Mathilde ne les écoute pas !

20180223083228909-0

 

 

Les fêtes johanniques ne sont pas une reconstitution historique, mais symbolique, et la présence de Mathilde Edey Gamassou n’a pas pour but de faire croire à qui que ce soit que le métissage entre Européens et Africains aurait existé massivement au Moyen-Âge.

 

https://l.facebook.com/l.php?u=https%3A%2F%2Fwww.larep.fr%2Forleans%2Floisirs%2Ffetes-sorties%2F2018%2F02%2F19%2Fa-orleans-une-jeanne-d-arc-2018-plus-universelle-que-jamais_12745345.html&h=ATODLl7U0P3jhPskSMy748NYZ-6W3ilnpK9dOvC76XMw4EicMBfeU6G2z6kCuTASRuQeJMB2GSqkUFmTwnO70_SELiUjeIoTEgHlNIwdIPIao7g7yj5WtJ-TiKl5YvYcUSNfvWhl_IzAd2kzt0OcUmILKTAodRi6yAh–2b09F1v5p27HQJZuwATdfhkqW-AtPCwzlXrZhh3V2M

 

Il s’agit d’incarner « les valeurs de Jeanne d’Arc, c’est-à-dire son courage, sa foi et sa vision.

Nous savons beaucoup de chose sur Jeanne mais pratiquement rien sur son apparence physique. Pourquoi ? Parce que pour les contemporains, cela n’avait aucune importance

Pour les mêmes raisons les Evangélistes n’ont pas eu besoin de dresser un portrait  physique du Christ

Jeanne était pure et n’avait rien de l’illuminée du film monstrueux de Besson.  Etrange époque que la nôtre où l’on peut déformer le portrait moral et s’accrocher  aux apparences du portrait physique

Pourquoi les traits individuels de Jeanne d’Arc intéressent-ils si peu ? La définition de la persona médiévale repose sur un nom, un vêtement, un rôle à jouer dans la société – nom, vêtement et rôle doivent s’accorder. D’où la première question posée par les juges : « Quel est ton nom ? »  Réponse de Jeanne, à cette même question, le 24 mars 1431 : « Je m’appelle la Pucelle ».

Chacun appartient à un groupe (une famille, un village, une confrérie). Chacun fait partie d’un état du monde qui a ses normes auxquelles il faut se conformer. Jeanne n’a pas à être Jeanne : elle est Pucelle ou paysanne et tous la voient à travers ces modèles. L’individu n’a guère d’existence en dehors de ses liens aux autres et de son rapport à Dieu.

Jeanne, sans portrait, n’est donc pas sans image, et ces images, plutôt que de représenter Jeanne telle qu’elle était vraiment, nous la représentent telle qu’elle passa dans l’Histoire

Elle n’est pas très grande : 1,60 m d’après le métrage utilisé pour le vêtement aux couleurs d’Orléans. Le cheveu authentifiant la lettre aux Rémois est noir, Jeanne est brune. Le port de l’armure suppose de la force physique, Jeanne est solide.  C’est une paysanne, elle devait avoir la peau halée

 

La seule effigie de Jeanne d’Arc dessinée de son vivant par Clément de Fauquembergue  est symbolique il la représente habillée en femme.

Personnellement je suis bien plus choqué par la caricature Jeanne la folle  de Besson que par la polémique stupide des fête d’Orleans .

 

Mathieu Bock-Côté analyse les propos insultants et racistes à l’encontre de la jeune fille choisie pour incarner Jeanne d’Arc. Qu’une métisse endosse les habits de la Pucelle est pour lui une belle preuve de la capacité d’assimilation de la France et de son histoire.

Le propre de la nation, c’est justement de transcender les appartenances raciales. C’est lorsqu’elle se défait qu’elles resurgissent, à la manière d’une régression vers les identités primitives. Il est surprenant qu’il faille rappeler que ce n’est pas dissoudre la France que de célébrer son génie assimilateur. Avec l’histoire de cette jeune Jeanne métissée, nous sommes devant le contraire du multiculturalisme, qui déconstruit la nation et confine au repli de chacun dans son identité d’origine. Il ne s’agit pas ici de demander à Morgan Freeman de jouer le rôle du général de Gaulle dans un film historique ou de demander à Jean Dujardin de jouer celui de Martin Luther King, comme nous y invite le politiquement correct! Nous sommes sur un tout autre registre. Nous sommes devant une jeune femme qui rappelle que les symboles les plus forts de l’identité française peuvent justement être portés par ceux qu’on ne présente pas comme des «Français de souche». Il serait tragique, d’ailleurs, que ces derniers soient les seuls à avoir accès à ce mythe, à pouvoir y participer.

Mathilde Edey Gamassou est la nouvelle figure de Jeanne d’Arc cette année. L’élève en première littéraire au lycée Sainte-Croix-Saint-Euverte à Orléans a été sélectionnée parmi 13 candidates, la jeune fille a 17 ans, elle succède à Priscille de la Batie. Une jeune fille déjà bien occupée, elle est escrimeuse, cheftaine scout et encadre des jeunes en pastorale. C’est une fille bien.

Ceux qui ne veulent pas d’elle affirment que la Jeanne de l’histoire ne lui ressemblait pas physiquement, ils devraient se souvenir que Jésus était un sémite bien éloigné de nos représentations habituelles

Ils se trompent  enfin car Mathilde ressemble bien plus qu’ils ne l’imaginent à la Jeanne de l’histoire

Si vous pensez que Mathilde doit incarner le patriotisme de Jeanne, alors sa couleur de peau n’a aucune importance ! Caroline de Haas est blanche, et je ne crois pas qu’elle  aime la France.

Caroline de Haas n’aurait pas pu faire Jeanne d’Arc

Ne faites pas le jeu des islamistes et de leurs amis, laissez cette jeune fille tranquille

Jeanne est essentiellement la sainte de la réconciliation alors taisez vous

 

 

Cet article a été publié dans SCIENCES POLITIQUES. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Mathilde ne les écoute pas !

  1. pgibertie dit :

    La journaliste Charlotte d’Ornellas avait été désignée, en 2002, pour être Jeanne d’Arc lors des Fêtes johanniques à Orléans. Elle réagit à la polémique venant d’éclater au sujet de l’origine de la jeune fille choisie cette année. Pour elle, cette polémique est particulièrement triste car les gens qui l’ont initiée ne connaissent pas ces fêtes, n’ont pas compris comment la Jeanne d’Arc était choisie et pourquoi la petite Mathilde est, de ce fait, parfaitement légitime. Aucun critère physique de ressemblance ne rentre en compte dans le choix. Et le multiculturalisme n’est pas le sujet ; au contraire, c’est la culture française qui est célébrée !

    Charlotte d’Ornellas, en plus d’être journaliste, vous avez été désignée Jeanne d’Arc en 2002.
    Une petite polémique a éclaté notamment sur la couleur de peau de la jeune fille qui a été choisie pour être Jeanne d’Arc.
    Qu’en pensez-vous ?

    Je trouve cette polémique particulièrement triste. Et je pense que les gens qui l’alimentent ne connaissent pas les fêtes de Jeanne d’Arc. Ce n’est pas un mal en soit ou un reproche de ma part, mais il faut essayer de comprendre comment la Jeanne d’Arc est choisie à Orléans et pourquoi la petite Mathilde cette année est parfaitement légitime.
    Jeanne d’Arc n’est pas élue pour ressembler à Jeanne d’Arc physiquement. Elle est choisie sur des critères très simples. Il faut habiter à Orléans depuis au moins dix ans, être baptisée, catholique pratiquante et donner du temps bénévolement pour les autres. Il faut effectivement connaître l’histoire de Jeanne d’Arc, savoir l’incarner et la comprendre pour faire passer son message aujourd’hui.
    Elle a servi trois ordres, Dieu évidemment, car c’est sa devise ´´Dieu,premier servi’’, elle a accepté d’être chef des armées pour assurer sa mission, et elle a été au service de son pays la France. Aujourd’hui, c’est ce message-là que les fêtes de Jeanne d’Arc cherchent à faire passer.
    L’élection de Jeanne d’Arc n’est pas l’élection d’une miss France ou d’une miss Orléans ou même d’une miss Jeanne d’Arc. C’est beaucoup plus profond que cela. Tout se joue sur le message.
    Si Mathilde a été choisie pour incarner Jeanne d’Arc, c’est qu’elle a été choisie par un comité qui ne s’est absolument pas attardé sur des critères physiques, et ne l’a certainement pas choisi parce qu’elle incarnait je ne sais quelle diversité. Ce comité l’a vraiment choisie parce qu’elle avait compris ce message et qu’elle était capable de l’incarner.
    Il faut essayer de ne pas mélanger des crispations par ailleurs sans doute légitimes, et ce choix. Il faut rester sur le message de Jeanne d’Arc.

    La plupart de ceux qui ont critiqué ce choix disent que cela rentre dans un plan de remplacement culturel et de personnages historiques blancs qui sont joués par des noirs.

    C’est une confusion.
    Quand on veut jouer Lancelot ou Jeanne d’Arc au cinéma et qu’on prend un acteur noir, il y a une volonté claire de transformer l’Histoire. On demande dans ce cas à un acteur d’être la personne qu’il incarne et surtout de lui ressembler, car c’est elle qu’on va voir à l’écran.
    Là en l’occurrence, c’est une transmission qui se fait dans la population. La jeune fille est choisie non pas pour ressembler à Jeanne d’Arc, mais surtout pour l’incarner.
    Pour aller un peu plus loin sur cette volonté multiculturelle imposée par certaines personnes, ce n’est pas le sujet à Orléans. Le multiculturalisme n’a absolument pas sa place dans ces fêtes de Jeanne d’Arc. Au contraire, la culture française est évidemment extrêmement présente à Orléans. Il me semble que ce sont les seules fêtes en Europe organisées par les trois ordres à la fois civil, militaire et religieux. C’est précisément la culture française, c’est-à-dire le message de Jeanne d’Arc qui est imposé à tous et qui n’est absolument pas trahi sur le fond.
    Les questions physiques n’entrent pas en compte dans les fêtes de Jeanne d’Arc. C’est l’inverse qui se passe à Orléans. C’est précisément la culture française et la culture orléanaise qui sont célébrées. Ce message-là n’est absolument pas trahi.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s