MOURIR DE LA COVID OU DE CO INFECTIONS ! Une nouvelle étude dévoile que presque tous les malades gravement atteints sont victimes en même temps d’autres virus et surtout d’attaques bactériennes

Si cette approche est confirmée alors il sera encore plus facile de prouver que les pays comme la France qui refusent l’utilisation d’antibiotiques pratiquent des choix criminels

Les médecins sérieux ont depuis plusieurs mois compris les effets miraculeux de l’azithromycine , à la fois anti viral et antibiotique  surtout combiné au zinc.

Pour savoir de quoi souffrent les malades il faudrait une étude poussée qui n’est jamais effectuée. Tel est l’apport de la publication  qui porte sur 68 données publiques de séquenç age .

https://peerj.com/articles/10246/#

Le SRAS-CoV-2 a été identifié chez tous les patients sauf trois. Le virus de la grippe de type A (H7N9), le virus de l’immunodéficience humaine, le rhabdovirus, le métapneumovirus humain, l’adénovirus humain, l’herpèsvirus humain 1, le coronavirus NL63, le parvovirus, le virus simien 40 et les séquences des génomes du virus de l’hépatite ont été détectés chez des patients infectés par le SRAS-CoV-2.

Les tests seraient  souvent négatifs à la covid pour des malades atteints en même temps de la grippe ( quid des vaccinés contre la grippe ?)

 Par ailleurs, un groupe très diversifié de populations bactériennes a été observé dans les échantillons.

Bactéries du système digestif, il se passerait quelque chose dans les boyaux… Tous les chercherurs sérieux savent que la maladie se propage comme la gastro ( et pas dans l’air) ; que les eaux usées sont gorgées de virus.

L’intérêt pour le biotope a été remarqué  au printemps par deux chercheurs ;

https://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/nouveau-modele-transversal-du-224084

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/covid-19-et-si-l-orage-de-223037

Ces approches furent fortement critiquées, sans doute trop vite.

Il y a aussi  des  Bactéries multirésistantes associées aux infections nosocomiales dans le monde entier, comme E. hormaechei , S. aureus , P. multocida et A. baumannii , ont été détectés dans Covid-19 patients infectés ( Lee et al, 2017. ; Monahan et al ., 2019 ). La plupart des infections causées par les bactéries mentionnées précédemment surviennent chez des patients gravement malades et / ou immunodéprimés dans le cadre de l’unité de soins intensifs (USI) 

Le DR DELEPINE, dans France Soir rappelle le précedent de la grippe espagnole

Les Covid-terroristes veulent ainsi réveiller la peur ancestrale de la deuxième vague de la grippe espagnole, celle qui a tué des dizaines de millions de personnes. Mais ils ne précisent jamais que la deuxième vague n’était pas une vague virale, mais une épidémie d’infections bactériennes facilitées par l’épidémie virale, à une époque où il n’y avait pas d’antibiotiques.

Il ne s’agit pas de supputations, mais de faits avérés publiés dans des revues internationales à comité de lecture [1] et aux congrès de l’American Epidemiological Society [2], en particulier par le célèbre docteur Fauci[3] et son équipe. 

Leur très complète analyse de près de 100 publications montre que 92,7% des cultures pulmonaires d’autopsies des décédés de 1919 étaient positives pour au moins une bactérie. Des flambées de pneumonies à méningocoque compliquant la grippe ont également été documentées[4]

« Dans une étude portant sur environ 9000 sujets suivis du début clinique de la grippe à la guérison ou à l’autopsie [5], les chercheurs ont obtenu, des cultures de pneumocoques ou de streptocoques à partir de 164 des 167 tissus pulmonaires échantillons. Il y avait 89 cultures pures de pneumocoques ; 19 cultures à partir desquelles seuls les streptocoques ont été récupérés ; 34 qui ont donné des mélanges de pneumocoques et / ou de streptocoques ; 22 qui ont donné un mélange de pneumocoques, de streptocoques et d’autres organismes.

 Il n’y avait aucun résultat négatif de culture pulmonaire.

L’accumulation de preuves depuis un siècle et les travaux d’une génération antérieure de pathologistes, indique que la grande majorité des décès pulmonaires dus à des virus grippaux pandémiques résultent d’interactions mal comprises entre les virus et infections secondaires dues à des bactéries qui colonisent les voies respiratoires supérieures. Ces données éclairent une histoire naturelle dans laquelle le virus s’étend rapidement et de manière diffuse le long de l’arbre respiratoire, et endommage suffisamment l’épithélium pour briser la barrière naturelle à la propagation bactérienne, créant à la fois une voie directe de propagation bactérienne secondaire et un environnement favorable à la croissance bactérienne ».

À l’ère moderne, l’utilisation généralisée et facile d’antibiotiques

Et la mise en place d’un traitement en unité de soins intensifs qui prolongent la vie rendent plus difficile de préciser l’importance de l’infection bactérienne pulmonaire dans la mortalité liée à la grippe. Les gériatres qui suivent les patients âgés y compris dans les EHPADs avaient pour habitude de les traiter rapidement quelques jours par des antibiotiques à tropisme pulmonaire chaque année à l’apparition de grippe ou d’infections pulmonaires. Beaucoup n’ont pas compris l’interdiction qui leur en a été faite cette année par l’Etat. Des familles ont réclamé aussi la prescription « habituelle » et n’ont pas accepté le décès rapide de leur proche de supposé covid et en tous cas non traité. Les plaintes accumulées nous en diront peut-être plus un jour.

La pandémie de grippe de Hong Kong de 1968 a été à l’époque considérée comme relativement bénigne [6] et les études d’autopsie rares, mais les observations dont on dispose militent fortement pour l’étiologie bactérienne fortement majoritaire des décès. Des cas mortels de pneumonie virale liée à la grippe avec peu ou pas de croissance bactérienne continuent d’être identifiés [7] [8], mais leur incidence semble faible, même lors des pics de pandémie.

La question du mécanisme de la pneumonie mortelle associée à la grippe est importante ; le fait que même les lésions tissulaires sévères induites par le virus sont normalement suivies d’une réparation rapide et étendue [9] [10] suggère qu’un traitement précoce et agressif, comprenant des antibiotiques et des soins intensifs, pourrait sauver la plupart des patients.

L’interdiction faite aux médecins français de traiter par antibiotiques les Covid19 débutants est certainement responsable en partie de la mortalité record de la France[11] actuellement dans le top 6 des plus fortes mortalités par million d’habitants des 53 pays de la Zone Europe. Cette décision est parfaitement incompréhensible, car si même supposée inefficace par certains, elle ne peut en aucun cas être péjorative. Il faudra bien qu’un jour le ministre explique, a minima, d’où est sortie cette injonction aberrante.

La conclusion du DR Fauci est toujours d’actualité : « le présent travail nous amène à conclure qu’en plus de ces efforts critiques, la prévention, le diagnostic, la prophylaxie et le traitement de la pneumonie bactérienne, ainsi que le stockage d’antibiotiques et de vaccins bactériens, devrait figurer parmi les plus hautes priorités de la planification en cas de pandémie. »

Ce n’est pas le confinement [12] qui peut éviter les morts de cette pseudo vague, mais bien les antibiotiques administrés précocement, dès les premiers symptômes cliniques.

 Risque d’infections bactériennes aggravé par le port prolongé du masque en conditions non optimales[13]

On ne peut que souligner le facteur aggravant, pour la fréquence des infections respiratoires bactériennes, qu’est le port prolongé du masque qui prive de 19,5% d’oxygène, et abaisse les défenses immunitaires. Vous savez et avez peut-être déjà expérimenté que le masque occasionne souvent de violents maux de tête[14]

Il réinjecte en circuit fermé les charges virales et bactériologiques, risquant d’aboutir à des infections ORL et pulmonaires graves –car la vapeur d’eau rejetée à chaque expiration entretient derrière le masque une mini atmosphère chaude très humide – favorable à la prolifération bactérienne. 

 On remarquera que de nombreux jeunes gens présentent quelques signes respiratoires qui guérissent miraculeusement avec quelques jours d’Augmentin, qu’ils aient été baptisés covid ou non à l’occasion d’un test PCR dont chacun devrait commencer à connaitre l’absence totale de fiabilité.

[1] D M. Morens, Je K. Taubenberger, A S. Fauci Predominant Role of Bacterial Pneumonia as a Cause of Death in

Pandemic Influenza : Implications for Pandemic Influenza Preparedness J Infect Dis. 2008 October 1 ; 198(7) : 962–970. Doi :10.1086/591708

[2] Réunion annuelle 2006 de l’American Epidemiological Society, Berkeley, Californie, 30 mars 2006 ; et réunion annuelle 2007 de l’American Epidemiological Society, Boston, Massachusetts, 26 mars 2007

[3] Le fort célèbre directeur du CDC américain et conseiller des chefs d’état américains

[4] Holm ML, Davison WC. Meningococcus pneumonia. I. The occurrence of post-influenzal pneumonia

In which the diplococcus intracellularis meningitidis was isolated. From observations at Camp

Coetquidon, A. E. F., France. Bull Johns Hopkins Hosp 1919 ;30 :324–9.

[5] Hirsch EF, McKinney M. An epidemic of pneumococcus bronchopneumonia. J Infect Dis

1919 ;24 :594–617

[6] D’après l’OMS environ un million de morts, soit un bilan proche du Covid19

[7] Bogart DB, Liu C, Ruth WE, Kerby GR, Williams CH. Rapid diagnosis of primary influenza

Pneumonia. Chest 1975 ;68 :513–7. [PubMed : 1175410]

[8] Guarner J, Paddock CD, Shieh W-J, et al. Histopathologic and immunohistochemical features of fatal

Influenza virus infection in children during the 2003–2004 season. Clin Infect Dis 2006 ;43 :132–40.

[9] Opie, EL. ; Blake, FG. ; Rivers, TM. The pathology and bacteriology of pneumonia following

Influenza. In : Opie, EL. ; Blake, FG. ; Small, JC. ; Rivers, TM., editors. Epidemic respiratory disease.

The pneumonias and other infections of the respiratory tract accompanying influenza and measles.

Chapter IV. St Louis : CV Mosby ; 1921. p. 107-281

[10] Hers, JFP. The histopathology of the respiratory tract in human influenza. Leiden : HE Stenfert ; 1955.

[11] Ainsi évidemment que l’interdiction de la chloroquine et de l’utilisation du Rivotril pour euthanasier les ainés suspects de covid (décret du 26 mars 2020 et d’octobre 2020.

[12] Que l’OMS ne recommande plus comme méthode principale de protection mais la quarantaine (enfin !)

[13] En dehors des salles blanches et/ou des blocs opératoires ou chambres dites stériles

[14] De 25 à 30% la concentration du CO² dans l’organisme, Auteur(s): Gérard Delépine pour FranceSoir

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour MOURIR DE LA COVID OU DE CO INFECTIONS ! Une nouvelle étude dévoile que presque tous les malades gravement atteints sont victimes en même temps d’autres virus et surtout d’attaques bactériennes

  1. Ping : MOURIR DE LA COVID OU DE CO INFECTIONS ! Une nouvelle étude dévoile que presque tous les malades gravement atteints sont victimes en même temps … | Qui m'aime me suive...

  2. JEAN-LUC dit :

    C’est archi connu et le b a b a de la médecine que les maladies virales se compliquent très souvent d’infections bactériennes, d’où la mortalité impressionnante de la grippe espagnole.
    C’est pourquoi l’antibiothérapie n’est pas à négliger dès les premiers symptômes et en particulier dans le Ehpads.
    Ne pas le faire est de la non assistance à personne en danger.
    Ce n’est pas étonnant que les urgences soient saturées, si on ne pratique pas les soins de base en amont.
    Jamais on n’aurait pu imaginer que la médecine officielle Française tombe aussi bas!!!
    On interdit une molécule encore en vente libre quelques mois auparavant et ce depuis 70 ans, on ne recommande pas les antibiotiques, et on détruit la société en la confinant.
    Voilà où on arrive quand les mathématiques et les statistiques associées à la technocratie et aux conflits d’intérêts, veulent supplanter la médecine.

    Aimé par 1 personne

  3. fraternel dit :

    de toute façon nos branquignols sont leur monde aseptisé sous leurs dorures sans connaitre le terrain
    à forçe de toujours vouloir avoir raison ils vont dans le mur suivis de tous leurs conseillers es sciences et es médias qui font dans le sensationnel je crois qu’ils n’on toujours pas lus les deux livres qui pourraient leur donner des pistes
    celui du professeur perronne et celui de douste blazy

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s