Baisse de la tension internationale :  l’attaque chimique serait pipo…

30623851_1222636077871520_1321207785077080064_n

 

 

Personne ne comprenait pourquoi HASSAD  aurait pris le risque d’un bombardement chimique pour une poche de résistance qui est tombée le lendemain. Depuis plusieurs semaines les Russes annonçait qu’une fausse affaire chimique allait avoir lieu . Ce serait le cas :

Emmanuel Trumpette et Poutine se sont téléphonés :

https://fr.sputniknews.com/international/201804131035932660-macron-poutine/

http://www.europe1.fr/international/syrie-poutine-met-macron-en-garde-contre-tout-acte-irreflechi-et-dangereux-3625973

« Il est essentiel d’éviter toute action irréfléchie et dangereuse qui serait une violation flagrante de la Charte des Nations unies et qui aurait des conséquences imprévisibles », a déclaré le Kremlin dans un communiqué à la suite d’un entretien téléphonique entre les deux chefs d’État.

A l’issue d’une réunion avec son équipe de sécurité nationale, Donald Trump a suspendu sa décision sur de possibles frappes aériennes en Syrie, après l’attaque chimique présumée à Douma. Il poursuit les discussions avec ses alliés.

Revenu de ses tweets belliqueux, Donald Trump calme un peu le jeu sur le dossier syrien. À l’issue une réunion le 12 avril avec son équipe de sécurité nationale sur le dossier syrien, le président américain a laissé sa décision en suspens quant à de possibles frappes aériennes après l’attaque chimique présumée dans l’enclave rebelle de Douma.

 

« Aucune décision finale n’a été prise », a affirmé Sarah Sanders, porte-parole de l’exécutif américain.Un an après la première opération militaire américaine contre le régime syrien, en réponse déjà, à une attaque chimique présumée, les Occidentaux menacent de frapper le régime de Damas, qui dément toute responsabilité.

Igor Konachenkov, porte-parole du ministère russe de la Défense, a fait savoir qu’on a retrouvé les participants au tournage de la vidéo de l’attaque chimique dans la ville syrienne de Douma et qu’on les a interrogés.

https://www.youtube.com/watch?time_continue=3&v=JH0uFtHLryQ

 

Les médecins et les « victimes» de l’attaque présumée à Douma témoignent sur la vidéo il n’y avaient pas de traces de l’attaque par produits chimiques toxiques mais des fumées liés à un incendie .

«On était filmé et il y a eu un homme qui est venu et qui s’est mis à crier que c’était une attaque chimique. Cet homme, étranger au service, disait que les gens avaient été victimes d’armes chimiques. Les gens ont eu peur et ont commencé à se verser de l’eau les uns sur les autres, à se faire des inhalations», a confié un participant à la mise en scène de l’attaque présumée. »

https://fr.sputniknews.com/international/201804131035935022-moscou-attaque-presumee-douma/

Les Russes accusent enfin les britanniques d’avoir monté l’opération et affirment avoir capturé des SAS à Douma

Tout ceci mérite d’être pris avec prudence

En France M. Jacob a exhorté l’exécutif à agir sur ce sujet « avec beaucoup de sang-froid », jugeant qu’il y a « un vrai risque d’embrasement mondial ». Même appel à la prudence du côté du vice-président de LR, Guillaume Peltier, qui a demandé au chef de l’Etat « de ne pas placer la France dans la roue des Etats-Unis ».

 

Jean-Luc Mélenchon s’est dit totalement opposé à une éventuelle participation de la France à une opération menée par les Etats-Unis. « Nous n’avons aucune raison de participer à des actions de représailles qui, en définitive, n’ont aucun sens dans le contexte actuel

 

Lui aussi a lancé une mise en garde au chef de l’Etat « contre les engrenages » que pourraient déclencher d’éventuelles frappes.

 

De même Marine Le Pen s’est dite opposée à une intervention de la France, disant craindre que M. Macron veuille « sa petite guerre ». La présidente du Front national a adressé un message vidéo au chef de l’Etat dans lequel elle l’appelle à ne pas « recommencer » en Syrie les interventions occidentales en Irak et en Libye.

 

La tonalité n’est pas la même du côté de Benoît Hamon et de l’ancien président socialiste, François Hollande. Tous deux se sont dits favorables cette semaine à une riposte militaire – même sans l’aval d’une ONU bloquée par les veto russe – afin de mettre un terme « au massacre » du peuple syrien.

 

De son côté, François Hollande a de nouveau appelé à « une réaction forte », soulignant qu’« il ne s’agit pas de faire la guerre aux Russes ». « Je soutiendrai toutes les réactions, y compris militaires, car ce qui a été commis en Syrie est inadmissible et ne doit pas être sans réponse », a-t-il déclaré jeudi également sur France Inter.

30623851_1222636077871520_1321207785077080064_n

Cet article a été publié dans géopolitique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s