ESSAI PFIZER / MA REPONSE AUX DETRACTEURS, JE PERSISTE IL Y A UN GROS PROBLEME AVEC LA DUREE OFFICIELLE DE L’ ESSAI

En étudiant les données démographiques de l’essai Pfizer  j’ai mis en évidence l’impossibilité statistique  d’un suivi sur 4 ou six mois. Il y avait trop peu de décès dans l’essai  en comparaison du taux de mortalité  attendu habituel .

L’article a été lu, relu  et a fait parler.

Ari Kouts  fervent partisan des injections l’ a repris de manière quelque peu agressive mais je veux lui répondre en précisant l’ensemble des données . Je suis maintenant convaincu de deux impossibilites statistiques

Il n’est pas possible compte tenu de la composition de la cohorte de 44000 personnes de n’avoir comptabilisé que 8 décés entre la première dose et un mois après la deuxième . Toutes causes confondues il y en a eu certainement plus de 30

Sur la totalité de l’essai officiel de six mois ils enregistrent 36 décès , là encore c ‘est impossible en tenant compte de l’age de la cohorte toutes causes confondues il sera statistiquement impossible d ‘en compter moins de 120

Les modalités de calcul sont complexes car il y a deux bases de données différentes, j ai tout revu pour ne conserver que les données les plus récentes de novembre 2021.

https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/nejmoa2034577

https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMoa2110345

Il écrit :

En effet, en 2020 le taux de mortalité US annuel est d’environ 1%, (3 326 805 décès pour 328 239 523 de personnes). Le taux de mortalité de l’essai est plus proche des 0,1% (35/44 000) sur 4-6 mois On va voir plusieurs points

Donc acte il y a un os…

Il poursuit

On prend comme base les US, qui sont sur-représentés dans l’essai

Il écrit:

L’essai n’est pas totalement représentatif de la population américaine Il y a 60% de blancs en réalité et 18% d’hispanique (82% et 26% dans l’essai), 42% d’obèses (34% dans l’essai), et bien plus que les 21% présents qui ont une comorbidité (40-50% hors obésité dans la pop gen)

Petite correction les hispaniques sont inclus dans les blancs ici Donc c’est 76% VS 82% par rapport un US (blanc incluant hispaniques)

L’essai n’est pas totalement représentatif de la population américaine Il y a 60% de blancs en réalité et 18% d’hispanique (82% et 26% dans l’essai), 42% d’obèses (34% dans l’essai), et bien plus que les 21% présents qui ont une comorbidité (40-50% hors obésité dans la pop gen)

Il a raison.

l’essai Pfizer oublie  des catégories : rien pour les très âgés rien pour les femmes enceintes.

Je remercie Ari pour avoir souligné la fragilité de l’essai. Les injections ne protègent pas ceux en ont besoin

Il ajoute :

Autre point: les critères d’inclusion. Des personnes en bonne santé ou avec des maladies chroniques stabilisées, des personnes sans risque d’immunodéficience, acquise ou potentielle, on enlève déjà une population à risque de l’étude

Un autre de mes lecteurs Xavier avait lui aussi souligné ce fait.

EFFECTIVEMENT L’ESSAI NE DEMONTRAIT RIEN POUR LES PERSONNES A RISQUES

ARI A RAISON SUR CE POINT PRECIS : LA POPULATION DE L’ESSAI EST EN MEILLEUR ETAT QUE LA POPULATION AMERICAINE

avec les taux de mortalité américains la cohorte de l’essai Pfizer aurait du enregistrer plus de 200 décès sur 6 mois et non 36

C’est d’ailleurs pour cela que je n’ai pas utilisé les taux de mortalité de la population américaine mais ceux de la France…

A titre de comparaison aux Etats Unis le taux de mortalité annuel des 65 /74 ans dépasse les 19 pour mille , trois points de plus qu’en France.

De plus pourquoi prendre en référence les Etats Unis pour une étude qui aurait eu également lieu en Afrique du Sud, Brésil  et Argentine

J’ ai comparé avec la mortalité française et les tables de mortalité de notre pays, pas celle des Etats Unis . Pourquoi ? tout bêtement parce que les indicateurs de l’essai  et en particulier les comorbidités  étaient proches de la population française. En Avril le conseil scientifique évaluait à 17 millions les personnes en risque dans notre pays

Je reconnais cependant que la population française est en meilleur état que la population de l’ essai .  Nous n’avons que 17% d’obeses contre 34%dans l’essai

Je reconnais qu’il faut prendre en compte la saisonnalité, l’essai a eu lieu l’automne et l’hiver.

Mais ces deux données  conduisent à attendre un taux de mortalité plus important dans l’essai  que dans la population française

Ari poursuit:

A noter monsieur fait une grosse erreur il n’y a pas 23 000 participants entre 55 et 75 ans mais plutôt 15 000

Probleme on part de 44 000 participants officiels pour la premiere dose puis ils fondent fondent pour tomber à 41 000 (voir ci dessous ) quand les statistiques d’âges precises sont données

Nous avons trois étapes qui rendent confuses les données

1 de la premiere injection à un mois après la deuxième dose donc au moins 7 semaines avec 8 décès toutes causes confondues (3 vaccinés 5 placébos) et pour 44000 personnes C’est impossible!

2 de un mois après la deuxième dose à la fin de la période en double aveugle : on aurait 13décès de vaccinés et 10 non vaccinés

3) la période en double aveugle se termine l’observation se poursuit et on compte 5 deces de plus, tous vaccinés pour 41000 participants

TOTAL 21 VACCINES ET 15 NON VACCINES DONC 36 DECES POUR UNE OBSERVATION DE 6 MOIS PORTANT SUR 44000 PERSONNES C est impossible

Mon contradicteur s’appuie sur les statistiques données tardivement à la fin du double aveugle ,

La répartition précise par classe d ‘âge n’est fourni qu’à ce moment là et il est vrai que les plus de 55 ans sont 16850 Au début de la vaccination ils étaient plus nombreux, 18000 (42% de 44000)J ai fini par trouver dans l’édition du NJEM de novembre 2021 : 17883

Je me suis trompé, lui aussi .

J’ ai appliqué les taux de mortalité par catégorie d’âge de notre pays aux catégories d’âges de l’étude pour calculer la mortalité normale attendue , c’est très simple.

Calculer la mortalité attendue pour 44 000 personnes sur la période suivant la premiere injection

Nous n’avons la répartition par classe d’âge que 7 jours après la deuxieme dose , nous majorerons de 8% les effectifs pour l’ensemble de la période vaccinale

Pour 4550 personnes entre 55 et 65 ans  . Le taux de mortalité se situe à 6,5 pour mille . donc 30 deces

pour les 4150 entre 65 et 75 ans le taux de mortalité est de 12 pour 1000 donc 50 décès

1850 ont plus de  75 ans avec un taux de 18 à 183%0 , Il est difficile de trouver le bo n taux de mortalite  .Si on prend 10% cela donne 185 décès ,8 0 pour 1000 donne 150décès

Il faudrait y ajouter les décès attendus pour les moins de 55 ans ?  en retenant un taux de mortalité de 1, 2 pour 1000  au moins 25 par an

Mon seul tort , avoir été trop rapide, je corrige donc :

Au moins 5 décès par semaine

Pfizer annonce 8 décès entre la premiere dose et un mois après la seconde soit sept semaines

COMMENT ONT ILS FAIT? COMBIEN DE DECES DISSIMULES

Pfizer annonce 31 décès de la premiere dose à la fin de la partie double aveugle soit 23 de plus qui inter viendraient au dela d’un mois après la deuxième dose eeet avant la vin du double aveugle

Nous sommes très loin des 36…

Encore faut il ajouter qu’en tenant compte des observation de Ari, saisonnalité, état de santé du groupe moins bon que la population française nous aurions pu attendre plus

En appliquant les taux de mortalité de la population américaine  c’est beaucoup plus.

2) Sur la totalité de l’essai officiel de six mois ils enregistrent 36 décès , là encore c ‘est impossible en tenant compte de l’age de la cohorte toutes causes confondues il sera statistiquement impossible d ‘en compter moins de 120

Désolé Ari je persiste signe, l’essai Pfizer n’ a pu durer 6 mois, deux tout au plus ou alors tout est bidonné

Désolé Ari je persiste signe, l’essai Pfizer n’ a pu durer 6 mois, deux tout au plus ou alors tout est bidonné

L’argument choc: la FDA surveillait…Brook Jackson a eu la mauvaise idée de signaler les magouilles de

Ventavia Research Group, à la FDA, et c ‘est elle qui a été virée…https://www.bmj.com/content/375/bmj.n2635.full.print

Le laboratoire et la FDA auraient caché des données compromettantes pour ne pas freiner la campagne de vaccination, quand bien même celles-ci pourraient avoir un impact sur les conclusions de l’étude.

Des scientifiques poursuivent la FDA pour les données sur lesquelles elle s’est appuyée pour autoriser le vaccin Covid-19 de Pfizer

https://aaronsiri.substack.com/p/scientists-sue-the-fda-for-data-it

Le professeur Holly Janes du Fred Hutch Cancer Research Center de Seattle a conçu les tests défectueux de Pfizer. Son institut est financé par des fonds de la Fondation Gates. Le Dr Steven Pergam, membre du comité de la FDA, fait également partie du centre Fred Hutch financé par la Fondation Gates. Président par intérim du comité, Arnold S. Monto était un consultant rémunéré par Pfizer. Archana Chatterjee, membre du comité, a travaillé sur un projet de recherche de Pfizer lié aux vaccins pour les nourrissons entre 2018 et 2020. Geeta K. Swamy est présidente du « Comité indépendant de surveillance des données pour le programme de vaccins contre le streptocoque du groupe B de Pfizer », un comité parrainé par Pfizer. L’Université Duke déclare que « le Dr Swamy est co-investigateur de l’essai du vaccin COVID-19 de Pfizer ». Gregg Sylvester, membre du comité de la FDA, était vice-président de Pfizer Vaccines. Ofer Levy, professeur de pédiatrie à la Harvard Medical School, a déclaré soutenir vigoureusement les vaccins anti-covid de Pfizer pour les enfants de 12 ans et plus. Et Paul Offit, membre du comité de la FDA et professeur de pédiatrie à l’hôpital pour enfants de Philadelphie, a ouvertement demandé en juin dernier l’autorisation d’administrer le vaccin anti-covid aux enfants.

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour ESSAI PFIZER / MA REPONSE AUX DETRACTEURS, JE PERSISTE IL Y A UN GROS PROBLEME AVEC LA DUREE OFFICIELLE DE L’ ESSAI

  1. KOIKILENSOI dit :

    Quoiqu’il en soit un essai randomisé est-il éthiquement défendable ?

    J'aime

    • Hubert dit :

      De fait, et cela a déjà été écrit
      Hubert Gallée,
      Climatologue et épidémiologiste
      PS.: ce sont les mêmes combats contre les multinationales: les climatologues contre les multinationales du pétrole et les épidémiologistes contre les multinationales pharmaceutiques.

      J'aime

      • KOIKILENSOI dit :

        Est-ce la réponse à ma question ?

        Par rapport à votre PS : c’est le combat aussi fanatique qu’intéressé de Gates et Schwab et consorts et complices gouvernementaux préparant leur « reconversion » afin d’améliorer encore leur belle retraite. .

        Il serait intéressant de savoir ce qu’en pensent Musk et Bezos pour le moins

        J'aime

  2. LEPETIT-TESTON Stéphan dit :

    Cet Ari , présent H 24 et 7 jours sur 7, toujours poli et un poil méprisant avec ceux qui ne partage pas son avis , développe des arguments très orientés et partisans bien construits quitte a s’arranger un peu avec la réalité . Toujours disponible pour appuyer la doxa gouvernementale . A mon avis il s’agit d’un pseudo utilisé par un groupe motivé par un intérêt financier en mission pour BigPharma Ou une organisation d’état pour éteindre toute opinion divergente de la version officielle . On finira pas savoir

    Aimé par 2 personnes

  3. Ping : ESSAI PFIZER / MA REPONSE AUX DETRACTEURS, JE PERSISTE IL Y A UN GROS PROBLEME AVEC LA DUREE OFFICIELLE DE L’ ESSAI - Résistance

  4. Il me semble que:
    – Sur les 2 cohortes de 22 000 personnes, env 18 000 ont vraiment participé (il y a déjà là de quoi trouver des EI fatales et décès toutes causes)…reste à voir si quelle proportion de vacc ou placebo a quitté en 1er suivi de l’autre (arbitrairement pour maintenir l’homogénéité de l’appariement).
    – Les 2X 22 000 n’ont pas été injectés le même jour, cela c’est fait sur plusieurs semaines (voir 3 à 4 mois): l’essai a durée 6 mois mais la durée médiane d’observation est de seulement 2 mois.
    – Cela implique donc que les cobayes n’ont pas été injectés tous au même moment de l’épidémie. Donc on compare des choux et des carottes.
    – Il apparait que la mortalité toute cause gêne nos labos et gvt car elle relativise grandement le caractère catastrophique du covid.
    -Faire une étude sur réellement 6 mois pour tous les cobayes aurait forcément montré l’aspect « marginale » de la mortalité covid vs mortalité toutes causes.

    Aimé par 1 personne

  5. Hubert dit :

    Vous devriez publier ce truc dans une revue avec relecture par les pairs car il en vaut la peine. Cela permet de faire la synthèse de ce que l’on sait, d’entrer dans le champ de la contradiction qui est la seule façon de faire progresser la science (et la connaissance), de s’affranchir de ceux parmi les détracteurs qui agissent pour le compte d’autres intérêts que ceux purement scientifiques et qui sont donc suspects. Le gros problème de l’épidémiologie est qu’il n’y a pas comme en climatologie d’organisme comme le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) qui organise le débat contradictoire. Du coup on tombe dans la vision dogmatique propre aux religions: Allah est grand (i.e., le COVID est grand) et le gouvernement est son prophète. Tout çà fait entre autres que les articles déposés sur une banque de preprint d’articles médicaux comme medRXiv, et qui de ce fait ne sont pas encore relus par les pairs, sont malgré tout pris pour argent comptant. Et cela conduit à des erreurs catastrophiques (voir par exemple l’article de l’Institut Pasteur qui a été utilisé pour justifier les décisions tout aussi catastrophiques de Macron le 12 juillet). Si seulement c’en était resté au ridicule mais il y a des milliers de morts…. Et tout çà sans préjuger des conflits d’intérêts qui doivent amener tôt ou tard le gouvernement français à répondre de ses actes auprès devant la Cour Pénale Internationale.
    Hubert Gallée, climatologue et épidémiologiste.

    Aimé par 1 personne

  6. Yves dit :

    bonjour, bravo pour votre travail considérable qui nous aide à comprendre cette situation plus qu’étrange …et à tenir le coup…

    juste un détail en passant, il doit y avoir une erreur de calcul : il ne peuvent pas être 25000 entre 55 et 75 ans, alors qu’ils sont 23 000 entre 16 et 55 ans et que le total est de l’ordre de 40 000. Le nb de 15 000 annoncés me semble plus juste.
    ça ne change pas forcément votre conclusion.

    Aimé par 1 personne

  7. Julien Foki dit :

    Vous lui faite bien trop d’honneur à prendre le temps de lui répondre. En effet il s’attaque à vous car vous avez fait quelques erreurs de calcul, il a vu une faiblesse donc il s’engouffre pour essayer de décrédibiliser tout votre travail. C’est devenu un grand classique de nos jours …

    J'aime

  8. rotillon dit :

    il me semble qu’il y a quand même un problème avec le nombre de personnes entre 55 et 75a
    peut-être est ce dû à une présentation confuse dans le tableau
    en effet la ligne des plus de 55 a montre clairement 16850 personnes; dans ce cas il ne peut pas y avoir 25000 entre 55 et 75a,mais plutôt 16850-1712. des plus de 75a, et on trouve effectivement. 15138, et Arif aurait raison
    ou bien la ligne de plus de 55a doit s’interpréter comme étant celle des plus de 55a mais des moins de 65 auquel cas effectivement on est autour de 25000;, mais notez que si tel est le cas, la présentation prête à confusion

    Aimé par 1 personne

  9. rotillon dit :

    désolé, je n’avais pas vu les messages précédents qui corrigeaient le tir mais effectivement ça n’invalide pas semble t il l’analyse

    Aimé par 1 personne

  10. Ping : ESSAI PFIZER J AI TOUT RECOMPTE ET C EST ENCORE PIRE | LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE

  11. Ping : ESSAI PFIZER / MA REPONSE AUX DETRACTEURS, JE PERSISTE IL Y A UN GROS PROBLEME AVEC LA DUREE OFFICIELLE DE L’ ESSAI – PAGE GAULLISTE DE RéINFORMATION . Les médias nous manipulent et nous mentent, sachons trier le bon grain de l ivraie

  12. Avlula dit :

    Pour vos considérations statistiques sur l’essai, de base je trouve bizarre que vous fassiez comme si les participants avaient été tirés au sort dans la population et donc seraient représentatifs de celle-ci. Alors qu’il faudrait plutôt s’intéresser au genre de personnes qui se présente comme volontaires à un essai clinique de vaccins. Est-ce le genre de personnes qui bricolent dangereusement et décède d’accidents domestiques ? Qui boit jusqu’à pas d’heure et finit dans un platane ?
    De manière générale ce serait bien qu’on arrête d’essayer de voir de la vérité dans les statistiques, pire, de les utiliser pour tenter de dire que le réel n’est pas le réel (et donc qu’on nous ment etc.), ça va trop loin, surtout quand on n’a pas envisagé d’hypothèses alternatives.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s