IL N’EST PAS LIBRE VAX !DES ERREURS MAJEURES DANS LA POLITIQUE DE VACCINATION   AGGRAVENT LA PANDEMIE

Avant de se faire vacciner et DEUX semaines après il faudrait s’isoler…sinon l’épidémie explose .. Vacciner des immuno déprimés et les variants sont contents …

Ne pas vacciner pendant les vacances (forte mobilité)ni en pleine vague épidémique, donc en septembre octobre..

Avant, car le vaccin d’une personne déjà infectée , c’est pas bon . Après, car le risque de contamination explose, et n’oubliez pas la vitamine D …

Associer vaccination et retour immédiat à la vie normale génère des comportements à risque…

La vaccination au Pfizer (mais pas que…), entraîne une « déplétion des lymphocytes » c’est-à-dire une baisse très forte des défenses immunitaires pendant les jours qui suivent la vaccination. Les risques de contamination augmentent de 40%. On comprend mieux le désastre de vaccination en EHPAD quand y sévissait la pandémie. On peut redouter la poursuite de la vaccination en période de forte mobilité (vacances).

Le vieux malin qui a tout compris :

Quand tout le monde pense la même chose, cela veut dire que plus personne ne pense.

J’ai l’impression d’être dans un tel moment.

Un moment d’aveuglement volontaire, un instant où le monde s’est endormi sur les croyances rassurantes.

On veut croire que cela ira forcément mieux demain.

Comment leur en vouloir ?

Impossible bien évidemment.

Nous avons tous envie de retourner à notre vie d’avant, et si cela doit se faire au prix d’une petite injection me permettant de retourner au bistrot, alors « pourquoi pas », et puis, « il faudra bien y passer un jour, alors autant le faire maintenant ».

Et bien là l’idée c’est de faire baisser vos défenses immunitaires avant que cela aille mieux éventuellement après. Enfin ce n’est pas l’idée, mais c’est le résultat obtenu dans la vraie vie.

CHARLES SANNAT

https://www.bmj.com/content/372/bmj.n783/rr

Une étude danoise a montré une augmentation de 40% des infections au cours des deux premières semaines suivant la vaccination Pfizer-BioNTech, malgré l’absence de vaccination dans les foyers ayant récemment fait l’objet d’épidémies. En effet, l’essai original de Pfizer a démontré une augmentation statistiquement significative de 40% du «COVID suspecté», avec 409 cas dans le bras de vaccination au cours de la première semaine de l’essai, contre 287 dans le bras placebo. ] D’autres publications ont omis de mentionner la période immédiatement après la vaccination.  Il existe des preuves anecdotiques substantielles de personnes qui avaient été testées négativement avant la vaccination, devenant infectées peu de temps après, invariablement attribuée à une exposition juste avant la vaccination.  D’autres ont exprimé des inquiétudes à ce sujet.

L’étude REACT sur la prévalence en janvier a montré que le rapport de cotes d’avoir un prélèvement positif était de 1,48 chez les travailleurs de la santé et des foyers de soins et de 1,38 chez les autres travailleurs clés (par rapport à tous les travailleurs).  Il semble hautement improbable que le changement de comportement à lui seul (dans les plus de 80 ans) puisse expliquer une augmentation du risque d’infection d’une ampleur similaire à celle supposée en occupant un emploi à haut risque.

L’étude ONS citée montre que plus de 40% des personnes vaccinées de plus de 80 ans ont rencontré une personne en dehors de leur foyer ou de leur bulle pendant une période non spécifiée après la vaccination, mais il n’y avait pas de collecte de données sur le comportement avant la vaccination avec lequel comparer ce chiffre. .  Aucune date précise n’a été indiquée pour la date à laquelle les réunions avaient eu lieu. Il est donc impossible de conclure qu’il y a eu un changement de comportement, sans parler d’un changement spécifiquement lié à la semaine ou deux après la vaccination.

L’ONS a rapporté que la proportion d’adultes n’ayant eu aucun contact avec les plus de 70 ans est passée de 83% avant le déploiement du vaccin à 90% lors du déploiement du vaccin, du début décembre au 8 février. Le 8 février, 90% des plus de 70 ans avaient été vaccinés.  Il est difficile de concilier moins de personnes visitant les plus de 70 ans avant le 8 février avec plus de 80 ans ayant des contacts avec les autres.

Si les personnes âgées protégeaient en fait davantage après la vaccination, comme le suggèrent les données de l’ONS, quelle pourrait être la cause du risque plus élevé? Les cliniques de vaccination COVID elles-mêmes auraient-elles pu être des événements très répandus? Cela ne peut être exclu comme une possibilité: protéger les personnes âgées se sont aventurées à l’extérieur, parfois pour la première fois depuis des mois, et ont été maintenues à l’intérieur pendant plusieurs heures avec beaucoup d’autres, dont aucune n’a été testée à l’avance.

Le vrai casse-tête, ce sont les résidents des foyers de soins. Personne ne suggère qu’il y a eu un changement de comportement au sein des maisons de soins, sauf pour inviter les gens à effectuer les vaccinations. Cependant, des foyers de soins dans tous les coins du pays ont connu des épidémies à partir de décembre. Qu’est ce qui a changé?

Au fil du temps, comme prévu, la probabilité qu’un travailleur de la santé soit un cas index diminuait à mesure que l’immunité se développait. Cependant, après la vaccination, ce chiffre a commencé à augmenter.

La vaccination Pfizer provoque une chute transitoire des lymphocytes pendant les trois premiers jours après la vaccination. , Les essais de phase 2 d’AstraZeneca ont également montré une baisse des neutrophiles. La déplétion des neutrophiles après la vaccination [14] et la déplétion lymphocytaire ont été mises en évidence pour d’autres vaccins et ce dernier est connu depuis 1981. [Il existe une littérature contradictoire sur la question de savoir si cet effet entraîne une sensibilité aux infections virales, mais il existe certainement des preuves suggérant que c’est le cas chez les enfants. [ Compte tenu des preuves d’épuisement des globules blancs après la vaccination COVID et des preuves d’une augmentation des taux d’infection COVID peu de temps après la vaccination, la possibilité que les deux soient liés de manière causale nécessite une enquête urgente.

Cette réponse se réfère uniquement à la sensibilité au COVID au cours des deux premières semaines de vaccination; il ne commente pas l’efficacité des vaccins après cette période.

Il est important de comprendre un réel risque accru de contracter une infection après la vaccination, à la fois pour évaluer les programmes de vaccination et pour planifier la meilleure période de l’année pour mener à bien ces programmes.

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour IL N’EST PAS LIBRE VAX !DES ERREURS MAJEURES DANS LA POLITIQUE DE VACCINATION   AGGRAVENT LA PANDEMIE

  1. Eric dit :

    Le Dr Denis Agret (urgentiste) ne recommandant pas les vaccins a été mis en garde à vue à Montpellier.
    Après JB Fourtillan, dans quel régime vit-on ?

    J'aime

  2. Yves Falck dit :

    SI on tient VRAIMENT à s’injecter un « machin » expérimental et donc servir de COBAYE à « big pharma » … alors oui ces recommandations sont pleines de bon sens. Mais il n’en reste pas moins que la seule mesure efficace serait de SUSPENDRE SINE DIAE cette pseudo vaccination en attendant au minimum que les essais thérapeutiques officiels soient terminé et que des médecins compétents et surtout SANS CONFLITS D’INTÉRÊT, disposant de la formulation exacte et totale de ces produits puissent confirmer leur validité et « relative » innocuité … ce qui semble loin d’être actuellement le cas.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s