Une nouvelle publication démontre le rôle de la protéine S vaccinale dans la neurodégénérescence (Alzheimer, maladie de la vache folle), et renforce le combat de Marc Doyer

Marc Doyer mène depuis des mois un combat pour que soient reconnus les responsabilités des injections dans la maladie qui a emporté sa chère Mauricette. Il a recueilli 60 témoignages de proches de victimes de MCJ foudroyantes. En 2021 mon oncle Robert fut emporté après son injection par un « alzheimer foudroyant »?????officiellement inexpliqué. Regardez autour de vous et posez vous des questions face à ces maladie neurologiques inexplicables car il n’ y a pas que les cancers et les myocardites……..

Les anomalies sont telles que la censure est totale , des maladies cardiaques, des cancers , on vous dira qu’il y en a toujours eu , même si le nombre explose, mais des maladies de la vache folle, des alzheimer foudroyants, non ce n ‘est pas possible.

En parler m’a valu l’exclusion de Linkedin………………..

Dans les années 1990, les os de bovins malades, infectés ou morts étaient broyés pour nourrir des élevages de la même espèce. Cela a conduit à la propagation de l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), dont le variant humain, une variante de la maladie de Creutzfeld-Jacob, pouvait se transmettre aux consommateurs. Cette « maladie de la vache folle » a été déclaré pour la première fois en Grande-Bretagne en 1986. Le premier cas en France a été identifié en 1991. Cette dégénérescence du système nerveux a provoqué la mort d’au moins une centaine de personnes dans le monde, dont une vingtaine en France.Les conséquences des injections seraient sans commune mesure

Au moins trois fois plus en France et peut etre trente ou trois cents fois plus si on cherchait bien

La protéine spike est nocive pour les neurones Les résultats globaux suggèrent que la neurodégénérescence est en partie due à l’intensité et à la durée de l’exposition aux protéines de pointe, à l’âge avancé du patient. Des infections répétitives et des injections « vaccinales » répétées expliqueraient cette neurodégénérescence

Une étude internationale a quantifié les symptômes persistants du COVID-19 chez 3 762 personnes suite à une infection par le SRAS-CoV-2. Des troubles de la mémoire et cognitifs ont été ressentis par plus de 88 % des répondants. Il s’agissait des symptômes neurologiques les plus observés de manière persistante, et ils étaient également fréquents à tous les âges

Un consensus croissant attribue ces symptômes aux effets neurotoxiques de la glycoprotéine de pointe, en particulier la sous-unité S1 

Les preuves expérimentales directes des effets toxiques du S1 dans le cerveau proviennent d’études menées par une équipe de chercheurs coréens, publiées en 2022 [ 8 ]. Dans l’expérience, des sous-unités S1 ont été introduites directement dans l’hippocampe dorsal de souris, et il a été montré que les souris souffraient par la suite d’un comportement anxieux et de déficits cognitifs

Les deux vaccins à ARNm largement distribués aux États-Unis, commercialisés par Moderna et Pfizer/BioNTech, utilisent une nouvelle approche qui n’a jamais été utilisée auparavant pour aucun vaccin sur le marché pour aucune maladie. La technologie derrière ces deux vaccins est complexe et sophistiquée, et une grande partie est nouvelle et mal évaluée pour la sécurité

L’ARNm de la protéine de pointe modifiée est encapsulé dans une nanoparticule lipidique de haute technologie composée de cholestérol et d’autres phospholipides.La protéine de pointe partage des régions de similitude moléculaire élevée avec de nombreuses protéines humaines importantes, et le mimétisme moléculaire peut conduire à une maladie auto-immune, en particulier parce que le vaccin induit une très forte réponse en anticorps immunoglobuline G (IgG) Cependant, il a été démontré que l’absence d’IgM sécrétée conduit à un développement accéléré de la maladie auto-immune

La plupart des molécules d’ARNm humaines sont éliminées quelques heures après leur synthèse, alors que l’ARNm de la protéine de pointe a été trouvé dans les ganglions lymphatiques drainants du muscle du bras deux mois après la vaccination, et cette durabilité a été associée à des symptômes post-vaccinaux similaires au profil symptomatique du long COVID,les vaccins à ARNm peuvent être particulièrement dangereux en raison de leur potentiel à introduire de grandes quantités de protéine de pointe sur une période prolongée.

Notre travail a des implications importantes pour les politiques publiques étant donné l’application généralisée et continue des vaccins COVID-19. S’il est concevable que la protéine de pointe puisse contribuer à de futures maladies neurodégénératives, alors le calcul du rapport bénéfice/risque pour la vaccination de masse aveugle devrait être réexaminé. Si les arguments présentés ici s’avèrent vrais, la population vaccinée a déjà subi beaucoup de mal.

LES PUBLICATIONS PRECEDENTES

Un mois de censure sur Facebook et surtout la radiation de Linkedin pour un simple post ? merci de m’aider en vous abonnant au blog et en diffusant massivement cette lettre ouverte à la directrice France de Linkedin et si vous le pouvez en lui écrivant

Puni et censuré pour avoir osé briser un tabou en rapportant les conclusions d’études scientifiques sur les liens possibles entre la maladie de Creutzfelds Jacob et les injections covid #Linkedin

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

11 commentaires pour Une nouvelle publication démontre le rôle de la protéine S vaccinale dans la neurodégénérescence (Alzheimer, maladie de la vache folle), et renforce le combat de Marc Doyer

  1. Jean-Marie GLANTZLEN dit :

    C’est servir l’intérêt général que de s’efforcer modestement, après et avec d’autres depuis treize décennies, d’aider à dépasteuriser les esprits, en particulier celui de celles et ceux qui ont prêté le serment d’Hippocrate.

    Promotionner les deux tomes résumant les recherches et le travail de Dawn LESTER et David PARKER sous le titre « Qu’est-ce qui nous rend réellement malade. Pourquoi tout ce que nous croyons savoir sur la maladie est faux » aux Editions Nouvelle Terre en est une façon.

    Evidemment 1184 pages, c’est beaucoup, mais comme la table des matières est vraiment bien faite ….

    Hélas ce propos plus ou moins fidèle attribué à tort ou à raison à Voltaire reste malheureusement d’actualité et peut-être plus que jamais, vu le formidable (au sens étymologique) pouvoir criminel démoniaquede Bigpharma  : « Les médecins sont des gens qui prescrivent des remèdes dont ils savent peu de choses afin de soigner des maladies qu’ils connaissent encore moins que semblent faire des humains dont ils ignorent quasi tout ».

    Aimé par 1 personne

  2. Christophe dit :

    Je me demande comment ces chercheurs peuvent obtenir des moyens pour toutes ces études ? Qui finance ? Si le milieu de la medecine hospitaliere est pourrie la recherche non alors ?
    Des universités auraient produit des études dézinguant l’ivermectine par peur de perdre les financements de Billy et de sa clique…mais on voit que plein d’autres se foutent royalement de ces ordures..

    Aimé par 2 personnes

  3. gabriel dit :

    Cher Patrice, Afin de corriger une « erreur » presque universellement répandue, sachez que l’origine de la maladie dite de la vache folle n’est pas ce que vous écrivez. Cette dégénérescence du système nerveux des vaches anglaises est due à l’ingestion obligatoire à forte dose d’un insecticide organophosphoré le Phosnet. les études sur les faits historiques et ensuite sur les analyses biologiques démontrent comment la supercherie a bien fonctionné il y a déjà une trentaine d’années, et ça continue….

    J’aime

    • herve_02 dit :

      Et donc qu’on peut donner des farines animales aux vaches ?

      cool.. c’est l’industrie qui est contente… du coup pour mauricette c’st las le vaxXxin mais un poluant dans son alimentation ? re-cooll….

      J’aime

  4. pgibertie dit :

    Retenons pour ce qui nous concerne mcj et maladies à prions

    J’aime

  5. Thomas dit :

    Ce jour, la HAS ouvre la vaccination Pfizer aux bébés de 6 mois à 4ans à risque de forme grave de la maladie et de décès et celle des bébés vivant dans l’entourage d’une personne immunodéprimée ou non répondeur à la vaccination présentant un risque de forme grave. Sont ciblés les enfants qui ont une de ces comorbidités : cardiopathies congénitales, maladies hépatiques chroniques, maladies cardiaques et respiratoires chroniques (y compris l’asthme sévère), maladies neurologiques, l’immunodéficience, l’obésité, le diabète, hémopathies malignes, drépanocytose et trisomie 21.
    https://www.has-sante.fr/jcms/p_3396939/fr/covid-19-la-has-ouvre-la-vaccination-des-enfants-de-6-mois-a-4-ans-a-risque-de-formes-graves

    J’aime

    • herve_02 dit :

      Des malades mentaux….

      J’aime

    • Christophe Nicolas dit :

      C’est une sorte d’eugénisme, ils donnent la possibilité aux parents de jeter leur enfant aux Apothètes, un gouffre situé au pied du Taygète en référence aux spartiates qui jetaient les bébés malformés, sauf que les spartiates ne vaccinaient pas les bébés à la naissance, eux.
      Là, ils tentent de détruire les « preuves » des échecs vaccinaux à la naissance par un vaccin terminal. En plus, parler d’obésité pour les moins de 4 ans est débile, il faut dire « bébé vorace », or c’est mignon un bébé vorace… 🙂

      La HAS est dans son narratif en roue libre sans pilote dans l’avion car le pilote est occupé à maîtriser son bras, soit-disant pour qu’il ne tremble pas, soit-disant mais…

      J’aime

  6. Françoise Bianchi dit :

    Le Professeur Luc Montagnier avait mis en garde dès le début contre le risque de développement accéléré de cette maladie suite à l’injection présentée comme un vaccin.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s