Big Pharma change de stratégie en raison des dégâts massifs des injections à répétition sur le système immunitaire (Syndrome  d’ImmunoDéficience  Acquis )post injections

Les hésitations sur la quatrième dose traduisent une réelle inquiétude  des autorités sanitaires de plusieurs pays et de l’OMS. Bourla , le maître des horloges semble opter pour une pillule magique plus chère et moins efficace que l’ivermectine, en attendant un hypothétique produit injectable chaque année .

La preuve est faite que si les doses de rappel boostent les anticorps  la durée de cette effectivité se révèle de plus en plus courte  et surtout elle est suivie d’une dégradation du système immunitaire  qui place le « vacciné » dans une situation particulièrement fragile. Les études scientifiques parlent d’un SYNDROME IMMUNODEFICIENCE ACQUIS

77.119 personnes ont déjà reçu sur le territoire une quatrième dose contre le coronavirus au 12 janvier 2022 selon la Direction générale de la Santé.

A l’époque du DELTA LES STATISTIQUES NON FALSIFIEES BRITANNIQUES ET SUEDOISES POUR SEPTEMBRE DONNAIENT 70% DE VACCINES PARMI LES DECEDES

https://www.lifesitenews.com/news/fully-vaccinated-people-now-the-majority-of-covid-deaths-in-uk-sweden/

Les risques de décèder avec OMICRON SERAIENT DEUX A TROIS plus faibles pour les non vaccines que pour les vaccinésabonnez vous au blog et diffusez

https://pgibertie.com/2022/01/18/les-risques-de-deceder-avec-omicron-seraient-deux-a-trois-plus-faibles-pour-les-non-vaccines-que-pour-les-vaccines/

Le système immunitaire a une fonction : combattre les organismes étrangers qui attaquent le corps. Sur la vaccination contre la même maladie à répétition, le virologue est catégorique : cela affaiblira le système immunitaire. «Avec de multiples vaccins contre une seule maladie dans un laps de temps si court, le système immunitaire sera habitué à combattre une seule maladie, et donc, sera bien plus vulnérable aux autres infections. Il reconnaîtra moins les autres virus et bactéries», met-il en garde. Dans la foulée, il précise que faire plusieurs différents vaccins contre différentes maladies, ou encore, les vaccins récurrents annuels comme celui de la grippe, n’ont pas le même effet. «Si l’on fait plusieurs vaccins contre différents organismes, toutes les parties du système immunitaire sont activées et pourront reconnaître une panoplie de corps étrangers. Le danger est réellement dans la vaccination contre un seul virus dans un court laps de temps», réitère-t-il.

De plus, les vaccinés deviennent plus cliniquement malades que les non vaccinés. L’ Écosse a signalé que le taux de mortalité par infection chez les vaccinés est de 3,3 fois celui des non vaccinés et le risque de décès en cas d’hospitalisation est de 2,15 fois celui des non vaccinés.

Un étude parue dans le NEJM décrit les effets secondaires, les risques de maladie auto immunes et les explique

https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMcibr2113694

Le développement de plusieurs vaccins efficaces a été essentiel, mais leur efficacité a été limitée par l’apparition de variantes virales, et les vaccins peuvent être associés à effets hors cible ou toxiques, notamment des réactions allergiques, des myocardites , et la thrombose et la thrombocytopénie à médiation immunitaire chez certains adultes en bonne santé. Beaucoup de ces phénomènes sont probablement à médiation immunitaire.  Comment comprendre cette diversité des réponses immunitaires chez différentes personnes ?

Figure 1.Anticorps anti-idiotypes et SARS-CoV-2.

Une façon de penser à la complexité de la réponse immunitaire est à travers le prisme des réponses immunitaires anti-idiotypes.  Chaque anticorps induit et spécifique d’un antigène (appelé anticorps « Ab1 ») possède des régions immunogènes  La recombinaison VDJ aboutit à de nouvelles séquences d’acides aminés immunogènes appelées idiotopes, qui sont alors capables d’induire des anticorps spécifiques contre les anticorps Ab1 comme forme de régulation à la baisse. Un paradigme similaire a été proposé pour les lymphocytes T.  Les paratopes, ou domaines de liaison à l’antigène, de certains des anticorps anti-idiotypes (ou « Ab2 ») qui sont spécifiques d’Ab1 peuvent ressembler structurellement à ceux des antigènes d’origine eux-mêmes. Ainsi, la région de liaison à l’antigène Ab2 peut potentiellement représenter une image miroir exacte de l’antigène ciblé initial dans la réponse Ab1, et les anticorps Ab2 ont même été examinés pour une utilisation potentielle comme substitut de l’antigène dans les études sur les vaccins. Cependant, en raison de ce mimétisme, les anticorps Ab2 ont également le potentiel de se lier au même récepteur que celui que l’antigène d’origine ciblait Les anticorps Ab2 se liant au récepteur d’origine sur les cellules normales ont donc le potentiel d’induire des effets profonds sur la cellule qui pourraient entraîner des changements pathologiques, en particulier à long terme – longtemps après la disparition de l’antigène d’origine lui-même.

. Les anticorps Ab2 générés contre l’entérovirus coxsackievirus B3 chez la souris peuvent se lier aux antigènes des myocytes, entraînant une myocardite auto-immune,  et des réponses anti-idiotypiques peuvent agir comme des agonistes des récepteurs de l’acétylcholine, entraînant des symptômes de myasthénie chez le lapin.  De plus, en affichant l’image miroir de l’antigène viral, l’Ab2 seul peut même imiter les effets délétères de la particule virale elle-même, comme cela a été montré avec l’antigène du virus de la diarrhée virale bovine. 

Pour l’infection par le SRAS-CoV-2, l’attention se concentre sur la protéine de pointe (S) et son utilisation critique du récepteur de l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2) pour pénétrer dans la cellule. Compte tenu de son rôle essentiel dans la régulation des réponses de l’angiotensine, de nombreux effets physiologiques peuvent être influencés par l’engagement de l’ACE2.  La protéine S elle-même a un effet direct sur la suppression de la signalisation ACE2 par une variété de mécanismes et peut également déclencher directement des récepteurs de type péage et induire des cytokines inflammatoires. 

 Les réponses anti-idiotypiques peuvent affecter la fonction ACE2, entraînant des effets similaires. 

Cependant, les évaluations précliniques et cliniques des réponses des anticorps aux vaccins contre le SRAS-CoV-2 se sont concentrées uniquement sur les réponses Ab1 et l’efficacité de neutralisation du virus.

 L’association d’événements thrombotiques avec certains vaccins contre le SRAS-CoV-2 chez les jeunes femmes et le rôle étiologique des anticorps anti-facteur plaquettaire 4-polyanion pourraient être le résultat du vecteur adénoviral.

 Cependant, la survenue rapportée de myocardite après l’administration du vaccin présente des similitudes frappantes avec la myocardite associée aux anticorps Ab2 induits après certaines infections virales. Les anticorps Ab2 pourraient également médier les effets neurologiques de l’infection par le SRAS-CoV-2 ou des vaccins, étant donné l’expression de l’ACE2 sur les tissus neuronaux, les effets neuropathologiques spécifiques de l’infection par le SRAS-CoV-2, et la similitude de ces effets avec ceux médiés par l’Ab2 effets neurologiques observés dans d’autres modèles viraux.

Il serait donc prudent de caractériser pleinement toutes les réponses des anticorps et des lymphocytes T au virus et aux vaccins, y compris les réponses Ab2 au fil du temps. 

L’utilisation de souris transgéniques huACE2 et leur croisement avec des souches prédisposées à l’auto-immunité ou à d’autres conditions pathologiques humaines peuvent également fournir des informations importantes.

 Une compréhension des réponses potentielles d’Ab2 peut également fournir des informations sur le maintien et l’efficacité d’Ab1 et sur l’application d’agents thérapeutiques à base d’anticorps. Cependant, des recherches scientifiques beaucoup plus fondamentales sont nécessaires

Une étude du Lancet comparant les personnes vaccinées et non vaccinées en Suède a été menée auprès de 1,6 million de personnes sur neuf mois. Il a montré que la protection contre le COVID-19 symptomatique diminuait avec le temps, de sorte qu’à six mois, certains des groupes vaccinés les plus vulnérables étaient plus à risque que leurs pairs non vaccinés.

Les médecins appellent ce phénomène chez les vaccinés à plusieurs reprises « l’érosion immunitaire » ou « l’immunodéficience acquise », ce qui explique l’incidence élevée de la myocardite et d’autres maladies post-vaccinales qui les affectent soit plus rapidement, entraînant la mort, soit plus lentement, entraînant une maladie chronique. maladie.

https://www.reuters.com/world/middle-east/israeli-study-shows-4th-shot-covid-19-vaccine-not-able-block-omicron-2022-01-17/

Une étude israélienne montre que la 4e injection du vaccin COVID-19 est moins efficace sur Omicron

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

29 commentaires pour Big Pharma change de stratégie en raison des dégâts massifs des injections à répétition sur le système immunitaire (Syndrome  d’ImmunoDéficience  Acquis )post injections

  1. Ping : LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE:Big Pharma change de stratégie en raison des dégâts massifs des injections à répétition sur le système immunitaire (Syndrome  d’ImmunoDéficience  Acquis )post injections – Titre du site

  2. Michel C dit :

    Coup double voire pour Pfizer et ses comparses. Ils rendent les gens malades, avec entre autre des SIA (le SIDA c’est si doux 😉
    et ils vendent les médicaments destinés à corriger partiellement cela.
    Le suicide de l’Occident est En Marche, et nous somment aux premières loges.

    L’élite autoproclamée est abjecte.

    J’aime

    • May Jean dit :

      comment les etudes arrivent 2 ans apres le projet… et surtout les tests de Pfizer n’ont rien montre tout ca, genre ceux qui faisaient partie du test initial, ont du deja avoir plusieurs doses? c’est incroyable d’attendre de tester sur une population mondiale incluant des enfants…

      J’aime

    • Patrick Huet dit :

      @ Michel D’ailleurs, je crois que c’est ce que Big Pharma a toujours fait.
      Un malade soigné n’a jamais été rentable.
      On le rend donc encore plus malades avec un médicament qui cause des effets secondaires. Et pour combattre ce effet secondaire… on lui en donne un autre, puis un troisième.

      Ce qui fait qu’avec une toute petite maladie, on se retrouve avec 5 ou 6 médicaments. Gros bénéfices à la clef !

      J’aime

      • Jean-Pierre Palheyre dit :

        Pour big pharma un patient guéri n est pas pas rentable mais un patient mort est un client perdu il faut jouer entre ces 2 écueils

        J’aime

  3. gérard dit :

    Je me pose une question:comment peut on prétendre que les vaccins sont efficaces alors que les variants sont de moins en moins virulents?
    Exemple omicron,si c’est un simple rhume alors les vaccins ne sont aucunement la raison pour les faibles nombres d’hospitalisation.
    Je rappelle qu’on nous présentait déja delta comme beaucoup moins virulent.
    Qui fait des études pour évaluer l’efficacité des vaccins?Les labos.

    J’aime

  4. Ping : Raoult craque sur Djokovic et la vaccination australienne. Sinon, « leur gestion du covid c’est : – Les 10 hommes les plus riches du monde deux fois plus riches (en deux ans). – 99% de l’humanité plus pauvre (Oxfam). – 36

  5. Ping : Raoult craque sur Djokovic et la vaccination australienne. Sinon, « leur gestion du covid c’est : – Les 10 hommes les plus riches du monde deux fois plus riches (en deux ans). – 99% de l’humanité plus pauvre (Oxfam). – 36

  6. Sprilibre dit :

    L’emmerdeur en chef va bientôt être bien emmerdé quand on va lui mettre la liste de ses contradictions sous le nez

    J’aime

  7. Jean Sentrais dit :

    Syndrome d’Immuno-déficience acquis !

    -« Heu ! ne serait-pas en toutes lettres : le SIDA » ?

    J’aime

    • Jean Sentrais dit :

      Je ne veux pas être « mauvaise langue » : -« Que nenni » !

      J’étais juste venu faire un petit tour par-ici, et puis « Zou » ! je suis déjà reparti …

      J’aime

    • franck dit :

      Luc Montagnier en avait parlé il y a deux ans et il me semble qu’il accusait la Chine d’être derrière cette crise.

      J’aime

      • pgibertie dit :

        c est une forme de sida

        J’aime

      • Jean Sentrais dit :

        Je n’ai pas de souvenir que Luc Montagnier ait incriminé la Chine. Ni en 2020, ni aujourd’hui. Il relatait sa surprise que ce virus ne soit pas d’origine « naturelle », et qu’une telle séquence génomique du sars-cov-2 l’interpelait sur son incongruité. Il n’écartait pas l’éventualité que ce virus inédit se soit échappé d’un labo, sans jamais citer la Chine.

        L’on sait aujourd’hui, par une Commission d’enquête sénatoriale US très évère que Antony Faucy a financé des recherches sur des gains de fonctions virales d’abord sur le Territoire-même des USA, puis en Chine à Wuhan depuis 2018 dans des labos P2 (sans grande sécurité !). Malgré que Fauci se soit parjuré plusieurs fois sur cette réalité désormais avérée.

        J’aime

  8. Carolyonne89 dit :

    A reblogué ceci sur La vérité est ailleurset a ajouté:
    LE BLOG DE PATRICE GIBERTIEgéopolitique, économie,éducation
    Accéder au contenu principal
    Les éditions papier et numérique viennent de sortir:Pourquoi les Gaulois ont ils peur que l’islam leur tombe sur la tête?
    ← LES RACINES HISTORIQUES DU FASCISME SANITAIRE de l’hygiénisme anti polonais à l’imaginaire nazi, de la tuberculine à la tentation du modèle chinois…
    Big Pharma change de stratégie en raison des dégâts massifs des injections à répétition sur le système immunitaire (Syndrome d’ImmunoDéficience Acquis )post injections
    Publié le 17 janvier 2022 par pgibertie
    Les hésitations sur la quatrième dose traduisent une réelle inquiétude des autorités sanitaires de plusieurs pays et de l’OMS. Bourla , le maître des horloges semble opter pour une pillule magique plus chère et moins efficace que l’ivermectine, en attendant un hypothétique produit injectable chaque année .

    La preuve est faite que si les doses de rappel boostent les anticorps la durée de cette effectivité se révèle de plus en plus courte et surtout elle est suivie d’une dégradation du système immunitaire qui place le « vacciné » dans une situation particulièrement fragile. Les études scientifiques parlent d’un SYNDROME IMMUNODEFICIENCE ACQUIS

    J’aime

  9. Jean Sentrais dit :

    Ah ! avant de partir : les premières décisions de justice tombent sur les morts après vaxx.

    En substance :
    -« Ayant considéré que la vaxx n’étant pas obligatoire, les ayants droits aux personnes décédées après vaxx ne peuvent se prévaloir d’aucun bénéfice (d’assurance-vie souscrite par le défunt). Le décès est ainsi considéré comme un suicide pour avoir consenti à contribuer à une expérimentation médicale de façon délibérée ».

    J’aime

    • LYONNAY dit :

      En fait ceci concerne les assurances décès et non l’assurance-vie. Il n’en reste pas moins
      que l’argumentaire des assureurs et ces décisions, si elles se confirment, sont
      scandaleuses.

      J’aime

      • J dit :

        Si si ! pour l’assurance-vie. C’est désormais documenté.

        Puis pour l’assurance-décès, tout frais d’obsèques demeurent à charge des héritiers pour cause de « suicide ».

        Cela signifie que quiconque prétendrait imputer la cause d’un décès, d’une invalidité à la vaxx, il sera débouté : -« C’était son choix (le suicide, ou l’invalidité) » !

        J’aime

  10. Jean Sentrais dit :

    Si si ! pour l’assurance-vie. C’est désormais documenté.

    Puis pour l’assurance-décès, tout frais d’obsèques demeurent à charge des héritiers pour cause de « suicide ».

    Cela signifie que quiconque prétendrait imputer la cause d’un décès, d’une invalidité à la vaxx, il sera débouté : -« C’était son choix (le suicide, ou une tentative de suicide pour l’invalidité) » !

    J’aime

    • Jean Sentrais dit :

      Il faut y comprendre que les premiers jugements reconnaissent ipso facto l’imputabilité de la vaxx dans les désastres sanitaires : morts et invalidités.

      Je ne doute pas que des stratèges juristes disposeront de cet argument. Lequel est plutôt confondant. Non ?

      J’aime

      • Jean Sentrais dit :

        -« Nous appelons à la barre quiconque ayant refusé de se faire vaxxiner et, bien sûr ayant survécu (!) à témoigner qu’en refusant la vaxx il a été suspendu de son emploi, et a été suspendu sans salaire » !

        Afin de démontrer le « chantage » dont chacun a fait l’objet par décision délibérée de l’Exécutif. Auquel qui, par les circonstances d’effroi et de terreur s’est extrait de cette emprise funèbre. Or, par défaut qui croyait être demeuré un bon citoyen, s’est vu être exposé à ce que l’on ose nommer : un suicide, une tentative de suicide. Un suicide collectif … Et se retrouve démuni face aux lois qui eussent du le protéger contre l’infamie !

        J’aime

      • Jean Sentrais dit :

        Plus inquiétant, stupéfiant encore.

        Dès lors que qu’il s’agit d’un produit US (les vaxx Pfizer et Moderna) :

        1/ négocié en dollar US, ce sont les lois commerciales US qui s’y appliquent de façon extra-territoriale ; aucune obligation ne vous est faite de vous faire « piquer » !

        2/ breveté US, pantenté US, et que ce produit est injecté dans votre corps et qu’il y prospère en modifiant votre système immunitaire de façon permanente (jusqu’à votre mort), votre corps appartient au propriétaire du brevet (Décision de la Cour suprême US récente).

        Si vous n’avez pas encore compris l’amplitude de l’escroquerie pseudo pandémique et sa pseudo solution, vous ne méritez pas de vivre sur Terre ! Et j’en suis navré !

        J’aime

    • Patrick Huet dit :

      Il en effet, il s’agit bien d’un suicide.
      Même si beaucoup ont été poussé de force.
      J’ai même entendu un médecin qu’il allait le faire par sacrifice, parce que c’était la loi.
      OUi, c’est un suicide !

      J’aime

  11. Ping : Raoult craque sur Djokovic et la vaccination australienne. Sinon, « leur gestion du covid c’est : – Les 10 hommes les plus riches du monde deux fois plus riches (en deux ans). – 99% de l’humanité plus pauvre (Oxfam). – 36

  12. Ping : Les risques de décèder avec OMICRON SERAIENT DEUX A TROIS plus faibles pour les non vaccines que pour les vaccinés | LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE

  13. Ping : Chiffres officiels de la DREES : 96% des décès COVID sont vaccinés. - Résistance

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s