LA POLITIQUE ECONOMIQUE DE MACRON NOUS A ENVOYE DANS LE MUR

Ukraine , Covid, mais surtout dégats de Hollande et de Macron…

Le prochain ou la prochaine présidente auront à gérer une France dévastée. Les données conjoncturelles ne doivent pas cacher une dégradation

Les indicateurs de la compétitivité de la France à l’exportation, déjà en recul en 2020, se dégradent encore en 2021. La France semble renouer avec deux caractéristiques du recul de sa compétitivité au cours des années 2000. D’une part, les pertes de parts de marché à l’exportation vont de pair avec le recul relatif de l’industrie. D’autre part, le recul des parts de marché concerne quasiment toutes les catégories de produits manufacturés.

– Le déficit commercial a atteint un niveau record de 85 milliards d’euros en 2021, après 65 Md€ en 2020, selon les Douanes. Par rapport à l’avant-crise Covid, le déficit des échanges de marchandises s’est creusé de près de 27 Md€. Alors que le déficit de la balance énergétique a légèrement diminué, la dégradation est imputable aux produits manufacturés.

– Le déficit de l’ensemble des échanges de biens et services, s’est creusé de plus d’un point de PIB depuis 2019 (solde le plus complet estimé dans la comptabilité nationale).

– La part des exportations françaises dans celles de la zone euro est à son niveau le plus bas depuis 2000. La part française des exportations de biens et services est passée de 14,5% en 2019 à 13,7% en 2020 et 13,6% en 2021, soit un recul de 1,9 point depuis 2019. Ce recul, qui représente une perte de revenu de 51 Md€ en 2021 (environ 2 points de PIB), est entièrement imputable aux exportations de biens et concerne la quasi-totalité des catégories de produits manufacturés.

La part de la valeur ajoutée de l’industrie manufacturière française dans celle de la zone euro diminue de 14,7% en 2019 à 13,9% en 2021. Les pertes de parts de marché à l’exportation apparaissent ainsi fortement corrélées avec la désindustrialisation relative de la France par rapport à la moyenne européenne, et notamment relativement à l’Espagne et à l’Italie.

La perception de la qualité de l’ensemble des biens intermédiaires et d’équipement français est plutôt bonne et suit une tendance stable depuis le début des années 2000. Si le classement des biens intermédiaires décline depuis 2011 jusqu’à atteindre le 5ème rang en 2021, ce n’est pas le cas des biens d’équipement mécanique, ni des biens d’équipements électrique et électronique qui confirment en 2021 leur 3ème place acquise en 2019.

• Sur la compétitivité-prix, les produits français ont retrouvé le bas du classement, la performance en termes de rapport qualité-prix est contrastée

La nette amélioration de la perception de la compétitivité-prix des biens d’équipement mécanique, électrique et électronique français entre 2017 et 2019, passés de la 8ème à respectivement la 3ème et la 2ème place, n’aura été qu’un bref rebond: ils chutent à la 9ème place en 2021. Les biens intermédiaires, qui oscillent depuis 2011 autour du 8ème rang, gagnent une place en 2021 (7ème), c’est l’unique point d’amélioration de cette édition.

Au total, le rapport qualité-prix français est jugé plutôt bon s’agissant des biens intermédiaires et des biens d’équipement électrique et électronique (4ème rang) mais mauvais s’agissant des biens d’équipement mécanique (8ème).

• La position française se dégrade aussi sur la plupart des autres critères ‘hors-prix », plus ou moins fortement selon les produits

On constate un recul général des positions françaises entre 2019 et 2021 sur les critères « ergonomie-design », « contenu en innovation technologique », « notoriété », « délais de livraison », « ensemble des services associés aux produits », « variété des fournisseurs », qui va de 1 à 7 places selon les produits et critères. Depuis 2000, la tendance est globalement orientée à la baisse pour l’ergonomie-design et dans une moindre mesure la notoriété. Les tendances de long terme sont moins nettes pour les autres critères.

• Une dérive du déficit structurel dangereuse pour la soutenabilité de la dette publique

Le PLF 2022 s’inscrit dans la tendance du quinquennat 2017-2022 avec :

– un recul des prélèvements obligatoires. Le taux de prélèvement obligatoire atteint 43,7% en 2021 et 43,5% en 2022, contre 44,4% en 2016 et 45,1% en 2017.

– une absence d’effort structurel d’économies de dépenses publiques. Le déficit structurel (hors déficit lié à la conjoncture et mesures ponctuelles) passerait de 2,4% en 2017 à 4,7% du PIB en 2022, soit une dégradation de 2,3 points sur le quinquennat quand la programmation initiale des finances publiques prévoyait une amélioration de 1,4 point.

Il est prévu de le ramener le déficit public de 205 Mds€ fin 2021 à 125 Mds€ fin 2022, après la fin des mesures d’urgence Covid. La dette publique représenterait 114% du PIB fin 2022 (+16 points sur le quinquennat). En retenant une croissance tendancielle de +0,9% par an à partir de 2025, elle approcherait 130% du PIB en 2030.

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

14 commentaires pour LA POLITIQUE ECONOMIQUE DE MACRON NOUS A ENVOYE DANS LE MUR

  1. Ping : LA POLITIQUE ECONOMIQUE DE MACRON NOUS A ENVOYE DANS LE MUR — LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE – La vérité est ailleurs

  2. Jean Sentrais dit :

    Nous avons perçu que l’EMmerdeur aussitôt qu’il touchait de l’économie, tout était pour Lui, rien n’était pour Nous !

    Ce fut d’un saccage systématique cataclysmique mené par un sinistre Fou furieux …

    J’aime

  3. K2r dit :

    Ça fait très longtemps qu’on nous menait dans le mur. Mais on y allait pépère, et c’était encore un peu loin. Là on a accéléré et le mur est tout près. Il devient donc urgent de mettre au pouvoir des dirigeants qui sauront affirmer que les dettes illégitimes ne seront pas remboursées. Ça suppose une souveraineté politique et monétaire. Voir Asselineau par exemple. Ce n’est pas par hasard qu’il n’a pu participer à la présidentielle. Mais il ferait un excellent premier ministre ou un ministre des finances. Sans ces approches, on ne reboursera pas d’avantage la dette, mais nous serons ruinés.

    J’aime

  4. Greg dit :

    Le ruissellement semble bien fonctionner !!! Mais que pour l’EMpoisonneur !!
    Plus une seule bouteille d’huile de tournesol et kg de farine dans tous les supermarchés de ma région !! Donc il y a bien début de pénurie contrairement à ce que raconte la pourriture de ministre de l’économie !
    Vu que les gens se battaient déjà que pour du Nutella, il va falloir faire ses courses avec un casque !!!
    Certaines communautés ne sont pas prêtes à se restreindre !! Guerre civile en France dans les prochains mois !!

    J’aime

  5. Ping : LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE:LA POLITIQUE ECONOMIQUE DE MACRON NOUS A ENVOYE DANS LE MUR – Titre du site

  6. Ping : LA POLITIQUE ECONOMIQUE DE MACRON NOUS A ENVOYE DANS LE MUR | Qui m'aime me suive…

  7. Tom DAPI dit :

    Je rappellerais que la Grèce a été déclarée insolvable ou en cessation des paiements avec 110% d’endettement!
    On sait maintenant comment , les banques françaises (CA, BNP , SG et BPCE) s’y sont retrouvées:
    Elles se sont fait rembourser leurs encours douteux grecque par la …… BCE! Et la BCE à compensé ces encours par des cotisations de tous les pays et des entrées massives de non résidents (Chine? Pays de l’OPEP?) … Magouille et compagnie en somme…
    Et pour nous, qui va payer?
    Macron n’a pas braqué une banque , Macron a braqué la France entière !!! En prison pour le restant de sa vie ce traitre! (sans compter les meurtres vaccinaux sciemment mis en places!)

    J’aime

  8. Ping : MACRON DETRUIT L’ ECONOMIE FRANCAISE – Titre du site

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s