une étude thaïlandaise sur les ados 13-18 ans montre 29% d’effets cardiovasculaires délétères après la 2è dose de Pfizer!

Cette étude se concentre sur les effets cardiovasculaires, en particulier les événements de myocardite et de péricardite, après l’injection du vaccin BNT162b2 ARNm COVID-19 chez les adolescents thaïlandais. Cette étude de cohorte prospective a recruté des étudiants de deux écoles âgés de 13 à 18 ans qui ont reçu la deuxième dose du vaccin BNT162b2 ARNm COVID-19. Des données comprenant les données démographiques, les symptômes, les signes vitaux, l’ECG, l’échocardiographie et les enzymes cardiaques ont été recueillies au départ, au jour 3, au jour 7 et au jour 14 (facultatif) à l’aide de formulaires d’enregistrement de cas. Nous avons recruté 314 participants ; parmi ceux-ci, 13 participants ont été perdus de vue, laissant 301 participants pour analyse. Les effets cardiovasculaires les plus courants étaient la tachycardie (7,64 %), l’essoufflement (6,64 %), les palpitations (4,32 %), les douleurs thoraciques (4,32 %) et l’hypertension (3,99 %). Sept participants (2. 33 %) présentaient au moins un biomarqueur cardiaque élevé ou des évaluations de laboratoire positives. Des effets cardiovasculaires ont été retrouvés chez 29,24 % des patients, allant de la tachycardie, des palpitations et de la myopéricardite. Une myopéricardite a été confirmée chez un patient après vaccination. Deux patients avaient une péricardite suspectée et quatre patients avaient une myocardite subclinique suspectée. Conclusion : Les effets cardiovasculaires chez les adolescents après la vaccination par l’ARNm BNT162b2 COVID-19 comprenaient la tachycardie, les palpitations et la myocardite. La présentation clinique de la myopéricardite après la vaccination était généralement bénigne, tous les cas se rétablissant complètement dans les 14 jours. Par conséquent, les adolescents recevant des vaccins à ARNm doivent être surveillés pour détecter les effets secondaires. Enregistrement de l’essai clinique : NCT05288231 allant de la tachycardie, des palpitations et de la myopéricardite. Une myopéricardite a été confirmée chez un patient après vaccination. Deux patients avaient une péricardite suspectée et quatre patients avaient une myocardite subclinique suspectée. Conclusion : Les effets cardiovasculaires chez les adolescents après la vaccination par l’ARNm BNT162b2 COVID-19 comprenaient la tachycardie, les palpitations et la myocardite. La présentation clinique de la myopéricardite après la vaccination était généralement bénigne, tous les cas se rétablissant complètement dans les 14 jours. Par conséquent, les adolescents recevant des vaccins à ARNm doivent être surveillés pour détecter les effets secondaires. Enregistrement de l’essai clinique : NCT05288231 allant de la tachycardie, des palpitations et de la myopéricardite. Une myopéricardite a été confirmée chez un patient après vaccination. Deux patients avaient une péricardite suspectée et quatre patients avaient une myocardite subclinique suspectée. Conclusion : Les effets cardiovasculaires chez les adolescents après la vaccination par l’ARNm BNT162b2 COVID-19 comprenaient la tachycardie, les palpitations et la myocardite. La présentation clinique de la myopéricardite après la vaccination était généralement bénigne, tous les cas se rétablissant complètement dans les 14 jours. Par conséquent, les adolescents recevant des vaccins à ARNm doivent être surveillés pour détecter les effets secondaires. Enregistrement de l’essai clinique : NCT05288231 Les effets cardiovasculaires chez les adolescents après la vaccination par l’ARNm BNT162b2 COVID-19 comprenaient la tachycardie, les palpitations et la myocardite. La présentation clinique de la myopéricardite après la vaccination était généralement bénigne, tous les cas se rétablissant complètement dans les 14 jours. Par conséquent, les adolescents recevant des vaccins à ARNm doivent être surveillés pour détecter les effets secondaires. Enregistrement de l’essai clinique : NCT05288231 Les effets cardiovasculaires chez les adolescents après la vaccination par l’ARNm BNT162b2 COVID-19 comprenaient la tachycardie, les palpitations et la myocardite. La présentation clinique de la myopéricardite après la vaccination était généralement bénigne, tous les cas se rétablissant complètement dans les 14 jours. Par conséquent, les adolescents recevant des vaccins à ARNm doivent être surveillés pour détecter les effets secondaires. Enregistrement de l’essai clinique : NCT05288231

Une étude portant sur 301 adolescents en Thaïlande a révélé des changements légers et temporaires du rythme cardiaque après une deuxième dose du vaccin Pfizer COVID-19 chez un adolescent sur six, et non un tiers comme le prétendent les publications sur les réseaux sociaux https://reut.rs/3pub6PU

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour une étude thaïlandaise sur les ados 13-18 ans montre 29% d’effets cardiovasculaires délétères après la 2è dose de Pfizer!

  1. Pierre Driout dit :

    Vous remarquerez que plus personne ne parle du fameux « principe de précaution » qu’on avait fait inscrire à grands frais dans la constitution !

    J’aime

  2. patricia Cosson dit :

    Mon petit-fils, alors agé de 14 ans l’an dernier, a fait une péricardite après sa deuxième dose de cette injection mais bien sur à l’hopital ils ont dit :  » ça arrive parfois chez les adolescents  » ( une péricardite) mais bien sur rien à voir avec le vaccin.  » Primum Non Nocere ». « Ils » ne connaissent plus.

    J’aime

  3. coutant patricia dit :

    Il ya un an, mon petit-fils, alors âgé de 14 ans a fait une péricardite après la deuxième injection. « Ca arrive parfois chez les jeunes une péricardite  » lui a-t-on dit à l’hopital. Bien sûr rien à voire avec le soi-disant vaccin. « Ils » ont oublié « Primum non nocere ».

    J’aime

  4. coutant-cosson patricia dit :

    Désolée un doublon ! Pas l’habitude de laisser un commentaire.

    J’aime

  5. Michel C dit :

    Autran récite bien sa leçon au train, avec forces mimiques simiesques…
    J’ai attrapé le virus par mon épouse vaccinée 3 x.
    Le jour d’avant, la gorge la gratte, elle a un peu de fièvre, seulement dans le fond de la gorge, rien au front.
    Le jour suivant, c’est mon tour. Les jours suivants au plus 1° de fièvre, rien le matin, 0.5 0.6° l’après-midi. Quelques migraines au début, quelques douleurs articulaires fort supportables, pieds, genoux, dos, pendant 2 à 3 jours.
    Comment aurait elle eu des symptômes sans être contaminée?
    Vacciné, on va quand même contaminer ses proches sans le savoir.

    Aimé par 1 personne

    • Lepiaf18 dit :

      Pfizer l’a dit lui-même en préambule de son étude. Ça n’a jamais été fait pour arrêter, voire limiter la contagion; encore moins pour juguler l’épidémie, mais juste pour éventuellement limiter les « formes graves ». Dès lors, que des « injectés » contaminent leurs proches ou voisins est parfaitement logique. Toutes les études le montrent, pas de différence sur ce point. Le CDC US vient d’ailleurs il y a quelques jours de supprimer son protocole de différenciation entre vaxx et non vaxx; plus de quarantaine spécifique, plus de mesure d’écartement des non vaxx de certaines activités. Mais en France c’est encore dur, certains ont du mal à se réveiller.

      Ils savaient (Pfizer, Moderna et dans une moindre mesure Janssen et AZ) dès le début comment et pourquoi ce virus (et pour cause, puisque manipulé en labo, ce qui fait de moins en moins de doute !) provoquait ces emballements du système immunitaire chez certaines personnes; et c’est pour cela qu’ils on réagi aussi vite et si précisément.
      Sauf que dans la précipitation, ils ne se sont pas totalement « bordés ».
      La piste d’un candidat vaccin contre le VIH est toujours d’actualité.

      Le reste c’est du « politique », l’occasion était trop belle pour le monde de Davos. Ils soudoient les scientifiques depuis des décennies, ils ont pensé qu’il était temps d’un « retour sur investissement ».
      Souhaitons juste, qu’ayant appuyé un peu trop fort, les peuples ici ou là se rebiffent vraiment.
      Et sur ce point malgré le peu de bruit fait par les médias, la France ne semble pas si mal partie que ça. Chez nous le « pass » a disparu et faudrait en passer par la Loi pour le rétablir vraiment, les Allemands, eux, ont failli avoir la vaxx obligatoire et en sont à un pass de couleur en fonction du statut vaccinal. Bon pas sûr que chez eux, ça aille au bout, mais quand même, on voit qu’il faut continuer à résister.

      J’aime

  6. Ping : QUEL JOURNALISTE OU TELETOUBIB SERAIT CAPABLE DE FOURNIR UNE SEULE PREUVE SCIENTIFIQUE DE LA NON DANGEROSITE DES INJECTIONS POUR LES ENFANTS ET ADOS? | LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE

  7. Ping : QUEL JOURNALISTE OU TELETOUBIB SERAIT CAPABLE DE FOURNIR UNE SEULE PREUVE SCIENTIFIQUE DE LA NON DANGEROSITE DES INJECTIONS POUR LES ENFANTS ET ADOS? – PAGE GAULLISTE DE RÉINFORMATION . LES MÉDIAS NOUS MANIPULENT ET NOUS MENTENT, SACHONS TRIER LE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s