Une nouvelle étude de l’Université d’Harvard enterre le récit politico médiatique, les pays et les régions les plus injectés n’ont pas été plus protégés, au contraire

Il y a un peu plus d’un an j’avais effectué un travail similaire à partir des mêmes sources pour arriver à une conclusion simple: il n’y a pas de relation entre la vaccination et la protection contre la Covid . Je suis très heureux que la prestigieuse Université arrive à la même conclusion

MERCI à France Soir de m’avoir donné la possibilité de m’exprimer comme historien et géographe sur la crise sociale, politique et sanitaire .

https://www.francesoir.fr/videos-lentretien-essentiel/patrice-gibertie

l ‘étude de Harvard

Les vaccins sont actuellement la principale stratégie d’atténuation pour lutter contre le COVID-19 dans le monde. Par exemple, le récit lié à la flambée continue de nouveaux cas aux États-Unis (États-Unis) est censé être expliqué par des zones à faible taux de vaccination [ 1 ]. Un récit similaire a également été observé dans des pays comme l’Allemagne et le Royaume-Uni [ 2 ]. Dans le même temps, Israël, salué pour ses taux de vaccination rapides et élevés, a également connu une résurgence substantielle des cas de COVID-19 [ 3 ]. Nous étudions la relation entre le pourcentage de la population entièrement vaccinée et les nouveaux cas de COVID-19 dans 68 pays et dans 2947 comtés

Au niveau national, il ne semble pas y avoir de relation perceptible entre le pourcentage de la population entièrement vaccinée et les nouveaux cas de COVID-19 au cours des 7 derniers jours (Fig. 1). En fait, la ligne de tendance suggère une association légèrement positive telle que les pays avec un pourcentage plus élevé de population entièrement vaccinée ont des cas de COVID-19 plus élevés pour 1 million de personnes

. Notamment, Israël, avec plus de 60 % de sa population entièrement vaccinée, a enregistré les cas de COVID-19 les plus élevés pour 1 million de personnes au cours des 7 derniers jours. L’absence d’association significative entre le pourcentage de population entièrement vaccinée et les nouveaux cas de COVID-19 est encore illustrée, par exemple, par la comparaison de l’Islande et du Portugal. Les deux pays ont plus de 75 % de leur population entièrement vaccinée et ont plus de cas de COVID-19 pour 1 million d’habitants que des pays comme le Vietnam et l’Afrique du Sud qui ont environ 10 % de leur population entièrement vaccinée.

Parmi les 5 premiers comtés qui ont le pourcentage le plus élevé de population entièrement vaccinée (99,9 à 84,3 %), les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis identifient 4 d’entre eux comme des comtés à transmission « élevée ». Les comtés de Chattahoochee (Géorgie), McKinley (Nouveau-Mexique) et Arecibo (Puerto Rico) ont plus de 90% de leur population entièrement vaccinée, les trois étant classés comme transmission «élevée». Inversement, sur les 57 comtés qui ont été classés comme comtés à «faible» transmission par le CDC, 26,3% (15) ont un pourcentage de population entièrement vaccinée inférieur à 20%.

Étant donné que l’on pense que l’immunité totale du vaccin prend environ 2 semaines après la deuxième dose, nous avons effectué des analyses de sensibilité en utilisant un décalage d’un mois sur le pourcentage de la population entièrement vaccinée pour les pays et les comtés américains. Les résultats ci-dessus d’aucune association perceptible entre les cas de COVID-19 et les niveaux de vaccins complets ont également été observés lorsque nous avons considéré un décalage d’un mois sur les niveaux de vaccins complets (Figure supplémentaire 1, Figure supplémentaire 2).

Il convient de noter que les données sur les cas de COVID-19 concernent des cas confirmés, ce qui est fonction à la fois de l’offre (par exemple, la variation des capacités de test ou des pratiques de notification) et de la demande (par exemple, la variation de la décision des personnes sur le moment de se faire tester) les facteurs.

Dans les comtés américains également, la médiane des nouveaux cas de COVID-19 pour 100 000 personnes au cours des 7 derniers jours est largement similaire dans toutes les catégories de pourcentage de la population entièrement vaccinée (Fig. 2). Notamment, il existe également une variation substantielle des comtés dans les nouveaux cas de COVID-19 dans les catégories de pourcentage de population entièrement vaccinée. Il ne semble pas non plus y avoir de signalisation significative de la diminution des cas de COVID-19 avec des pourcentages plus élevés de population entièrement vaccinée (Fig. 3).

Interprétation

Le seul recours à la vaccination comme stratégie principale pour atténuer le COVID-19 et ses conséquences néfastes doit être réexaminé, en particulier compte tenu de la variante Delta (B.1.617.2) et de la probabilité de variantes futures. D’autres interventions pharmacologiques et non pharmacologiques devront peut-être être mises en place parallèlement à l’augmentation des taux de vaccination. Une telle correction de cap, en particulier en ce qui concerne le récit de la politique, devient primordiale avec les preuves scientifiques émergentes sur l’efficacité réelle des vaccins

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/34591202/

Le journaliste Jérôme Begle du JDD intime à Pascal Praud de se taire sur le vaccin à la 17eme seconde

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Une nouvelle étude de l’Université d’Harvard enterre le récit politico médiatique, les pays et les régions les plus injectés n’ont pas été plus protégés, au contraire

  1. J-Marc Tassin dit :

    Bonjour, je suis vos publications et reçois les notification par e-mail. Le problème dans le graphique fourni on parle de « cas » souvent déterminés par PCR ce qui ne veut rien dire. De manière à rester cohérent, on ne peut critiquer la pertinence des cas et les utiliser come « preuves » par la suite. Enfin c’est mon avis. 😉

    Aimé par 1 personne

    • fred des cavernes dit :

      Arrêtons avec les cas , cela n’a aucune valeur . L’inventeur du test PCR , K. Mullis , l’a dit lui-même , il détecte n’importe quoi sur n’importe qui . Se baser sur ces test est de la fumisterie . Comme il n’y avait pas assez de vrais malades (du covid) , il fallait créer des faux positifs pour faire peur . D’ailleurs la grippe saisonnière avait disparue pendant cette mascarade .

      Aimé par 2 personnes

    • herve_02 dit :

      Imaginez que vous soyez sur une île déserte et que vous n’ayez pas de mètre étalonné. comment savoir si une branche est plus longue que l’autre situé sur 2 arbres différents à 100 mètres l’un de l’autre ?

      Et bien vous prenez un bout de bâton (le nombre de test pcr positif – cela ne veut pas dire que les tests sont justes, c’est juste un étalon de longueur inconnue) et vous l’appliquer aux 2 branches (le même bâton). Ainsi si un branche est plus longue que le bâton et l’autre branche plus courte vous SAVEZ, sans vous tromper laquelle est la plus longue.

      Ainsi si vous prenez les tests pcr pour _évaluer_ l’évolution dune maladie (on en parle pas du nombre de positif, mais du nombre de positif sur le nombre de test) si ce nombre augmente alors la maladie se développe, si ce nombre diminue, alors la maladie diminue.

      C’est ce que l’on appelle un critère de _comparaison_. parce que l’on compare 2 choses avec le même thermomètre. De toute façon, vous ne saurez JAMAIS combien de personnes sont réellement positives parce que personne n’est capable de trouver ces chiffres. Vous ne pouvez avoir que des estimations et travailler sur l’évolution des estimations.

      Je vais même aller plus loin. J’avais travaillé avec un chercheur dans le domaine forestier, il avait montré dans une étude que le comptage statistique (surface terrière mais je vais entrer dans les détails) : vous prenez au hasard des points dans une foret (sur une carte, mais vraiment au hasard et pas en choisissant ce qui vous semble le plus représentatif). sur chacun de ses points pour calculer la surface terrière (en gros la surface que représentent les fûts arbres autour de vous) et vous extrapolez à l’ensemble de la foret (cela marche aussi avec un inventaire pied à pied). Cette surface terrière vous donne par une formule le nombre d’arbre, que vous extrapolez à la forêt entière.

      Ensuite vous faites compter en plein les arbres (un par un) et plusieurs fois par des personnes différentes : votre comptage « statistique » est plus juste. Parce qu’on se trompe, souvent ou pas, lorsqu’on les compte tous. et une erreur plus une erreur plus une erreur… à la fin vous avez plein d’erreurs (les erreurs ne s’équilibrent pas).

      ps : il y a d’autres techniques que les points…

      Tout cela pour dire que les approximations statistiques peuvent être plus juste que des comptage 1 à 1.

      J’aime

  2. Bianchi Françoise dit :

    Merci encore pour ces informations remarquables qui contredisent la propagande politico-pharmacologique et soulignent le degré de corruption au plus haut niveau.

    Aimé par 1 personne

  3. Essi dit :

    J‘aimerais vous remercier de tout coeur de toutes les informations transmises régulièrement, ainsi que des recherches que vous avez faites et faites encore, et que vous avez la générosité de partager avec nous. Dans ce contexte toxique, cela m‘a permis et me permet encore de me forger mon opinion, de garder le cap, de ne pas sombrer dans la folie, et de me sauver, également de partager ces connaissances avec les quelques personnes non hypnotisées de mon entourage.

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s