LES DOSES A REPETITION DEMULTIPLIENT LES RISQUES DE MALADIES AUTO IMMUNES :

25% des patients covid hospitalisés pour formes graves voient apparaitre des anticorps annonciateurs de maladie auto immunes dans le futur, pour les vaccinés complets PFIZER c’est de 23% (5% pour les deux doses)…

Maria Cristina Sacchi  et son équipe travaillent sur les maladies auto immunes , une étude démontre que le Pfizer provoque autant de risques d’en avoir une qu’ un covid sévère entrainant une hospitalisation

Dans un pays civilisé , on se poserait des questions

Bonne nouvelle les traitements contre les maladies auto immunes seraient efficaces contre les formes graves de la covid … donc l’hydroxychloroquine (lupus)et l’ivermectine

https://www.youtube.com/c/SciTechCentralConferences

Les maladies auto-immunes résultent d’un dysfonctionnement du système immunitaire conduisant ce dernier à s’attaquer aux constituants normaux de l’organisme. C’est par exemple le cas dans le diabète de type 1, la sclérose en plaques ou encore la polyarthrite rhumatoïde, lupus érythémateux disséminé, vitiligo, maladie de Crohn, syndrome de Guillain-Barré…

La plupart des maladies auto-immunes sont des affections persistantes, avec des étiologies inconnues et des pathologies diverses. Ils affectent jusqu’à un individu sur 20 dans la population adulte des États-Unis, avec des coûts personnels et sociétaux substantiels. Des études récentes suggèrent que l’incidence de certaines maladies auto-immunes pourrait augmenter 

LES ANA ANNONCENT LES MALADIES AUTO IMMUNES

En tant que biomarqueur le plus courant de l’auto-immunité, les anticorps antinucléaires (ANA) sont observés chez les patients atteints de nombreuses maladies auto-immunes. Les ANA sont également observés dans la population générale où ils ont été associés à des facteurs démographiques tels que l’âge avancé, le sexe féminin , des facteurs génétiques et diverses expositions environnementales, notamment des produits chimiques, des infections et des médicaments 

De plus en plus de preuves suggèrent que les auto-anticorps précèdent de nombreuses années l’apparition d’une maladie auto-immune symptomatique

Une étude américaine a mesuré la présence d’ANA dans la population.

 Comme on pouvait s’y attendre, une proportion considérable de la population avait des ANA. Nos résultats nouveaux et robustes suggèrent que la prévalence de l’ANA a considérablement augmenté aux États-Unis au cours de la période de 25 ans examinée, passant de 11,0 % en 1988-1991 à 11,5 % en 1999-2004 à 15,9 %  en 2011-2012, ce qui correspond à 22, 27 et 41 millions de personnes touchées, respectivement

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7255943/

Cette étude inquiétante ne fait pas apparaitre clairementt de liens avec l’obésité et le tabac

Un ajustement supplémentaire pour les principales caractéristiques de santé, dont certaines ont changé au cours des dernières années (par exemple, l’obésité, le tabagisme et la consommation d’alcool), a eu peu d’impact.

Elle évoque même un effet protecteur …de l’alcool, déja observé pour une des maladies auto immune, le lupus.

La crainte que les immunisations puissent conduire au développement d’une maladie auto-immune existe

Plusieurs exemples illustratifs sont discutés pour mettre en évidence ce qui est connu et ce qui reste à explorer, et le type de preuves épidémiologiques qui seraient nécessaires pour mieux répondre aux problèmes. Les exemples incluent l’association possible de l’immunisation et de la sclérose en plaques (et d’autres maladies démyélinisantes)

Aucun participant n’a présenté de signes cliniques de maladie auto-immune systémique après la vaccination antigrippale (observation de durée courte) mais la prevalence d’ANA pouvait augmenter

.

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0896841100904918

Vaccination antigrippale des patients atteints de lupus érythémateux disséminé : problèmes d’innocuité et d’immunogénicité

Le SRAS-COV-2 peut induire dans ses formes graves une altération du profil auto-immun

Maria Cristina Sacchi  et son équipe ont démontré que les formes graves de la covid faisaient apparaitre des anticorps ANA chez les malades avec les risque de maladies autoimmunes par la suite

… Une diathèse immunologique ressemblant à une auto-immunité systémique avec tempête de cytokines, coagulopathie et lésion tissulaire aiguë, fait partie des manifestations dévastatrices de l’infection par le SRAS-CoV-2. Reliant en outre l’hyperinflammation à l’auto-immunité, les anticorps antinucléaires (ANA) sont détectés par immunofluorescence indirecte (IIF) chez environ un quart des patients COVID-19  (forme sévère)

https://www.researchgate.net/publication/351337894_SARS-COV-2_can_induce_an_alteration_of_the_autoimmune_profile

L’étude a évalué le profil auto-immun des patients hospitalisés positifs au COVID-19. 

Méthodes : 40 patients hospitalisés avec un diagnostic confirmé de COVID-19 ont subi des tests de chimie clinique et d’auto-immunité.  Résultats : Les 40 patients inscrits dans notre hôpital présentaient des taux élevés de marqueurs inflammatoires courants tels que la protéine C-réactive (CRP), la lactate déshydrogénase (LDH) et la ferritine. La concentration d’interleukine-6 ​​(IL-6) a également été augmentée, confirmant le rôle clé de cette interleukine lors d’une infection par le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS-CoV-2).

 Les tests d’auto-immunité les plus courants ont été effectués. Une prévalence significative d’anticorps anti-nucléaires (ANA), d’anticorps anti-neutrophiles cytoplasmiques (ANCA) et anti-Saccaromyces cerevisiae (ASCA IgA et IgG) a été retrouvée. Les patients présentant une réponse auto-anticorps de novo étaient ceux dont le pronostic de la maladie était moins bon. Conclusion : Notre étude montre que l’infection au COVID-19 peut déclencher une réponse auto-immune et pourrait induire l’apparition de maladies auto-immunes. Ces données expliquent pourquoi les médicaments utilisés pour traiter les maladies auto-immunes pourraient également être utiles dans la lutte contre l’infection par le SRAS-CoV-2.

ON DECOUVRE QUE LES DOSES A REPETITION REPRESENTENT LES MEMES RISQUES pour les vaccinés complets c’est 23% (5% pour les deux doses) d’acquerir des ANA…

Dans cette étude italienne, ils ont examiné une cohorte de 108 travailleurs de la santé suivant leurs titres d’anticorps ANA avant la vaccination, à trois mois et à 12 mois après la vaccination.

23 % des vaccinés qui étaient négatifs pour les ANA sont devenus positifs dans les 12 mois suivant la vaccination. De plus, les travailleurs de la santé qui étaient déjà positifs ont montré une augmentation du titre d’anticorps.

Attention

Il est important de comprendre que des résultats positifs peuvent être trouvés chez des personnes en bonne santé sans maladie auto-immune, en particulier les personnes âgées et les femmes enceintes. Par conséquent, les résultats positifs des ANA chez les personnes âgées et les femmes enceintes doivent être interprétés avec prudence en utilisant toutes les informations cliniques concernant le patient. Des résultats AAN positifs peuvent également être observés dans certaines infections virales ou conditions inflammatoires qui ne sont pas des maladies auto-immunes, il est donc important que les résultats des tests soient interprétés avec prudence. Toutefois, des tests plus spécifiques peuvent être effectués pour aider à interpréter les résultats positifs des AAN (voir ci-dessous). 

Un résultat positif accompagné de symptômes cliniques spécifiques suggère la présence d’une maladie auto-immune et le médecin procédera alors à d’autres tests plus spécifiques (par exemple, les tests d’anticorps à l’ENA et à l’ADN) et examinera l’histoire clinique du patient pour aider à établir un diagnostic final. Les résultats positifs des tests ANA peuvent apparaître des mois ou des années avant l’apparition des signes de la maladie, ce qui constitue une raison supplémentaire pour interpréter précisément tous les résultats positifs des tests AAN.

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour LES DOSES A REPETITION DEMULTIPLIENT LES RISQUES DE MALADIES AUTO IMMUNES :

  1. herve_02 dit :

    ok, il faut regarder de près, mais nous avons que des « il semble », « il se peut », « ressemble à » etc….

    si on ajoute que on retrouve aussi « chez des personnes en bonne santé sans maladie auto-immune, en particulier les personnes âgées et les femmes enceintes » et que ces résultats « doivent être interprétés avec prudence en utilisant toutes les informations cliniques concernant le patient » en clair on a vu un truc… mais on peut rien dire….

    Ce que l’on sait, c’est une explosion des morts toutes causes depuis la vaccination. et là c’est facile à voir, difficilement relativisable. C’est marrant AUCUN scientifique ne va s’attaquer à ces morts toutes causes et regarder le nombre de jour entre la mort et la dernière injection covid (en séparant suivant le nombre de doses). C’est cela la vraie science.

    Maintenant pourquoi pas, mais le fait que cela se retrouve habituellement dans des populations qui ne sont pas concernés par les fait et que cette recherche n’a pas été faite dans ces populations non concernés et que « De plus en plus de preuves _suggèrent_ que les auto-anticorps précèdent de nombreuses années l’apparition d’une maladie auto-immune symptomatique ».

    Peut être n’est-ce qu’on co-facteur ? parce que je doute que TOUTES les femmes ayant été enceintes développent des maladies auto-immunes. comme disait l’autre, il suffit d’un contre-exemple pour que la théorie s’effondre 🙂

    Maintenant attendons l’étude qui nous montre pourquoi et par quels mécanismes le covid et/ou les injections provoquent l’apparition de ces marqueurs. ce qui serait très largement plus intéressants 😉

    J’aime

  2. Ping : LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE: LES DOSES A REPETITION DEMULTIPLIENT LES RISQUES DE MALADIES AUTO IMMUNES : – Titre du site

  3. Alain Rousseau dit :

    Ces observations italiennes doivent obliger les médecins à beaucoup plus de rigueur quand ils examinent des patients vaccinés présentant des symptômes car en cas de maladie auto-immune des traitements existent…

    J’aime

  4. Ping : Vaccination des enfants : ils veulent censurer la vérité Alors que nous informions sur cette belle initiative d’information populaire de Reinfocovid il y a 48 heures, nous apprenons ce jour que les « autorités » tentent par tous les moyens de CENSU

  5. Ping : SAURIEZ VOUS RECONNAITRE L’AFFICHE AUTORISEE? | LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE

  6. Ping : LA FRANCE EST ELLE AUSSI TOUCHEE PAR LA SURMORTALITE VACCINALE DE 10PUIS PLUSIEURS MOIS; mais les journalistes n’en parlent que pour juillet pour accuser la canicule | LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE

  7. Ping : LA FRANCE EST ELLE AUSSI TOUCHEE PAR LA SURMORTALITE VACCINALE DE 10PUIS PLUSIEURS MOIS; mais les journalistes n’en parlent que pour juillet pour accuser la canicule – PAGE GAULLISTE DE RÉINFORMATION . LES MÉDIAS NOUS MANIPULENT ET NOUS MENTENT

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s