JURASSIC PARK ET MAMMOUTHS TRANSGENIQUES EN DORDOGNE ?

24_montignac_retombees_economiques_lascaux_4-00_01_39_13-3412867.jpg

 

 

Jésus transformait l’eau en vin , en Dordogne la Direction Départementale des Territoires transforme les fougères en séquoias millénaires

 

 

 

Le Périgord vient de se rendre célèbre par un des plus beaux fiascos politico administratifs mais ce n’était qu’un début.

Un projet de déviation routière à 30 millions d’euros a été stoppé par le Conseil d’Etat fin décembre en Dordogne, après dix mois de travaux. La déviation est un chantier de 3,2 kilomètres de route qui devait permettre de préserver Beynac du trafic routier. Cette déviation devait  enjamber deux fois la Dordogne et passer sous une voie ferrée pour un montant de plus de 30 millions d’euros. Quinze millions d’euros ont déjà été dépensés pour lancer les travaux, achevés à 50 % selon Germinal Peiro et 30 % selon Jean-François Vidalie, membre de la SEPANSO et membre du  collectif sauvons la vallée de la Dordogne.

Stéphane Bern en personne est intervenu pour s’opposer au contournement, donnant un retentissement médiatique national à ce dossier.

Le Conseil Départemental a fait preuve d’imprudence mais pour Germinal Peiro, l’administration porte toute la responsabilité. La Préfecture selon lui a permis les travaux , mené les enquêtes préalables et malgré les recours a fait le nécessaire pour que ces travaux  soient lancés et se poursuivent.

Quinze millions pour construire, autant pour détruire , trente millions auront donc été gaspillés dans un fiasco total  qui illustre la toute puissance  des décideurs  .

Dans la Vallée de l’Homme, des Eyzies  à Lascaux , l’Administration veut  imposer aux élus la mise en place d’un « Jurassic Park »  ubuesque . Les espaces constructibles seront réduits de 80% , et la plus grande partie du territoire  sera considérée comme un espace boisé protégé ,même s’il s’agit de prairies . A quand   les mammouths transgéniques…

Le futur Plan Local d’Urbanisme  est en préparation, il n’y a pas encore  eu d’enquête publique  mais il est anticipé  par l’Administration dans sa mise en œuvre .

Tout est fait pour empêcher le peuplement  et les activités économiques . La mise en place du facsimilé  de Lascaux IV aurait pu dynamiser la région  mais la ville de Montignac , tenue à l’écart  n’en profite pas . De la vente de livres à la restauration tout  se fait à l’intérieur du site .  Il suffisait de laisser en ville la billetterie du premier facsimilé pour que Montignac bénéficie de retombées positives  . Lascaux II continue en effet à attirer les puristes.

Je n’ignorais pas que l’Etat était le «  maitre des horloges » mais je viens de faire l’expérience  qu’en Dordogne  ses services disposaient de surprenantes facultés  pour étouffer la ruralité…

Cette toute puissance, je viens d’en faire les frais à mon humble niveau.,

Pour restaurer la maison familiale j’ai mis en vente pour la somme de 20 000 euros  un petit terrain constructible  qui pendant soixante ans avait accueilli la scierie de mon grand-père. La parcelle est située au hameau  des Arzillets , commune de La chapelle Aubareil .

La propriété familiale n’était pas bien grande, moins de dix hectares de cette argile rouge si peu généreuse et qui colle aux sabots. Mais chaque parcelle renvoyait à une histoire de famille, à de la sueur , chaque parcelle avait un nom.

Dans ma tête rien n’a changé, ce bout de terre , c’est celui sur lequel a travaillé  mon grand père Edouard Delteil.  C’est là qu’en 1935 il s’est coupé la main…

A l’époque les assurances sociales n’existaient pas. Il obtint d’Yvon Delbos  de quoi acheter une prothèse métallique sur laquelle il fixait un crochet. Edouard dépassa son handicap, il dut renoncer à la moto mais pour le reste, il stupéfia son monde. On le vit reprendre la scierie, remonter sur les charpentes et planter  les  clous avec une extraordinaire dextérité.

Un demi-siècle après l’accident il travaillait toujours  dans sa scierie installée aux Arzillets,  pas très loin de Fougéras. Rien n’avait changé, la scie mécanique était la même, mais un tracteur remplaçait la machine à vapeur . On retrouve encore aujourd’hui les fondations de la scie et des mètres cubes de sciure . La nature n’efface pas tout de suite  la vie des pauvres gens . Elle se montre plus indulgente  que l’Administration  qui refuse de reconnaitre l’existence  de cette activité.

Depuis le décès  d’Edouard personne n’a repris la suite  et la végétation  est devenue plus dense . La scie a été vendue , les bâtiments démantelés  et la forêt  proche a étendu ses fougères . Il y a quelques arbrisseaux  mais aucun n’est trentenaire .

Il existe à Périgueux  une toute puissante direction qui a la faculté de remonter le temps , de gommer l’histoire et d’en changer le sens , il s’agit de la Direction  Départementale  des Territoires

Qu’importe si du 18eme siècle à aujourd’hui les documents prouvent que cette parcelle n’a  jamais été boisée, qu’importe si elle appartient à une zone bâtie en bord de route  (une maison tous les 50m), l’administration vient de décider que nous étions au cœur de la forêt  en refusant de laisser construire une maison là où se trouvait la  scierie …

Le terrain  faisait l’affaire d’un jeune  du village méritant et  souhaitant rester au pays . Il parait que le gouvernement veut revitaliser  l’espace rural… Les terrains constructibles dans la commune sont rarissimes  et dans les faits l’administration espère bien les voir disparaitre.

Vendre un terrain à bâtir 11 euros le m2 n’est pas une opération spéculative  mais une opportunité offerte à un jeune de vivre et travailler au pays.

Sublime réponse d’une fonctionnaire : »Vous pouvez faire un recours au tribunal administratif   mais d’ici là le terrain ne sera plus constructible… ».

Les autres terrains sont deux fois plus chers  et souvent préemptés par un constructeur de maison …

L’Administration  aime la campagne  mais sans habitants…

J’ai tenté d’expliquer à cette  toute puissante administration que la  parcelle n’était pas boisée et que l’autorisation de défricher qu’ils exigeaient n’avait donc pas lieu d’être …

Fournissez les preuves me dirent t ils , ce que je fis en fournissant les témoignages .

Avec le malin plaisir du chat qui joue avec la souris , ils balayèrent  les preuves …

Le fonctionnaire m’a expliqué que je ne pouvais  apporter  la preuve d’impôts sur les bâtiments de la scierie… Eh bien oui  le pauvre Edouard  payait bien des impôts mais pas sur la scierie  qui lui avait coupé la main , personne ne lui en demandait…

Donc pour la DDT la scierie n’existait pas et à la place il y avait des bois. La DDT vient de gommer la vie  d’Edouard Delteil , menuisier scieur pendant soixante  ans à La Chapelle Aubareil

Qu’importe le plan local d’urbanisme actuel qui ne classe pas ladite parcelle en espace boisé mais en espace constructible , il suffit d’être à proximité d’une forêt pour se retrouver au milieu des bois… Toute parcelle située à côté d’une forêt est soumise à une autorisation de défricher qui sera refusée même si la parcelle n’a pas besoin de défricher …

Qu’importe si la parcelle se trouve dans un hameau, le long d’une route urbanisée, elle est même le dernier espace constructible…

Des maisons sont construites, il y en a une tous les 50m  au bord de la même route et des mêmes bois…

L’emplacement de la scierie de mon grand- père  contient des broussailles , pas d’arbre à dessoucher…La loi n’impose pas d’autorisation si les arbres ont moins de 30 ans, ce qui est le cas pour les quelques-uns qui s’y trouvent  (L342-1  4eme  du code forestier)  …

Si la DDT appliquait la loi  elle n’aurait aucune autorisation de défrichement à exiger et à refuser.

Jésus transformait l’eau en vin , la DDT transforme n’importe quelle parcelle en forêt profonde  et les broussailles en arbres de haute futaie , les fougères en séquoias millénaires .

Ils ont raison et j’ai tort , 2000m2 de bois en plus en Périgord, ça compensera l’Amazonie  qui perd chaque année l’équivalent de la surface de la France .

 

Madame Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires, vient de lancer un grand plan  au niveau national sur la revitalisation de l’espace rural .

Paroles, paroles …

 

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s