FOIE, EMBRYON , MOELLE OSSEUSE : QUAND UNE ETUDE SUEDOISE DEMONTRE QUE L’ARN DU PFIZER MODIFIE L’ADN DES CELLULES HUMAINES

Le pire scénario…les lanceurs d’alerte avaient raison…

Cet article a été actualisé et complété , abonnez vous au blog

Walter Chesnut:

Recherche WMC

Mise à niveau vers payantSe connecter

SPED AS PRELUDE TO A METAPLASTIC DISEASE: PULMONARY, HEPATIC, GASTROINTESTINAL AND CARDIAC COVID FINDINGSVITESSE COMME PRÉLUDE À UNE MALADIE MÉTAPLASIQUE : RÉSULTATS DE COVID PULMONAIRES, HÉPATIQUES, GASTRO-INTESTINAUX ET CARDIAQUES

Or, the induction of “Schizophrenic” cells.Ou, l’induction de cellules « schizophréniques ».

Walter M ChesnutWalter M Chesnut

Oct 1414 octobre

8349

L’attaque de l’endothélium par la protéine Spike peut être le prélude à un problème plus systémique – celui de la métaplasie. Les facteurs de stress induits par la protéine Spike peuvent provoquer la transformation des cellules (cœur, foie, poumon, gastro-intestinal, endothélial, etc.) en un TYPE CELLULAIRE DIFFÉRENT avec des conséquences cliniques catastrophiques évidentes. Je crois que la SPED est intimement liée au développement de la métaplasie observée. Veuillez noter l’implication microvasculaire discutée dans les détails associés à chaque organe.

MÉTAPLASIE

Tout d’abord, discutons de ce qu’est la métaplasie.

WMC Research est une publication soutenue par les lecteurs. Pour recevoir de nouveaux messages et soutenir mon travail, envisagez de devenir un abonné payant. Ou, veuillez faire un don via PayPal à https://wmcresearch.org/donate/

Mise à niveau vers payant

La métaplasie est le remplacement d’un type cellulaire différencié par un autre type cellulaire différencié mature qui n’est normalement pas présent dans un tissu spécifique. La métaplasie peut être induite ou accélérée par une sorte de stimulus anormal (par exemple, acide ou base, et donc un changement de pH ; hormones ; fumée de cigarette ; et alcool) (OU LA PROTÉINE SPIKE – mon édition). Dans le cadre d’un stimulus anormal, les cellules d’origine s’adaptent au stress environnemental en changeant d’identité. Si le stimulus qui a causé la métaplasie est supprimé, il n’est pas clair si les tissus peuvent revenir à leur schéma normal de différenciation. Cependant, si la condition favorisant la métaplasie persiste, la métaplasie peut évoluer vers une dysplasie et parfois une malignité, comme nous le verrons plus loin (par exemple, dans l’œsophage.

Métaplasie : adaptation aux lésions tissulaires et précurseur de la séquence dysplasie-cancer
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5998678/

FOIE

Nous décrivons les premiers cas d’une cholangiopathie post-COVID-19 unique et profonde chez des patients qui se sont remis d’un COVID-19 critique et ont développé une cholestase chronique et des lésions hépatiques. Sur le plan histopathologique, ces patients présentent des lésions cholangiocytaires prédominantes accompagnées de modifications microvasculaires . La rareté des voies biliaires, la présence d’ une métaplasie de la cytokératine 7 des hépatocytes périportaux (caractéristique de la cholestase obstructive) chez un patient et les signes d’une fibrose en pont indiquent tous un risque de progression vers une cirrhose biliaire secondaire.

Dans les 3 biopsies, les artères hépatiques du tractus porte ont montré un gonflement endothélial avec un rétrécissement luminal (preuve de SPED – mon édition), et il y avait une endophlébite de la veine porte. La biopsie du patient 2 présentait des caractéristiques focales de syndrome obstructif sinusoïdal (maladie veino-occlusive) avec nécrose confluente péricentrale. Pour les biopsies des patients 1 et 2, l’immunohistochimie et l’hybridation in situ pour le SARS-CoV-2 étaient négatives.

Cholangiopathie post-COVID-19 : une nouvelle entité
https://journals.lww.com/ajg/fulltext/2021/05000/post_covid_19_cholangiopathy__a_novel_entity.33.aspx

Le problème ici est que ces changements microvasculaires et métaplasiques préparent le terrain pour une morbidité hépatique à long terme. Comme le soulignent les auteurs de l’article ci-dessus :

Notre préoccupation est que cette cholangiopathie post-COVID peut entraîner une lésion hépatique progressive avec le besoin potentiel d’une transplantation hépatique.

POUMON

Veuillez noter ici également que la SPED est intimement associée au développement de la métaplasie et, finalement, de la fibrose. Cela peut être comparé à la cirrhose du foie.

EndMT se produit lorsque les cellules endothéliales répondent à une agression externe ou à un état pathologique interne, se transformant en un état mésenchymateux plus agressif (métaplasie), provoquant des lésions vasculaires irréversibles ou une fibrose . Le processus d’EndMT a été considéré comme l’un des principaux contributeurs à plusieurs autres conditions pathologiques, telles que l’hypertension artérielle pulmonaire, la fibrose artérielle, l’athérosclérose, la fibrose cardiaque et la malignité. Les cellules endothéliales subissant EndMT perdent leurs caractéristiques endothéliales, comme un changement de morphologie, la perte de cadhérines endothéliales vasculaires (VE-cadhérines), CD31 et Tie1/2 avec augmentation subséquente des protéines mésenchymateuses telles que la N-cadhérine, la protéine spécifique des fibroblastes-1 ou S100A4, la fibronectine, la vimentine, SM22- α, calponine et α-actine musculaire lisse. Dans le cadre du processus, la membrane basale sous-jacente aux cellules endothéliales est perturbée, facilitant la migration des cellules. Cela se produit par la dégradation protéolytique active du collagène de la membrane basale par les métalloprotéinases matricielles médiées par les cellules en transition.

Combet et al., dans une étude de cas intéressante publiée dans European Respiratory Journal, ont rapporté l’apparition rapide d’une fibrose en nid d’abeilles chez un patient atteint de COVID-19, avec une similitude typique avec la fibrose pulmonaire idiopathique (IPF) ; des questions similaires ont été soulevées par Spagnolo et al. reclassement de la fibrose pulmonaire post-COVID-19. Dans les micrographies histopathologiques de patients atteints de FPI, nous avons observé une expression élevée d’ACE2 dans les couches intimales, médiales et adventitielles des artères pulmonaires. Les mêmes zones présentaient également une expression élevée de protéines mésenchymateuses, telles que S100A4 et la vimentine, indiquant une EndMT active. De plus, la coloration au pentachrome Movat a montré un épaississement intimal et un rétrécissement luminal (SPED) importants. Il est tout à fait possible que le SRAS-CoV-2 entraîne un tel dysfonctionnement des cellules endothéliales.

Transition endothéliale à mésenchymateuse : un précurseur de la fibrose pulmonaire interstitielle post-COVID-19 et de l’oblitération vasculaire ?
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7453738/

GASTRO-INTESTINAL

L’importance de ce cas est que la protéine Spike peut ne pas avoir besoin d’envahir via l’endothélium pour induire la métaplasie. Il peut induire une métaplasie dans TOUT tissu exposé.

Un homme de 53 ans a été admis pour une insuffisance respiratoire due à un syndrome respiratoire aigu sévère causé par une infection par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère. Le patient a eu besoin d’une ventilation artificielle prolongée et d’une oxygénation par membrane extracorporelle (ECMO) pour l’assistance respiratoire. Malgré l’arrêt réussi de l’ECMO, le patient a présenté une diarrhée aqueuse abondante (5 à 10 L/jour). Une coloscopie a révélé une surface enflammée sans ondulation qui s’étendait uniformément dans tout le côlon. Les échantillons de biopsie ont révélé la disparition complète des cryptes existantes et leur remplacement par un épithélium squameux ou transitionnel normalement observé dans la muqueuse de la zone de transition anale, avec une prolifération de tissu de granulation dans la lamina propria.

Métaplasie squameuse du côlon suite à un COVID-19 sévère
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC9104499/

CŒUR

L’existence d’un schéma non ischémique de fibrose myocardique avec métaplasie lipomateuse a également été retrouvée, évoquant une myocardite antérieure, sans signe de thromboembolie pulmonaire. L’issue cardiovasculaire est une possibilité réelle dans l’expérience clinique de la nouvelle pandémie de coronavirus. Les signes cliniques doivent toujours nous guider pour mettre en avant de telles possibilités, poursuivant ainsi l’alerte à la myocardite et au syndrome de Takotsubo. Le patient de ce rapport de cas a présenté une lésion myocardique à la fois à un stade précoce de la maladie et à un stade ultérieur.

Manifestations cardiaques associées à la maladie coronarienne : rapport de cas
https://www.scielo.br/j/ijcs/a/s6w9XLTDVtvzGbkdV3HVYnr/?format=pdf&lang=en

Cette métaplasie lipomateuse, comme mentionné dans un de mes articles récents, je crois, peut être au cœur des morts cardiaques subites que nous observons. Je soupçonne les auteurs d’avoir déclaré : « suggérant une myocardite antérieure ». Je ne l’achète pas.

CODA

Ce que je m’efforce de démontrer avec cet article, c’est que la protéine Spike induit un tel stress sur les cellules, contrairement à tout ce que nous avons jamais observé, qu’elles CHANGENT CE QU’ELLES SONT pour faire face au stress. On pourrait utiliser une comparaison psychiatrique : ils deviennent schizophrènes.

Et, cela n’a-t-il pas de sens ? Après tout, cette réponse ne pourrait-elle pas être mise à l’échelle sur un gradient ? Certaines cellules changent « qui » elles sont en réponse au stress de la Spike Protein. Certains tirent noblement leur révérence (deviennent Sénescents). Et certains meurent.

Vivre en pause : la sénescence cellulaire en tant que réponse aux dommages à l’ADN
https://www.nature.com/articles/nrc2440

Une étude vient d’établir la capacité du Pfizer de modifier le génome humain  avec de très graves conséquences , en moins de 6heures  il pénètre et modifie les cellules à l’origine de l’hépatite C et du cancer du foie…

La généticienne Alexandra Henrion-Caude a déclaré  : « L’ARN peut devenir ADN » chez des personnes « porteuses d’un rétrovirus qui donne la reverse transcriptase. On peut aussi avoir des virus qui ne sont pas des HIV, qui sont des virus silencieux, des spumavirus, et qui peuvent vous donner la reverse transcriptase. Mais qu’est-ce que j’en sais, moi, si vous avez le spumavirus ? Je ne sais pas parce qu’il est silencieux. Il ne donne pas de symptôme ». Et « l’ADN peut s’intégrer au génome humain ».

ELLE AVAIT RAISON!

Les avertissements de Raoult:

Les inquiétudes de Christian Vélot ou de JPG sont vérifiées :

Les ARNm transformés en ADN ou les ADN vaccinaux sont susceptibles de s’ intégrer dans notre matériel génétique avec risques de cancers, de maladies auto-immunes et de transmission à la descendance… Le nier est une énormité scientifique… On vous a menti… Tous les biologistes connaissent les réactions croisées avec d’autres virus ARN (rétrovirus et lentivirus) et même à ADN (causes d’hépatites), spumavirus et autres, les gènes REV et Line, les télomérases et polymérases et vous expliquerons comment les ARN et ADN des « vaccins » grâce à de nombreuses rétrotranscriptases et ligases présentes ou véhiculées dans nos cellules, peuvent rentrer dans nos chromosomes et y persister de génération cellulaires en générations cellulaires mais aussi à l’encontre de nos descendances.

  1. Comment l’ARN viral peut il modifier l’ADN du malade

On parle de Transcription inverse intracellulaire quand de l’ARN viral  infecte et transforme l’adn du contaminé. Concrètement, l’Arn de la spike injecté via le vaccin pour permettre la création d’anticorps aurait un effet très grave, il infecterait l’ADN du malade comme le fait le virus du sida.

Les rétrovirus sont un groupe de virus, et ils possèdent donc des caractéristiques spéciales que l’on ne retrouve pas chez les virus. Les virus contiennent du matériel génétique comme l’ADN ou l’ARN, mais les rétrovirus contiennent seulement l’ARN.

Le VIH  est un rétrovirus utilise la transcriptase inverse en plus, pour infecter l’ADN de l’être humain avec de l’ARN viral.   

La transcriptase inverse chez les virus est identifiée par Howard Temin à l’Université du Wisconsin à Madison lors de ses travaux sur les virions du sarcome de Rous, et indépendamment isolée par David Baltimore au MIT dans les virus de la leucémie murine et de Rous 

Luc MONTAGNIER détecta  de la transcriptase inverse dans des cultures de cellules infectées ce qui lui qui a permis la découverte du VIH 

2)L’ARN VACCINAL PEUT IL MODIFIER  L’ADN DU VACCINE ?

 Le Pfizer  et le Moderna consiste à injecter de l’ARN  de la  protéine spike qui doit permettre au muscle, lieu d’injection de fabriquer de la protéine Spike qui déclenche des anticorps

https://www.francesoir.fr/videos-lentretien-essentiel/ne-faisons-pas-un-remede-pire-que-le-mal-entretien-essentiel-avec

« Ne faisons pas un remède pire que le mal » : l’entretien essentiel, avec Christian Vélot

Christian Vélot, l’entretien essentiel : maître de conférence en génétique moléculaire à l’université Paris-Sud, directeur scientifique du comité scientifique du Comité de recherche de l’information indépendante du génie génétique (CRIIGEN), il nous offre un exposé, au micro de Xavier Azalbert et revient sur la nature de ce virus qu’il qualifie de dangereux car présentant un grand nombre de symptômes différents. Il se montre surpris de voir que pour lutter contre un virus qui nous réserve beaucoup d’incertitudes, on ait recours à des technologies pour lesquelles on n’a pas de recul.

HELAS L’AVERTISSEMENT FUT CLASSE COMPLOTISTE;

En 2020, dans le contexte de la pandémie de Covid-19, Christian Vélot regrette que le règlement européen 2020/1043 exempte les vaccins contre la Covid-19 mis au point par génie génétique d’une partie de la réglementation sur les OGM (relatifs aux effets éventuels sur l’environnement)9, une décision qui irait selon lui « à l’encontre du principe de précaution », et attire l’attention du grand public sur d’hypothétiques dangers attribués à certains vaccins, en mêlant dans ses propos des thèses sur la toxicité des adjuvants ou sur le risque de modification du génome humain 

https://www.lexpress.fr/actualite/sciences/vaccins-modifiant-notre-genome-itineraire-d-une-fake-news_2141984.html

Le narratif officiel repris par la presse était le suivant

l’ARN injecté via le vaccin contre la Covid n’a aucun risque de transformer notre génome ou d’être transmis à notre descendance, dans la mesure où il pénètre dans le cytoplasme des cellules, mais pas dans le noyau. Cette donnée est confirmée par 30 ans de recherche plus générale en laboratoire sur les vaccins à acides nucléiques, qui confirment que les molécules d’ARN du vaccin ne se retrouvent jamais dans le noyau. Or, c’est dans ce noyau cellulaire que se situe notre matériel génétique. Même après l’injection du vaccin, lors de la division cellulaire, les noyaux continuent à ne contenir que notre ADN humain naturel.

L’APPORT DE L’ETUDE SUEDOISE

https://www.mdpi.com/1467-3045/44/3/73/htm#B27-cimb-44-00073

Le profil d’innocuité du BNT162b2 n’est actuellement disponible qu’à partir d’études cliniques à court terme. Des effets indésirables moins fréquents du BNT162b2 ont été rapportés, notamment péricardite, arythmie, thrombose veineuse profonde, embolie pulmonaire, infarctus du myocarde, hémorragie intracrânienne et thrombocytopénie 

Pour mieux comprendre les mécanismes sous-jacents aux effets indésirables liés aux vaccins, des investigations cliniques ainsi que des analyses cellulaires et moléculaires sont nécessaires.

Une étude récente a montré que les ARN du SRAS-CoV-2 peuvent être rétrotranscrits et intégrés dans le génome des cellules humaines [ 25 ]. Cela soulève la question de savoir si cela peut également se produire avec BNT162b2, qui code pour l’ARN SARS-CoV-2 partiel.

Le modèle cellulaire que nous avons utilisé dans cette étude est une lignée cellulaire de carcinome

Dans cette étude, nous présentons des preuves que le vaccin à ARNm COVID-19 BNT162b2 (Pfizer) est capable d’entrer dans la lignée de cellules hépatiques humaines Huh7 (à l’origine des cancers du foie et de l’hépatite c) in vitro. L’ARNm de BNT162b2 est transcrit intracellulairement en ADN aussi vite que 6 h après l’exposition à BNT162b2.

 Dans le rapport d’évaluation du BNT162b2 fourni à l’EMA par Pfizer, les études de distribution pharmacocinétique chez le rat ont démontré qu’une proportion relativement importante (jusqu’à 18 %) de la dose totale se distribue au foie [

De plus, aucune donnée sur le transfert placentaire de BNT162b2 n’est disponible dans le rapport d’évaluation de Pfizer EMA. 

Dans le rapport de toxicité du BNT162b2, aucune étude de génotoxicité ou de cancérogénicité n’a été fournie

Dans la présente étude, nous avons utilisé une lignée de cellules hépatiques humaines pour une enquête in vitro.  Il y a eu des rapports de cas sur des personnes qui ont développé une hépatite auto-immune après la vaccination BNT162b2.

Cependant, la prolifération cellulaire est également active dans plusieurs tissus humains tels que la moelle osseuse ou les couches basales des épithéliums ainsi que pendant l’embryogenèse, et il est donc nécessaire d’examiner l’effet de BNT162b2 sur l’intégrité génomique dans de telles conditions. 

Nous savons aujourd’hui que plusieurs problèmes se posent

L’Arn et la Spike de restent pas sur lelieu d’injection mais circulent dans l’organisme , y font des dégâts, ne se limitent pas à la circulation sanguine mais se retrouvent plusieurs semaines après l’injections dans de nombreux organes et le cerveau ; Certains parlent de covid vaccinal

La spike vaccinale est impliqué dans le réveil de maladies dormante.

On sait que les rétrovirus endogènes -des séquences du génome humain ayant des analogies avec certains rétrovirus- sont, eux,  généralement inactifs et sans conséquence pathogène pour l’organisme. Sauf que la fameuse protéine S du SARS-CoV-2 serait capable de réactiver les HERV, gènes de l’un de ces rétrovirus endogènes, en dormance dans le génome humain. Et de provoquer ainsi les formes graves de la Covid-19.

Problème, cette protéine spike, c’est également celle dont l’ARN est inocculé par la vaccination…

https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/38441-Un-retrovirus-endogene-reveille-SARS-CoV-2-l-origine-formes-graves-Covid

.

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

44 commentaires pour FOIE, EMBRYON , MOELLE OSSEUSE : QUAND UNE ETUDE SUEDOISE DEMONTRE QUE L’ARN DU PFIZER MODIFIE L’ADN DES CELLULES HUMAINES

  1. Bianchi Françoise dit :

    Tout ce que les soi-disant complotistes craignaient se trouve peu à peu prouvé par les chercheurs authentiques et sans conflits d’intérêt. Les conséquences de ces injections sur l’humanité promettent d’être atterrantes…

    Aimé par 1 personne

  2. JEREMY 45 dit :

    Est-ce dangereux pour une personne HIV positif de recevoir es vaccins ARN messager ?

    J’aime

  3. Jean Sentrais dit :

    Le Pr Alexandra Henrion-Caude, experte en génie bio-moléculaire nous alertait (également que Christian Vélot, Luc Montagnier) fin 2020 de ce mauvais génie génétique des vaxxins promis à ARNm et ADNm : une chance sur un million de retranscription dans l’ADN humain !

    Et si la vaccination devenait générale, sur des milliards d’individus, quel serait le désastre ?

    Or, le désastre survient aujourd’hui par les milliards de vaxx x1, x2, x3 doses contraintes, et les Pr Henrion-Caude, Vélot et Montagnier sont toujours décriés par leurs « Pairs » comme complotistes fous ou hystériques !

    Mais un jour viendra enfin, où les sinistres Sbires présidentiels fuiront Paris, espérant disparaître …

    Aimé par 1 personne

    • Michel C dit :

      Ah si les Français résistaient aux vaxxins et à l’élite autoproclamée comme les Ukrainiens résistent aux Russes, qui n’avancent pas vite, on en serait pas là.

      J’aime

      • Beaujean dit :

        Evitez de mêler vos commentaires soit-disant géopolitiques à ce drame sanitaire. Et respectez les 14 000 morts du Donbass bombardés pendant 8 ans. Ou allez appuyer la résistance yéménite aux Saoudiens, qui n’avancent pas très vite… depuis 2014. Juste 80 000 enfants morts de malnutrition ou sous les bombardements. Problèmes de rétro-transcription informationnelle ?

        Aimé par 1 personne

    • SuperSoignantEnColère dit :

      Oui, probablement! Macron, qui se prend pour le roi tout puissant, nous rejouera probablement « la fuite de Varennes » avec, je l’espère, la meme fin funeste d’un Louis XVI qui, pour le coup, n’était qu’une victime de conspirationnistes a l’origine de la Revolution!

      J’aime

  4. Ping : FOIE, EMBRYON , MOELLE ÉPINIÈRE : QUAND UNE ETUDE SUÉDOISE DÉMONTRE QUE L’ARN DU PFIZER MODIFIE L’ADN DES CELLULES HUMAINES – PAGE GAULLISTE DE RéINFORMATION . Les médias nous manipulent et nous mentent, sachons trier le bon grain de l ivr

  5. Cocolarico Bb dit :

    Bonjour,
    Remplacez vite dans votre titre « Moëlle épinière » par « Moëlle osseuse » qui elle contient les cellules sanguines souches pouvant être détraquées par le machin Pfizer alors que la moëlle épinière est le cordon de nerfs cheminant dans le canal rachidien..Merci pour cet article de synthèse excellent comme les précédents, merci de nous éclairer dans cette période sombre pour la vraie information.

    J’aime

  6. Ping : FOIE, EMBRYON , MOELLE EPINIERE : QUAND UNE ETUDE SUEDOISE DEMONTRE QUE L’ARN DU PFIZER MODIFIE L’ADN DES CELLULES HUMAINES — LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE – La vérité est ailleurs

  7. Vdb dit :

    Je pense qu’il va falloir plusieurs années pour constater les dégâts de ces injections..

    Néanmoins je me questionne sur une chose qu’on est-il pour ceux et celles qui ont attrapé le virus ? Est-ce que la spike est aussi dangereuse ?

    Merci pour vos réponses

    J’aime

    • Michel C dit :

      La spike n’est pas anodine, jamais. Mais le fait qu’on injecte de l’ARNm fait qu’il y a en général bien plus de spike produite par les cellules que par le virus. La quantité est multipliée par 10^3, 10^6 ou 10^9, avec les dégâts en conséquence, proportionnels.
      Mais quand l’ADN est touché, quelle garantie de réparation des cellules et quelle garantie que d’autre virus n’en profitent pas? Exemple avec le zona.
      L’injection me semble plus dangereuse, sans comparaison.

      J’aime

    • CLOUTE dit :

      depuis le debut je suis dans un gpe de covids longs car je l’ai eu en mars 2020 ….ce qui est ahurissant c’est que les effets à long terme du covid 19 et les effets 2aires des vax sont ..les memes !!!!…. et qu’ont en commun le virus et les vax ?… la proteine spike !!! depuis le debut je me dis que c’est l’ennemi !! et sachant qu’elle passe dans la circulation sanguine , je suis tres inquiete / transfusion de sg, car j’ai deja participé aux transfusions de sang contaminé HIV en toute idiotie :(( ..je questionne sur le sujet depuis le printemps 2021 sans jamais de reponse !:(((..il est impossible de savoir si la spike du virus est aussi dangereuse que celle des vax …mais comme c’est elle qu’ils ont « selectionnée » pour faire les vax …y’a peu de chance que ce soit different …dslee ..j’ai eu 2 covids ..non vax pour pas en rajouter … decoctions aiguilles de pin à 5 aiguilles / suramine , acetylcysteine ..pour l’instant je ne sais rien d’autre pour la combattre ..

      J’aime

  8. Cocolarico Btn dit :

    Bonjour,
    Remplacez vite dans votre titre « Moëlle épinière » par « Moëlle osseuse » qui, elle contient les cellules sanguines souches pouvant être détraquées par le machin Pffizzer alors que la moëlle épinière est le cordon de nerfs qui chemine dans le canal rachidien,…Merci en tous cas pour tous vos articles de synthèse excellents dans cette période sombre pour l’information éclairée.
    Corinne

    J’aime

  9. Cocolarico Bb dit :

    Désolée pour les redites, mon ordi a buggé et je ne savais plus où j’en étais…

    J’aime

  10. Michel C dit :

    Merci infiniment pour votre article.
    Velot disait lui-même que d’une transmission de l’ARN à l’ADN la probabilité était faible.
    De l’ordre de 10^-9 ou dans le genre, mais multiplié par le nombre d’humains, le risque de l’intégration était faible.
    Cette étude montre qu’il n’était trop prudent, pas assez complotiste.

    Complotons et soyons fiers de comploter 🙂 🙂 🙂

    J’aime

  11. Ping : FOIE, EMBRYON , MOELLE OSSEUSE : QUAND UNE ETUDE SUEDOISE DEMONTRE QUE L’ARN DU PFIZER MODIFIE L’ADN DES CELLULES HUMAINES | Qui m'aime me suive…

  12. juillard jean jaques dit :

    z

    J’aime

  13. François Houtart dit :

    Merci pour ces recherches.

    J’aime

  14. Marc R dit :

    Bonjour,
    Faire l’amour avec une personne vaccinée comporte t il un risque ?
    Si oui quelle est la taille de ce risque ?
    Si la spike est transmissible d’un individu à l’autre,peut elle être éliminée par l’organisme sain(non injecté) ?
    (En principe et sauf erreur de ma part, la protéine spike est fabriquée par les cellules d’un sujet vacciné ).
    Svp.

    J’aime

  15. La question: de quel matériel génétique (ARNm) s’agit-il alors que la Spike n’a jamais été photographiée car le virus « invisible » n’a jamais été isolé, purifié, caractérisé? Tout cela est du gros pipeau afin de cacher la misère de la présence du graphène dans les injections.

    J’aime

    • Michel C dit :

      Avec une taille de moins de 140 nanomètre, il ne peut être photographié.
      Tout juste une « image » au microscope à balayage.

      J’aime

    • Jean-Marie GLANTZLEN dit :

       » ….. car le virus « invisible » n’a jamais été isolé, purifié, caractérisé?  »

      Cette affirmation est-elle fondée ?

      Après autopsie d’un déclaré « mort d’un variant d’un variant du Sars Cov2 » a-t-on constaté effectivement la présence évidente de ce seul virus nuisible, car il est aussi des virus non nuisbleu s »‘

      Ne nuisons pas à notre cause par des affirmations non fondées

      J’aime

  16. Récapitulatif des preuves irréfutables – en photographies et vidéos – de la présence de graphène et de nano/micro-technologies dans les injections CoqueVide
    http://xochipelli.fr/2022/02/recapitulatif-des-preuves-irrefutables-en-photographies-et-videos-de-la-presence-de-graphene-et-de-nano-micro-technologies-dans-les-injections-coquevide/

    J’aime

  17. Ping : FOIE, EMBRYON , MOELLE OSSEUSE : QUAND UNE ETUDE SUEDOISE DEMONTRE QUE L’ARN DU PFIZER MODIFIE L’ADN DES CELLULES HUMAINES - Collectif pour la vérité et les libertés - pays de Morlaix

  18. Ping : LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE: FOIE, EMBRYON , MOELLE EPINIERE : QUAND UNE ETUDE SUEDOISE DEMONTRE QUE L’ARN DU PFIZER MODIFIE L’ADN DES CELLULES HUMAINES – Titre du site

  19. Tagnon dit :

    Merci !!!

    J’aime

  20. Ping : DEUX ANS DE MENSONGES mais la presse n’en parlera pas, elle a changé de logiciel | LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE

  21. Ping : DEUX ANS DE MENSONGES mais la presse n’en parlera pas, elle a changé de logiciel – PAGE GAULLISTE DE RéINFORMATION . Les médias nous manipulent et nous mentent, sachons trier le bon grain de l ivraie

  22. Ping : DEUX ANS DE MENSONGES mais la presse n’en parlera pas, elle a changé de logiciel – Profession Gendarme

  23. Ping : COVID-19: DEUX ANS DE MENSONGES – JEMINFORMETV.COM

  24. Ping : FOIE, EMBRYON , MOELLE OSSEUSE : QUAND UNE ETUDE SUEDOISE DEMONTRE QUE L’ARN DU PFIZER MODIFIE L’ADN DES CELLULES HUMAINES - PGERTIE - NousCitoyens.ca

  25. Ping : CANCERS,DEFICIT OVARIEN, chaque dose de spike en plus et le risque augmente… | LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE

  26. Ping : LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE:CANCERS,DEFICIT OVARIEN, chaque dose de spike en plus et le risque augmente… – Titre du site

  27. Ping : CANCERS,DEFICIT OVARIEN, chaque dose de spike en plus et le risque augmente… – PAGE GAULLISTE DE RéINFORMATION . Les médias nous manipulent et nous mentent, sachons trier le bon grain de l ivraie

  28. Ping : LE CO FOUTAGE DE GUEULE ,le fiel des envieux et la bave des lâches – Titre du site

  29. Ping : LE CO FOUTAGE DE GUEULE ,le fiel des envieux et la bave des lâches – Titre du site

  30. Et, cher Patrice, ce dont nous sommes certains, également, c’est de la présence de graphène, sur toutes ses formes connues, et autres nano-particules dans les injections CoqueVide/19. Aujourd’hui, une nouvelle méta-étude vient de sortir sur ce thème dans une revue de vaccination. Il s’agit d’un document de 130 pages. Et c’est sans parler des auto-assemblages au sein du sang vacciné.

    Breaking News: Revue “International Journal of Vaccine Theory, Practice, and Research” : “What is in the so-called COVID-19 “Vaccines”? Part 1: Evidence of a Global Crime Against Humanity”

    Publication d’une étude fantastique, de 130 pages, portant sur les nano-particules et les nano-technologies présentes dans les injections CoqueVide/19

    Cette publication décline le contenu de 26 études prouvant la présence de nano-particules et de nano-technologies dans les injections CoqueVide/19 de la Mafia Pharma.

    https://ijvtpr.com/index.php/IJVTPR/article/view/52/96

    Aimé par 1 personne

  31. Ping : LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE: FOIE, EMBRYON , MOELLE EPINIERE : QUAND UNE ETUDE SUEDOISE DEMONTRE QUE L’ARN DU PFIZER MODIFIE L’ADN DES CELLULES HUMAINES – Titre du site

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s