Un procès stalinien fait à Ivan Rioufol

ATTENTION CET ARTICLE A ETE CENSURE SUR LINKEDIN ET FACEBOOK ABONNEZ VOUS AU BLOG

Toute l’ortf et tous les affidés de Drahi veulent la peau de Rioufol en l’accusant du pire à propos du ghetto de Varsovie . Il a simplement rappelé que l’hygiénisme est une composante de l’imaginaire nazi.

Hitler le premier et tous les nazis étaient pourtant des hygiénistes forcenés …

Rioufol dénonçait les abus de la dictature sanitaire et en rappelait les précedents historiques, à ce titre il évoquait le ghetto de Varsovie justifié officiellement par les nazis pour des raisons sanitaires ; protéger du typhus.

Jamais Rioufol n’ a pas justifié la mesure , il a simplement donné l’exemple de ce qui servit par la suite à mettre en place le pire. L’hygiénisme dépravé des nazis constitue une des racines de l’horreur , souvenons nous des expériences de Mengele…

Jamais Rioufol n’ a dit que le risque de typhus était justifié, mais au contraire il a dénoncé ce faux prétexte . Il a mis en garde contre de telles abjections

Il n’ a jamais dit que les non vaccinés étaient dans la même situation que les juifs des ghettos mais dénoncé les dérives liberticides

Les historiens ne disent rien d’autre, mais pour les néo staliniens bien pensants rappeler les faits , ce serait relayer les thèses nazies

Il est scandaleux de retourner l’argumentation de Rioufol contre lui en inversant le fond de ses propos. SOS Racisme en saisissant le csa se livre à un procès politique.

Ivan Rioufol dit seulement qu’au départ, les juifs étaient parqués dans des ghettos sous le prétexte qu’ils propagaient le typhus.

ll veut démontrer ainsi qu’on peut rapidement glisser dans le fascisme sous prétexte sanitaire

Rien d’antisémite dans ses propos…

https://www.huffingtonpost.fr/entry/sos-racisme-saisit-le-csa-apres-les-propos-de-rioufol-sur-le-ghetto-de-varsovie_fr_61fc1a95e4b0b69cfe8bd200

Les exemples de délires hygiénistes sont assez nombreux en histoire. Ils nécessitent une perversion de la science, la volonté totalitaire d’en mettre en pratique les lois sur Terre, l’absence d’état de droit pour imposer des contrepouvoirs, la docilité d’une population faisant sienne la banalité du Mal.

Le prétexte n’est jamais un vrai risque épidémique mais l’invention d’une menace terrifiante et infondée. Une théologie de la peur , fabriquée par de faux spécialistes , balaie tout  et rien ne l’arrête …

La corrélation entre la survenue d’épidémies et la mise en place de régimes totalitaires est l’UNE DES PLUS FORTES JAMAIS TROUVÉES EN SCIENCES SOCIALES.

https://phys.org/news/2021-09-infectious-disease-linked-authoritarian-attitudes.html

La peur de l’épidémie peut conduire aux pires abus quand l’état de droit n’est plus respecté. La liberté peut elle céder le pas devant l’intérêt collectif ?  L’imaginaire l’emporte sur la science et le pire devient possible. La liberté est alors conditionnée par le respect de règles sanitaires que la Raison  contredit. On peut aller très loin dans l’immonde et distinguer des catégories d’hommes en fonction de l’âge ou de la race, des degrès d’acceptation d’un traitement présenté comme magique

 L’hygiénisme moderne est né au 19eme siècle et il s’est construit à l’encontre de la Pologne désignée comme le foyer épidémique par excellence.

L’épidémie de typhus de 1919-1921 aété à l’origine des stru c t u res contemporaines de santépublique internationale, en ce qu’elle a révélé le manque de c o o rdination de mesures anti-épidémiques au niveau européen. Mais la signification du typhus dans l’histoire est encore plus profonde. Synonyme de terreur et de désespoir pour d’innombrables individus, objet de re c h e rches des plus éminents
scientifiques, le typhus exanthématique a emporté des millions de personnes

Les Allemands, qui avaient mis en place un programme anti-typhique, déjà teinté
d’antisémitisme, dans les régions de Pologne qu’ils avaient occupées de 1915 à 1918 (29), considéraient, dans les années 1920, que leur pays servait de véritable “mur anti-épidémique”,

La prise du pouvoir par Hitler le 30 janvier 1933 ne prend pas de court le corps médical allemand, déjà largement contaminé par les idées racistes et gagné aux exigences de l’eugénisme négatif. Les médecins sont nombreux à avoir déjà adhéré au Parti nazi, voire à la SS, et à partager son idéologie. Ils sont acquis au principe de sélection et ils sont prêts à le mettre en application quelles qu’en puissent être les conséquences.

En deux ans, par une série de décrets, le ministère de l’Intérieur contrôle tous les organismes de santé. Le département IV de la Santé et de la Protection du Peuple est dirigé par un secrétaire d’État, le Dr Arthur Gütt, puis, à partir de 1935 et jusqu’en 1945, par le Dr Leonardo Conti. Dans chaque grande ville un Office de santé est institué. Cet office, placé sous l’autorité d’un médecin fonctionnaire, est l’unité administrative qui contrôle l’ensemble des activités médicales, de l’hygiène à la médecine légale.

Le directeur de l’Office de santé a tout pouvoir sur les médecins et les membres des professions de santé. Les autres activités à l’échelon national sont condensées dans des organismes qui sont tous rattachés au secrétariat d’État à la Santé, comme l’Académie de médecine, l’Office de santé du Reich – qui coordonne la recherche médicale – ou la Croix-Rouge allemande. L’ancienne Chambre des médecins allemands est confiée le 24 mars 1933 à des membres de la Ligue des médecins allemands nationaux-socialistes et Gebhard Wagner en devient président (Reichs- ärzteführer). En décembre 1935, elle devient la Chambre des médecins du Reich. À l’exception des offices de santé de l’armée ou de la police, tous les médecins allemands doivent, pour exercer, être inscrits à cette chambre.

Le Reichsärzteführer promulgue les lois et ordonnances qui régissent l’exercice de la profession. L’ancien code de déontologie médicale devient caduc et la Chambre des médecins a ses tribunaux et ses comités d’arbitrage. Elle garantit que chaque médecin accomplit sa tâche selon la conception du monde nationale-socialiste et applique les mesures sanitaires prescrites. Enfin, les caisses d’assurance maladie sont regroupées en une Union des caisses médicales allemandes que contrôle le président des médecins du Reich. Cette Union, qui dépend du ministère du Travail et qui regroupe tous les travailleurs allemands, contrôle le flux du remboursement des frais médicaux. Elle peut, à sa guise, refuser l’admission d’un médecin ou l’exclure.

Comme dans les autres domaines de la vie politique, le régime incorpore toutes les activités médicales dans son appareil de domination. Il y parvient de façon exemplaire dans la corporation médicale, puisque, de tous les organismes professionnels, c’est le corps médical qui, avec plus de 50 % de médecins inscrits au Parti nazi en 1939, manifeste le plus fortement son adhésion au IIIe Reich.

  • Éradiquer le typhus : imaginaire médical et discours sanitaire nazi dans le gouvernement général de Pologne (1939-1944)
  • Johann Chapoutot

https://www.cairn.info/revue-historique-2014-1-page-87.htm

Enfin, le typhus a servi de prétexte,
non seulement pour créer les ghettos juifs pendant la Deuxième
g u e rre mondiale (le Juif étant censé – selon l’idéologie allemande – être “nature l l e m e n t” p o rteur de la maladie), mais
aussi pour envoyer des déportés dans les soi-disant douches
désinsectisantes qu’étaient les chambres-à-gaz. Qui plus est, il
existe un lien direct entre l’épidémie russo-polonaise de 1919-
1922 et celle de 1939-1945, la pre m i è re ayant, en quelque sort e ,
idéologiquement engendré la seconde.

 L’Est, terre sale peuplée de Slaves arriérés et de Juifs contaminants, est une terre biologiquement virulente. Y sévissent des pathologies inconnues en Allemagne, terre propre gouvernée par des médecins, patrie de Robert Koch et des vaccins. Les progrès de l’hygiène et de la science ont fait de l’Allemagne la patrie de la santé, ce qui est éminemment positif, mais également dangereux, car les organismes allemands ne sont plus immunisés contre des affections désormais oubliées.

Pas de solution donc par l’immunité dite naturelle , confiance absolue dans les vaccins et la quarantaine.

Or, avec l’invasion, puis la colonisation de la Pologne à l’automne 1939, ce sont des centaines de milliers d’Allemands (Wehrmacht, SS, police) qui sont confrontés à ce danger biologique, sans même parler des fonctionnaires civils, de millions de paysans-colons, de fonctionnaires et de soldats.

Le SS et le policier allemand agissent en médecins contre un danger de nature pathologique. C’est ce qu’affirme un ouvrage collectif de 1941, édité par les services sanitaires du Gouvernement général, intitulé Guerre aux épidémies ! La mission sanitaire allemande à l’Est. Dans une contribution qui porte pour titre « Le foyer épidémique polonais. Médecine générale sous direction allemande »,

Rien d’étonnant à ce que la Pologne soit la patrie du typhus : « Les grandes villes étaient les plus menacées, car les ghettos juifs y constituaient de véritables foyers d’épidémies », comme si les ghettos existaient avant l’arrivée des nazis… De manière significative, la constitution de ghettos fermés est présentée par le médecin allemand comme une mesure sanitaire de quarantaine : « Des rues et des blocs entiers ont dû être temporairement bouclés, sachant que, naturellement l’approvisionnement des habitants a été assuré  ».


L’homme étant le seul réservoir connu du typhus , la maladie se prêtait facilement aux thèses des idéologies racistes.
D’une menace orientale-slave-bolchévique au lendemain de la
P re m i è re guerre mondiale, le typhus s’est mû en menace
“juive” à la veille de la Seconde. Un “documentaire médical”
typique – les documentaires à thème médical comptaient pour
la majorité des films de propagande allemands – créait de puissantes associations d’idées chez le spectateur en montrant uneville anonyme mais évidemment est-européenne, des masses
humaines miséreuses, un Juif orthodoxe se grattant furieusement, pour aboutir à l’image de la cause de sa démangeaison :le pou.


Il n’est guère exagéré de dire que le typhus se situait au cœur
même de la politique sanitaire allemande en Pologne, à la fois
comme objet de terreur et d’obsession . Pour les autorités allemandes, il s’agissait avant tout d’éviter qu’une éventuelleépidémie polonaise n’atteignît le Reich ou ne contaminât la
Wehrmacht. Aussitôt la Pologne envahie, les Allemands ont
mis en place tout un réseau d’institutions préventives contre
le typhus, alors qu’aucune épidémie sérieuse n’avait encore
éclaté. Puis, le Juif devant être “nature l l e m e n t” p o rteur de
typhus, ils trouvèrent là le prétexte idéal pour commencer à
s é q u e s t rer la population désignée comme juive à partir de
novembre 1939.
Avant même la construction du mur devant séparer les quartiers “ary e n” et “juif” de Varsovie, le périmètre du futur ghetto
se laissait deviner par les tableaux affichant en grandes lettre s
“ S e u c h e n s p e rrg e b i e t” (“zone épidémique défendue”) et mettant en garde contre une épidémie qui ne sévissait pas. Or, il
est évident que le seul fait d’entasser des milliers de personnes
dans un milieu clos (de 400 à 500 000 personnes dans enviro n
160 hectares, c’est-à-dire 30 % de la population de la ville sur
5 % de sa superficie) allait engendrer l’épidémie censée être
ainsi prévenue : le typhus (21). Un paradoxe? En apparence
seulement, car cette maladie s’alliait parfaitement aux objectifs de l’idéologie nazie : elle permettait de procéder à la séparation raciale des populations, tout en invoquant l’“intérêt
c o m m u n” de la santé publique. Dans le ghetto de Varsovie seulement, sur quelque 450 000 personnes, on compta rapidement aux alentours de 100000 cas de typhus avec une mort a l i t é
atteignant peut-être 40 % (1). En prenant des pro p o rt i o n s
épidémiques, elle affaiblissait l’ennemi et permettait de l’éliminer plus rapidement; enfin ses nombreuses victimes (juives
et non juives) fournissaient des cobayes à volonté aux Allemands pour faire avancer les recherches scientifiques. L’épidémie stimulait l’industrie pharmaceutique allemande qui
s’investissait dans la production de vaccins anti-typhiques.

La quarantaine imposée à la population juive revêt un sens strictement médical. Sa nécessité est dictée par la virulence de la maladie : les Allemands agissent au mieux face à un fait morbide dont ils ne peuvent que constater l’existence, avant d’en induire les consé­quences. En effet, comme le Juif est quasiment le seul vecteur de l’épidémie et , en cas de contamination d’un non-Juif, on remonte le plus souvent à une source d’infection juive, il est apparu urgent, aux fins de protection de la population, de restreindre la liberté de circulation des habitants juifs, de soumettre leur usage du train à une autorisation administrative médicale particulière, de les orienter vers des parcs désignés à leur seul usage (puisque, par exemple, la transmission des puces infectieuses est facilitée par l’usage commun des bancs), de leur interdire la fréquentation des omnibus et de leur réserver des compartiments particuliers dans les trams  .

Le nazisme, qui se veut transcription politique des lois de la nature, conçoit l’ennemi en termes biologico-pathologiques et prétend développer des pratiques dont la fin est ouvertement et littéralement axénique : il s’agit de débarrasser le peuple allemand et tous les territoires du Reich (l’espace vital, l’espace où se déploie la vie de la race) de tout élément étranger (xenos) et hostile susceptible de le contaminer et de l’affaiblir, voire de le détruire. Ces idéaux et ces catégories font l’objet d’une large publicité : le discours nazi est saturé de termes biologiques et médicaux, et abuse du terme de « Seuche » (épidémie) ou de « Pest » pour désigner l’ennemi.

Le médecin polonais Eugene Lazowski est parvenu à sauver des milliers de patients juifs de la déportation. Pour tenir les nazis à distance, il s’est employé à simuler une épidémie de typhus dans une douzaine de villages, grâce à un tour de passe-passe immunologique.

Mobilisé dans l’armée polonaise, il est d’abord capturé par les Soviétiques, puis les Allemands, avant de s’évader d’un camp de prisonniers. Avec sa femme, il s’installe dans le village de Rozwadów, près de la ville de Stalowa Wola, dans le sud du pays

Pour diagnostiquer le typhus, on emploie alors la réaction dite de Weil et Félix. Les anticorps anti-rickettsies produits par les malades ont en effet la propriété de réagir avec certaines souches de bactéries Proteus, produisant une agglutination visible à l’œil nu. Fine mouche, Matulewicz comprend qu’il est possible d’émuler ce test sérologique en injectant lesdites bactéries aux patients. Lazowski injecte des souches de Proteus OX19 préalablement inactivées au jeune homme et envoie un échantillon sanguin à un laboratoire allemand. C’est un succès : le jeune Polonais est réformé pour maladie.

Les deux médecins tiennent là le faux positif idéal. Par crainte des représailles nazies, Matulewicz se retire de l’affaire, mais Lazowski décide de poursuivre ce qu’il appelle sa « guerre privée » contre l’occupant. Il met à profit ses consultations pour sélectionner des patients (non juifs) présentant des symptômes assimilables au typhus (fièvre, toux, maux de tête…) et leur injecte la concoction, officiellement comme « stimulant protéique ». À leur insu…

les patients traités deviennent positifs au test du typhus.

En moins de deux mois, les autorités allemandes voient affluer le cas de typhus autour de Stalowa Wola et croient à l’émergence d’un foyer épidémique. La zone est bouclée et les juifs du village laissés en paix. L’immunité de groupe a fonctionné. Durant la guerre, le Dr Lazowski « traitera » ainsi douze autres villages des environs de Stalowa Wola.

Bien sûr, le typhus est extrêmement létal et les cadavres n’ont pas l’air de s’amonceler. Au fil des mois, la suspicion monte. En 43, une délégation nazie est envoyée pour faire la lumière sur l’épidémie de Stalowa Wola. Le médecin allemand est reçu à Rozwadów par son cher confrère polonais, qui fait couler la vodka à flots. Plus désireux de profiter de l’hospitalité polonaise que de se frotter au typhus, il se contente d’envoyer ses deux assistants recueillir des échantillons sanguins auprès de patients préalablement sélectionnés par Lazowski pour leur teint souffreteux. La supercherie n’est pas éventée.

L’affaire serait restée inconnue si l’opiniâtre médecin n’avait pas dû fuir la Pologne en 44. La gestion des épidémies n’était alors plus une priorité pour le Troisième Reich et en tant que membre de la résistance polonaise, Lazowski était sur le point d’être arrêté par la Gestapo. Il se réfugie aux États-Unis et devient professeur de pédiatrie à l’université de l’Illinois. Ce n’est que dans les années 80 qu’il racontera son histoire, dans un article publié en polonais. On estime qu’il a réussi à protéger plus de 8000 juifs de la déportation et de la mort

https://www.egora.fr/actus-pro/histoire/48966-comment-un-medecin-a-sauve-8000-juifs-des-griffes-nazies-en-creant-une?nopaging=1

Giovanni Borromeo, médecin à Rome pendant la Seconde Guerre mondiale. Pour sauver des centaines de juifs, il n’a pas hésité à monter tout un malicieux stratagème.

En 1943, Giovanni Borromeo découvre le syndrôme K, une maladie qui fait des ravages dans la capitale italienne. Par précaution, il décide donc de confiner tous les malades dans son hôpital, sur l’île Tibérine.

Seulement voilà, le syndrome K n’a jamais existé. Ce faux virus a été inventé de toutes pièces par le médecin. Quant aux personnes malades, il s’agissait de juifs que Giovanni Borromeo voulait mettre à l’abri des Nazis en train de s’emparer de la ville. Et ça a marché !

Les nazis avaient une peur bleue des virus, c’était dans leurs gènes!

C’est ainsi que la question du typhus a incarné, de façon synthétique, le mépris de tous les principes d’éthique médicale au profit d’un régime politique et d’une idéologie.

https://www.science.org/doi/10.1126/sciadv.abc0927

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

48 commentaires pour Un procès stalinien fait à Ivan Rioufol

  1. Jean Sentrais dit :

    J’offre tout mon soutien et toute ma sympathie à Yvan Rioufol.

    En effet, il s’agirait d’un « procès stalinien » qui lui serait intenté. Or, j’ai lui ai toujours connu une bienveillance envers quiconque, dans ses commentaires d’aussi longtemps que je l’ai lu et entendu.

    Or, prétendre faire l’impasse sur sa délicieuse bienveillance est véritablement malvenu, grossier et vulgaire !

    C’est également prétendre que l’Histoire humaine ne serait pas dynamique, mouvante.

    D’abord, notre Histoire se caractérise par son sens : non qu’elle aurait une signification particulière, mais qu’elle procède essentiellement d’une direction.

    Puis, Yvan Rioufol a posé une lumière claire sur la direction incertaine que notre Histoire a emprunté jadis, et emprunterait aujourd’hui : c’est le lustre d’un esprit éclairé, généreux et bienveillant.

    Pas davantage, sauf à tenter d’occulter qu’une direction de notre Histoire contemporaine serait, de fait improbable, incertaine … que ses détracteurs semblent dissimuler.

    J’offre tout mon soutien et toute ma sympathie à Yvan Rioufol.

    Aimé par 3 personnes

    • Jean Sentrais dit :

      Entretemps, vous pouvez toujours visionner la vid (durée 00:15) où Adolf H se masturbe sous l’uniforme lors des JO de 1936 à Berlin :

      [video src="https://sentrais.eu/adolf-hitler-se-masturbant-de-la-main-gauche-en-1936-aux-jo-de-berlin.mp4" /]

      J’aime

      • Jean Sentrais dit :

        Et quoi que cette vid soit hypnotique, elle demeure tant d’années plus tard très très très lourde de sens.

        C-à-d : non de signification, or de direction ?

        J’aime

  2. Ping : Un procès stalinien fait à Ivan Rioufol | Qui m'aime me suive…

  3. dnicolk dit :

    Penser que SOS racisme est stalinien, c’est lui faire beaucoup d’honneur. Je suis stalinien et je défend Rioufol. S’il n’y avait pas eu les procès que vous appelez staliniens, les collabos (parce qu’i y eu des collabos dans tous les pays) infiltrés dans l’appareil étatique soviétique auraient pris le pouvoir et vous n’auriez pas été libéré par l’Armée rouge.

    J’aime

    • Jean Sentrais dit :

      C’est peut-être inutile de vous prévaloir d’une Histoire qui vous soit étrangère par des faits auxquels vous n’avez pas participé.

      Non ?

      J’aime

      • Jean Sentrais dit :

        C’est un peu, beaucoup comme le comble de l’absurde ou du néant :

        -« Imaginez un couteau sans lame auquel il manque le manche » !

        J’aime

    • pgibertie dit :

      Je ne partage pas vos idées mais j’ai toujours eu le plus grand respect pour ce qu’ a fait l’arméée rouge contre le nazisme . Vos propos me rajeunissent et me font remonter des décennies en arrière quand je passais des heures avec d’anciens resistants du Parti M ais il n’y a plus de partiet plus beaucoup de gaullistes

      J’aime

      • dnicolk dit :

        Non mais l’Histoire reste. Comme pour ce qui concerne l’épidémie et ses remèdes, le bourrage de crâne est tel que bientôt les françaises et les français penseront qu’Hitler les a libérés de l’occupation nazie et que c’est Staline qui les a occupés. Cela dit, nous sommes à peu près du même âge…

        Aimé par 2 personnes

  4. Christophe Nicolas dit :

    Le narratif du nazi était suprématiste, « le surhomme fort physiquement, moralement et intellectuellement » or une épidémie irrésistible aurait détruit ce narratif, le pire danger d’un pouvoir étant de se voir décrédibilisé aux yeux de son peuple. C’est pourquoi le régime nazi avait peur des maladies, tout particulièrement du typhus :

    « En revanche, le typhus fait toujours des ravages sur le front de l’Est (en Russie, mais surtout en Pologne et en Roumanie) et sur le front des Balkans (plus de 150 000 morts lors de la campagne de Serbie en 1915 dans la seule armée serbe). La mortalité atteignait généralement de dix à quarante pour cent des malades infectés. »
    « Pendant la Seconde Guerre mondiale, le typhus a frappé l’armée allemande, quand elle a envahi la Russie en 1941. En 1942 et 1943, le typhus a frappé particulièrement sévèrement les populations civiles en Afrique du Nord française, l’Égypte, et l’Iran ; l’Italie (Naples), la Yougoslavie, le Japon et la Corée. »

    Aujourd’hui, c’est Israël qui a eu peur du Covid parce qu’ils ont une mentalité suprématiste vis à vis des palestiniens et l’occident en général.

    J’aime

  5. JEAN-LUC dit :

    Total soutien à Yvan Rioufol dont les propos sont sortis de leur contexte.
    Il faut regarder la totalité de l’intervention de Rioufol, qui consiste à dire que les Nazis avaient instrumentalisé le typhus, pour commencer la politique d’isolement des juifs, qui a ensuite entraîné tout le reste, les ghettos, les camps etc…
    Mettant en garde contre toute politique hygiéniste, qui contient en elle-même des tendances totalitaires contraires à l’exercice des libertés individuelles fondamentales, garanties en principe par les textes qui constituent le socle juridique fondateur de la République.

    Or il n’est pas contestable, que sous prétexte sanitaire d’une maladie très peu mortelle, les dirigeants actuels, conseillés par un cabinet US, se sont assis sur ces grands principes juridiques traitant des libertés fondamentales, particulièrement à l’égard d’une partie de la population, qui n’a plus droit aux transports publics, aux restaurants, aux théâtres, cinémas, musées, espaces culturels, salles de sports, stades….et y compris à être maintenue dans des milliers d’emplois…..qui ont donc perdus leurs titulaires, lesquels n’ont, depuis la rupture de leur contrat de travail, droit à aucune indemnisation.
    Ces milliers de personnes privées de travail sous prétexte sanitaire, méritent tout notre respect et notre aide.
    Si cela n’est pas une politique totalitaire et d’apartheid, qu’est ce que c’est ?
    C’est d’autant plus choquant, que cette politique est mise en place et cautionnée par des chantres du libéralisme et combattue seulement, sauf exceptions notables, par des tendances situées plutôt aux extrêmes de l’échiquier politique.

    On attend encore que la société bien-pensante et donneuse de leçons, ainsi que SOS Racisme, s’offusquent de cette politique d’Apartheid vis à vis des non vaccinés, au lieu de critiquer Yvan Rioufol, qui depuis le premier jour, lutte contre l’obligation totalitaire vaccinale expérimentale, les confinements, les pass vaccinaux etc…
    Merci à Patrice Gibertie pour son rappel historique indispensable, car ce faisant, on ne fait pas comparaison avec l’holocauste, mais avec des pratiques d’inspiration totalitaire qui l’ont précédé.

    Le procès médiatique fait à Rioufol ressemble en effet aux fameux procès truqués Staliniens, fabriqués de toute pièces pour éliminer les supposés opposants et concurrents de Staline, le psychopathe criminel.
    Quand on dit cela, ça n’enlève rien à l’abnégation et au courage des généraux échappés à la purge et aux millions de combattants de l’armée rouge.

    Une telle politique de ségrégation à l’égard de millions de Français, n’a de précédent que lors de la dernière guerre mondiale, et merci encore à Yvan Rioufol et P Gibertie de le rappeler.

    J’aime

  6. Stanislas dit :

    De toute manière quoi que quiconque dise ou écrive qui ne soit pas conforme avec les désactivés du ciboulot, il sera toujours un ……….extrème truc ou un anti machin, voire les deux grâce à tout le thésaurus harmonisé d’urgence covidiste

    J’avais vaguement entendu parlé de ce Monsieur dans le passé, il a ma plus que ma sympathie.
    mais il n’en n’a pas besoin parce que je suppose que comme tous ceux qui luttent contre l’arnaque, il couche avec sa conscience et ça doit lui suffire sinon il resterait dans son terrier comme beaucoup

    J’aime

  7. Jean-Marie GLANTZLEN dit :

    Il n’y a rien de bon à attendre du monde médical pasteurien scientiste obtus ou, pour les jeunes médecins, pourtant de bonne volonté, ignorants,et particulièrement des approches naturelles non bigpharmatesques de la santé physique et mentale.

    Pour ce qui est du contexte Sars Cov2, peu de gens, même estimés de notre bord des anti-injections, ont au moins survolé la seconde édition du livre (512 pages) de Michel GEORGET (décédé en 2019) « Vaccinations. Les vérités indésirables ; S’informer, Choisir , Assumer » (25 euros) . Sans omettre dans le survol de cette pépite explosive très/trop ignorée les précieuses pages 257 et 258 sur la véritable histoire du petit Bas-Rhinois Joseph Meister qui n’avait pas à craindre la rage, sauf celle de se faire mousser de ce triste sire de Louis Pasteur, le Prophète, sinon le dieu de l’ « Église du Sacro-Saint Vaccin Miraculeux, Indispensable et Irremplaçable ».

    En mémorisant bien dans l’introduction ce lamentable constat (page 12) « La plupart des médecins ignorent tout ce qui va suivre concernant les dangers spécifiques des vaccinations »

    S’il n’y avait pas depuis des décennies un culte vaccinal infondé, il n’y aurait pas eu un culte « injectionnal » tout aussi infondé, voire encore plus car on touche aux gènes.

    J’aime

    • Jean Sentrais dit :

      Avez-vous des nouvelles de Roselyne Bachelot covidiste vaxxinée puis covidée ?

      Elle semble plutôt taiseuse aujourd’hui, la pharmacienne ministérielle alarmiste obèse de 2009 ! Sauve, aujourd’hui à « rouler carrosse dans les gadoues françaises pour servir la soupe » à EM …

      Nous vivons une époque fascinante, absolument fascinante !

      J’aime

      • Jean Sentrais dit :

        Nous vivons une époque fascinante où, très sérieusement un néo-communisme occidental prétend être opportun à résoudre et à résorber toute conscience tentative de liberté individuelle et collective.

        C’est Vladimir Poutine rigole de nous. Nous qui avons perdu, vendu, abandonné notre âme aux bas-côtés de l’Histoire !

        Ne voyons-nous pas que nous pataugeons et nous débattons dans un cul-de-basse-fosse putride, nauséeux, nauséabond ?

        J’aime

  8. William Lederer dit :

    Une hypothèse glaçante ! …. 🤢

    Envoyé de mon iPad

    >

    J’aime

  9. Ping : Réveil progressif : camionneurs, profs, soignants, navigants, et même froncés de souche – qui ne se vaccinent plus, mais alors plus du tout. Les flics se suicident en pagaille (trois par semaine) tant la mission qu’on leur a impartie leur s

  10. popole dit :

    Les méthodes utilisées contre Ivan Rioufol, je les connais, ce sont les mêmes qu’utilisent les DRH pour virer un employé qui dérange et à qui il n’y a rien à reprocher .  » Prenez une parole de la personne, inversez la, sortez la de tout contexte et faites en une interprétation erronée. Faites monter en mayonnaise et criez votre indignation sur tous les toits afin de vous attirer un maximum de soutiens . »
    Pour ceux que la compréhension de ces manipulations intéressent, écoutez sur youtube les vidéos d’un ancien DRH Didier Bille qui raconte comment en utilisant ces méthodes de charognards il a licencié des centaines de personnes .

    Aimé par 1 personne

    • Jean Sentrais dit :

      + 1000 ! Popole.

      Tandis que dans mon village France, j’adore retourner à un caissier-boutiquier qui m’intime l’ordre d’ajuster mon masque pseudo sanitaire inutile :

      -« Ah ! ça vous excite de jouer au Kapo. Imaginez seulement que cette tyrannie finisse bientôt » …

      Sans être menaçant, juste devin un peu dé-complotiste.

      J’aime

  11. Ping : Réveil progressif : camionneurs, profs, soignants, navigants, et même froncés de souche – qui ne se vaccinent plus, mais alors plus du tout. Les flics se suicident en pagaille (trois par semaine) tant la mission qu’on leur a impartie leur s

  12. Ping : Le passe pourrait être annulé (Attal). Réveil des camionneurs, profs, soignants, navigants, et même froncés de souche – qui ne se vaccinent plus du tout. Les flics se suicident en pagaille (trois par semaine) tant la mission qu’on leur a

  13. Ping : Le passe pourrait être annulé (Attal). Réveil des camionneurs, soignants, navigants, et même froncés de souche – qui ne se vaccinent plus du tout. Les flics se suicident en pagaille (trois par semaine) tant la mission qu’on leur a imparti

  14. Ping : Le passe pourrait être annulé (Attal). Réveil des camionneurs, soignants, navigants, et même froncés de souche – qui ne se vaccinent plus du tout. Les flics se suicident en pagaille (trois par semaine) tant la mission qu’on leur a imparti

  15. A reblogué ceci sur Jolie Fiole & Beau Flaconet a ajouté:
    S’informer pour comprendre avant les jugements hâtifs… Ta langue tu tourneras 7 fois dans ta bouche !
    « Que ta parole soit impeccable » un des 4 accords les plus difficiles à respecter…

    J’aime

  16. fraternel dit :

    bonjour,
    j’ai toujours soutenu les mouvements contre le racsisme et l’antisémitisme mais là sos racisme va trop loin.
    va falloir qu’ils apprennent à décortiquer un texte.
    toute ma sympathie à ivan roufiol meme si je ne suis pas toujours d’accord avec lui mais au moins ce n’est pas un hypocrite qui ne baisse pas le pantalon quand ses interventions pourraient déplaire à d’autres et garde son indépendance.

    J’aime

    • Marlène dit :

      Oh oui sos racisme va trop loin, ainsi que Bernard Henri Lévy…, à ce niveau là c’est de la bêtise crasse.
      (Je ne suis ni raciste ni antisémite)

      J’aime

      • fraternel dit :

        bonjour Marlène,
        étant bénévole aux restos du coeur il m’arrive de rencontrer des gens qui a 99 pour cent sont gentils aimables et reconnaissants conçernant les bénéficiaires.
        vous aurez toujours une minorité qui se croira dans un supermarché qu’ils soient du moyen orient d’afrique ou des pays de l’est.
        heureusement tout le monde dans sa grande majorité se cotoient avec respect
        j’ai meme vu des bénéficiaires se partageant entre eux de denrées ou d’autres qui vous disent je le laisse aux autres.
        voilà la véritable solidarité sans publicité sans bruit et qui montre qu’une humanité peut exister entre les peuples.
        donc la minorité dont je parle il faut parfois user d’autorité pour leur expliquer tout en les respectant.

        J’aime

    • Jean Sentrais dit :

      Il est avéré que SOS Racisme fut une verrue du mitterrandisme.

      Déprécié médicalement depuis lors, ce virus sociétal prétend aujourd’hui se refaire une « beauté » …

      Rien n’est à jeter de la carcasse covidique ! Et n’oublions pas que les Députés PS ont voté pour le passe vaxxinal, toutefois déçus de ne pas été suivis sur leur projet de vaxx obligatoire.

      C’est comme en juillet ’40. Et la France souffre de ne pas connaître et savoir son Histoire.

      J’aime

      • Jean Louis05 dit :

        J’apprécie beaucoup ce blog et la qualité des informations que j’y trouve, y compris dans les commentaires souvent et j’apprécierais que le respect des idées et sensibilités politiques des uns et des autres soient respectées. Il me partit évident que les propos d’Y Rioufol ont été tronqués, mal interprétés et je ne comprends la polémique déclenchée, j’aimerais d’ailleurs avoir un lien pour voir la position de sos racisme mais les affirmations péremptoires du type « Il est avéré que SOS Racisme fut …..  » me choquent.

        J’aime

      • Jean Sentrais dit :

        @Jean Louis05

        Je suis … enchanté que la verrue mitterrandiste de SOS Racisme vous interpelle.

        Un fil de réflexion : qu’est devenu Harlem Désir après ses prises illégales d’intérêts et autres détournements financiers ?

        Sachons que la France n’est pas raciste, ne l’a jamais été et ne le sera jamais quoi qu’on s’évertue depuis la verrue mitterandiste à nous le faire croire.

        À l’analyse de l’Histoire (française), SOS Racisme émargera d’une tentative avortée de secte, aussitôt éteinte …

        J’aime

      • Ausseray Raymond dit :

        Il y a une quarantaine d’années (79-80) , quand monsieur Harlem Désir sévissait dans les jeunesses socialistes, je me suis confronté à ce prétentieux qui s’évertuait à retirer les affiches qui n’étaient pas de son bord (celles du parti communiste en l’occurrence) à l’université de Créteil (où j’étais étudiant) alors qu’il y avait encore beaucoup de place pour qu’il colle les siennes. Son visage imbu et l’envie de lui en coller une me sont restés gravés à tout jamais. Dès lors, à la création de SOS racisme (84), j’avais quitté l’université mais pas oublié l’ignoble individu sectaire et censeur. Je savais ce que serait une association (voir les malversations Dray, les mensonges Vauvert, etc…) au service d’un parti plutôt que d’idées novatrices… On le voit encore plus fortement de nos jours.

        J’aime

      • pgibertie dit :

        a la même époque dans ma Dordogne natale on collait les affiches (moi pour Yves Guéna) en bonne collaboration avec les communistes, on recouvrait moitié moitié celles des socialistes ( Roland Dumas)

        J’aime

    • Nicole dit :

      SOS racisme obéit sur ordre,je pense…Dés que l’on fait un parallèle entre notre situation actuelle et les temps obscurs du nazisme on est attaqué au nom de la Shoah,je pense au contraire,que c’est rendre justice aux victimes du passé que de dénoncer et éviter de nouvelles victimes!Que le passé nous serve d’enseignement et nous éclaire!

      J’aime

      • Ausseray Raymond dit :

        N’ayant été ni du parti communiste, ni du parti socialiste, ni d’aucun parti d’ailleurs et à plus de 60 ans, je m’en félicite encore vu l’état des appareils politiques pris dans les tourmentes des fausses factures, du recours à des idées douteuses (tant à droite qu’à gauche) et des mensonges sur leurs actions une fois au pouvoir.
        Ceci dit, j’ai trop de respect pour la liberté d’expression depuis mon plus jeune âge pour avoir une fois dans ma vie décoller la moindre affiche électorale ni des partis de droite ni de gauche. Choix discutable, mais à ce jour la liberté d’expression a tellement subi d’entraves (on ne peut plus parler d’aucun sujet sans tomber dans le délit, dans la dénonciation à la Staline ou la réprobation d’un hashtag virulent) que bien m’en a pris de ne jamais condamner le droit des gens à s’exprimer

        J’aime

  17. Fabrice dit :

    Nos concitoyens sont d’une inculture crasse. Le diagnostic n’est plus à poser sur le nazisme, mais bien sur notre société au totalitarisme pragmatique avoué. Un groupe de psychanalystes a posé le diagnostic il y a déjà quelques décennies, et leur lecture est éclairante :
    https://www.editions-eres.com/ouvrage/2277/un-monde-sans-limite
    Par ailleur, je me lave la cervelle tout les jours avec les pensées politiques de Rousseau, qui m’aide à tenir face au raz de marée d’ignorance et de confusion qui nous submerge.
    Bon courage à tous les résistants.

    J’aime

  18. Diego dit :

    Les non-INJECTES sont dans la situation des juifs des années 30 ! A cette époque il n’était pas question de camps d’extermination ni même detoile jaune

    J’aime

  19. Ping : Un procès stalinien fait à Ivan Rioufol – PAGE GAULLISTE DE RéINFORMATION . Les médias nous manipulent et nous mentent, sachons trier le bon grain de l ivraie

  20. gerardgilles dit :

    OUI. Bien sur. Je soutiens Ivan RIOUFOL. …. sans aucune. Réticence Ni CONDITION !! Je suis à peine Plus âgé que lui. !

    DEPUIS. PLUS. DE. 2. ANS. … tout debut De la comédie. Dramatique. Que nous. Avons vécu. En France. …. j ai parfaitement. Compris. La GROSSE. EMBROUILLE. Qui nous arrivait. Sr le coin de la figure. …

    J ai donc alerté. Et partagé. Tous. Les. Amis. De mon réseau. Privé. Et. Professionnel.

    En étant en parfait accord avec l analyse. De. Pr RAOULT. Et PERONNE.

    Mon PERE né en 1922. A. Subi. La couardise de Petain …. Et a du. Quitter. En convoi. STO. La. France. Pour aller en allemagne. …. il avait. Bien pensé. Au. Maquis. ( ils habitaient. Valence). Donc le versons. Était proche. …. mais il avait eu peur de représailles. De la part des. Collabos. « Petits. Français » sur sa mere. (Veuve). Et sa jeune soeur ….

    Il a ete libéré. Apres. 30 mois dans les fameux. Grands hotels. De luxe. Dans es villes fameuses de. DACHAU ; BUCHENWALD. , GROSS ROSEN , MATTHAUSEN. …. libéré Par les âmericains en Avril 1945. …. il avait. 23 ans. ….et pesait. 25 Kg. …. pour. 1,75m. …..

    Voila Comment. Lui est ses camarades … le peu qui sont revenus En vie. …. sont arrivés En gare de valence.

    Je suis. Né en 1947. …. mais toute sa vie. Mon PERE a. Été poursuivi. Par ces. Démons ……

    Il a écrit. Un bouquin …. » Avoir. 20 ans. Au Stalag » pour essayer. De chasser. Le cauchemar. … sans y parvenir. ….

    Vous comprendrez. Pourquoi. Je ne peux Supporter Les petits Voyous Incompétents, vaniteux , véreux….. Qui. Entourent. Macron. …. formant Un dramatique Rappel. Pour moi des paroles de mon père Me disant … »mon fils … plus jamais ça. … » Et bien sur. À 12 ans. Je connaissais déjà. Le nom. Du. Criminel. MENGELE. …. que je ne peux. Qu ‘associer. À VERAN. Macron. Dans leurs. Basses. Oeuvre. De. Vaccination avec des sauces mortelles. …. donc À mort Ces gens. Là. …. indignes de NOTRE. REPUBLIQUE.

    On doit les bannir. … les envoyer Au frais Dans une cellule. Sans chauffage Dans une baraque Aux Kerguelen …. Jusque mort….. S ‘en suive. …..

    >

    J’aime

  21. Rodriguezz dit :

    La période ressemble bien aux années 40 :

    Mêmes lois anti-fumeurs :

    Cliquer pour accéder à LaGuerreDesNazisContreLeTabac.pdf

    Même recherche d’un bouc émissaire à exclure, même propagande infâme et mêmes lois liberticides :

    Cliquer pour accéder à NazismeEtBoucEmissaire2021.pdf

    Mêmes Cartels à la manœuvre :

    Cliquer pour accéder à ComprendreLaSecondeGuerreMondiale.pdf

    Même projet européen :
    https://lesbrindherbes.org/2016/05/25/nazi-devenu-president-de-commission-europeenne-preuve/

    Et le camp d’Auschwitz, s’appelle en réalité IG Farben Auschwitz, c’est-à-dire : Bayer, BASF et Hoechst : le cartel des laboratoires pharmaceutiques qui employait des esclaves dans leur gigantesque usine (pétrole synthétique, chimie, armement, bombes, charbon, etc.)…

    J’aime

  22. Ping : Un procès stalinien fait à Ivan Rioufol | LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE

  23. Ping : LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE:Un procès stalinien fait à Ivan Rioufol-article censuré et récupéré – Titre du site

  24. yvesdams dit :

    Je n’ai pas l’intention de peser bien lourd dans la balance des commentaires, mais j’appuie de tout ce poids en soutien à Ivan Rioufol. A chaque fois que je regarde l’Heure des pros je n’ai hâte que d’une chose : qu’il prenne la parole. Je lui ressemble tellement dans ses propos que je ne peux que le soutenir et lui dire merci pour ses interventions.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s