218)
Paarl, Western Cape, South Africa, 7626
Paarl Research Centre ( Site 1228)
Paarl, Western Cape, South Africa, 7646
Clinical Projects Research Centre ( Site 1215)
Worcester, Western Cape, South Africa, 6850

CLIQUEZ CI DESSOUS POUR ACCEDER AU DOSSIER COMPLET

Publié dans éducation prépa école de commerce | 3 commentaires

OMICRON REND TRES DANGEREUSE LA LOGIQUE ACTUELLE DE VACCINATION

Dans ce dossier le plus complet possible je présente les inquiétudes des scientifiques qui redoutent une actualisation baclée des « vaccins  » actuels. Les annonces et les mensonges des médecins de plateaux télé sont effrayantes, les foules qui les écoutent sont hypnotisées…

Ils ont joué, nous avons collectivement perdu… Retour à la case départ, Pfizer annonce un futur vaccin disponible pour le printemps, les piquouzes actuelles OMICRON s’en fout…

Rassurez vous l’ivermectine et ses copines détruisent les mutants mais elles sont réservées aux complotistes .

Les autres? faites attention aux anticorps facilitants qui exploseront s’ils actualisent leurs potions…Les doses actuelles posent également problème.

Dès à présent les bénéfices risques pour les moins de 65ans sont contestables . Un des lecteurs relève sur la pharmaco vigilance de la France plus de 18000 effets secondaires graves liés aux vaccins rapportés pour 5000 décés covid dans la classe d’âge

Ils devraient revoir la copie et inventer des vaccins intégrant la menace des anticorps facilitants . Pour le moment personne ne sait faire… Leur nouveau vaccin dérivé du Delta ou de l’Omacron menacera la vie de tous les vaccinés mais également de tous les anciens contaminés par le covid originel de Wuhan

Le nouveau variant , fils illégitime des injections , remdesivir, molnupiravir anticorps monoclonaux et autres mutagènes de Big Pharma  fait plonger la bourse et relance la paranoïa…Ils avouent même que les vaccins sont inefficaces. Pour le moment l’Afrique de l’artemesinine et de l’ivermectine lui échappe…

Le Nu apparu au Bostwana  s’est retrouvé à Hong Kong via un double dose Pfizer , retrouvé également en Israel via trois doubles doses Pfizer

Israël détecte son premier cas de nouvelle souche COVID-19 hautement mutée

2 autres rapatriés du Malawi également soupçonnés d’avoir la variante contagieuse B.1.1.529 ; tous les 3 ont été vaccinés ; Le PM convoque une réunion et exhorte à l’achat de kits PCR qui détectent mieux la souche

Heureusement pour le moment seule la partie vaccinée du continent africain est touchée

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2021/10/11/l-afrique-du-sud-en-premiere-ligne-dans-la-bataille-pour-l-acces-aux-vaccins_6097915_3212.html

 En Asie, tous les indicateurs boursiers sont passés au rouge ce vendredi après la diffusion d’études mettant en garde contre la propagation rapide dans certaines régions du monde, et particulièrement en Afrique du Sud, d’un nouveau variant du Covid-19. Baptisé « B.1.1.529 », il est potentiellement plus contagieux que le variant Delta, qui avait déstabilisé la planète ces derniers mois. Pire les 32 mutations enregistrées sur la fameuses protéines spike  rendent les fameux vaccins totalement inutiles

Le nouveau variant est le fruit d’une mutation intervenue chez un patient immunodéprimé qui l’aurait conservé longtemps dans son organisme  ( vih ou traité au remdesivir, molnupiravir, anticorps monoclonaux ou simplement vacciné ????) sans parvenir à le faire disparaitre. L’histoire est toujours la même

Seuls 10 cas dans trois pays ont été confirmés par séquençage génomique, mais la variante a suscité de sérieuses inquiétudes chez certains chercheurs car un certain nombre de mutations peuvent aider le virus à échapper à l’immunité.

La variante B.1.1.529 a 32 mutations dans la protéine de pointe, la partie du virus que la plupart des vaccins utilisent pour amorcer le système immunitaire contre Covid. Des mutations dans la protéine de pointe peuvent affecter la capacité du virus à infecter les cellules et à se propager, mais elles rendent également plus difficile pour les cellules immunitaires d’attaquer l’agent pathogène.

La variante a été repérée pour la première fois au Botswana, où trois cas ont maintenant été séquencés. Six autres ont été confirmés en Afrique du Sud , et un à Hong Kong chez un voyageur de retour d’Afrique du Sud.

Le Dr Tom Peacock, virologue à l’Imperial College de Londres, a publié les détails de la nouvelle variante sur un site Web de partage de génomes , notant que « la quantité incroyablement élevée de mutations de pointes suggère que cela pourrait être une réelle préoccupation ».

Dans une série de tweets , Peacock a déclaré qu’il « devrait être très, très surveillé en raison de cet horrible profil de pointe », mais a ajouté qu’il pourrait s’avérer être un « groupe étrange » qui n’est pas très transmissible. « J’espère que c’est le cas », a-t-il écrit.

Ravi Gupta, professeur de microbiologie clinique à l’Université de Cambridge, a déclaré que les travaux de son laboratoire avaient révélé que deux des mutations sur B.1.1.529 augmentaient l’infectiosité et réduisaient la reconnaissance des anticorps. « Cela semble certainement une préoccupation importante sur la base des mutations présentes », a-t-il déclaré. « Cependant, une propriété clé du virus qui est inconnue est son infectiosité, car c’est ce qui semble avoir principalement conduit la variante Delta. L’évasion immunitaire n’est qu’une partie de l’image de ce qui peut arriver.

Le professeur François Balloux, directeur de l’Institut de génétique de l’UCL, a déclaré que le grand nombre de mutations de la variante s’étaient apparemment accumulées en un « single burst », suggérant qu’elle pourrait avoir évolué au cours d’une infection chronique chez une personne dont le système immunitaire est affaibli, peut-être un patient VIH/Sida non traité.

https://platform.twitter.com/embed/Tweet.html?creatorScreenName=giberpa&dnt=false&embedId=twitter-widget-0&features=eyJ0ZndfZXhwZXJpbWVudHNfY29va2llX2V4cGlyYXRpb24iOnsiYnVja2V0IjoxMjA5NjAwLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X2hvcml6b25fdHdlZXRfZW1iZWRfOTU1NSI6eyJidWNrZXQiOiJodGUiLCJ2ZXJzaW9uIjpudWxsfSwidGZ3X3NwYWNlX2NhcmQiOnsiYnVja2V0Ijoib2ZmIiwidmVyc2lvbiI6bnVsbH19&frame=false&hideCard=false&hideThread=false&id=1464005681845923844&lang=fr&origin=https%3A%2F%2Fpgibertie.wordpress.com%2F2021%2F11%2F26%2Fnu-n-les-rend-tous-fous-panique-en-israel-il-est-vehicule-par-des-multi-injectes-pfizer%2F&sessionId=2f9904aeb246899b9e563b4bbd3366c20ef4c8ad&siteScreenName=giberpa&theme=light&widgetsVersion=f001879%3A1634581029404&width=550px

RETOUR A LA CASE DEPART: le danger de la précipitation

Il y a quelques mois jj ‘envisageais ce qui s’est passé , un mutant résistant à leurs injections . Des chercheurs l’appelaient DELTA++? CE SERA OMICRON Ils avertissaient

La variante SARS-CoV-2 Delta est sur le point d’acquérir une résistance complète aux vaccins Arn actuels et de nouvelles doses pourraient aggraver l’infection

Faut il alors des vaccins qui  ne s’appuieraient plus sur le virus de 2019 mais sur le delta mutant ?

Une immunisation supplémentaire de la protéine de pointe dérivée des variantes du SRAS-CoV-2 peut stimuler davantage les anticorps aggravants que les anticorps neutralisants chez les individus qui ont déjà été infectés par le SRAS-CoV-2 de type sauvage ou immunisés avec des vaccins composés de protéine de pointe de type sauvage

 Une protéine de pointe entière contenant des mutations RBD observées dans des variantes majeures mais dépourvues des épitopes d’anticorps activateurs peut devoir être considérée comme un vaccin de rappel.

C’est réalisable en identifiant les régions de la protéine Spike à l’origine de la production des anticorps « facilitants » et en les enlevant de la structure finale de la protéine Spike vaccinale. Cela nécessite un travail préalable d’identification des épitopes B « facilitants 

On constate que l’immunité naturelle conférée lors d’une infection par le SARS-CoV-2 et ses variants apparaît nettement supérieure à celle conférée par une vaccination. Cette immunité naturelle repose sur la stimulation du système immunitaire de la personne infectée contre l’ensemble des antigènes viraux.
Selon les données actuelles, il semble que l’immunité naturelle conférée par le virus SARS-CoV-2 soit environ dix fois supérieure à celle obtenue par une vaccination contre la protéine Spike.

https://www.biorxiv.org/content/10.1101/2021.08.22.457114v1

Il ne faudra pas 100 jours pour mettre au point une nouvelle génération de vaccins. Une simple actualisation serait désastreuse: il faut envisager des vaccins de deuxième génération avec des formulations de la protéine Spike dépourvues d’épitopes structurellement conservés, liés à l’ADE.

https://www.francesoir.fr/societe-sante/le-variant-delta-remet-il-en-cause-la-strategie-de-vaccination

https://www.journalofinfection.com/article/S0163-4453(21)00392-3/fulltext

LE TERRIBLE AVERTISSEMENT  DU DOCTEUR SIANG VALIDE PAR  LES PREMIERES IMAGES POST AUTOPSIES

Partout dans le monde, je constate des efforts pour soutenir des programmes de « solution rapide » visant à développer des vaccins et des thérapies contre le COVID-19. Des groupes aux États-Unis et en Chine prévoient déjà de tester des vaccins sur des volontaires humains en bonne santé. Ne vous y trompez pas, il est essentiel que nous travaillions aussi dur et aussi vite que possible pour développer des médicaments et des vaccins largement disponibles dans le monde. Mais il est important de ne pas rogner sur les raccourcis.

Les vaccins contre la rougeole, les oreillons, la rubéole, la polio, la variole et la grippe ont une longue histoire d’utilisation sûre et ont été développés conformément aux exigences des organismes de réglementation.

Je travaille au développement de vaccins et de traitements contre les coronavirus depuis 2003, lorsque l’épidémie de syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) s’est produite. À mon avis, les protocoles standard sont essentiels pour protéger la santé. Avant d’autoriser l’utilisation d’un vaccin COVID-19 chez l’homme, les régulateurs doivent évaluer la sécurité avec une gamme de souches virales et dans plus d’un modèle animal. Ils devraient également exiger des preuves précliniques solides que les vaccins expérimentaux préviennent l’infection, même si cela impliquera probablement d’attendre des semaines, voire des mois, pour que les modèles soient disponibles.

C’est du temps bien dépensé. Les travaux avec le virus du SRAS montrent que des réponses immunitaires inquiétantes ont été observées chez les furets et les singes, mais pas chez les souris. De plus, certains fragments de protéines virales peuvent provoquer des réponses immunitaires plus puissantes ou moins risquées que d’autres, et il est logique d’apprendre cela dans des études animales avant de les essayer chez l’homme.

Il y a des décennies, des vaccins développés contre un autre coronavirus, le virus de la péritonite infectieuse féline, augmentaient le risque pour les chats de développer la maladie causée par le virus ( T. Takano et al. J. Vet. Med. Sci. 81 , 911-915; 2019 ). Des phénomènes similaires ont été observés dans des études animales pour d’autres virus, y compris le coronavirus qui cause le SRAS ( YW Kam et al. Vaccine 25 , 729-740 ; 2007 ).

Les régulateurs doivent continuer à exiger que les développeurs de vaccins vérifient les réponses potentiellement dangereuses dans les études sur les animaux. Ils doivent également veiller à évaluer les volontaires humains en bonne santé pour les anticorps contre les coronavirus avant de les inscrire à des essais de sécurité. Les bailleurs de fonds doivent se méfier du battage médiatique et débloquer davantage de subventions pour des tests appropriés pour le développement de médicaments et de vaccins contre les coronavirus.

Mon inquiétude est que cela puisse signifier qu’un vaccin est administré avant que son efficacité et son innocuité n’aient été entièrement évaluées dans des modèles animaux ou des essais cliniques. 

Un autre facteur doit également être pris en compte : le potentiel des coronavirus émergents et ré-émergents à provoquer de futures épidémies. Le virus derrière COVID-19 pourrait bien muter d’une manière qui rendrait inutiles les vaccins et les antiviraux auparavant efficaces. Par conséquent, tout organisme de réglementation envisageant des moyens d’accélérer les traitements dans les tests devrait également évaluer la probabilité que ces médicaments fonctionnent au-delà de ce coronavirus particulier.

Tester des vaccins et des médicaments sans prendre le temps de bien comprendre les risques pour la sécurité pourrait entraîner des revers injustifiés pendant la pandémie actuelle et à l’avenir. La volonté du public de soutenir les quarantaines et autres mesures de santé publique pour ralentir la propagation a tendance à être corrélée à la confiance des gens dans les conseils de santé du gouvernement. Une ruée vers des vaccins et des thérapies potentiellement risquées trahira cette confiance et découragera les travaux visant à développer de meilleures évaluations. Malgré le réel besoin d’urgence, le vieil adage tient : mesurez deux fois, coupez une fois.

Nature 579 , 321 (2020)

Partout dans le monde, je constate des efforts pour soutenir des programmes de « solution rapide » visant à développer des vaccins et des thérapies contre le COVID-19. Des groupes aux États-Unis et en Chine prévoient déjà de tester des vaccins sur des volontaires humains en bonne santé. Ne vous y trompez pas, il est essentiel que nous travaillions aussi dur et aussi vite que possible pour développer des médicaments et des vaccins largement disponibles dans le monde. Mais il est important de ne pas rogner sur les raccourcis.

doi : https://doi.org/10.1038/d41586-020-00751-9

Les vaccins contre la rougeole, les oreillons, la rubéole, la polio, la variole et la grippe ont une longue histoire d’utilisation sûre et ont été développés conformément aux exigences des organismes de réglementation.

Shibo Jiang

  • Shibo Jiang est professeur de virologie à la School of Basic Medical Sciences, Fudan University, Shanghai, Chine, et au New York Blood Center, New York, États-Unis.

Partager :

Publié dans éducation prépa école de commerce | 23 commentaires

La variante SARS-CoV-2 Delta est sur le point d’acquérir une résistance complète aux vaccins Arn actuels et de nouvelles doses pourraient aggraver l’infection

Un article ancien , j’y faisais état des inquiétudes des scientifiques; l’arrivée d ‘un super mutant. C’est fait il s’appelle Omicron . Une simple actualisation des injections ferait exploser les anticorps facilitants

LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE

Si le phénomène «ADE» existe dans le cas des vaccins actuels il est probable que ces rappels vaccinaux (3ᵉ et 4ᵉ doses) augmentent la proportion d’anticorps «facilitants», ce qui conduirait à un effet potentiellement opposé à celui recherché. Le remède serait alors pire que le mal.Telle est la conclusion de l’Université d’Osaka qui appelle à une nouvelle génération de vaccins

Le scénario catastrophe peut il avoir lieu? des chercheurs japonais de l’Université d’Osaka ont poussé plus loin les mutations du variant delta sur la protéine spike, leur variant delta 4+ ne reconnait pas les anticorps neutralisants mais il est plus dangereux encore grâce à des anticorps facilitants. Les chercheurs redoutent qu’une simple actualisation des vaccins ( fabriqués encore pour répondre à la protéine S du virus de Wuhan) en intégrant les modifications du delta ne soit pire que le mal. Il faudra impérativement tenir compte de ce risque d’Ade

Voir l’article original 1 052 mots de plus

Publié dans éducation prépa école de commerce | 3 commentaires