Etude bidon du Lancet: les autorités australiennes contestent les données, de nombreux pays refusent de suivre les instructions de big Pharma …

Personne ne parvient à comprendre pourquoi la France est le seul pays au monde à interdire l’hydroxychloroquine. Ailleurs même ceux qui ne sont pas convaincus attendent de véritables preuves car l’étude du Lancet génère des doutes ou des sourires…

L’Australie  ne parvient pas à comprendre d’où le Lancet a tiré les données la concernant….

Une règle d’or suppose en sciences y compris humaines que les données statistiques soient vérifiables ce que ne prévoit pas le Lancet . Nous devons nous contenter du flou artistique et de la bonne foi d’auteur dépendants de Big Pharma… Manque de chance pour eux ils fournissent des résultats pour l’Australie et , à la différence du reste du monde  les résultats sont vérifiables…

 Selon le rapport, les chercheurs ont eu accès aux données de cinq hôpitaux enregistrant 600 patients australiens Covid-19 et 73 décès australiens au 14 avril.

Mais les données de l’Université Johns Hopkins montrent que seulement 67 décès dus à Covid-19 avaient été enregistrés en Australie au 21 avril. Le nombre n’est passé à 73 que le 23 avril. Les données sur lesquelles s’appuient les chercheurs pour tirer leurs conclusions dans le Lancet ne sont pas facilement disponibles dans les bases de données cliniques australiennes, ce qui amène beaucoup à se demander d’où elles viennent.

À noter, à partir de 15 heures le 14 avril, nous n’avons eu que 61 décès dans toute l’Australie ( https://www.health.gov.au/resources/publications/coronavirus-covid-19-at-a-glance-14 -avril-2020 ).

 Il est impossible que tous les décès soient survenus dans les 5 hôpitaux dont ils ont saisi les données,certains, mais non la majorité, se sont produits à l’extérieur de l’hôpitalt. Le fait est qu’il s’agit peut-être de données fabriquées .

https://www.news.com.au/lifestyle/health/health-problems/coronavirus-australia-covid19-cases-in-nsw-victoria-queensland-sa-wa-tasmania-act-and-nt/news- histoire / e0ac5cd88ab9518fe32d058e687c8861

Le département fédéral de la santé a confirmé à Guardian Australia que les données collectées sur les notifications de Covid-19 dans le système national de surveillance des maladies à déclaration obligatoire n’étaient pas la source pour informer l’essai.

Guardian Australia a également contacté les services de santé des deux États australiens les plus peuplés, la Nouvelle-Galles du Sud et Victoria, qui ont eu de loin le plus grand nombre d’infections Covid-19. Parmi les décès australiens signalés au 21 avril, 14 se sont produits à Victoria et 26 en Nouvelle-Galles du Sud.

Le département de Victoria a confirmé que les résultats de l’étude concernant les données australiennes ne concordaient pas avec les données sur les coronavirus de l’État, y compris les admissions à l’hôpital et les décès. Le ministère de la Santé de la Nouvelle-Galles du Sud a également confirmé qu’il n’avait pas fourni aux chercheurs les données de ses bases de données.

Des esprits malins font remarquer que l’Australie serait un continent qui comprendrait également la Nouvelle Zélande et la Papouasie. Ce qui est vrai  d’un point de vue géologique ne l’est pas sous un angle géographique (on parle alors de l’Océanie) . Mais qu’importe  la Nouvelle Guinée Papouasie ne compte pas de décès covid au 14 avril et la Nouvelle Zélande 9. Nous sommes encore loin du compte et encore faudrait il que cette zone géographique ne comprenne que les 5 hôpitaux de l’enquête  et aucune maison de retraite . Désolé mais ces stats sont bidonnées.

https://lepetitjournal.com/auckland/actualites/coronavirus-quatre-nouveaux-deces-en-nouvelle-zelande-278330

Le Dr Allen Cheng, épidémiologiste et médecin spécialiste des maladies infectieuses à Alfred Health à Melbourne, a déclaré que les hôpitaux australiens impliqués dans l’étude devraient être nommés. Il a dit qu’il n’avait jamais entendu parler de Surgisphere, et personne de son hôpital, The Alfred, n’avait fourni à Surgisphere des données.

« Habituellement, pour soumettre à une base de données comme Surgisphere, vous avez besoin d’une approbation éthique, et un membre de l’hôpital sera impliqué dans ce processus pour le mettre dans une base de données », a-t-il déclaré. Il a déclaré que l’ensemble de données devrait être rendu public, ou du moins ouvert à un réviseur statistique indépendant.

« S’ils se sont trompés, que pourrait-il y avoir d’autre? » Dit Cheng. C’était aussi un «drapeau rouge» pour lui que le document ne mentionnait que quatre auteurs.

« Habituellement, avec des études qui rapportent les résultats de milliers de patients, vous voyez une grande liste d’auteurs sur le papier », a-t-il déclaré. « Plusieurs sources sont nécessaires pour collecter et analyser les données pour les grandes études et vous voyez généralement cela reconnu dans la liste des auteurs. »

Le Lancet demande des comptes aux auteurs de toute urgence. Ceux-ci se défendent en expliquant qu’un des 5 hôpitaux australiens était en fait un hôpital asiatique. Toujours des écarts inexpliqués. La magie du big data ! https://amp-theguardian-com.cdn.ampproject.org/c/s/amp.theguardian.com/science/2020/may/28/questions-raised-over-hydroxychloroquine-study-which-caused-who-to-halt-trials-for-covid-19µ

Les Espagnols (Agence Espagnole du Médicament, AEMPS) et les Britanniques (comité de surveillance de l’essai Recovery) ne sont pas, eux non plus, convaincus par l’étude publiée dans le Lancet par Mehra.

L’AEMPS assure avoir discuté « avec les promoteurs des essais en cours en Espagne, auxquels on a demandé des informations sur la sécurité ». «Nous n’avions pas reçu d’alerte de sécurité, mais nous leur avons demandé de nouvelles informations. Nous avons également discuté avec des sociétés scientifiques et pour l’instant il n’y a pas de raison suffisante d’arrêter ces traitements ou investigations car il n’y a pas eu de problème et il ne semble pas qu’il y en aura « , conclut l’agence.

Idem pour les britanniques de Recovery:

Nous n'avons vu aucune raison convaincante de suspendre le recrutement pour des raisons de sécurité. En particulier, nous avons noté que le rapport de risque pour la mortalité à 28 jours (notre résultat principal) dans les données de RÉCUPÉRATION actuelles diffère significativement de l'évaluation non randomisée rapportée par Mehra

Les résultats de cette enquête n’en sont pas moins « basés sur une méthodologie très faible », car il s’agit d’une étude dite « observationnelle » et non d’une étude randomisée avec placebo, fait valoir la Dre Emily McDonald, directrice de l’Unité d’évaluation des pratiques cliniques du Centre universitaire de santé McGill (CUSM) Canada . De plus, les patients étudiés étant hospitalisés, ils étaient en général déjà très malades, poursuit-elle.

La Dre McDonald et son équipe de l’Université McGill demeurent déterminées à mener à terme leur propre étude, entamée il y a quelques semaines, sur l’hydroxychloroquine. De leur côté, les chercheurs québécois s’intéressent aux personnes qui ont de légers symptômes du coronavirus pour voir si cette molécule pourrait leur éviter des complications graves. Ils ont reçu le feu vert d’un comité indépendant, qui supervise leurs travaux.

La France est le seul pays au monde qui interdise l’hydroxychloroquine….

https://pgibertie.com/2020/05/27/ces-sept-petits-details-qui-tuent-letude-du-lancet-contre-raoult/

https://pgibertie.com/2020/05/26/des-scientifiques-du-monde-entier-se-mobilisent-pour-denoncer-les-magouilles-de-big-pharma-contre-raoult/

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Etude bidon du Lancet: les autorités australiennes contestent les données, de nombreux pays refusent de suivre les instructions de big Pharma …

  1. terramorsi dit :

    heureusement Raoult et son équipe de 800 personnes,a dit haut et fort hier, que il continuera a donner le traitement qui n’est pas interdit,les médecins peuvent le prescrire , et le donner a leur patient , a leur risque et persil mais comme il n’ya pas de risque, , on espère que les médecins vont réagir en masse ,ce qui se passe en France est si fascisant, et les médias qui suivent et sont inaudibles de propagande en bêtise, cette étude va sûrement finir par être dépubliée sur la demande de nombreux chercheurs de tout pays;Qui peux croire ces sornettes,Veran. travaille donc pour Big Pharma ,au moins on sait où il est ,et ils a traite au parlement de antidémocratiques ceux qui votaient contre stop covid qui a été vendu a Microsoft au final cad au Pentagone!il faut dissoudre ce Conseil pas scientifique du tout qui touche tous du fricote nous diraient ce qu’on doit faire, voter ou passe baigner ou pas,incroyable!

    J'aime

  2. Ping : Les scientifiques du monde entier contre l’escroquerie du Lancet, la macronie mise au pied du mur, doit retirer les mesures anti Raoult | LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE

  3. Ping : CES SEPT PETITS DETAILS QUI TUENT L’ETUDE DU LANCET CONTRE RAOULT | LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE

  4. Ping : Pourquoi les journalistes ne parlent ils pas du Verangate ? | LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE

  5. Jorfe dit :

    Je me demande combien a reçu Véran pour avoir vendu le peuple Français à big pharma ?????

    J'aime

  6. Francoise Le Jeannic Vezinet dit :

    La Fontaine est toujours d’actualité avec les animaux malades de la peste. .. et le pot de fer et de terre aussi. ..!!!…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s