COVID,VIH,VARIOLE, Monkeypox, CES VIRUS ADORENT QU’ON LES AIDE A MUTER

Le scénario de la Covid recommence avec le Monkeypox et des vaccins dix fois plus dangereux que le Pfizer, autorisés sans essais….

Face à l’augmentation des cas de variole du singe en France, la vaccination préventive contre maladie a été élargie le 8 juillet, les télétoubibs annoncent la cata… Attendons la présentation des gestes barrières??

Le MPX n’est pas un agent pathogène susceptible de devenir une MST dans la population hétérosexuelle. La raison en est que les personnes infectées peuvent la transmettre efficacement à d’autres pendant environ 4 semaines au maximum, puis l’éliminer et devenir essentiellement immunisées à vie.

~ 50 % symptomatiques et ne se livrant pas à des relations sexuelles ~50 % de taux d’attaque (transmission lors de l’exposition) – > MPX ne se propage que dans les réseaux où les gens ont > 1 partenaire sexuel/semaine.

Dans sa forme actuelle, il est très peu probable que MPX devienne une MST en dehors de certains cercles HSH. Les MST sont définies par leur principale voie de transmission (le sexe), mais plus encore, par leur capacité à provoquer des infections à long terme, l’hôte restant infectieux pour les autres pendant des décennies.

Vont ils tous nous piquer contre la variole du singe? Mêmes les anciens vaccinés avant82?

@NiusMarco

·Je rappelle qu’en raison des risques de myocardites des vaxcons covid et monkeypox il faut attendre 4 semaines entre les 2. ACAM 2000 c’est 5.7 myocardites pour 1000. C’est 10x plus de « chance » que d’avoir 2 bons numéros au loto 🤦(0.5%) Des tarés

https://www.cdc.gov/mmwr/volumes/71/wr/mm7122e1.htm

On autorise d’abord et on fait ensuite une étude observationnelle en population générale sans passer par des essais cliniques :

https://www.ema.europa.eu/en/news/ema-recommends-approval-imvanex-prevention-monkeypox-disease

ema.europa.eu

Le bénéfice risque ne résiste pas à l’analyse, même le vieux vaccin anti variolique n’est pas miraculeux et les effets secondaires sont connus et nombreux . La piste des anti viraux est ancienne et si les molécules nouvelles sont couteuses et inefficaces d’autres pistes sont bien connues

Le monkeypox ne demande qu’à muter et les manipulations inquietent…

https://www.science-et-vie.com/les-chroniques-de-science-et-vie-tv/on-a-recree-le-virus-de-la-variole-60600.html

Il aura fallu attendre des mois pour que la Haute Autorité de Santé (HAS) se décide enfin le 8 juillet à définir noir sur blanc les « groupes les plus exposés au virus » de la variole du singe. Soit « les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes et les personnes trans qui sont multipartenaires, les personnes en situation de prostitution, les professionnels exerçant dans les lieux de consommation sexuelle ».

Au total, quatre poxvirus peuvent infecter l’homme : le monkeypox virus (MXV), le virus de la variole (VARV), le cowpoxvirus (CXV)ou variole de la vacheet le virus de la vaccine (VACV) longtemps assimilé au précédent.

La première épidémie non africaine de variole du singe est survenue en 2003 aux USA où elle a été importée depuis le Ghana par plusieurs espèces de rongeurs sauvages, dont le rat de Gambie

Une transmission interhumaine est également possible. En Europe et Amérique du Nord, la maladie atteint surtout de jeunes adultes de sexe masculin et plus fréquemment les homosexuels et bisexuels. Ainsi, le cas d’un sauna du centre de Madrid (aujourd’hui fermé) où les utilisateurs avaient des relations sexuelles.

Ceux qui ont jadis été vaccinés contre la variole présentent pour certains encore des anticorps (immunité humorale) croisés efficaces contre la variole du singe de l’ordre de 10 ans plus tard.

La contagion peut se produire par contact étroit avec la peau ou les muqueuse (yeux, nez, bouche, organes génitaux…), rapports sexuels, face à face avec un positif et contact avec des sécrétions, du sang, des objets (p. ex. vêtements, literie, articles d’hygiène) contaminés par un patient.

Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, s’est dit « inquiet », jeudi 21 juillet, de l’augmentation du nombre de cas de variole du singe lors de l’ouverture de la réunion du Comité d’urgence, demandant conseil aux experts avant de trancher sur l’accession au plus haut niveau d’alerte de l’organisation.

1 LES MANIPULATEURS SE PREPARENT A RENDRE LA MONKEYPOX PLUS LETALE

Les médecins savent bien qu’on ne vaccine pas quelqu’un susceptible d’avoir deja le virus en lui… Vont-ils à un moment se réveiller et réviser leurs classiques ? Faire autant d’études pour en arriver là ça devient grotesque ! Vacciner les cas contact ( qui incubent la maladie) rend la maladie mortelle

Hélène Banoun le rappelle avec justesse

@BanounHelene

La monkeypox, peu létale, va devenir sans doute + sévère si on vaccine les contacts comme le recommande la HAS https://has-sante.fr/jcms/p_3340378/fr/avis-n2022-0034/sespev-du-20-mai-2022-du-college-de-la-haute-autorite-de-sante-relatif-a-la-vaccination-contre-la-variole-du-singe-monkeypox-virus… Incubation 5 à 21j Vacc entre 4 et 14j après contact La vaccination des contacts pour la variole rendait la variole encore + mortelle

https://www.aimsib.org/2020/09/06/vaccinez-les-tous-confinez-les-ensemble-le-triste-exemple-de-1974/

idem avec la rougeole https://xiahepublishing.com/2472-0712/ERHM-2022-00018… Banoun H. Measles and Antibody-Dependent Enhancement (ADE): History and Mechanisms. Explor Res Hypothesis Med. Rougeole et facilitation dépendante des anticorps (ADE) : historique et mécanismes7

Bernard Guennebaud rappelle les heurts et malheurs du confinement et de la vaccination systématique des sujets contacts s’agissant non pas de l’entourage des malades atteints de la variole dans les années 1970. Cet article représente la suite logique des deux premiers de la série(*)(**) et vise à faire comprendre qu’en matière sanitaire les solutions à l’emporte-pièce brutales, généralisées et intuitives sont rarement génératrices des succès espérés. Nos formidables élites vont-elles se souvenir des erreurs passées ou replongeront-elles dans les mêmes ornières?

Eradication de la variole, la désastreuse vaccination des sujets contacts

Deux nouveaux concepts, les « effets Buchwald »

Dr. Gerhardt Buchwald, 1920-2009

Une hypothèse va permettre d’en proposer une explication : le vaccin antivariolique utilisé au cours de la campagne d’éradication et avant posséderait ce que j’appelle « les effets Buchwald » du nom du médecin allemand Gerhard Buchwald qui l’affirma courageusement et sans ambages à la télévision allemande le 2 février 1970, en pleine épidémie d’importation dans l’hôpital de Meschede où il y eu 20 cas et alors que le gouvernement s’apprêtait à vacciner au moins 200 000 personnes ( [6] p. 44) :

– «Sur la première chaîne de télévision publique allemande, (ARD) à l’émission Report,  j’ai lancé un avertissement contre ces vaccinations. A la fin du reportage, j’ai dit que l’élève infirmière Barbara Berndt, 17 ans, n’était pas décédée suite à la variole mais suite à la vaccination antivariolique administrée peu de temps avant. »

Cette élève infirmière avait été vaccinée de façon obligatoire deux fois auparavant puis elle avait reçu une nouvelle vaccination le 16 ou 17 janvier après la déclaration d’un foyer de variole dans l’hôpital de Meschede. Elle décédera le 29 janvier 1970, d’une variole hémorragique 12 jours après cette vaccination. G. Buchwald décrit dans son livre les cas de quatre femmes qui moururent en Allemagne de variole hémorragique peu de temps après avoir reçu une vaccination à l’occasion d’une importation de variole.

Toutes avaient reçu deux vaccinations antivarioliques auparavant et les délais écoulés entre la dernière vaccination et les décès sont entre 10 et 14 jours. La détermination et la lucidité de ce médecin m’ont conduit à proposer de nommer « effets Buchwald » le phénomène qu’il avait bien identifié même si cela était déjà connu un siècle auparavant comme on le verra.

Premier effet Buchwald : chez une personne non immunisée, la vaccination pendant la période d’incubation ou  quelques jours auparavant aggravera la maladie. Collectivement, cet effet se manifestera par un accroissement des formes graves et de la mortalité chez les malades (létalité).

Second effet Buchwald : chez une personne immunisée (par une ancienne vaccination ou une ancienne variole) la même vaccination déclenchera la maladie qu’elle aurait sinon évitée. Collectivement cet effet se manifestera par une amplification des épidémies.

Il devient alors possible d’énoncer le théorème de Buchwald :

Après l’importation d’un cas, la vaccination des vrais contacts avec un vaccin doté du second effet Buchwald déclenchera des épidémies dans des populations même immunisées à 100 %.

2 Depuis des milliers d’années le virus de la variole n’a cessé de muter et de devenir plus méchant avant son eradication(?)

Il faut remonter loin dans le temps: tout commence par une étude sur le mouvement des populations vikings à la fin du premier millénaire. Un projet connexe voit alors le jour, dont l’objectif est d’évaluer la présence d’ADN de la variole sur les restes de 1867 individus. Les scientifiques identifient ainsi 11 personnes du Nord de l’Europe, de l’ouest de la Russie et du Royaume-Uni, qui seraient mortes de la maladie entre l’an 603 et l’an 1050.

Avant cette étude, les traces génétiques les plus anciennes de la variole provenaient du corps partiellement momifié d’un jeune enfant lituanien décédé au 17siècle. La découverte de cet ADN sur des individus de l’époque viking prouve donc que la maladie faisait déjà des ravages 1000 ans plus tôt.

Par ailleurs, les résultats indiquent que le virus qui circulait chez les Vikings ne serait pas un ancêtre de la variole moderne, mais plutôt son petit frère. Ils partageraient en effet un parent commun, qui aurait circulé il y a au moins 1700 ans, c’est-à-dire avant la chute de l’Empire romain. Ce qui confirme d’ailleurs ce que nous savons de l’histoire de la variole: des sources en décrivaient des cas en Inde au 7e siècle et en Asie Mineure au 10e siècle.

Mais depuis quand la variole s’attaque-t-elle  à l’humain? Un des auteurs de l’étude, interrogé par la revue Nature, a analysé les restes de plusieurs individus ayant vécu à l’âge de Bronze, c’est-à-dire il y a entre 10 000 et 13 000 ans. Il n’a trouvé aucune trace de variole.

Le chercheur estime que la maladie aurait commencé à circuler pour de bon il y a 3000 à 4000 ans. Des lésions semblables à celles occasionnées par la variole seraient d’ailleurs visibles sur des momies égyptiennes vieilles de 3000 ans, dont celles du pharaon Ramsès V.

La variole fait partie d’une grande famille, les poxvirus, qui ont pour origine un ancêtre commun qui pouvait apparemment infecter plusieurs hôtes différents. Avec le temps, ce virus se serait spécialisé pour s’attaquer seulement à certaines espèces. C’est ainsi que le virus de la variole en serait venu à préférer l’humain.

Étrangement, la variole ancienne et la variole moderne auraient inactivé des gènes différents. Les deux « frères » auraient donc trouvé chacun leur façon de se reproduire chez l’humain. Certains experts soulignent que ces variations entre les deux génomes signifient que la maladie était probablement différente à ses débuts: elle était peut-être plus répandue, mais moins sévère.

https://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/2020/08/20/retour-aux-origines-variole

La variole, responsable de 300 millions de morts au XXe siècle, a été déclarée éradiquée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le 8 mai 1980, au terme d’une campagne de vaccination massive.

3 UNE HISTOIRE COMPARABLE POUR LE VIH QUI A PU PROFITER DE LA VACCINATION DE MASSE CONTRE LA VARIOLE POUR MUTER ET DE L’ARRET DE CETTE VACCINATION POUR EXPLOSER

En 1987, on a envisagé la possibilité que « l’épidémie de SIDA ait été déclenchée par la campagne de vaccination de masse qui a éradiqué la variole ». Un article du Times l’a suggéré, citant un « conseiller de L’OMS » anonyme avec « je crois que la théorie du vaccin contre la variole est l’explication de l’explosion du SIDA ».,

On pense maintenant que le vaccin contre la variole provoque de graves complications chez les personnes qui ont déjà un système immunitaire altéré, et L’article du Times a décrit le cas d’une recrue militaire atteinte du « VIH dormant » qui est décédée dans les mois qui ont suivi sa réception. Mais aucune citation n’a été fournie concernant les personnes qui n’avaient pas auparavant le VIH.

Actuellement, le VIH est considéré comme une contre—indication au vaccin contre la variole-à la fois pour une personne infectée et pour ses partenaires sexuels et les membres du ménage.

En revanche, un article de recherche a été publié en 2010 suggérant que c’était peut-être l’éradication réelle de la variole et la fin ultérieure de la campagne de vaccination de masse qui ont contribué à l’émergence soudaine du VIH. La théorie était la possibilité que la vaccination contre la variole « pourrait jouer un rôle en fournissant à une personne un certain degré de protection contre l’infection à VIH et/ou la progression de la maladie., »

En se basant sur l’histoire naturelle du VIH et son extension en Afrique, Raymond Weinstein et ses collègues ont proposé l’hypothèse que le déclin des réponses immunologiques à la variole, lié à une éradication de la maladie et à l’arrêt des vaccinations, pourrait être associé à l’explosion du VIH.

La phase épidémique commença à la fin des années 1970-début des années 1980. C’est en Afrique noire que l’on a relevé le plus grand nombre de sous-types du virus VIH-1, phénomène marquant l’ancienneté de la circulation des virus.

Pour vérifier cette hypothèse, les chercheurs ont pratiqué des analyses sanguines auprès de 10 participants vaccinés contre la variole et 10 non vaccinés, et ont exposé leurs cellules au VIH in vitro.

Malgré le petit nombre de participants, les auteurs ont décelé des différences entre les deux groupes quant à la résistance à l’infection au VIH. Les patients vaccinés seraient quatre fois plus résistants au VIH que les non vaccinés.

Il semble que le VIH ne soit pas parvenu à se multiplier ou à un niveau très faible dans les cellules des patients vaccinés contre la variole. Ces résultats suggèrent que la vaccination antivariolique pourrait être adaptée pour conférer une protection significative contre l’infection au VIH.

Indépendamment des effets du vaccin contre la variole lui-même, son utilisation en pratique en Afrique fait partie des catégories d’injections non stériles qui ont pu contribuer à la propagation et à la mutation des virus de l’immunodéficience.

Et oui le VIH mute et deviendrait plus méchant comme en témoigne un variant détecté au Bénélux.

Le virus du VIH est en constante évolution, de telle sorte que chaque personne infectée en présente une version légèrement différente, ce qui n’a la plupart du temps pas d’importance. Mais le variant découvert comporte lui plus de 500 mutations. 

Ce variant répond en effet aux traitements existants, et est en déclin depuis 2010. “Il n’y a pas de raison de s’alarmer”, a assuré à l’AFP Chris Wymant, chercheur en épidémiologie à l’Université d’Oxford et auteur principal de cette étude, publiée ce jeudi 3 février dans la revue Science.

Mais cette découverte pourrait aider à mieux comprendre comment le virus du VIH, à l’origine de la maladie du sida, attaque les cellules.

Ces travaux démontrent également qu’un virus peut bien évoluer pour devenir plus virulent –  

https://www.apmnews.com/freestory/10/129587/le-vaccin-antivariolique-pourrait-avoir-un-effet-protecteur-contre-le-vih

Un article scientifique synthétise les mécanismes spécifiques qui conduisent à des maladies graves  après des injections (cancer, thromboses , Guillain Barré, Alzheimer), mécanismes qui n’existent pas après une infection par le virus https://pgibertie.com/2022/07/25/un-article-scientifique-synthetise-les-mecanismes-specifiques-qui-conduisent-a-des-maladies-graves-apres-des-injections-cancer-thromboses-guillain-barre-alzheimer-mecanismes-qui-n/… via

@giberpa

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour COVID,VIH,VARIOLE, Monkeypox, CES VIRUS ADORENT QU’ON LES AIDE A MUTER

  1. popole dit :

    Monkeypox ? Piqûres en boite de nuit ! What else ? On prend les mêmes qui ont mutilé les chevaux et on recommence .

    J’aime

  2. mauricefisherbarham9196 dit :

    Plus on vaccine,plus on va créer des variants et des virus comme la variole.L épidémiologie vanden Bossche l avait prédit il y a 1 an
    https://www.trialsitenews.com/a/immuno-epidemiologic-ramifications-of-the-c-19-mass-vaccination-experiment-individual-and-global-health-consequences.-1935ddcf

    J’aime

  3. Jean-claude PEREZ dit :

    Il y a 3 mois nous démontrions c perez avec valere Lounnas que le genome du monkeypox a très certainement été manipulé en laboratoire par l insertion ANORMALE de 29 bases T CONTIGUES

    VOIR
    http://dx.doi.org/10.13140/RG.2.2.24746.08645

    J’aime

  4. Ping : LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE :COVID,VIH,VARIOLE, Monkeypox, CES VIRUS ADORENT QU’ON LES AIDE A MUTER – Titre du site

  5. Pierre Driout dit :

    Le plus drôle c’est qu’Anne Hidalgo est persuadée de sauver les Parisiens encore une fois !

    J’aime

  6. domper dit :

    On ne forcera personne, les moutons iront d’eux-même à l’abattoir !

    J’aime

  7. daniel dit :

    Voir le livre de Robert Kennedy « Faucci, Gates » : le virus du VIH n’est pas forcément l’agent le plus probablement responsable du SIDA

    J’aime

  8. Tom DAPI dit :

    Les variants n’existent pas !!! Tout comme les virus… Croire aux variants et aux virus , c’est comme croire au Père Noel!!!! Personne ne l’a jamais vu, personne ne l’a jamais entendu, et par ce qu’on trouve des cadeaux dans la cheminée , c’est qu’il existe! Par ce qu’on fait des séquençages de génomes à la sauce tomate (et ce n’est pas une métaphore) , avec un nombre incalculable (seulement par des « supers ordinateurs ») d’erreurs, alors les virus existent???? Mais on est fou !!! Fou d’y croire, comme de croire encore au Père Noël….
    Les faits scientifiques et prouvés :
    – Aucun virus n’a jamais été isolé, pas même et certainement pas le covid 19
    – Aucune transmission d’aucun supposé virus n’a été prouvée, au contraire il a été prouvé scientifiquement que la transmission du supposé virus du sida par le sang était fausse et impossible, de même pour la transmission du virus de la grippe, etc etc. …
    – Il est prouvé scientifiquement que le séquençage d’un supposé virus, qui ne peut être isolé de toute autre cellule humaine , bactérienne, levurienne , etc… ne peut jamais être absolument sûr exempt de séquences venues de ces cellules autres que le supposé virus recherché (c’est évident , mais tout le monde fait semblant de l’ignorer) quand en plus, on y ajoute des « morceaux manquants » dans la série de séquence tant attendue (déjà très probablement fausse) reconstitué par des calculs donc par un programme (qui ne répète que ce qu’on lui dit de faire), alors normalement quand on est scientifiquement constitué, on dit : Il n’existe aucune preuve irréfutable de l’existence de quelque virus que ce soit !!!! Et alors les variants ??? Mais quelle blague…. Ca ne sert uniquement qu’a faire croire que les vaccins ont été efficaces , donc que les virus existent , donc que les séquençages sont vrais !!! Le serpent de mensonges se mort la queue! Et tout le monde y croit , et pérore sur le père Noël … Il est passé par là , il repassera par là , il a laissé des cadeaux ici, etc etc… N’importe quoi!!! ça fait peine à voir comment on peut se foutre de la gueule du monde qui se jette dans la hotte du père Noël! avec beaucoup trop de naïveté !!!! Mais tout ce cirque , (depuis Pasteur l’imposteur) sert très bien les intérêts de certains qui savent s’en servir à merveille. Le marchand de sable passe encore !
    Juste 3 dernières évidences :
    1) ce qu’on détermine aujourd’hui comme covid variant Demesdeux peut être tout et n’importe quelle maladie sauf une supposé covid , je rappelle que le test PCR de Drosten est faux à 92¨% (autant dire qu’il est complètement faux!) et que les étalons de ce test ne contiennent pas une seule séquence de covid 19 !!!! Mais on continue de dire j’ai la covid par ce que je suis positif à un test de merde !!!! Pour info encore : à la relecture par les pairs un an après la publication (non relue par les pairs) du test pcr de Drosten, pas moins de 18 erreurs fatals (en anglais) on été exposées… Mais on continu toujours et encore! Le pire c’est que l’OMs qui a validé dans un empressement coupable (4 jours après le préprint de Drosten, le 21 janvier 2020) ce test, le savait dés sa publication et même avant … C’est certainement l ‘OMs qui a commandé à ce sinistre Drosten (dont les diplôme sont introuvables et la thèse de doctorat ne serait qu’un vulgaire plagia) ce test débile afin de faire croire au monde en l’existence de ce supposé virus…. Et le pire c’est que ça marche encore , les gens y croient , même le Dr Raoult y croit docilement… ça me fait doucement marrer d’ailleurs: Au début , il exposait ces séquençages de virus…. Et ho surprise , il ne trouvait jamais le même virus… il présentait des arbres généalogiques plus biscornus que celui de ma grand mère avec des racines (fausses) supposés communes… Il n’a pas insisté, tant c’était du grand n’importe quoi… Déjà , ce pauvre Raoult partait sur une hypothèse démontrée aujourd’hui fausse: le virus était déterminé par test pcr!!! il a séquencé tout et n’importe quoi! pas étonnant qu’il ait pour résultat « tout et n’importe quoi » !

    2) Ce n’est pas par ce que tout le monde a les mêmes symptômes, en même temps qu’il s’agit d’une maladie contagieuse ou d’un virus!!!

    3) Est ce qu’un jour, quelqu’un va se demander pourquoi malgré les efforts de big-pharma , les antibiotiques sont efficaces contre certains supposés virus ??? Je peux vous donner des réponses, même si big pharma vous expliquera sans preuves que les bactéries se mêlent à la maladie virale à cause du virus… Déjà , ça c’est très loufoque , dans la nature , deux différents micro-organismes ne colonisent jamais le même milieu !!! Prouvé, re prouvé , comment dans le corps humain se serait possible ? Je veux bien le comprendre , mais il faut me le démontrer !!! Démontrer, pas me le dire…. Ne trouvez vous pas louche , cet empressement à éviter , interdire les anti biotiques contre des maladies dites virales? Depuis quelques temps, je veux bien croire que c’est justement les traitements efficaces qui vont à l’encontre de la doxa (les vaccins) et donc à l’encontre des intérêts de big pharma , qui sont précisément interdits!

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s