Fabius (sang contaminé) au Conseil constitutionnel et maintenant Tabuteau (Médiator ) à la tête du Conseil d’Etat…!

MACRON NOMME A LA TETE DU CONSEIL D ETAT UN DES ACTEURS DU SCANDALE DU MEDIATOR

Le conseil d’Etat sera dirigé par l’ ancien directeur de l’agence du médicament  qui n’a pas tenu compte des alertes et n’ a pas retiré le poison de Servier . President de la section sociale du Conseil d’Etat il a donc participé aux commissions permanentes qui ont validé la loi sur le pass sanitaire de 2022

Attention, comme Fabius, il était en responsabilité mais il n’est pas coupable ….

Cette agence a été créée en 1993 après le scandale du sang contaminé, et réformée en 2009 suite au scandale du Mediator. Son 1er DG était Tabuteau. Résultat : on a Fabius au CC (non coupable dans l’affaire du sang contaminé) et Tabuteau au CE (témoin dans l’affaire Mediator)…

Didier Tabuteau est « accablé » depuis qu’a éclaté le scandale Mediator: ce haut fonctionnaire, premier directeur de l’Agence du médicament, en poste entre 1993 et 1997, admet avoir raté les alertes qui auraient pu conduire au retrait du marché de ce coupe-faim pour éviter « le drame ».

Ce diplômé de Polytechnique et de l’Ena a travaillé dans plusieurs cabinets ministériels avec Claude EvinBernard Kouchner et aussi Martine Aubry en 1997.

M. Tabuteau est convoqué en tant que témoin au procès du Mediator. En revanche, l’agence qu’il a dirigée, l’Afssaps, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, devenue l’ANSM après le scandale du Mediator, est jugée pour homicides et blessures involontaires entre 1995 et 2009.

« Ce que je vais dire n’est pas une défense de l’Agence du médicament », démarre-t-il à la barre. « Le drame a eu lieu. L’objectif de l’Agence était d’éviter que de tels drames surviennent. Je suis à titre personnel accablé par ce qu’il s’est passé », déclare M. Tabuteau, le buste penché en avant comme un arbre dans la tempête.

Utilisé par cinq millions de personnes pendant les 33 ans de sa commercialisation, entre 1976 et 2009, le Mediator est tenu pour responsable de centaines de morts. Ce coupe-faim est à l’origine de graves maladies du coeur et du poumon.

Mais l’ex-directeur n’a « aucun souvenir » du Mediator pendant ces quatre ans où il a dirigé l’Agence. Il se souvient en revanche très bien d’autres médicaments anorexigènes des laboratoires Servier: l’Isoméride et le Ponderal, retirés du marché en 1997.

Il admet, « rétrospectivement », que retirer ces deux médicaments mais conserver leur cousin, le Mediator, est « difficilement compréhensible ». « Il y avait en 1997 une occasion de retirer Mediator. On ne l’a pas fait. Le système donnait l’impression d’être sûr. On sait maintenant qu’il ne l’était pas ».

Il y a d’autres éléments qui dérangent: 1995 est une année-clé, une année d’occasions manquées. Une enquête officieuse est lancée au centre régional de pharmacovigilance de Besançon après des doutes concernant le Mediator. Qui a décidé de cette enquête ?, interroge la partie civile. « Cela se passait au sein de la direction de l’évaluation », affirme M. Tabuteau.

En 1995 toujours, le Benfluorex, le principe actif du Mediator, est interdit dans les préparations magistrales qui sont effectuées par un pharmacien pour un patient déterminé. Pourquoi une interdiction aussi limitée ? Cette question « taraude » toujours Didier Tabuteau.

S’il n’a aucun souvenir du Mediator, il ne peut pas nier avoir signé, en octobre 1995, une note qui autorise les laboratoires Servier à continuer de vendre ce médicament présenté comme un anti-diabétique. « Je n’ai pas le souvenir de cette note. (…) Je ne pourrais rien espérer de mieux qu’une décision inverse ait été prise à l’époque ».

Les laboratoires Servier exerçaient-ils des pressions sur l’Agence ?, interrogent la présidente puis des avocats. « Jusqu’en 1997, je ne l’ai pas ressenti », affirme l’ex-directeur. Mais la présidente lit des scellés, un compte-rendu de déjeuner en 1993 saisi lors de perquisitions dans les laboratoires. Autour de la table: Jacques Servier, le tout-puissant chef des laboratoires, Alain Le Ridant, pharmacien responsable du groupe et Jean-Michel Alexandre, un ponte de la pharmacologie.

« L’Agence doit être considérée comme un outil au service de l’industrie pharmaceutique française », a-t-il alors été dit. Pour l’ex-directeur, ces propos sont « épouvantables ».

Mais Didier Tabuteau choisira Jean-Michel Alexandre comme bras-droit, pour être directeur de l’évaluation du médicament. En 2001, à sa retraite de l’Afssaps, M. Alexandre deviendra consultant pour Servier. Il compte aujourd’hui parmi les prévenus au procès.

https://www.lepoint.fr/societe/mediator-l-accablement-du-premier-directeur-de-l-agence-du-medicament-19-11-2019-2348469_23.php

https://sante.lefigaro.fr/article/mediator-didier-tabuteau-un-kouchner-boy-grand-absent-du-dossier

L’homme, aujourd’hui membre du Conseil d’État, est un «Kouchner boy». Il était son directeur de cabinet au ministère de la Santé avant de devenir le premier directeur de l’Agence du médicament, de 1993 à 1997. Il était donc en poste à des dates clés de l’histoire du Mediator: quand la molécule de Servier est mise sous enquête et quand les anorexigènes sont retirés du marché. En octobre 1995, Didier Tabuteau signe la fin du Mediator dans les préparations magistrales – celles réalisées à la demande par le pharmacien en mélangeant plusieurs molécules. Mais, pour une raison incompréhensible, le médicament reste en vente dans les officines. Mediapart avait montré (le 16 avril 2011) que le 23 octobre 1995 Didier Tabuteau avait écrit au directeur général de la santé, Jean-François Girard. Sa note montre très clairement que l’Agence du médicament est alors tout à fait consciente des propriétés anorexigènes du Mediator.

e rapport de l’Igas rendu public le 15 janvier 2011 fait – opportunément? – l’impasse sur la période Tabuteau à l’Agence. Pour résumer, l’Igas a bâti toute sa démonstration sur une seule faute originelle: la dissimulation par Servier de la nature amphétaminique du Mediator. Le reste ne serait que la conséquence de cette faute. Les autorités sanitaires ont été «anesthésiées» par l’industriel, qui les a «roulées dans la farine», estime l’Igas, voyant en elles des victimes de l’industriel. Seule la pharmacovigilance est vertement critiquée et rebaptisée pharmaco-somnolence. Quant aux politiques, ils sont – eux aussi – les grands absents du rapport de l’Igas comme de l’instruction judiciaire. L’Igas a bien déploré la lenteur avec laquelle les ministres chargés de la Sécurité sociale et de la Santé ont géré le déremboursement de médicaments à service médical rendu insuffisant. Mais rien de plus. La grande habileté de Xavier Bertrand, ministre de la Santé au moment où éclate le scandale, en 2010, a été de choisir Aquilino Morelle comme inspecteur Igas pour la mission. L’ancienne plume de Lionel Jospin est un vieil ami de Didier Tabuteau. Ensemble, ils ont écrit un ouvrage intitulé La Santé publique, sorti en juillet 2010. Tous deux enseignent à Sciences Po au sein de la chaire santé, dont le responsable n’est autre que Didier Tabuteau. Or, le rapport Igas servira de trame à l’information judiciaire.

Quand Dominique Maraninchi (proche de Xavier Bertrand) quitte l’Agence, en août 2014, les autorités de tutelle ont du mal à lui trouver un successeur. Et qui fait du forcing pour que ce soit son protégé, le psychiatre Dominique Martin, qui décroche le poste? Didier Tabuteau. Les deux hommes se connaissent car Martin a été conseiller technique de Bernard Kouchner au début des années 2000. Le tour de force de Tabuteau dans cette nomination est d’autant plus remarquable que Martin n’était pas du tout favori. Il n’avait par ailleurs pas envie de quitter la Caisse nationale d’assurance-maladie des travailleurs salariés, où il était chargé des risques professionnels. Mais le «Kouchner boy» a eu le dernier mot, comme toujours.

La chaire santé de Sciences Po est un formidable fait-tout dans lequel se retrouve toute «la bande de Kouchner», comme l’appelle le milieu. Citons Gilles Duhamel, ancien conseiller technique de Bernard Kouchner, ancien directeur des études à l’Agence du médicament et inspecteur Igas. Quand, pour l’essai clinique mortel de Rennes, l’Igas enquêtera sur l’affaire, ce sera Gilles Duhamel qui sera chargé des investigations. Ce qui lui permettra d’écrire le rapport concernant l’Agence du médicament, dirigée par… Dominique Martin. Autrement dit, l’ancien directeur de cabinet de Dominique Gillot, secrétaire d’État à la Santé, enquête sur son ancien conseiller technique. Citons encore Philippe Duneton, ancien patron de l’Agence, Philippe Lamoureux, actuel patron du Leem, le très actif syndicat pharmaceutique, et ancien conseiller technique de Kouchner, ancien haut dirigeant de l’Agence, et, bien sûr, inspecteur Igas. Sans oublier Martin Hirsch, ancien directeur de cabinet de Kouchner. Un politique fin connaisseur du monde de la santé résume: «Les “Kouchner boys” sont comme les Barbapapa, ce sont tous les mêmes et ils présentent une forme adaptée à chaque besoin.» Tout ce beau monde avait pour habitude de se retrouver chez Daniel Vial, un ami de Jérôme Cahuzac. Grand lobbyiste de l’industrie pharmaceutique, Vial organisait de très conviviales soirées à Lourmarin (Vaucluse).

Aujourd’hui, Didier Tabuteau (1) n’a pas quitté les affaires: il a un pied dans l’équipe d’Emmanuel Macron. Il est très proche du conseiller santé d’En marche!, Jérôme Salomon, qui enseigne, lui aussi, à la fameuse chaire de Sciences Po. Le deuxième conseiller de Macron a démissionné cette semaine. Il était payé par Servier.

(1) Contacté par «Le Figaro», Didier Tabuteau* a répondu: «J’ai été entendu par la justice et la justice suit son cours».

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

25 commentaires pour Fabius (sang contaminé) au Conseil constitutionnel et maintenant Tabuteau (Médiator ) à la tête du Conseil d’Etat…!

  1. Jean Sentrais dit :

    -« Dis-moi qui tu fréquentes, je te dirai qui tu es » !

    Quand j’assiste à la télé à une déambulation officielle de EM sur une esplanade, je me dis :

    -« Comment est-ce possible qu’un être aussi insignifiant dont une exhalation corporelle soit aussi stupéfiante, repoussante, inquiétante ait pu séduire tant de ses « conseillers » si ces conseillers ne goûtaient eux-mêmes aux charmes de l’incompétence, de la vénalité, de la compromission, de la perversité » ?

    Ainsi, EM en devint leur chef de bande par cette harangue nauséeuse : -« Qui n’aime et ne respecte rien ni personne me suive » !

    Ils suivirent, et suivent encore …

    Or, c’est certain : à la Libération, ça va décoiffer grave, ça va tondre sévère ! On craint même qu’il y ait une pénurie de professionnels de l’Ordre capillaire.

    Ça commence, ça commence à décoiffer. Ici, avec un global like de 1 752 699 :
    https://sentrais.eu/baffes/baffes-test-6.php

    J’aime

  2. Curet dit :

    Faciles à manipuler, moyennant menaces de faire dès révélations embarrassantes ?? Corruption ? On va dire récompense : (gros) bâton ou carotte ?

    J’aime

  3. Jean Sentrais dit :

    Au sens strict de toute réflexion, ceci me paraît judicieux et opportun dans notre délire national :

    1/ ne peut exister un bien collectif que s’il est basé sur le bien individuel ;
    2/ s’il manque un seul bien individuel, le bien collectif n’est pas possible ni même concevable ;
    3/ à défaut de considérer ou d’honorer cela, le risque est grave de générer un suicide collectif.

    Un suicide collectif : oui ! c’est en effet à quoi EM et sa troupe de coupe-jarrets opèrent depuis 2 ans …

    Et ce suicide collectif ne pourra pas manquer de s’exprimer comme un tsunami.

    J’aime

  4. annick vanwelden dit :

    Bravo….. continuez 👍👏

    Envoyé de mon iPad

    J’aime

  5. Jean Sentrais dit :

    De la (pseudo) pandémie de sars-cov-2 et ses maladies covid19+20+21+22 : un virus échappé d’un laboratoire ?

    Il y a un précédent notoire (et historique) d’un virus échappé d’un labo, que le « grand public » ne connaît pas (encore).

    Retour en 1917-18 : la fameuse « grippe espagnole » (importée des USA par les troupes US engagées dans le conflit mondial) a sévi aux USA et en Europe, et en s’attaquant principalement aux jeunes adultes (16-25 ans) : en 3-4 ans elle a décimé entre 30 et 60 millions d’individus, puis s’est éteinte (par défaut de cibles restantes comme des maillons manquants d’une chaîne de contamination ?).

    Ce virus aussitôt identifié comme étant la cause de cette nouvelle pandémie a été isolé, et conservé dans de multiples labos du monde entier : USA France URSS Chine …

    Lors de la guerre du Vietnam (1955-1975), le « bloc de l’Est » et la Chine de Mao se sont alliés face à l’impérialisme américain. En réponse à l’enlisement du conflit, il est aujourd’hui établi que, parmi les belligérants naquit l’idée d’utiliser une arme non-conventionnelle : NBC (nucléaire-bactériologique-chimique). L’option B fut également étudiée. L’URSS et la Chine échangèrent leurs études, notamment B (bactériologique ou virale). Et furent échangé de labos à labos des échantillons propices à mener cette nouvelle guerre. Parmi cette option B, le virus de la « grippe espagnole » fut envisagé.

    La guerre du Vietnam prit fin en 1975 sans NBC. Quoique !

    Ce qui s’en suivit fut tragique : le virus de la « grippe espagnole » s’échappa soit d’un labo soviétique soit d’un labo chinois (quand ?), et commença à sévir à … Hong Kong en 1976 (c’est parfaitement documenté). De Hong Kong (territoire britannique !), il fut importé au Royaume-Uni en 1977 où il sévit, puis en Europe continentale.

    En 1977 j’avais 20 ans, étudiant en Belgique. De nombreux compagnons d’étude et moi-même avons été contaminés, et j’ai le souvenir d’avoir été « malade à en crever » pendant 2 semaines (ce qui était long pour une simple grippe). J’y ai survécu mais le souvenir de ce passage maladif demeure prégnant par la souffrance occasionnée.

    Cette pandémie s’étendit à l’URSS comme un retour à l’envoyeur, et prit fin en 1978.

    Il me semble en avoir tiré un avantage : depuis lors, je n’ai plus jamais été malade d’une quelconque grippe. Suis-je désormais immunisé contre toute ? Je ne sais !

    Je ne découvris ce qui s’était passé en 1977 que dernièrement lorsque j’entrepris de savoir et comprendre la nature pandémique d’une explosion virale (sars-cov-2 et son covid19+20+21+22). Comment ? En surfant le web des jours entiers.

    Conclusion : ce qui nous harasse depuis 2 ans n’est pas une malédiction naturelle ! Il s’agit effectivement de l’expression du délire obscur et sinistre de quelques fous assassins … Tant pour les causes, tant pour les conséquences car tout fut fait (Christian Perronne) afin de tout aggraver.

    Funèbre serait notre destin si …

    J’aime

  6. gerardgilles dit :

    La. Seule solution. …. qui fout. La trouille a. La Tapette a. Mamie ZINZIN. Est la Guerre. Civile. …

    Dont il avait. Accusé. Les militaires. De la préparer. !!

    Nos. Soldats. Seraient. Bien plus légitimes. En France pour défendre. La PATRIE. …. que. Dans un pays. Étranger. Le MALI. ….

    Cela. Nous couterait moins. Cher. …. et ils. Pourraient. Faire quelques. Cartons. Sans trop de risque dans un Pays. Qui est le leur. …. et ou il pourrait. Plus facilement. Se fondre dans le paysage. …. alors. Que chez les zoulous. Ils sont repérés. De. Loin. …. et de près. !!

    Mais avant cela. Il faut. Virer. Le Pinocchio. Qui nous est de. President. Depuis. Bien trop longtemps.

    J attends avec espoir un changement. Radical. …. mais. Les français. Sont. Malheureusement. TROP. Cons. Et la mémoire. Courte. …. GG

    >

    J’aime

  7. Magali Robert dit :

    C’est affreux tout ça

    J’aime

  8. K2r dit :

    Merci Docteur pour cet intéressant rappel biographique et d’une des belles crises sanitaires dont les responsables se sont tirés à bon compte. Avec ce régime, on n’est jamais déçu par le casting. C’est la nightmare team !

    J’aime

  9. Magali Robert dit :

    J’arrive pas à répondre à Jean.
    J’ai de la pression..des sous entendu.
    Je n’en peux plus

    Entre les Médias et le boulot pas évident de garder le moral…je crois pas que ce soit pour notre bien cet espèce de vaccin…

    J’aime

    • Jean Sentrais dit :

      Magali, ô Magali !

      Vous est-il encore possible de lire et d’entendre que nous sommes tous fraternels ici, auprès de vous et de tous ?

      Vous êtes en état de choc. Et qui ne l’a pas été ?

      Alors alors alors, voici ce que je vous propose : allez donc offrir quelques baffes à EM ! Car l’on me rapporte que cela soulage, que c’est amusant, que c’est apaisant.

      C’est ici :
      https://sentrais.eu/baffes/baffes-test-6.php

      Puis, revenez vers nous au besoin … Or cette première et dernière thérapie devrait suffire jusqu’à demain !

      Bien à vous !

      J’aime

  10. Ping : LES NON VACCINES OCCUPENT EN CE MOMENT CINQ FOIS MOINS DE LITS EN SOINS CRITIQUES QUE LES PATIENTS COVID EN AVRIL 2020 | LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE

  11. Ping : LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE:LES NON VACCINES OCCUPENT EN CE MOMENT CINQ FOIS MOINS DE LITS EN SOINS CRITIQUES QUE LES PATIENTS COVID EN AVRIL 2020 – Titre du site

  12. Annick dit :

    Il n’y a pas que l’injure dont il est responsable mais aussi l’incitation à la haine en bande organisée, la diffamation, accusation sans preuve que la vaccination est valable ou publicité mensongère, volonté clairement exprimée de nuire à autrui et provocation au désordre publique. Ce n’est pas un chef d’état mais le gourou génocidaire d’une secte. Pour cela on doit le faire assoir sur le ban des accusés également pour traitrise à la nation, il nous a vendu contre la dette énorme qu’il veut exploiter pour nous contraindre à l’esclavage, avec ses complices: le gouvernement, les voteux de l’assemblée et du sénat qui le soutiennent dans sa solution finale, les merdias, les médecins corrompus et la milice complice, pour remonter sur ATTALI, Schwab et tant d’autres qui les manipulent sans doute contre du fric, la corruption est à rechercher, tout comme celle de nos commissaires dont Von der la hyène et divers députés européens. Notre chef illégitime est un fou bien dressé par sa maitresse dès l’âge de 14 ans, voir avant, cette personnes qui lui a présenté toutes les pourritures de la terre. Il a dû passer par MK ultra et subir une dissociation cognitive pour en arriver là. Sans arrêt il manipule par la violence, cette violence par la terreur n’est pas celle d’un humain dit normal, il ne nous demande pas des choses normales, l’obligation vaccinale détournée tombe sous le coup du code de Nuremberg. Il n’y a encore, en France, aucune loi pour cette obligation car s’il connait pas l’histoire de France à déconstruire, il a sans doute entendu parler de de Nuremberg sans retenir un détail, celui où il est question d’obligation détournée, dont la sentence vaut également pour cette attitude.
    Il ne faut pas perdre courage, si vous avez résisté jusqu’à ce jour, il faut que ça perdure, nous sommes actuellement dans le dur, restons soudés et debout, l’ennemi se débat comme un animal blessé avant de s’écrouler. c’est la lutte à mort, la lutte finale contre nos empoisonneurs et génocidaires. Courage et à bientôt dans un monde plus serin, sans doute pas demain mais dans un avenir proche.

    J’aime

    • pgibertie dit :

      protégez vous zinc vit c nac et d

      J’aime

    • Jean Sentrais dit :

      Bravo ! Annick.

      Quoi que dans la forme j’eusse dit (peut-être) mieux, dans le fond j’en eusse dit (certainement) moins !

      Bravissimo !

      Un traitement ambulatoire précoce est toujours disponible ici (.pdf : c-à-d qu’au clic sur le lien suivant, il se télécharge automatiquement sur votre ordi, dans votre dossier Téléchargements) :

      Cliquer pour accéder à traitement_ambulatoire_precoce_25juin.pdf

      À ma connaissance, aucune modif ou amélioration n’y a été apportée depuis la date du 25 juin 2021 : tout y est scellé d’expertise longuement menée.

      Dans la ville où je crèche aux amis, je l’ai distribué sur papier (33 pages) « mano à mano » aux médecins, aux pharmaciens, aux politiciens, au maire, aux employés de la mairie, aux inconnus, aux gendarmes : personne ne s’en est plaint !

      Et je vis encore sans vaxxx 1-2-3-4 …

      J’aime

  13. Jean Sentrais dit :

    Voulez-vous vivre un moment de contraste saisissant qui vous rappelle sans détour à la vraie vie ?

    C’est, par exemple ici :
    Anna Netrebko & Elīna Garanča – Offenbach: Les Contes d’Hoffmann: Barcarolle, 2009

    Puis, imaginez que EM vienne furieusement vous en distraire pendant 1-2-3-4-5 ans. Quelle serait votre réaction instinctive ?

    Moi, je lui balancerais des baffes, non ?

    J’aime

  14. Jean Sentrais dit :

    Quant à l’horreur absolue incarnée par EM, elle avait été analysée en 2017 entre les 2 tours de l’élection présidentielle française par Adriano Sagatori, psychiatre italien.

    Luc Ferry ancien Ministre de l’Éducation nationale (2002-2004) nous avait également prévenu (en 2018) : -« Les Français ont élu EM ; ça va leur coûter très cher » !

    Accrochez-vous :

    J’aime

  15. Lise Besné dit :

    Bonjour Monsieur Gibertie,

    Je tiens à vous écrire pour vous remercier de toutes vos publications qui complètent efficacement mes recherches et pour vous dire que je suis sensible à ce que des personnes de votre niveau aient le courage d’exprimer une opinion non conforme sur des sujets aussi clivants. Beaucoup sous-estiment la gravité de la situation. Vos prises de positions franches me rassurent et me consolent un peu du niveau actuel ambiant en matière d’esprit critique, d’analyse et surtout d’intégrité. Ancienne élève de Grandchamp (2008-2010), je vous ai redécouvert dans le collectif Reinfo Covid que je suis depuis le début. Quelle n’était pas ma surprise et ma fierté de vous voir prendre le flambeau de cette juste lutte pour la défense de notre liberté, de l’esprit scientifique de la nation des Lumières, et enfin de notre démocratie.

    En ce début d’année, recevez tous mes vœux de liberté et de lumière ! J’aimerais aussi partager avec vous ces quelques lignes du poème de Victor Hugo qui m’est cher et qui raisonne juste par rapport à la force dont nous devons faire preuve pour résister dans cette période de remise en question et de choix décisifs. « Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent ; ce sont Ceux dont un dessein ferme emplit l’âme et le front, Ceux qui d’un haut destin gravissent l’âpre cime, Ceux qui marchent pensifs, épris d’un but sublime » Victor Hugo, Les Châtiments, 1852.

    Encore merci pour votre travail et votre dévouement, continuez comme cela. Si jamais vous avez besoin de soutien ou d’aide à quoique ce soit, n’hésitez pas.

    Bien à vous,

    Lise Besné

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s