Lettre ouverte aux élites qui enterrent la République et à tous ceux qui veulent en profiter

encouleur

Vous aimez Macron, pour vous les gilets jaunes ne sont que des poujadistes doublés de populistes , vous ne l’aimez pas et vous espérez profiter de la désespérance,  vous n’avez rien compris …

 

Ce lundi quelques évènements m’interpellent et devraient également vous poser question. Il y a tout d’abord l’arrestation du champion de la désindustrialisation de la France, l’immonde Carlos Ghosn. Les autorités japonaises lui reprochent une fraude fiscale de 38 millions d’euros… Une somme tout autant abracadabrantesque que son salaire. Carlos Ghosn mis en place par l’Etat actionnaire pour détruire l’emploi.Il gagne 16 millions d’euros.

La mondialisation libérale est un mensonge  et je suis prêt à démontrer que ceux qui s’en sortent  sont ceux  qui pratiquent des politiques industrielles et même souverainistes au premier rang desquels se trouvent… l’Allemagne .

Le deuxième évènement qui devrait interpeler tout le monde s’est produit à Evry dans la circonscription abandonnée par Emmanuel Valls. Le monde médiatique et politique a mis en scène  un duel France insoumise contre LREM . Les autres n’étaient mêmes pas évoqués dans les reportages . Résultat : 84% d’abstentions… Le contrat social n’existe plus , l’élu n’aura qu’une légitimité de papier, la République est morte…

Le troisième évènement est la mobilisation des gilets jaunes . Je l’ai personnellement vécu à Paris , rue de Rivoli , samedi dernier. J’ai été frappé par la désespérance , la diversité sociale, la sympathie  des forces de l’ordre . Malheureusement j’ai aussi vu en marge des casseurs .Un policier en civil nous a même conseillé de partir en nous montrant des black blocs prêts à agir . Le mouvement n’est téléguidé par personne et ne profitera à personne

Alors Messieurs et mesdames de la politique et   du journalisme , réfléchissez, si Coluche était vivant il serait demain à la place de l’italien Bepe Grillo. Vous êtes grillés, vous ne profiterez pas de la désespérance…

Vous avez cautionné le vide des khmers verts et du mensonge de la transition écologique . Les Français sont prêts à faire des sacrifices pour mieux isoler leurs appartements, investir dans l’hydrogène , pas pour envoyer leurs vieilles voitures en Afrique et préparer la raréfaction du lithium.

Aurez vous le courage de la vérité ?

Les Français sont prêts à sacrifier leur pouvoir d’achat mais pas pour supprimer l’ISF sur les plus riches . Aurez vous le courage de revenir sur cette mesure indigne ?

 

Macron s’est trompé mais Juppé ou Pécresse auraient fait la même chose, d’ailleurs le maire de Neuilly préfère les Porsche cayennes au 2ch…

Mélenchon et Hamon préparaient pire que Macron dans le domaine écologique… et ils divaguent toujours en économie , Chavez et la dictature en plus …

Wauquiez se macronise pour parler d’une armée européenne contre la Russie, il doit clarifier ses positions .

Le Pen et Dupont Aignan n’ont toujours pas compris que si les Français se méfient de l’Europe ils ne veulent pas quitter l’EURO …

Alors à des degrés divers, vous vous trompez, vous nous trompez,réveillez-vous, vous enterrez la République.

Le seul rayon de soleil  est pour moi le bel article de l’excellente Coralie Delaume:

 »

La Révolte des élites et la trahison de la démocratie est le titre d’un livre du sociologue américain Christopher Lasch, publié à titre posthume en 1995. Bien sûr, l’ouvrage analysait l’Amérique de son temps. Pourtant, il s’applique parfaitement à la France et à l’Europe d’aujourd’hui, dont il semble avoir anticipé l’évolution des classes favorisées avec une acuité visionnaire.

Le livre pose l’hypothèse que ce n’est plus la «révolte des masses» qui menace désormais la vie démocratique, mais la coupure de plus en plus prononcée entre le peuple et les «élites». Une coupure tant économique et matérielle qu’éducative et intellectuelle, dont résulte le repli sur eux-mêmes des privilégiés. Ces derniers ne parlent plus qu’à leurs pareils, c’est-à-dire non seulement à ceux qui bénéficient d’un même niveau de richesses, mais également à ceux qui partagent le même niveau d’instruction. Ils adorent mettre en scène leur pouvoir et le font de mille façons: exhibition des signes extérieurs de richesse, bien sûr, mais également – et de plus en plus – de leur patrimoine culturel. Le discours, ahurissant de cuistrerie, du président Macron sur l’intelligence artificielle (29 mars 2018) en est un exemple qui confine au grotesque. En revanche, ils n’assument plus que de mauvaise grâce les charges et responsabilités qui devraient leur incomber, et préfèrent le service de leur intérêt bien compris à celui d’un «intérêt général», dont ils ne conçoivent même plus qu’il pût exister.

Vingt ans après Lasch, le phénomène du séparatisme élitaire qu’il voyait poindre dans son pays vient de faire l’objet, pour la France cette fois, d’une étude chiffrée. Jérôme Fourquet a en effet publié, pour le compte de la Fondation Jean Jaurès, une note au titre évocateur: «1985-2017, quand les classes favorisées ont fait sécession». Il y explique notamment que la cohésion de la société française «est mise à mal aujourd’hui par un processus presque invisible à l’œil nu, mais néanmoins lourd de conséquences: un séparatisme social qui concerne toute une partie de la frange supérieure de la société, les occasions de contacts et d’interactions entre les catégories supérieures et le reste de la population étant en effet de moins en moins nombreuses».

Le dépérissement du cadre national permet aux « élites » de vivre de plus en plus dans une sorte d’alter-monde en suspension.

Le sondeur illustre ensuite. Il note que le cœur des grandes villes est massivement investi par les cadres, certains centres urbains leur tenant désormais lieu de ghettos dorés. Les CSP+ sont ainsi passés de 25 % à 46 % de la population parisienne en 30 ans, cependant que le pourcentage des ouvriers a décru, passant de 18 % à 7 %. Fourquet analyse ensuite la désertion de l’enseignement public et la scolarisation massive des enfants de cadres dans le privé, le séparatisme électoral des plus aisés ou, pour les cas extrêmes, l’exil fiscal, ce dernier signant le refus d’une partie de la population de financer le fonctionnement la collectivité dans son ensemble. Pour l’auteur de l’étude, nous faisons face à l’«autonomisation d’une partie des catégories les plus favorisées, qui se sentent de moins en moins liées par un destin commun au reste de la collectivité nationale». On voit en effet combien le phénomène est lié au dépérissement du cadre national, dépérissement qui permet aux «élites» de vivre de plus en plus dans une sorte d’alter-monde en suspension, cependant que les autres sont rivés à un ici-bas qui commence à se changer en friche, et finira par se muer en jungle.

Jérôme Fourquet n’est pas le premier à faire ce constat. L’anthropologue Emmanuel Todd l’a fait également, et donne dans son dernier ouvrage (Où en sommes nous, Seuil, 2017) une explication convaincante. Pour lui, c’est la fracture éducative qui est en cause, le développement de l’éducation supérieure ayant eu un effet pervers inattendu en tronçonnant le corps social en deux catégories de personnes: les éduqués supérieurs et les autres. Alors que la massification des éducations primaire et secondaire avait contribué à égaliser le niveau éducatif général et favorisé l’épanouissement de la démocratie, c’est à l’inverse qu’on assiste aujourd’hui. La raison en est simple: l’éducation supérieure ne s’est pas (encore?) généralisée. «L’accès universel à l’instruction primaire puis secondaire avait nourri un subconscient social égalitaire ; le plafonnement de l’éducation supérieure a engendré, (…) un subconscient social inégalitaire», énonce le chercheur.

De ce «subconscient inégalitaire», on perçoit chaque jour les effets. On constate que ne se mélangent plus guère ces éduqués supérieurs contents d’eux, étrangement persuadés de ne rien devoir qu’à leur talent. De toute façon, ils sont suffisamment nombreux pour pouvoir fonctionner en circuit fermé et pour ne plus avoir à s’adresser qu’aux autres «manipulateurs de symboles», ainsi que l’économiste Robert Reich qualifiait les gagnants de la mondialisation, ces diplômés, plurilingues, mobiles, à l’aise dans le domaine de la communication et qui font l’opinion. Car ce sont eux, bien sûr, qui tiennent les plumes et parlent dans les micros. Ils nous font partager leur manière propre d’appréhender la masse des «gens qui ne sont rien» comme dirait Macron, autrement dit des gens qui ne sont pas comme eux. Ils nous les peignent comme frileux, «réacs», hostiles de façon primitive et irrationnelle aux réformes ainsi qu’à tout type changement. Ils nous expliquent que s’ils votent «populiste», c’est parce qu’ils sont xénophobes, et que s’ils votent mal aux référendums c’est parce qu’ils ne comprennent pas les questions. Peut-être cette partition de la société devrait-elle nous conduire à reconsidérer le contour des classes sociales? Si celles-ci existent encore (et c’est évidemment le cas) la sécession des «élites» n’est pas seulement le fait des «riches» et des propriétaires des moyens de productions. Elle est également celui des détenteurs d’un capital éducatif et culturel, lequel s’hérite de plus en plus d’ailleurs, sur fond de destruction de l’école publique et de dégraissage perpétuel du «Mammouth».

Le dégraissage concerne d’ailleurs l’ensemble de l’appareil d’État et des services publics, ceux-ci ayant le tort de présenter des vertus égalisatrices qui entravent le séparatisme élitaire. Pour leur régler leur compte, les pays européens membres de l’UE ont inventé un prétexte ingénieux et unique au monde: la nécessite de respecter les «critères de convergence» de Maastricht. Notamment celui des 3 % de déficit public, et c’est en son nom que les gouvernements détruisent ou vendent tout le patrimoine collectif. La France vient d’ailleurs de passer sous la barre fatidique (2,6 % pour 2017), avant même d’avoir fini de brader la SNCF.

La construction européenne est un formidable outil de déresponsabilisation des « élites » nationales.

D’une manière générale, la construction européenne est un formidable outil de déresponsabilisation des «élites» nationales, notamment des élites politiques. Celles-ci, toutes ointes qu’elles sont de la légitimité offerte par le suffrage universel, n’en assument pas pour autant les vraies charges. La capacité à faire les grands choix a été massivement transférée au niveau supranational, qui lui ne rend pas de comptes. Les dirigeants de la Banque centrale européenne ne rendent pas de compte pour la politique monétaire qu’ils conduisent. La Commission de Bruxelles ne risque pas d’affronter une grève pour s’être mêlée d’un peu trop près, dans le cadre du «Semestre européen», du contenu des budgets des États membres. La Cour de justice de l’UE ne risque pas la sanction des citoyens (de quel État au demeurant?) pour les jurisprudences de dérégulation économique qu’elle pond à la chaîne. De toute façon, en «constitutionnalisant» les traités européens de sa propre initiative via des arrêts datant des années 1960, la Cour a très tôt permis que ces traités et tous les éléments de politique économique qu’ils contiennent, se situent au-dessus des lois dans la hiérarchie des normes des États-membres. C’est-à-dire hors de portée des Parlements, donc des électeurs.

La manière dont est organisée l’UE a pour effet de décorréler les élections (qui ont lieu au niveau national) et la prise de décision (qui se fait à l’échelon supranational), ce qui en fait une véritable machine de défilement au service «d’élites» politiques en rupture de ban avec leurs nations d’origines – et qui ressemblent bien plus à une oligarchie qu’à une véritable élite désormais. Par ailleurs, l’UE offre de multiples possibilités d’évitement fiscal grâce à ses paradis fiscaux intégrés (Irlande, Luxembourg…). Enfin, la libre circulation du capital et du travail dans le Marché unique contribue à mettre les deux en concurrence au profit du plus mobile et du rapide (le capital) et au détriment du plus sédentaire (le travail). Le tout pour la grande joie des catégories possédantes, cette fois.

Dans ce cadre, il n’est pas étonnant qu’un politiste spécialisé sur les questions européennes tel le Bulgare Ivan Krastev, consacre de longues pages de son dernier ouvrage (Le destin de l’Europe, Premier Parallèle, 2017), à décrire le phénomène de sécession des classes dirigeantes à l’échelle continentale. «Les élites aristocratiques traditionnelles avaient des devoirs et des responsabilités, et leur éducation les préparait à se montrer à leur hauteur», écrit-il. «En comparaison, les nouvelles élites sont formées pour gouverner mais sont tout sauf prêtes au sacrifice». Pas même au sacrifice financier, aurait-il pu ajouter, en tout cas de moins en moins puisque l’optimisation fiscale est devenue l’un des sports phares de notre époque. Puis Krastev d’ajouter: «La nature et la convertibilité des compétences des nouvelles élites les affranchissent très concrètement de leur propre nation. Elles ne dépendent pas des systèmes éducatifs publics nationaux (leurs enfants étudient dans les établissements privés) ni des systèmes de protection sociale nationaux (elles peuvent se permettre les meilleurs établissements hospitaliers). Elles ont perdu la capacité de partager les passions et les émotions de leur communauté».

Dès lors, la montée de ce qu’on appelle «les populismes» correspondrait avant tout à une quête de loyauté. D’ailleurs, le discours «souverainiste» ou anti-mondialisation desdits «populistes» est probablement l’une des clés de leur succès. Il correspond à un désir de plus en plus profond, de la part des peuples, de «rapatrier» leurs classes dirigeantes, afin qu’elles ne se défilent plus. Afin qu’il redevienne possible d’exiger qu’elles assument leurs devoirs autant qu’elles jouissent de leurs droits, et qu’elles rendent à la collectivité une part au moins de ce qu’elles ont reçu, c’est-à-dire beaucoup (sécurité des biens et des personnes, système de santé, système éducatif, etc.). Enfin et concernant le personnel politique, son «rapatriement» et le fait de refaire coïncider les mandats nationaux avec la conduite effective des politiques, est le seul moyen de rendre à nouveau possible l’exercice d’un contrôle démocratique normal.

Cela est-il possible? Le moins que l’on puisse dire est que pour l’heure, on n’en prend pas le chemin. À l’inverse et jour après jour, en même temps que l’on «dépasse» les nations et que l’on détruit l’État, c’est la démocratie qu’on aboli »

A ce bel article je rajouterai:

Annoncée dans le programme électoral d’Emmanuel Macron, la hausse des taxes sur le gazole passe mal auprès des Français. Mais que proposaient les autres candidats à la présidentielle ?

Emmanuel Macron. L’ancien candidat devenu Président l’avait écrit dans son programme noir sur blanc : « Pour réduire massivement la pollution liée aux particules fines, la fiscalité du diesel sera alignée sur celle de l’essence pendant le quinquennat ». Ce qui était moins clair, c’était que le gouvernement actuel allait aussi en profiter pour remonter la fiscalité sur l’essence, en parallèle de celle du gazole. Il évoquait déjà le recours à une prime à la conversion de 1 000 € pour changer de véhicule.

 

Jean-Luc Mélenchon. Pour le leader de la France insoumise, il était essentiel d’« engager la sortie du diesel en commençant par supprimer progressivement l’avantage fiscal pour les flottes d’entreprise ». Tout en « développant les usages partagés de la voiture (auto-partage, covoiturage courte et longue distances) et les mobilités douces (vélo, etc.) ».

Benoît Hamon. Le candidat PS, qui avait rallié à lui Europe Écologie – Les Verts, annonçait, dans son programme, vouloir, « pour une fiscalité plus verte, moduler la TVA en fonction de l’empreinte environnementale, plafonner puis supprimer progressivement les niches fiscales anti-environnementales en commençant par la fiscalité du diesel, en mettant en place une taxe carbone. Les ressources correspondantes seront rendues aux ménages et aux territoires ».

© Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/france/diesel-ce-que-promettaient-les-candidats-a-la-presidentielle-06-11-2018-12125453.php#oABv3ERQXVK8U1zx.99

 

 

Que se passe t il lorsque  les detenteurs du pouvoir donnent un ordre manifestement idiot et même dangereux ?  Ils perdent leur légitimité  car la raison d’Etat  ne peut  plus être évoqué

Le mépris des « sachants » est d’autant plus inadmissible qu’ils justifient leur « transition écologique » par une succession de mensonges que n’importe qui peut contester à partir d’articles un tout petit peu scientifique.

La fameuse « trajectoire  cerbone » évoquée par Edouard Philippe  n’a d’autre sens que d’envoyer la France dans le mur.

 

Le matraquage des automobilistes n’a aucune justification , les vieux diésels interdits en France partiront polluer l’Afrique. Il y aura un transfert du problème vers les pays pauvres et le réchauffement ne s’arrêtera pas à nos frontières .

 

 

Rappelons quelques vérités :

EOLIENNES ,VOITURES ELECTRIQUES ,PANNEAUX SOLAIRES / UNE DEPENDANCE TOTALE A L’EGARD DE LA CHINE.

https://pgibertie.com/2018/11/17/supercherie-absolue-la-transition-ecologique-macronienne-nous-conduit-tout-droit-a-plus-de-pollution-et-a-la-domination-geopolitique-de-la-chine/

Le cycle de vie d’un véhicule électrique le rend aussi polluant qu’un véhicule thermique. Le subventionner n’a pas de sens, explique le directeur de l’Observatoire du nucléaire, Stéphane Lhomme.

https://pgibertie.com/2018/11/15/si-vous-pensez-encore-que-la-voiture-electrique-cest-bon-pour-la-planete-regardez-ces-documents-2/

 

Les chiffres non contestables de la production de gaz carbonique mettent en évidence l’escroquerie gouvernementale , la fiscalité punitive sur le carburant n’a pas de finalité écologique… La France émet 40% de CO2 de moins qu’en 1980  . Le transport routier en France représente 0,1% de l’émission mondiale de CO2 et l’essence en produit plus que le diésel .Particules fines : l’essence autant que le diésel mais les véhicules électriques sont aussi responsables

https://pgibertie.com/2018/10/28/la-grande-escroquerie-de-la-fiscalite-ecologique/

https://pgibertie.com/2018/11/18/en-2017-aviez-vous-lu-leurs-programmes-avant-de-voter-melenchon-et-hamon-entendait-faire-pire-que-macron/

Qu’importe si l’électrique est sans doute la moins propre des voitures, qu’importe si l’abandon du nucléaire conduit au charbon, qu’importe si les terres rares indispensables aux éoliennes ou au solaire , aux batteries au lithium entraineront la pénurie des terres rares.

 

ILS NOUS PRENNENT TOUS POUR DES IMBECILES

Nous payons là les âneries pseudo écologistes de Borloo à  Hulot en passant par le milliard perdu  avec les portails  de Ségolène Royal …

encouleur

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Lettre ouverte aux élites qui enterrent la République et à tous ceux qui veulent en profiter

  1. Brun dit :

    Sur l’A9 ou A 709, entre Narbonne & Orange, en 3 voyages que j’ai pu faire en 2018, j’ai pu constater qu’il y avait 1 poids lourd Français sur 20 (dont Turquie, Ro, Lituanie, Bg, pour indiquer les plus nombreux); ils font le plein de GO au Perthus et traversent toute la France, sans avoir a faire le plein (Adieu l’écologie). Pourquoi avons nous commencé a mettre des portiques chez les Bretons? alors que l’on sait qu’ils sont chauds et qu’ en plus ils ne doivent pas avoir beaucoup de transporteur étrangers chez eux…….
    Regardez bien les véhicules qui arborent le gilet jaune sur les parebrises et comparez avec les gilets jaunes sur les rondpoints. Chez moi le lundi 19 novembre ils étaient 75 (Je n’ai pas compté les gilets jaunes mis sous pare brise et je ne me tromperai pas en disant que leur nombre serait a multiplier au moins par 10 a 30x (dans la journée, et encore c’est peu). Vous penserez qu’ils arborent les gilets jaunes pour pouvoir passer? Approuvez cette opinion si vous le voulez, avec votre degré d’aveuglement…………….
    600 millions d’€ pour nos militaires de l’OPEX voté par le sénat  »right now », mais pas que; n’oubliez pas que les USA nous assiste au Mali avec leurs satellites et drones, mdr……. Ben oui , les vases communiquant (BNP, SG, etc…) mondiaux (=ON, a ne pas confondre avec l’ONU) Ces militaires sont au nombre de 30 000 dans le monde entier, dont un beau paquet en Allemagne(4000?). Pour les CRS tous corps confondus, ils sont 26 000.

    Il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir, comme de celui qui ne veut pas entendre.

    On veut bien croire que toute vérité n’est pas bonne a mettre sur le tapis, mais de grâce vous tous dans l’administration, gouvernements, élus, dites au moins le Gros du problème et ne nous bassinez plus avec votre raison ‘écologie’. Vous devez avoir une sacrée dose d’insensibilité a la gestion d’une Nation sauf quand vous vous envoyez envoyez en l’air pour votre pomme(y/c au restaurant et pas qu’a y manger des radis).

    Moi, voyez vous a votre place, j’aurais la bile verte qui me monterait dans l’œsophage. Mais vous non. Je vais vous dire une chose, il n’y a que deux solutions : c’est la noire ou la verte qui monte; allez savoir celle qui vous montera ou qui nous montera.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s