SCOOP : LE PAPA DU COVID SERAIT bien PETER DASZAC : ils ont laché le virus en connaissant l’antidote

Ne l’appelez plus jamais COVID mais FAUXI 19 ce formidable poison offert par l’empire du Bien au reste du monde . A moins que ce ne soit l’empire du Milieu….Mais c ‘est un des deux ou les deux associés

Au départ, il y a ce Tweet du porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Zhao Lijian : « Ce pourrait être l’armée américaine qui a apporté l’épidémie à Wuhan. Soyez transparents, écrivait-il le 12 mars. Les Etats-Unis nous doivent une explication. » La presse nationaliste lui emboîte aussitôt le pas. « Zhao se référait aux Jeux militaires de Wuhan », explique le Global Times, dans un article titré « L’armée américaine, victime ou transmetteur du virus ? ».

Plusieurs sportifs ayant participé aux Jeux mondiaux militaires en octobre 2019 à Wuhan, en Chine, rapportent avoir souffert de symptômes similaires à ceux du Covid-19. Des révélations qui pourraient alimenter les recherches sur l’origine du virus.

En France JC Perez et Hélène Banoun ont fait un travail superbe . Plus personne ne peut nier la fabrication de la covid , seul doute ; accident ou fuite volontaire car ils étaient persuadés d’avoir l’antidote.

Les Chinois accusent les Américains, mais ils ont traficoté ensemble…Départ du covid de Fort Detrick aux USA été 2019… jeux militaires à Wuhan à l’automne, contamination… Au début 2020 on savait. Après enquête c’est confirmé.

La plongée de Katherine Eban dans l’EcoHealth Alliance à but non lucratif et ses liens avec l’Institut de virologie de Wuhan est un chef-d’œuvre du journalisme d’investigation

https://www.vanityfair.com/news/2022/03/the-virus-hunting-nonprofit-at-the-center-of-the-lab-leak-controversy

Luc Montagnier avait raison. Il a bien vu que ces segments HIV ne pouvaient pas être l’oeuvre de la nature. Ici la preuve est faite que tout ceci repose sur des travaux qui ont débuté il y a bientôt 20 ans sous l’égide de FAUCI. On attend les inculpations avec impatience !

Tout le monde était au courant des risques d’échappement de virus de chauve souris à partir du labo de Wuhan

https://t.co/ka5AUxbOxn

Je voudrais noter la bonne nouvelle que George Gao, le CDC chinois et Weifeng Shi viennent de mettre à disposition les données brutes de séquençage profond (fichiers FASTQ) pour 9 séquences humaines #SARSCoV2 précoces de Wuhan, initialement publiées dans cet article

@TheLancet : https://sciencedirect.com/science/article/pii/S0140673620302518… (1/n)

https://t.co/asANssk8fE

 Fauci et quelques autres scientifiques de haut niveau ont immédiatement su que la découverte d’inserts de pointe du VIH dans le génome viral SAR-CoV-2 rendait presque impossible la nature naturelle du virus.

-Ils connaissaient le site de clivage Furin [FCS], le plus grand contributeur génomique à la capacité du SRAS-CoV-2 à devenir un virus pandémique.

– Ils ont supprimé les traitements qui étaient déjà disponibles – y compris les inhibiteurs de fusion mêmes impliqués par l’existence des inserts du VIH.

-Une grande partie de ce qui a été fait pour lutter contre la pandémie a été le contraire de ce qui aurait été recommandé, si toutes les informations avaient été rendues publiques au début de 2020.

L’idée que l’inclusion de segments du VIH avait pour but de rendre le virus vulnérable à la classe de médicaments inhibiteurs de la fusion peptidique est époustouflante. C’est la pièce manquante du puzzle qui explique comment un virus artificiel a pu être si allègrement libéré : ils avaient un antidote. hydroxychloroqine, ivermectine , anti staminique

-En supprimant ces informations sur les inserts – et sur le FCS – le Dr Fauci a gardé les professionnels de la santé dans l’ignorance de la contagion du virus et de la dangerosité des effets potentiels à long terme sur le système immunitaire.

-Les Chinois avaient même commencé à produire une forme d’aérosol de nouvelles formes d’inhibiteurs, EK1 et EK1C4, qui pourraient compenser le danger supplémentaire du site de clivage Furin pour les poumons. 

-Dr. Fauci a fait le contraire –  supprimant davantage l’  hydroxychloroquine, qui aurait également pu fournir une protection pour les poumons lorsqu’elle était prise à titre prophylactique [par J. Couey via GVB].

C ‘était un secret éventé depuis longtemps mais enfin « LE MONDE » parle,l’Express confirme

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, une ONG américaine, l’alliance EcoHealth, et le zoologue britannique qui la préside, Peter Daszak, chantre de la stratégie « One Health », sont sous les feux des critiques

Cette collaboration implique aussi les Instituts américains de la santé (NIH). En 2014, ils ont accordé une subvention de 3,7 millions de dollars à EcoHealth pour un projet, « Comprendre le risque d’émergence des coronavirus de chauve-souris », visant à dépister la présence de ces virus chez des chauves-souris sauvages ou captives en Chine, à analyser en laboratoire leurs séquences génomiques et à évaluer leur risque d’infecter les humains.Lire aussi  Origine du SARS-CoV-2 : un an et demi après, plus de questions que de réponses

L’Institut de virologie de Wuhan était un acteur-clé de ce projet, mais « les travaux menés là-bas ont été suffisamment controversés pour que les NIH suspendent leur subvention en juillet 2020 », rappelle la revue Vanity Fair dans une récente enquête sur Peter Daszak. Il semblerait, en effet, que cette subvention ait notamment servi à construire deux coronavirus « chimériques » (c’est-à-dire combinant des fragments de différents virus) similaires à celui qui provoque le SARS-1.

e 14 janvier 2021, plus d’un an après l’apparition officielle du Sars-CoV-2, treize experts internationaux arrivent en Chine, dans la ville de Wuhan, considérée comme le foyer de la pandémie de Covid-19. Après avoir observé deux semaines de quarantaine à Pékin, ils ont pour mission de percer les mystères qui entourent l’origine du virus responsable de la mort de plus de 4,5 millions de personnes à travers le monde. Parmi eux se trouve un certain Peter Daszak, zoologue britannico-américain de 55 ans, reconnu comme un spécialiste des zoonoses. Méconnu du grand public, le natif de Manchester est devenu au fil des mois le symbole des zones d’ombre qui entourent l’enquête sur l’émergence du Covid-19. Car, si la piste d’une origine naturelle est toujours privilégiée par les chercheurs, celle qui mène à l’Institut de virologie de Wuhan (WIV) et à une fuite accidentelle n’est pas close. Plusieurs questions demeurent : comment un virus dont les plus proches cousins ont été découverts au sud-ouest de la Chine et au Laos a-t-il pu se retrouver à plus de 1500 km de là, à Wuhan ? Quel est son ancêtre direct, toujours non identifié ? L’Institut de virologie présent dans la mégalopole chinoise qui étudie précisément les coronavirus de chauves-souris a-t-il joué un rôle ? Le culte du secret de la Chine et les révélations qui se succèdent entretiennent le doute et le soupçon. Et Peter Daszak n’y est pas pour rien. 

Après des études brillantes, le jeune chercheur se fait un nom dans le domaine de la zoologie en identifiant la cause d’une surmortalité massive de grenouilles d’Australie au Panama, jusque-là inexpliquée. Fort de cette renommée, il déménage aux Etats-Unis et se focalise sur les maladies émergentes. En 2004, une équipe de l’émission américaine 60 Minutes lui consacre un reportage. Vêtu de kaki de la tête aux pieds, on le voit chercher des chauves-souris sur une petite île de Malaisie, à la recherche du virus Nipah. Face à la caméra, il lance : « Près de 75% des maladies émergentes chez l’homme proviennent de la faune. Nous recherchons le prochain VIH, le prochain Sars ». Ce domaine d’étude va façonner sa carrière durant les 16 prochaines années. Qualifié de « chasseur de virus », il prend la tête en 2010 de l’ONG EcoHealth Alliance. Basée à New York, elle a pour objectif de prévenir l’apparition de maladies émergentes en protégeant les écosystèmes.  

LIRE AUSSI >> ENQUÊTE. Accident de laboratoire ou transmission animale : aux origines du Covid-19

https://www.lemonde.fr/sciences/article/2022/04/11/origine-du-covid-19-le-role-trouble-d-une-ong-americaine-et-d-un-zoologue-britannique_6121701_1650684.html

Tout naturellement, Peter Daszak est l’homme de la situation pour expliquer, au tout début de l’année 2020, les causes de l’émergence en Chine d’une épidémie d’origine inconnue. Dès le 19 février, il publie une lettre dans la revue scientifique de référence The Lancet, avec 26 scientifiques, dans laquelle il condamne les « théories du complot » qui suggèrent que le Sars-CoV-2 ne serait pas d’origine naturelle. Le ton est donné. Si le chercheur désigné comme premier auteur et « auteur correspondant » – censé avoir rédigé la première version du texte – est le microbiologiste Charles Calisher, des correspondances obtenues récemment par l’ONG US Right to Know (USRTK), en vertu de la loi américaine sur l’accès aux données, montrent que le texte en question a été en réalité rédigé par… Peter Daszak lui-même, qui n’apparaît que plus loin dans l’ordre des auteurs. « Cette déclaration met fin à l’enquête avant même qu’elle ne commence », s’indigne auprès de L’Express Gilles Demaneuf, ingénieur Centralien et membre de DRASTIC (une cellule indépendante qui enquête sur les origines du virus) basé en Nouvelle-Zélande.

Le Nobel Luc Montagnier l’avait dit le premier, notre amie Hélène Banoun l’a magnifiquement démontré.

Voici l’article à l’origine du scoop de luc Montagnier le 17 avril 2020 sur CNews. Cet article est d’abord en ligne sur PREPRINTS BASEL des févier 2020, puis WITHDRAWN le 17 fevrier 2020, 24h apres l’avoir envoyé pour info à Olivier Veran. Il est alors publié dans ce journl indien

Jean-Claude PEREZ. (2020). WUHAN COVID-19 SYNTHETIC ORIGINS AND EVOLUTION. International Journal of Research – Granthaalayah, 8(2), 285–324.

https://www.researchgate.net/publication/359686026_Origine_du_virus_de_la_Covid-19_mise_a_jour_1er_avril_2022

LA PRESSE US

La plongée profonde de Katherine Eban dans l’EcoHealth Alliance à but non lucratif et ses liens avec l’Institut de virologie de Wuhan est un chef-d’œuvre du journalisme d’investigation et révèle plusieurs bombes sur la recherche risquée sur les coronavirus que le gouvernement fédéral finançait.

Les reportages d’Eban s’appuient sur quelque 100 000 documents divulgués qui montrent pourquoi les organisations créées pour défendre les humains contre les virus se retrouvent désormais comme les principaux suspects des origines du COVID, en grande partie à cause de leur secret et de leurs machinations politiques.

Il est important de noter que les rapports d’Eban ne laissent aucun doute sur le fait que le gouvernement fédéral finançait en fait la recherche sur le gain de fonction. En effet, Peter Daszak, le zoologiste britannique qui dirige EcoHealth, l’admet dans sa réponse de juillet 2016 à un responsable de programme du NIH qui l’a informé que sa demande de financement – qui serait « menée à l’Institut de virologie de Wuhan » – avait été approuvée.

« C’est formidable ! » Daszak a répondu dans un e-mail au NIH. « Nous sommes très heureux d’apprendre que notre pause de financement de la recherche sur le gain de fonction a été levée. »

Ceci est important, car le Dr Anthony Fauci a fermement nié que la recherche sur le gain de fonction financée par les NIH – interdite à l’époque – qui est définie par le ministère de la Santé et des Services sociaux comme une expérimentation « qui améliore la capacité d’un agent pathogène à causer maladie » pour « permettre l’évaluation du potentiel pandémique des agents infectieux émergents ».

La révélation que le gouvernement fédéral finançait des recherches à risque sur les coronavirus est devenue problématique en 2019 avec le déclenchement de la pandémie de COVID-19. Cela pourrait expliquer, comme le détaille Eban, pourquoi Fauci, Daszak et de nombreux membres de leur entourage ont tant insisté sur le fait que les origines du virus étaient naturelles – et sont devenus carrément hostiles à ceux qui suggéraient le contraire.

« Leur objectif était d’avoir un récit unique », a déclaré l’ancien directeur du CDC, Robert Redfield, qui s’est retrouvé ostracisé après avoir exhorté Fauci à poursuivre à la fois l’hypothèse d’origine naturelle et la théorie des fuites de laboratoire.

L’article indique clairement que Fauci et son entourage n’ont pas bien joué avec les scientifiques qui se sont éloignés de ce « récit unique ».

W. Ian Lipkin, épidémiologiste à l’Université de Columbia qui soutient la théorie originale naturelle, était l’un des cinq auteurs de la lettre Proximal Origin de février 2020, qui déclarait « nous ne pensons pas qu’aucun type de scénario en laboratoire soit plausible ». Mais Lipkin n’a pas été invité à collaborer à nouveau après avoir exprimé sa conviction à ses co-auteurs que la recherche sur le gain de fonction était effectuée avec des « garanties insuffisantes ».

Et puis il y a le biologiste évolutionniste Jesse D. Bloom, qui a écrit un article préimprimé « après avoir remarqué qu’un certain nombre de séquences génomiques précoces du SRAS-CoV-2 mentionnées dans un article publié en Chine avaient en quelque sorte disparu sans laisser de trace ». Un travail de détective supplémentaire a révélé que le NIH avait « supprimé les séquences de ses propres archives à la demande de chercheurs de Wuhan ».

L’article de Bloom a conduit à une réunion controversée avec Fauci et son patron, le directeur du NIH Francis Collins, qui comprenait plusieurs autres scientifiques (dont deux que Bloom a amenés à la réunion). L’un des scientifiques présents, le biologiste de l’évolution Kristian Andersen, aurait déclaré avoir trouvé la préimpression de Bloom « profondément troublante » et suggéré que des mesures soient prises pour « soit supprimer entièrement la préimpression, soit la réviser » d’une manière qui ne laisserait aucune trace de ce qui avait été fait. .” (Andersen nie ce récit. Sergie Pond, un scientifique qui accompagnait Bloom, l’affirme.)

Ceci n’est qu’un avant-goût de ce que vous trouverez dans l’ article de Vanity Fair , que j’encourage les lecteurs à lire dans son intégralité.

Bien qu’il n’y ait pas de preuve irréfutable qui réponde à l’origine du SRAS-CoV-2, de nombreuses preuves montrent que certaines personnes très puissantes ont travaillé assez dur pour façonner l’opinion publique et supprimer les informations qui vont à l’encontre de leur hypothèse d’origine naturelle.

Bien que Vanity Fair n’ait peut-être pas prouvé d’où venait COVID, ils ont fait un travail formidable en exposant le noyau pourri de la politique de l’alimentation en courant continu. Quiconque s’accroche encore à l’idée que Fauci est un fonctionnaire humble, beaucoup moins héroïque, aura un réveil brutal. Les lecteurs apprennent comment Daszak a récolté des millions en organisant de somptueuses fêtes pour les VIP au Cosmos Club, en servant du brie et du chardonnay pour côtoyer des fonctionnaires de haut niveau comme Fauci distribuant des subventions fédérales. Après beaucoup de travail et de back-channeling, Daszak a pu monter sur le podium avec Fauci – après avoir reçu cette astuce sur la façon de le faire atterrir pour un discours.

« [Il] dit normalement non à presque tout ce genre. À moins qu’ABC, NBC, CBS et Fox ne soient tous là avec des caméras en marche », a déclaré David Morens, conseiller principal de Fauci, à Daszak dans un e-mail. « Si on lui demandait de donner LE discours principal ou le seul discours qui pourrait augmenter les chances.

Sur le marché libre, les entrepreneurs obtiennent un financement en fournissant des biens et des services aux personnes. En politique, le financement est assuré en organisant des fêtes, en bavardant et en alignant des allocutions pour les VIP (tant que les caméras tournent, pour certains).

Les lecteurs peuvent déterminer par eux-mêmes quels ont été les résultats des millions de dollars versés à EcoHealth Alliance, une organisation qui manquait de responsabilité et ne pouvait même pas demander de subventions à temps, mais qui a néanmoins reçu un financement fédéral pour effectuer des recherches sur le gain de fonction au Institut de virologie de Wuhan.

Les résultats du financement de recherches aussi risquées ne devraient pas nous surprendre, quels qu’ils soient.

« [It] était tout simplement fou, à mon avis », a déclaré Jack Nunberg, directeur du Montana Biotechnology Center, à Vanity Fair .

Cela ne devrait pas non plus nous surprendre s’il s’avère que le gouvernement chinois tout-puissant et l’État bureaucratique tentaculaire des États-Unis – qui ne rendent compte à pratiquement personne – sont responsables de la plus grave catastrophe de l’histoire moderne.

« Le principal mal est un gouvernement illimité », a un jour observé l’économiste lauréat du prix Nobel FA Hayek ; « Personne n’est qualifié pour exercer un pouvoir illimité. »

https://downloads.vanityfair.com/ecohealth-alliance/notes-on-meeting.pdf?_ga=2.135807609.916005984.1649928822-1722425023.1649928822

HELENE BANOUN/

https://youtu.be/cdKI5qOF_a8 Origine Covid 19 Activité grippale inhabituelle avant la saison de la grippe, 30 états américains Fort Detrick, Maryland a été fermé en aout 2019 pour des manquements au protocole de containment Il faudrait enquêter ; faire des autopsies sur les personnes décédées de l’EVALI (vaping related lung illness dans le Maryland et Virginie sept 2019 https://fox5dc.com/news/vaping-related-lung-illness-cases-rising-in-maryland-and-virginia… et sur les personnes âgées décédées d’une mystérieuse maladie pulmonaire (https://washingtonpost.com/dc-md-va/2019/07/17/third-person-has-died-after-respiratory-illness-outbreak-greenspring-village-fairfax-officials-say/…) en juillet 2019 (les tests virologiques et bactériologiques n’avaient rien donné) dans une maison de retraite proche de Fort detrick juste au moment de la flambée de maladie liée au vapotage “L’épidémie a été confinée jusqu’à présent à l’unité de vie assistée et de soins qualifiés de Greenspring, qui compte 263 résidents. Les personnes malades ont été mises en quarantaine dans leur chambre. L’avis envoyé le 10 juillet par Donna L. Epps, une administratrice de Greenspring, indiquait que plusieurs résidents présentaient des symptômes de maladie respiratoire, notamment de la fièvre, de la toux et des courbatures. L’avis d’Epps, qui indique que les symptômes disparaissent en cinq à sept jours avec un traitement, mais qu’ils ont provoqué une pneumonie, annonçait également une limitation des visiteurs, des mesures sanitaires renforcées et d’autres mesures.” Seroprévalence montre qu’il y avait 5 millions de cas aux USA en Janvier 2020 En juin 2019 le CDC a inspecté Fort Detrick et a jugé que le protocole de containment n’était pas respecté, le contrat de recherches a été stoppé net en juillet 2019 et au même moment une mystérieuse maladie respiratoire est apparue dans une maison de retraite proche de Fort Detrick ainsi qu’une épidémie de maladie due au vapotage ; en juillet 2019 une autre maladie pulmonaire est découverte dans une autre maison de retraite proche de FD et là aussi les personnes âgées commencent à en mourir. https://nytimes.com/2019/08/05/health/germs-fort-detrick-biohazard.html… La recherche sur les germes mortels est arrêtée dans un laboratoire de l’armée pour des raisons de sécurité Des problèmes d’élimination de matières dangereuses ont conduit le gouvernement à suspendre les recherches dans le principal centre de biodéfense de l’armée. 5 aout 2019 Des problèmes de sécurité dans un important laboratoire militaire spécialisé dans les germes ont conduit le gouvernement à interrompre les recherches sur des microbes dangereux comme le virus Ebola. « La recherche est actuellement en suspens », a déclaré vendredi dans un communiqué l’Institut de recherche médicale sur les maladies infectieuses de l’armée américaine, situé à Fort Detrick, dans le Maryland. La fermeture risque de durer des mois, a déclaré Caree Vander Linden, une porte-parole, lors d’une interview. Le communiqué indique que les Centers for Disease Control and Prevention ont décidé d’émettre une « ordonnance de cessation et de désistement » le mois dernier pour arrêter la recherche à Fort Detrick parce que le centre n’avait pas « de systèmes suffisants en place pour décontaminer les eaux usées » de ses laboratoires de haute sécurité. L’institut est un centre de biodéfense qui étudie les germes et les toxines susceptibles d’être utilisés pour menacer l’armée ou la santé publique, et enquête également sur les épidémies. Il mène des projets de recherche pour le compte d’agences gouvernementales, d’universités et de sociétés pharmaceutiques, qui paient pour ces travaux. Il compte environ 900 employés. Selon Mme Vander Linden, la fermeture affecte une partie importante des recherches qui y sont normalement menées. Les recherches suspendues concernent certaines toxines, ainsi que des germes appelés agents sélectifs, dont le gouvernement a déterminé qu’ils pouvaient « constituer une menace grave pour la santé publique, animale ou végétale, ou pour les produits animaux ou végétaux ». Il existe 67 agents et toxines sélectionnés, dont les organismes responsables du virus Ebola, de la variole, de l’anthrax et de la peste, ainsi que le poison ricin. L’institut de Fort Detrick faisait partie du programme des agents sélectifs jusqu’à ce que son enregistrement soit suspendu le mois dernier, après que le C.D.C. lui ait ordonné de cesser ses recherches. La fermeture a été signalée pour la première fois vendredi par le Frederick News-Post. Les problèmes remontent à mai 2018, lorsque des tempêtes ont inondé et ruiné une usine de stérilisation à vapeur vieille de plusieurs décennies que l’institut utilisait pour traiter les eaux usées de ses laboratoires, a déclaré Mme Vander Linden. Les dégâts ont interrompu les recherches pendant des mois, jusqu’à ce que l’institut développe un nouveau système de décontamination utilisant des produits chimiques. Ce nouveau système a nécessité la modification de certaines procédures dans les laboratoires. Lors d’une inspection en juin, le C.D.C. a constaté que les nouvelles procédures n’étaient pas suivies de manière cohérente. Les inspecteurs ont également constaté des problèmes mécaniques avec le système de décontamination à base de produits chimiques, ainsi que des fuites, a déclaré Mme Vander Linden, qui a toutefois ajouté que les fuites se situaient à l’intérieur du laboratoire et non à l’extérieur. « Une combinaison de facteurs a conduit à l’ordonnance de cessation et d’abstention et à la perte de l’enregistrement, a-t-elle déclaré. Le Dr Richard H. Ebright, biologiste moléculaire et expert en armes biologiques à l’université Rutgers, a déclaré dans un courriel que les problèmes rencontrés par le nouveau processus de décontamination chimique de l’institut pourraient l’obliger à revenir à un système thermique « qui, s’il nécessite la construction d’une nouvelle usine de stérilisation à vapeur, pourrait entraîner des délais très longs et des coûts très élevés ». Bien que de nombreux projets soient en suspens, Mme Vander Linden a déclaré que les scientifiques et les autres employés continuent de travailler, mais pas sur les agents sélectionnés. Elle a ajouté que beaucoup d’entre eux craignaient de ne pas pouvoir respecter les délais de leurs projets. Des erreurs ont été commises dans d’autres laboratoires publics, notamment ceux des Centers for Disease Control et des National Institutes of Health. En 2009, les recherches menées à l’institut de Fort Detrick ont été suspendues parce qu’il stockait des agents pathogènes non répertoriés dans sa base de données. L’institut de l’armée employait également Bruce E. Ivins, un microbiologiste qui était l’un des principaux suspects – mais qui n’a jamais été inculpé – dans les envois d’anthrax en 2001 qui ont tué cinq personnes. Le Dr Ivins est décédé en 2008, apparemment par suicide.

En aout 2019, le premier décès dû au vapotage est notifié et Event 201 est annoncé L’épidémie de maladie due au vapotage explose Octobre : Maryland : flambée de grippe et nombreux décès de pneumonie Jeux Militaires de Wuhan octobre 2019, premier cas en Chine decembre 2019 https://npr.org/sections/coronavirus-live-updates/2020/12/01/940395651/coronavirus-was-in-u-s-weeks-earlier-than-previously-known-study-says?t=1649869399966… 1er décembre 2020 https://academic.oup.com/cid/article/72/12/e1004/6012472?login=false… Sridhar V Basavaraju, Monica E Patton, Kacie Grimm, Mohammed Ata Ur Rasheed, Sandra Lester, Lisa Mills, Megan Stumpf, Brandi Freeman, Azaibi Tamin, Jennifer Harcourt, Jarad Schiffer, Vera Semenova, Han Li, Bailey Alston, Muyiwa Ategbole, Shanna Bolcen, Darbi Boulay, Peter Browning, Li Cronin, Ebenezer David, Rita Desai, Monica Epperson, Yamini Gorantla, Tao Jia, Panagiotis Maniatis, Kimberly Moss, Kristina Ortiz, So Hee Park, Palak Patel, Yunlong Qin, Evelene Steward-Clark, Heather Tatum, Andrew Vogan, Briana Zellner, Jan Drobeniuc, Matthew R P Sapiano, Fiona Havers, Carrie Reed, Susan Gerber, Natalie J Thornburg, Susan L Stramer, Serologic Testing of US Blood Donations to Identify Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus 2 (SARS-CoV-2)–Reactive Antibodies: December 2019–January 2020, Clinical Infectious Diseases, Volume 72, Issue 12, 15 June 2021, Pages e1004–e1009, https://doi.org/10.1093/cid/ciaa1785… Afin de déterminer si des anticorps réactifs au SRAS-CoV-2 étaient présents dans les sérums avant le premier cas identifié aux États-Unis le 19 janvier 2020, des échantillons archivés résiduels provenant de 7389 dons de sang de routine collectés par la Croix-Rouge américaine du 13 décembre 2019 au 17 janvier 2020 auprès de donneurs résidant dans 9 États (Californie, Connecticut, Iowa, Massachusetts, Michigan, Oregon, Rhode Island, Washington et Wisconsin) ont été testés aux Centers for Disease Control and Prevention pour la recherche d’anticorps anti-SARS-CoV-2. Les échantillons réactifs par le test immunoenzymatique (ELISA) pan-immunoglobuline (pan-Ig) contre la protéine de pointe complète ont été testés par les tests ELISA IgG et IgM, le test de microneutralisation, le test ELISA Ortho total Ig S1 et le test d’activité de blocage du domaine de liaison au récepteur/ACE2. Résultats Sur les 7389 échantillons, 106 étaient réactifs par pan-Ig. Sur ces 106 échantillons, 90 étaient disponibles pour des tests supplémentaires. Quatre-vingt-quatre de ces 90 échantillons avaient une activité neutralisante, 1 avait une activité de liaison S1 et 1 avait une activité de blocage du domaine de liaison au récepteur/ACE2 >50 %, ce qui suggère la présence d’anticorps réactifs anti-SARS-CoV-2. Des dons présentant une réactivité ont été effectués dans les 9 États. Conclusions Ces résultats suggèrent que le SRAS-CoV-2 a pu être introduit aux États-Unis avant le 19 janvier 2020. Les chercheurs ont découvert des anticorps anti-coronavirus dans 39 échantillons prélevés en Californie, en Oregon et dans l’État de Washington entre le 13 et le 16 décembre. Ils ont également découvert des anticorps dans 67 échantillons provenant du Connecticut, de l’Iowa, du Massachusetts, du Michigan, du Rhode Island et du Wisconsin au début du mois de janvier – avant l’apparition de foyers généralisés dans ces États. Ceci représente 1,5% de la population, ce qui correspond à 4,7 millions de cas en décembre 2019 si on considère un R0 de 1,25 qui semble raisonnable ; cela veut dire que le premier cas serait apparu au milieu du mois d’aout 2019

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

17 commentaires pour SCOOP : LE PAPA DU COVID SERAIT bien PETER DASZAC : ils ont laché le virus en connaissant l’antidote

  1. Jean-claude PEREZ dit :

    Voici l’article à l’origine du scoop de luc Montagnier le 17 avril 2020 sur CNews. Cet article est d’abord en ligne sur PREPRINTS BASEL des févier 2020, puis WITHDRAWN le 17 fevrier 2020, 24h apres l’avoir envoyé pour info à Olivier Veran. Il est alors publié dans ce journl indien

    Jean-Claude PEREZ. (2020). WUHAN COVID-19 SYNTHETIC ORIGINS AND EVOLUTION. International Journal of Research – Granthaalayah, 8(2), 285–324. https://doi.org/10.5281/zenodo.3724003

    Aimé par 3 personnes

  2. Greg dit :

    bravo !
    ce qui est étonnant est que la presse canadienne en a émis l’hypothèse le 06/06/2021, le courrierdesstrateges le 04/10/2021, et la presse belge le 08/10/2021 !! Plus de 6 mois pour sortir en france (le monde 11/04/2022) !!
    Tous nos merdias sont vraiment une belle bande de pourritures !!

    Aimé par 1 personne

  3. Gérard GUILLAUME dit :

    voir le livre Histoire du Covid-19 – la pandémie de toutes les peurs (Amazone) de Valère Lounas, Dr Gérard Guillaume, Xavier Azalbert et toute la série d’articles parue dans France Soir
    Dr GG

    Aimé par 1 personne

  4. Ping : SCOOP : LE PAPA DU COVID SERAIT bien PETER DASZAC — LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE – La vérité est ailleurs

  5. Jean Sentrais dit :

    Bon ! c’est génial : si MLP veut gagner et SURTOUT nous défaire de l’EMmerdeur, qu’elle intègre d’urgence cette connaissance avant l’échéance électorale et qu’elle en façonne, qu’elle en ourdisse cette arme décisive létale.

    Entretemps, les Abstenants au vote (25% de 48 = 12 millions de Français !) demeurent attentifs à ce qui les ramèneraient à quelque conviction inédite … de ne pas « se gaspiller » en inutilité.

    J’aime

  6. popole dit :

    C’est dommage car personne ne pose de questions aux américains sur ce qui s’est passé au labo P4 de Fort Detrick au printemps 2019 ( fermeture en catastrophe ) , sur l’étrange épidémie d’evali ( due selon eux au vapotage) ou sur l’encore plus étrange épidémie de pneumonies atypiques dans leurs maisons de retraite à l’été 2019 . Notez aussi que les vagues de mutilations animales ont commencé dans les parages de ce labo après qu’il ait importé des cerveaux d’indigènes décédés de la maladie de Kuru dans les années 50 , la dernière grande vague connue a eu lieu en France ( chevaux) et a suivi les plus gros foyer de covid 19 en 2020.

    J’aime

  7. Ping : SCOOP : LE PAPA DU COVID SERAIT bien PETER DASZAC – PAGE GAULLISTE DE RéINFORMATION . Les médias nous manipulent et nous mentent, sachons trier le bon grain de l ivraie

  8. Greg dit :

    52 sportifs « auraient » appeler à voter Macron ?? Pas réussi à trouver de liste sur Google à part 4 islamos-gauchistes millionnaires , Parquere, agbegnougnou, karabakik, manodou ??? Qui sont les 48 autres pétainistes ?? Encore de l’enfumage des merdias !!

    J’aime

    • Greg dit :

      la réponse par Michaël Jeremiasz ce matin sur R-WC : en fin de compte, c’est une « fausse » liste établie par les 4 islamos-gauchites sans l’accord des sportifs dont les noms figurent sur cette liste !!! toujours selon Michaël Jeremiasz, beaucoup auraient refusés de signer !! mais ça n’empêche pas les merdias de faire du bashing avec !!!

      J’aime

  9. Ping : CES MEDECINS FOUS QUI ONT FABRIQUE LA COVID | LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE

  10. K2r dit :

    Ce qui reste un peu mystérieux c’est pourquoi avoir cherché à mystifier tout le monde pour une arme biologique médiocre, peu létale. On comprend vite que le principal c’était de faire accepter une technologie lucrative, mais pas au point, pour remplacer la médecine traditionnelle et les vrais médecins. La dépopulation fait aussi partie des objectifs, via les ARNm qu’on peut calibrer et assaisonner selon les besoins. Les Chinois ne devaient pas être dans la combine, car ils ont combattu l’épidémie initiale et évité les ARNm. Maintenant qu’on est au courant, que va-t-il se passer ? Va-t-on « vacciner » de force tous les récalcitrants, les mettre en camps, les spolier (c’est déjà à la mode pour les Russes) ?

    J’aime

    • dli dit :

      Peu létale oui mais c’était l’occasion de mettre en avant les nouvelles techno ARNm pour les vaccins qui eux rapportent beaucoup d’argent. D’un côté on crée discrètement un virus et de l’autre son vaccin. Il y a aussi des doutes pour ‘omicron’ si j’ai bien compris. Je suis un peu fatigué de ce petit monde scientifique qui joue avec le feu…

      J’aime

  11. SOPHOPHILE dit :

    Pourquoi persévérer à appeler Covid 19 une maladie qui, sauf erreur, ne peut plus être la même en 2022 puisque résultant, – différemment chez les injectés et chez les non-injectés ? – de l’agression de variants de mutants de variants .. etc …. du virus initial dit de Wuhan et 19 ?

    Quoiqu’il en soit, nous n’en serions pas là si la majorité des vecteurs d’opinions et/ou de décisions , y compris hélas dans le camp des résistants judicieusement contre-informés, avait le souci du juste mot pour la juste chose. Le souci des mots pesés pour éviter d’accroître , voire pour contribuer à réduire, les maux pesants.

    Déjà en ne disant pas « vaccin » quand il s’agit incontestablement d’« IGE » ( injection génomique ou génique expérimentale) plutôt efficaces ….. pour les actionnaires de Bigpharma

    J’aime

  12. Ping : CES MEDECINS FOUS QUI ONT FABRIQUE LA COVID – PAGE GAULLISTE DE RéINFORMATION . Les médias nous manipulent et nous mentent, sachons trier le bon grain de l ivraie

  13. Eric Baudaux dit :

    J’aime

  14. Caro D dit :

    Intéressant de savoir que l’inventeur de la PCR, Kary Mullis est opportunément mort d’une « pneumonie » en septembre 2019. Lui qui n’avait cessé de clamer qu’il NE FALLAIT PAS UTILISER la PCR à des visées diagnostiques ou détection en population générale car ça ne pouvait que mener à une MAJORITÉ de FAUX POSITIFS ! Et que Fauci était un incompétent, voire un escroc ayant des pouvoirs disproportionnés. Et beaucoup d’autres récriminations concernant l’implication obscure de Fauci l’affaire du Sida… et de la manipulation qui y fut associée…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s