MACRON mobilise ses « journalistes  » pour défendre la construction économique la plus débile de la planète, le marché européen de l’électricité

La presse subventionnée ne devrait pas tarder à prendre la défense de la construction économique la plus débile de l’Univers, à savoir le marché européen de l’énergie. Les journalistes utiliseront deux mensonges:

Sortir poserait problème pour importer ou exporter , Portugal et Espagne sont sortis, exportent et importent .

Deuxième mensonge, les efforts des Français ont fait baisser les prix; en réalité c ‘est conjoncturel et climatique

Vous en doutez? ça commence….

https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-vrai-du-faux/le-vrai-du-faux-l-espagne-et-le-portugal-sont-ils-vraiment-sortis-du-marche-europeen-de-l-energie-comme-l-affirme-une-partie-de-l-opposition-en-france_5565207.html

https://www.huffingtonpost.fr/politique/article/crise-de-l-energie-c-est-quoi-le-marche-europeen-pointe-du-doigt-comme-responsable_212247.html

https://www.tf1info.fr/economie/video-guerre-ukraine-russie-le-prix-de-gros-du-gaz-europeen-cinq-fois-moins-cher-qu-en-aout-une-bonne-nouvelle-2243742.html

De l’Enfer au Paradis, les marchés de l’électricité se sont une fois de plus affolés au cours des derniers jours, mais cette fois en sens inverse. Le prix du MWh, qui se négociait autour de 500 € la première semaine de décembre, s’échangeait, le 30 décembre à 8 heure, à… 1 € !

 La première cause est bien évidemment la douceur météorologique observée en cette fin d’année, avec des températures presque printanières sur l’ensemble de la France (20 °C à midi à Bordeaux, le 31 décembre). La seconde, tout aussi évidente, est la « trêve des confiseurs » de fin d’année durant laquelle l’activité au sens large est toujours fortement réduite.

Essentiellement conjoncturelle, cette embellie énergétique doit être regardée avec beaucoup de circonspection. La reprise de l’activité, début janvier, suivie d’une nouvelle vague de froid associée à un anticyclone polaire sans « un pet de vent » et des réacteurs nucléaire indisponibles nous ramèneraient inexorablement à la case… des 500 €/MWh. Aussi, ces phases de prix extrêmes, totalement incompatibles avec une activité économique « civilisée », doivent-elles nous faire prendre conscience du dysfonctionnement du marché européen de l’électricité. 

Plus que les délestages tournants, les coupures économiques sont encore plus inquiétantes. Artisans, commerçants, industries, collectivités locales, agriculteurs sont asphyxiés par la hausse vertigineuse des factures d’énergie. Alors que de plus en plus de voix s’élèvent pour demander la sortie de l’actuel marché européen de l’énergie pour sauver l’économie et les ménages, le gouvernement se tait.  

En Europe, le coût moyen de production, qui servait de base de calcul pour les prix de l’électricité, a été abandonné au profit d’un prix formé sur un marché unique. Il a également été décidé que ce prix soit fixé par la dernière centrale appelée – généralement ayant les coûts de production les plus élevés. Selon ces règles, les centrales électriques fonctionnant au gaz, lourdement impactées par l’explosion des prix du gaz, se retrouvent ainsi à pousser à la hausse les prix de l’électricité dans toute l’Europe, même pour l’électricité produite à partir d’autres sources.

De plus en plus de pays, même parmi les plus fervents soutiens de solutions de marché, reconnaissent désormais ces dysfonctionnements majeurs. La présidente de la Commission elle-même a récemment admis « les limites du fonctionnement actuel » du marché européen de l’électricité.

Mais en France, Emmanuel Macron et son gouvernement s’en tiennent à quelques critiques évasives, et opèrent en derniers défenseurs du marché européen.

L’organisation de la production et de la distribution d’énergie dans le pays reste une chasse gardée de l’exécutif, évoquée seulement dans le huis clos du Conseil de Défense : la véritable raison de l’alourdissement de nos factures d’électricité – et, avec elle, de la précarisation énergétique de millions de nos concitoyens – n’est l’objet d’aucun débat démocratique. Le gouvernement élude la discussion essentielle : la responsabilité pleine et centrale du marché dans la flambée des prix.

Dans ce système, les usagers paient le prix fort, se voyant imposer un prix sans connexion avec le coût de production réel. Invoquant son « bouclier tarifaire », mis en place pour limiter l’envolée du tarif réglementé de l’électricité qui aurait presque atteint 45%, le gouvernement omet de dire que les coûts du système électrique français n’ont progressé que de 4% en 2021 ; l’essentiel des augmentations imposées aux usagers procède d’un mécanisme de formation des prix fondé sur les prix de marché, même pour les bénéficiaires des tarifs réglementés.

Sortir du marché européen ne remet pas en cause les échanges transfrontaliers avec nos voisins européens.

Pour pallier à ces pénuries, la France a acheté de nombreuses quantités d’énergie « à un prix très élevé », déplore Loïc Le Floch-Prigent. « Pourquoi est-ce qu’un produit que l’on fait à 50 euros, se retrouve dans l’industrie à 600 euros? On a tarifé l’électricité », tacle l’ingénieur.

Et pour se débarrasser de cette électricité trop chère, il plaide pour sortir du marché européen comme le Portugal et l’Espagne: « On enlève le marché de l’électricité, les Portugais et les Espagnols sont à 115 euros le mégawattheure, je suis à 600 avec mes entreprises ». « Ce marché de l’électricité est une stupidité, il est artificiel et impossible à tenir car tout ce qui est artificiel est destiné à tomber », conclu Loïc Le Floch-Prigent.

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

24 commentaires pour MACRON mobilise ses « journalistes  » pour défendre la construction économique la plus débile de la planète, le marché européen de l’électricité

  1. JeanLouis 05 dit :

    Comme vous avez raison, et tout ce que touche Macron se transforme en catastrophe pour le pays.

    Aimé par 3 personnes

  2. K2r dit :

    Dès que de l’argent est détourné vers quelques copains, il y a toujours un petit retour à l’envoyeur. Ici l’étendue des dégâts est telle que ça va être compliqué de faire croire à une nécessité supérieure. Mais je crois qu’à ces hauteurs béantes, comme disait Zinoviev, on se contrefiche de l’opinion publique et du monde réel.

    Aimé par 3 personnes

  3. Jean Sentrais dit :

    Le projet Hercules, officiellement abandonné fin décembre 2022 face à l’inquiétude nationale, devait vendre à la découpe EDF : tout privatiser du service public (comme l’hôpital, la santé, les administrations, bref tout l’état français) à des prix singulièrement bas. Ainsi, fallait-il tout dégrader préliminairement, évidemment …

    Vous n’aviez rien vu venir ?

    L’EMmerdeur-fou, un traître ! oui, mais combien de fois ?

    Aimé par 3 personnes

  4. Françoise Bianchi dit :

    Les mesures prises par le gouvernement ne sont pas économiques, elles sont politiques pour appliquer le programme de restriction de la secte de Davos.
    Mesure-t-on le basculement de la presse et des représentants de la nation qui se couchent devant tout cela ?

    Aimé par 1 personne

  5. Carolyonne89 dit :

    A reblogué ceci sur La vérité est ailleurset a ajouté:
    De l’Enfer au Paradis, les marchés de l’électricité se sont une fois de plus affolés au cours des derniers jours, mais cette fois en sens inverse. Le prix du MWh, qui se négociait autour de 500 € la première semaine de décembre, s’échangeait, le 30 décembre à 8 heure, à… 1 € !

    J’aime

  6. Michel C dit :

    En comparaison des malandrins au pouvoir, Mandrin était un honnête homme.
    Les cordes vont finir par être de sortie.

    Aimé par 2 personnes

  7. Jean Sentrais dit :

    Elucid nous propose son best-off-2022, en 15 morceaux choisis parfois très croustillants dont la fumeuse transition énergétique (vidéo diffusée le 31 décembre 2022, durée 45:52) :

    Merveilleux moments de bel esprit français (parce qu’il en existe du neuf du beau du bon) : du champagne et des bulles comme on aime !

    J’aime

  8. JeanLouis 05 dit :

    Un exemple parmi tous de ce que vous dénoncez le 28 ‘ d’Arte d’hier soir, le 3 01, où le débat sur l’énergie était pour moi plus que caricatural. Comme d’ailleurs celui de la veille sur le covid et la Chine

    J’aime

    • K2r dit :

      ARTE est devenue une caricature vivante de ce qu’elle était au début. Tout est politisé, sociétal, il ne reste que les diffusions de concerts et quelques vieux films de temps en temps. Pour les débats… Ça fait penser que je connaissais plein de gens persuadés qu’on était bien informés par l’émission C’est dans l’air, le prototype des débats biaisés où on massacre l’opinion dissidente. Ça a donné les plateaux de propagande pro injections et anti Raoult (pour schématiser).

      J’aime

  9. Christophe Nicolas dit :

    Lorsque vous avez des contrats de l’état vers ses sous-traitants, le code des marchés publics autorise une marge de 5% dans les us et coutumes. Le seul cas qui permet de déroger au contrat est d’invoquer légalement la « force majeure » or les sanctions contre la Russie et le bombardement des gazoducs de North-stream rentrent dans ce cas.
    Dès lors, l’artisan ou son syndicat s’il n’est pas franc-maçon, doit réclamer une révision de la formule de prix de l’électricité pour qu’elle revienne proche du prix de revient qui, lui, n’a pas beaucoup évolué. Evidemment, comme la réclamation va du petit vers le gros, elle restera lettre morte mais il faut la laisser courir pour un règlement ultérieur car c’est inattaquable juridiquement. A ce jour, seul l’abus de position dominante fait que la formule de prix n’a pas été révisée à l’avantage du client suite à une hausse de 400 à 500 %, ça confine littéralement à la pure escroquerie et tout serait déjà devant les tribunaux si les institutions n’étaient pas vérolées de partout par les franc-maçons en cheville avec le pouvoir.

    Il faut bien comprendre que ces formules de prix sont faites pour un marché libre afin qu’il s’adapte rapidement à la demande mais ce n’est évidemment pas le cas en l’état, le marché ayant violé par les politiciens au nom de la solidarité avec les fachos de Kiev qui veulent mettre les russophones dans des camps de concentration pour les obliger à quitter leurs propres terres. La formule de prix de l’énergie s’aligne sur « le prix le plus cher de l’énergie indispensable » et comme le gaz est indispensable à beaucoup d’équipements qu’on ne peut pas convertir du jour au lendemain notamment à cause des énergies vertes intermittentes, tout est parti à la hausse donc le fournisseur d’énergie se gave à bloc et ne bouge pas, notamment l’état via les taxes ce qui lui permet d’acheter la presse…

    Elle est pas belle la vie en Macronie ?

    J’aime

  10. Jean Sentrais dit :

    Avec une truculence féroce, voici ce qu’on peut penser utilement de l’UE et de la stratégie du prix délirant de l’électricité (Elucid, vidéo diffusée début décembre 2022 , durée 01:26:17) :

    J’aime

  11. JEAN CLAUDE fraternel dit :

    sans compter flamanville qui nous coute un pognon de dingue et le roitelet qui veut continuer à construire des epr.
    décidément nos voisins espagnols et portugais sont plus intelligents

    J’aime

    • herve_02 dit :

      Il faut écouter l’audition au sénat de l’ancien commissaire à l’énergie atomique pour comprendre de quoi on parle. je ne suis pas super pour le nucléaire car cela crée des déchets compliqués à traiter. (celui qui veut trouver trouve)

      Mais si on « supprime » le CO2, en plus de rendre compliqué la croissance des plantes car nous sommes un monde qui fonctionne au cycle du carbone (le C de CO2), CO2 qui est facile à traiter, puisqu’il est absorbé par les plantes qui produisent de la nourriture que nous mangeons, nous n’aurions qu’à recycler par compostage et remise à la terre(et pas septiser) notre caca pour faire un truc circulaire. même notre respiration produit le CO2 qui absorbé par les plantes produit l’O2 que nous respirons. Cela ressemble à une symbiose à peu près parfaite, avant que les escrolos bobo parisiens qui vivent comme des lapins dans des clapiers et chient dans l’eau potable viennent foutre le bordel.

      Sans les énergies thermiques et sans le nucléaire Il ne reste pas grand chose.

      les projets nucléaires qui étaient en cours avant que ce soit saboté par des politiques pour des raisons électorales à s’allier avec les verts (des gens au QI inférieur à 30) était de fermer le cycle du combustible nucléaire : aucun déchets ultime : une énergie peu chère, non polluante et sans déchet : trop compliqué pour les escrolos aux QI d’huîtres à marée basse.

      Pour l’escroquerie des énergies « renouvelables », il suffit de lire ce papier :

      « Et bien oui. L’île de El Hierro (archipel des Canaries), a tenté de le faire. La presse mondiale a célébré cette tentative au démarrage du projet.
      C’est un échec abyssal. »

      ici : https://lesakerfrancophone.fr/un-territoire-a-t-il-essaye-de-se-doter-dune-production-electrique-100-renouvelable

      Ainsi les espagnols et portugais ne sont pas plus intelligent que nous parce qu’ils n’ont pas de flamanville, ils le sont parce qu’ils sont sortie du marché de l’énergie en europe. En france, avant cette gestion criminelles par les handicapés mentaux de socialistes pour plaire aux trisomiques écolos, le coût de production de l’énergie était de 45 € le MWh.

      C’est à la porté d’un enfant de 5 ans de comprendre. Et le pourquoi du marché européen de l’énergie est à la porté d’un lycéen dont le prof d’éco n’est pas un enc*lé de menteur.

      J’aime

  12. Ping : Objectif : dépeupler. Harari, Klaus et Bill : les rois mages se complètent ; on aura les vaccins, le parcage, la pénurie, la dictature, le camp de concentration électronique et la paisible extermination, chacun amenant ses cadeaux pour une masse d

  13. Ping : Objectif : dépeupler. Harari, Klaus et Bill : les rois mages se complètent ; on aura les vaccins, le parcage, la pénurie, la dictature, le camp de concentration électronique et la paisible extermination, chacun amenant ses cadeaux pour une masse d

  14. Ping : Objectif : dépeupler. Harari, Klaus et Bill : les rois mages se complètent ; on aura les vaccins, le parcage, la pénurie, la dictature, le camp de concentration électronique et la paisible extermination, chacun amenant ses cadeaux pour une masse d

  15. Ping : Objectif : dépeupler. Harari, Klaus et Bill : les rois mages se complètent ; on aura les vaccins, le parcage, la pénurie, la dictature, le camp de concentration électronique et la paisible extermination, chacun amenant ses cadeaux pour une masse d

  16. Ping : Objectif : dépeupler. Harari, Klaus et Bill : les rois mages se complètent ; on aura les vaccins, le parcage, la pénurie, la dictature, le camp de concentration électronique et la paisible extermination, chacun amenant ses cadeaux pour une masse d

  17. Ping : Objectif : dépeupler. Harari, Klaus et Bill : les rois mages se complètent ; on aura les vaccins, le parcage, la pénurie, la dictature, le camp de concentration électronique et la paisible extermination, chacun amenant ses cadeaux pour une masse d

  18. Ping : Objectif : dépeupler. Harari, Klaus et Bill : les rois mages se complètent ; on aura les vaccins, le parcage, la pénurie, la dictature, le camp de concentration électronique et la paisible extermination, chacun amenant ses cadeaux pour une masse d

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s