Classement Sigem : la foire des écoles de commerce se termine sur des évolutions intéressantes

ASTHME-humour

 

 

Les grandes écoles de commerce ont terminé leur recrutement 2018 et les résultats du système d’affectation SIGEM sont enfin connus. Ils permettent de vérifier la hiérarchie des écoles telle que les étudiants et leurs parents la vivent.

Les trois parisiennes sont intouchables et les classements farfelus n’y feront rien, ce sera dans l’ordre Hec, Essec, Escp  et la province  reste la province … Ces écoles sont toujours très sélectives pour les prépas même si l’Essec a fortement augmenté ses effectifs ces dernières années et si l’Escp abandonne les cpge pour d’autres formes de recrutement.

Lyon et l’EDHEC  ne concurrencent pas le trio de tête. Le Point et le Parisien ont peu de lecteurs) parmi les étudiants puisque seulement 5 étudiants les ont écoutés pour préférer Lyon à une parisienne.  La suprématie de Lyon  sur l’Edhec s’effrite . En 2015 parmi les doubles admis seulement 16 choisissaient l’Edhec. En 2018 ils sont trois fois plus nombreux.

Les deux grandes provinciales ont littéralement fait exploser leurs effectifs (et leurs frais de scolarité) en peu de temps. Elles recrutent 1050 étudiants en CPGE (100 de plus qu’en 2015, une époque où j’étais en activité) et hors cpge bien plus encore. Cette stratégie   assèche le recrutement sur prépa pour les autres car les effectifs globaux des cpge stagnent autour de 8500 candidats. Plus grave, certains établissements poussent au cubage les étudiants admis dans les cinq autres écoles du top 5 en leur faisant croire qu’il existe un « gap » entre ces écoles  et Lyon ou l’Edhec. Résultat : un millier de démissions chaque année surtout concentrées sur les cinq écoles en question.

Lyon et l’Edhecs sont devenues très chères et il n’est pas certains en période de crise que les recruteurs justifient le différentiel de coût avec un diplômé d’une école plus modeste, sortant d’un parcours apprentissage (en finance d’entreprise par exemple). Un différentiel qui peut atteindre 50 000 euros.

Un zeste de provocation : un étudiant de Gem, de Neoma aura des facilités pour un apprentissage pendant deux ans. Il peut espérer une rémunération de 35 ou 40 000 euros contre 15 ou 20 000 pour un étudiant de Lyon avec ses stages. Il paiera 10 000 euros de scolarité (les deux années de masters sont prises en charge par l’entreprise) contre 45000 pour le Lyonnais) .Faites le calcul, un différentiel de 50 000 euros ….

Audencia, Gem, Neoma, Skema, Tbs, ajoutons Kedge sont confrontées à un défi d’attractivité et de sélectivité.

Audencia largue Grenoble et cette dernière perd deux fois plus d’étudiants qu’en 2015, au profit d’écoles réputées moins bien classées.

En 2018 les gagnantes des choix des étudiants sont Neoma 8ème et Skema 9ème qui gagnent des places et dépassent Toulouse   qui ne fait pas le plein.

J’avoue ne pas être surpris par ces évolutions, étudiants et parents se libèrent du marketing et optent pour des choix plus rationnels.

Elles doivent démontrer que démissionner pour cuber pour avoir Edhec ou Lyon n’apporte pas d’avantage déterminant.

En 2015 seulement 9 étudiants renonçaient à Lyon ou l’Edhec pour une des cinq écoles suivantes, en 2018 ils sont tout de même 35…L.es fondamentaux des écoles permettent de comprendre cette évolution.

En dehors des trois parisiennes je ne crois pas en une hiérarchie stricte des écoles, invention non des recruteurs mais de la presse et des « machines à cuber ».

Pour s’en convaincre il suffit de reprendre les chiffres de l’emploi.

Les écoles n’assurent pas une protection complète contre le chômage

L’enquête de la CGE nous donne 15%de jeunes diplômés en recherche d’emploi, 80% d’employés et 5% en poursuite d’étude pour l’ensemble des grandes écoles de commerce.

Les écarts sont pourtant conséquents entre des écoles qui comptent moins de 5% de chômeurs après le diplôme et celles qui sont à près de 20%. Mais tous les emplois ne se valent pas, nous prendrons donc en compte le pourcentage de jeunes diplômés en CDI

Qui fait mieux que la moyenne ? Les parisiennes, on s’y attendait mais il y a des surprises.

Réussite sans égale de l’Essec, pour pratiquement tous les étudiants c’est le cdi. Certains seront surpris de trouver Neoma dans le premier groupe mais la proximité de PARIS (Reims, Rouen) et l’importance de l’apprentissage n’y sont pas pour rien. Peut être également une moindre exigence en terme d’emplois ?

% Diplômés en CDI                                 %en recherche d’emploi

ESSEC                                   90.2                                             3

ESCP                                     77.4                                             7

HEC                                       74.1                                           5

EM LYON                               73.8                                          7

NEOMA                                73.8                                          9

 

Je m’attendais à trouver l’EDHEC et Audencia un peu mieux placées, Kedge s’en sort bien.  Le niveau d’exigence serait-il trop élevé pour les diplômés de l’Edhec et de Audencia?

% Diplômés en CDI                                           %en recherche d’emploi

EDHEC                                                          70.6                          12

KEDGE                                                            68.9                            5

Audencia                                                      64 .7%                        8.3

 

Les autres écoles

On trouve dans ce groupe des écoles post bac qui parviennent à égaler des écoles recrutant après prépa ou licence. L’ieseg école chérie des média se situe à ce niveau avec TBS et Skema .

% Diplômés en CDI    %en recherche d’emploi

TBS           64.75                       12 .2

Ieseg        68 .8                          11

SKEMA     66.5                          15

Je ne peux que réécrire la conclusion de mon petit guide des écoles de commerce :

« Désolé mais intégrer une école ne fera pas de vous un rentier …Le marché du travail ne vous attend pas.

Plus que votre diplôme et une hiérarchie d’écoles, LES STAGES, L’APPRENTISSAGE SERONT DETERMINANTS POUR LE RECRUTEUR …

Il vous appartiendra, grâce à eux, de trouver le secteur et la fonction qui vous intéressent.

Bâtissez votre formation sur du béton plus que sur le blabla pédagogiste à la mode dans trop d’écoles :

-Avant l’école une prépa ou une formation solide et ACADEMIQUE si possible car votre niveau de culture générale ne progressera guère en école. Le risque après un bachelor ou une école post bac c’est d’arriver sur le marché du travail avec une culture générale de …lycée

-En école choisissez les modules les plus sérieux même s’ils ne sont pas « sexy ».

 De toute façon et quelle que soit l’école votre premier job sera, pour une majorité ,dans l’audit ou le conseil où vous allez apprendre à travailler pendant de longues heures. Dans quelques années vous irez en entreprise dans des secteurs diversifiés.

Pour échapper au lot commun il vous faudra de l’audace et penser au numérique, aller sur le terrain commercial. Prendre des risques.

Quelques-uns auront, en plus de l’école de commerce, su acquérir une double compétence en droit, en maths financières, mais alors il vous faudra beaucoup de travail, autant qu’en prépa … »

Vous êtes 6000 à l’avoir téléchargé, n’hésitez pas à le faire si ce n’est pas encore le cas :

Editions Vignou 2018 ode

 

 

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s