PALUDISME ET COVID :les leçons d’une étrange parenté, pourquoi n’ a t on pas écouté les médecins des pays du Sud? Raoult avait bien raison !

Il y a quelques semaines j’ ai appris le tragique décès d’un ancien étudiant victime d’une poussée de fièvre paludéenne alors qu’il avait la covid . Ce drâme et la publication de plusieurs études me font comprendre ,un peu, plus combien l’occident a eu tort de ne pas tirer les leçons de l’Afrique et du savoir de Didier Raoult .

Dès 2020 l’artemisinine, l’hydroxychloroquine soignaient avec succès les coinfections….

Plusieurs études confirment la similarité des manifestations de la Covid et du paludisme . En Afrique les traitements utilisés pour les deux sont identiques et efficaces mais en occident la confusion de s deux maladies et le traitement au doliprane condamnent les malheureux patients à la mort . L’ Afrique pratiquement pas injectée a résisté à la covid en utilisant les antipaludéens , macrolides , cyclines , ivermectine et artémisinine .

Une analyse de 2020 à 2021 dirigée par l’OMS à montré: une séroprévalence élevée 65% en Afrique donc une plus grande exposition de la population au SRAS-CoV-2 et une protection contre la maladie COVID-19. Les Africains sont moins vaccinés plus protégés.

https://www.medrxiv.org/content/10.1101/2022.02.14.22270934v1

L ARTICLE COMPLET

1 Leçons africaines

 Notre cas de co-infection au COVID-19 et au paludisme a été traité avec de l’artémisinine et s’est rétabli avec succès. 2020

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8977362/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7305490/

Co-infection paludisme et COVID-19 chez les patients admis au service d’infectiologie COVID du Centre Hospitalier Universitaire de Libreville

Il existe de nombreux traitements pour prévenir ou traiter le paludisme : la chloroquine (NIVAQUINE®, également contenue dans SAVARINE®), la doxycycline (DOXY®, DOXYPALU®, GRANUDOXY®), l’halofantrine (HALFAN®), la luméfantrine artémether (RIAMET®), la méfloquine (LARIAM®), le pipéraquine arténimol (EURARTESIM®), le proguanil (PALUDRINE®, également contenue dans SAVARINE®), l’atovaquone proganil (MALARONE®), et la quinine (QUINIMAX®).

Les similitudes cliniques entre le paludisme et la COVID-19 peuvent prêter à confusion en zone d´endémie palustre. La co-infection paludisme- COVID-19 n´a pas donné lieu à des formes cliniques graves.

Au Gabon, les patients pris en charge dans les différents SICOV à travers le pays ont été traités selon le protocole associant chloroquine ou hydroxychloroquine-azithromycine-zinc et vitamine C. L´existence d´une co-infection au paludisme chez certains patients a conduit à une reconsidération du traitement. En effet l´apparition de résistances à la chloroquine a entrainé il y a plusieurs années l´arrêt de son utilisation au cours des infections palustres au profit des dérivés de l´artésunate et la quinine [21]. L´évolution de la co-infection a été simple pour l´ensemble des patients qui présentaient une forme modérée du SARS-CoV-2. Elle n´a pas donné lieu à des complications. 

Dr.Jérôme Munyangi

@DrMunyangi

laboratoire des produits naturels de la Fondation Dr Munyangi de l’Armée des jeunes contre le Paludisme, une initiative de l’Alliance des Dirigeants Africains contre le Paludisme « ALMA ». Félicitations à ces jeunes qui ont compris le sens de notre combat

·

Artemisia annua et SARS-COV-2 : les composés phytochimiques d’A. annua, trois composés ont été criblés pour avoir une puissance de liaison avec la principale enzyme protéase du SRAS-CoV-2 et pour leur capacité à bloquer la pathogenèse du SRAS-CoV-2.

https://t.co/9oG6ETfbA5

Activités anti-VHI de l’Artemisia. 40 ans de lutte nous devons tirer des leçons. Plusieurs études in Vitro et in Vivo ont montré des activités antivirales VHI de du Genre Artemisia, une opportunité pour développer des traitements à moindre coût au lieu d’attendre la charité.

Coinfection VIH /SRAS-COV-2 Notre étude d’observation de 5 patients séropositifs traités à l’ArtiCovid un extrait total standardisé de l’Artemisia annua: – Patients avec 1 taux de CD4 ds la fourchette normale ont déchargé (SRAS-CoV-2) à 21 jours- Patients avec 1 taux de CD4 inf. à 250 cellules/µl plus 1 comorbidité (Diabète) ont déchargé lentement, la charge virale était toujours positive à 30 jours – Aucun patient n’a développé une forme sévère de Covid-19 – Une légère augmentation du taux de CD4 – Aucun vacciné

2Dans le monde réel, les antipaludéens ont considérablement limité les contaminations Covid Gérard Delépine

L’équipe de l’IHU Méditerranée3 a montré que la charge virale des malades diminuait rapidement sous traitement par HCQ limitant ainsi le risque de contamination de leurs contacts. Les données de l’OMS, illustrées par les courbes de l’Université John Hopkins confirment totalement leur résultat : les pays qui ont largement utilisé les antipaludéens (pays d’Afrique souffrant de paludisme, Algérie, Madagascar, Inde…) ont fortement limité l’intensité des poussées d’épidémie. En particulier en Inde où la Covid Task Force a recommandé le traitement4 à titre préventif pour les soignants et les membres des familles contaminées avec une efficacité de plus de 90%5,6.

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

20 commentaires pour PALUDISME ET COVID :les leçons d’une étrange parenté, pourquoi n’ a t on pas écouté les médecins des pays du Sud? Raoult avait bien raison !

  1. gerardracine dit :

    Juste ce message pour vous informer de mon changement d’email

    gr1949@hotmail.com

    Merci et bonne fin d’année;

    Très cordialement,

    Gérard RACINE

    J’aime

  2. Covidemence.com dit :

    Il faut remettre les choses en perspective… Oui ces médicaments ont aidé… mais à la marge.

    Pourquoi oublie t-on à chaque fois que la dangerosité du Covid… est NULLE pour les individus jeunes et bien portants ?

    Et qui est plus jeune que les populations africaines ?

    Il est assez ironique de comparer… le paludisme -qui est un vrai tueur, permanent, régulier, comprendre chaque année- avec le « Covid »… qui est une grippe, de passage.

    Et d’ailleurs la bonne vieille grippe en Afrique, c’est quoi ?

    Rien.

    https://borgenproject.org/influenza-in-sub-saharan-africa/

    Nous sommes victimes de ce contresens qui est consubstantiel du Covid.

    On ne peut pas d’un côté admettre que la démonstration de Pierre Chaillot est imparable (il ne s’est STRICTEMENT rien passé en France en 2020, d’un point de vue de santé publique, à part quelques milliers de vieillards fragiles que nous avons DELIBEREMENT ASSASSINES… avec du Rivotril et des refus de soins… le virus n’ayant rien à voir là-dedans).

    Et de l’autre, s’étonner que l’Afrique n’a pas été touchée par le Covid !

    Population jeune + vitamine D à mort + mithridatisation environnementale (les gens baignants dans une invraisemblable soupe de germes/virus) = Afrique = Covid grand éclat de rire.

    Bref, vouloir démontrer l’efficacité de IVM et HCQ en prenant l’exemple de l’Afrique, c’est faire fausse route.

    L’efficacité est à trouver chez nous, chez nos populations très âgées et fragiles.

    Quand j’ai un cancer carabiné, que j’ai 85 ans au compteur, que j’ai le coeur en compote et en prime une bonne pneumonie des familles… oui un simple rhume peut m’envoyer au ciel…

    Alors mieux vaut « soigner » ce rhume funeste… plutôt que d’emmerder la terre entière avec :
    -covid
    -masque
    -paracétamol
    -« restez chez vous »
    -respiration artificielle quand vous êtes déjà au bout du rouleau
    -et une lampée de Rivotril par dessus le marché, histoire de bien achever la carne.

    N’oublions jamais la clé de voûte de la covidémence : le Covid est une grippe, RIEN DE PLUS.

    Ce virus n’est en RIEN le « tueur » que l’on décrit de manière obsessionnelle, compulsive et hystérique depuis 3 ans maintenant.

    Tous les chiffres de mortalité sont bidonnés depuis le début, partout.. Sauf… en Chine (ironie suprême puisque c’est la Chine qui est à l’origine de tout cet infâme bordello).

    Et là encore, ironie et inversion hystérique… les médias occidentaux en sont réduits à dire aujourd’hui que les cadavres s’amoncellent… en Chine ! Ils parlent d’apocalypse virale !

    Hein ? Avec Omicron ? 😉 Le gag est total. On est même au-delà du gag.

    Et pour quelle raison ? Parce que la Chine a simplement décider de baisser le rideau sur cette comédie, cette farce (qu’elle a produite et mise en scène !)… jouée à guichets fermés depuis… le 20 janvier 2020…

    J’enfonce le clou : le nombre de molécules efficaces contre le Covid est (nous le savons)… VERTIGINEUX.

    Et pour cause… tellement ce virus est grotesque… et a en réalité une « cible » très, très, très étroite (des vieux déjà morts).

    Vous avez 30 ans, toutes vos dents ?

    Dans votre cas… un simple pot de Nutella (ou une bouteille de vin) serait efficace contre le Covid ! 😉

    Aimé par 2 personnes

    • Stanislas dit :

      covidémence

      Exact, il ne s’est rien passé en 2020 sur les maladies respiratoires à part du codage spécial de COVID

      Il faut juste rappeler le tour de passe passe dès mars 2020 qui faisait que Santé Publique a « élargi (sic) le suivi des grippes à celui du réservoir des infections respiratoires aïgues, repéré par AMELI contre IRC (infections respiratoires chroniques) qui fait 84 000 morts pas an en 2019.

      Dans une vidéo du CSI des médecins disent que le cocovide s’est soigné aussi avec des antihystaminiques..

      J’ai participé au chapitre de Pierre sur les codages, j’ai des tableaux simples de l’activité hospitalière qui le démontrent et Mr Gibertie a accepté de publier un résumé de mon étude des tours de passe passe.

      Aimé par 3 personnes

    • herve_02 dit :

      Ce discours est criminel. je trouve que la « complosphère » « réaliste » est passé de soignez les gens plutôt que de les injecté à le covid n’a jamais existé.

      Je trouve que cela est dommageable car cela va décrédibiliser toutes les batailles contre ce qui s’est passé. Vous imaginez que vous allez pouvoir convaincre un juge que le covid était une invention administrative pour la grippe ? Vous allez avoir des gens en face qui vous ridiculiserons en pointant du doigt votre incohérence : comment avoir bataillé pour soigner les gens s’ils n’y avait pas de maladie.

      Je suis désolé d’avoir à vous le dire, mais le problème ne se pose pas comme cela. Peut importe si une personne malade à un « covid » ou une « chtouille » ou une crise d’angoisse. Pour une bonne partie des gens (même des jeunes) si vous ne faites rien des gens vont crever et si vous donnez des traitements les gens vont vachement moins crever.

      Imaginons même que ce soit psychosomatique la réalité est : pas d’ivermecine : les gens crèvent, de l’ivermectine, les gens ne crèvent pas. La démonstration a été faite sur des ehpad en paca. pas besoin de se faire des nœuds au cerveau.

      À partir de là tout discours espliquant que le covid ça a été juste des euthanasies au rivotril, est voué par de sanglants échecs en justice. Parce que pour rivotriler une personne il devait avoir des symptômes (pas de rivotril pour un test positif) et s’il y a des symptômes il y a quelque chose de pas normal au niveau biologique.

      C’est ce quelque chose de pas normal (peut importe le nom, virus ou pas) qu’il faut _traiter_. Nous on l’a attrapé (peut importe ce que c’était) on n’est même pas allez chez le médecin, mais on a eu accès à une plaque de ziverdo qu’on s’est partagé à 2 et en 1/2 journée c’était réglé (après avoir été défoncés pendant 3 jours (à ne pas pouvoir sortir du lit)).

      Le covid semble être un coronavirus alors que la grippe est un Orthomyxoviridae. MAIS si on décide que les virus n’existent pas le covid ne peut pas être une grippe puisque la grippe est aussi un virus.

      J’aime

      • Stanislas dit :

        herve_02

        Votre longue démonstration n’a pas plus de sens que celle qui consiste à démontrer qu’il s’agit d’une arnaque bureaucratique bien réelle, bien démontrable et qui repose sur une affirmation de maternelle : 1 + 1 =2

        Je passe sur le reste..

        J’aime

      • Pierre493 dit :

        Oui il faut soigner c’est essentiel. D’expérience entre ivermectine et doliprane il y a une sacré différence.

        J’aime

      • herve_02 dit :

        @stanislas

        Votre intervention est du même tonneau que les interventions de vérantanplan à l’assemblée : lui beuglait que des enfants tombaient comme des mouches, vous prenez de haut les gens qui parlent des observations sur le terrain. C’est la même face des 2 pièces : une idéologie qui masque la réalité au nom d’une révélation qui ne repose sur rien.

        Cette partition permet juste de diviser encore plus. Il y avait peu de monde pour demander de soigner et maintenant dans ces résistants, il y en a une partie qui expliquent qu’il n’y avait rien. Je trouve étonnant ce revirement « important » (en nombre) alors même que le récit officiel s’effondre et que les juges apparaissent dans le paysage que les « résistants » d’un seul coup, commencent à se déchirer sur la maladie.

        j’ai des pressentiments assez complotistes du coup.

        J’aime

      • Stanislas dit :

        herve 02

        Ayez l’audace de vérifier… c’est simple non ?
        je vous donne toutes les sources et vous passez des semaines à vérifier ce qui provient des organismes officiels de santé publique comme je l’ai fait…

        C’est ce que je vous dis, tout votre blabla ne sert à rien..

        J’aime

  3. livyne dit :

    Se rappeler aussi qu’une séquence de la bactérie provoquant la malaria à été insérée dans le COVID-19 fabriqué.

    Yvette Lethem

    Aimé par 1 personne

  4. Ping : PALUDISME ET COVID :les leçons d’une étrange parenté, pourquoi n’ a t on pas écouté les médecins des pays du Sud? Raoult avait bien raison ! — LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE – La vérité est ailleurs

  5. Françoise Bianchi dit :

    Merci pour votre travail de ré information sur les effets observés du protocole Raoult en Afrique.

    J’aime

  6. Christophe Nicolas dit :

    pourquoi n’ a t on pas écouté les médecins des pays du Sud?

    Mais parce que nos dirigeants sont racistes, seulement, il y a plusieurs façon d’être raciste :

    – Il y a la méthode historique des brutes relative aux origines raciales comme le gars qui s’en prend aux Kurdes
    – Il y a la méthode hypocrite comme nos dirigeants qui n’écoutent pas ceux qu’ils prétendent aider
    – Il y a la méthode perverse comme Zelensky qui fait du racisme culturel contre les Russes, donc qui cherche à faire une épuration ethno-culturelle pour s’approprier leurs biens.

    Enfin, il y a la méthode qui traite l’autre de complotiste qui dénie carrément à l’autre le droit de penser parce que le gens sont trop cons pour juger eux-mêmes, Dieu étant le suprême comploteur à leurs yeux de toujours rappeler le complot de Judas, Caïphe & Co et Hérode avec le concours de Ponce-Pilate… 🙂

    https://www.google.com/search?q=judas+caiphe+valtorta&oq=judas+caiphe+valtorta&aqs=chrome.0.69i59j69i57j0i546l2.19873j0j9&sourceid=chrome&ie=UTF-8

    J’aime

  7. michel Angelosanto dit :

    D’après mes observations, le covid n’existe pas en tant que maladie de la pandémie, ce qu’on constate, ce sont les maladies vaccinales qui ont commencé avant le covid par exemple avec le vaccin anti méningite en Italie qu’on a fait passer pour une épidémie covid.
    On peut compter tous les morts de grippe, enregistrés en tant que morts covid.
    Au microscope l’observation du sang des vaccinés montre des globules rouges infestés de spike, pas les globules blancs mais aussi du graphène (nanotubes et feuilles) ainsi que des objets inconnus comme des morceaux de verre et encore des hydres et des sortes de tiges assez grosses.
    Tout ce qu’on trouve se développe, les spike se multiplient avec les spicules et le graphène pousse et se divise vu qu’il trouve l’eau et le carbone nécessaire.
    Les globules rouges sont les seules cellules du corps qui ne savent pas fabriquer de protéine, il y a donc mutation génétique.
    Et bien sur les vaccinés émettent un signal qu’on peut capter en bluetooth mais ça ne doit pas être un encodage bluetooth, plutôt RFID.
    Ce qui fait que le bluetooth ne peut pas afficher les données fabriquant et modèle d’appareil.
    Pour les soins, il y a bien sur l’artémisia mais j’utilise la décoction de peaux de pamplemousse et citron.
    Les maladies vaccinales se transmettent très facilement. Notre fille est venue nous voir 2 jours, on a gardé nos distances mais on a été obligés de lui faire la bise en venant et en partant du coup on a tout attrapé, spike, graphène, hydres.
    Je tiens a votre disposition les photos des frottis si vous le désirez.

    J’aime

  8. Stanislas dit :

    La comparaison avec le mot grippe n’a pas plus de sens non plus puisqu’il est écrit en toute lettre « infections respiratoires aigües »

    Vous prenez n’importe quel bouquin d’infectiologie et de pneumologie et vous regardez la liste des infections considérées comme respiratoires par les spécialistes qu’elles soient basses ou hautes..

    Il faut repartir au départ et lire la liste des symptômes et « signes évocateurs de cocovide » décrits qui ont évolué depuis..

    et je ne parle même pas de la transformation de la sémantique depuis 2020..

    J’aime

  9. K2r dit :

    La question est rhétorique : Raoult a toujours raison dans ces questions car il place la science et l’expérience, le réel, avant les intérêts marchands de l’industrie pharmaceutique et n’est pas corruptible. La plupart des vrais remèdes vient de molécules naturelles, qu’on peut souvent synthétiser, mais pas breveter, donc proscrites par l’essence même du système capitaliste. Les pays déjà pauvres (les notres le seront rapidement avec l’habileté de nos dirigeants à les brader et détruire pour le compte de leurs sponsors) sont obligés de faire avec ce que mère nature a créé, et ça fonctionne naturellement. Le génial et regretté professeur Montagnier a vu tout de suite pourquoi les traitements contre le paludisme conviennent pour le COVID. Le repositionnement des molécules anciennes est un des enjeux d’une médecine qui voudrait soigner et guérir, opposée à la médecine mécanisée (Louis Fouché explique ça très bien) qui veut générer du profit. À moins d’un miracle de Noël on n’est pas sorti du pétrin.

    Aimé par 1 personne

  10. jacky 350 dit :

    En tout cas ayant eu la chance d’avoir de ivermectine à disposition ,j’ai pu mesurer l’efficacité de ce produit . Je n’ai pas hésité à l’utiliser . Arrivée rapide de toux , grande fatigue , la saturation à 91 . Après quelques heures de la première prise iver , remontée de la sat. Symptômes en diminution . Encore quelques jours de traitement et plus de pathologie.

    J’aime

    • michel Angelosanto dit :

      ceux qui n’on t pas d’ivermectine peuvent remplacer par l’huile de cumin noir. Une CAS le matin pour se débarrasser du graphène. Pour les spike, faire une décoction de peaux de pamplemousse et citron. Ces temps ci, il faut contrôler votre sang une fois par semaine au microscope. Ce n’est pas aussi cher que cela et on peut l’acheter a plusieurs. La maladie vaccinale est insidieuse, vous ne vous rendez pas compte que vous êtes atteints puis c’est la crise cardiaque.

      J’aime

  11. Lau dit :

    L’artemisia annua pousse très bien en France, pour notre part nous prenons un verre tous les 15 jours depuis 2 ans.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s