Les scientifiques mettent en garde contre les erreurs graves  de conception des vaccins

On découvre que sans la protéine  spike le virus serait inoffensif et horreur le vaccin consiste  à inoculer  le processus de fabrication de cette protéine  dans notre organisme . La protéine se propage contre toute attente  dans les ovaires et les testicules….

Celui qui appelle à arrêter la vaccination n’est pas un conspirationniste  mais  le professeur Byram Bridle, spécialiste en immunologie virale et nouvelles biothérapies pour le traitement des cancers. 

Première erreur : Si la spike est la substance la plus active du virus, ce n’est plus un vaccin que l’on injecte, mais le toxique

« Jusqu’à récemment, nous n’avions jamais pensé que les protéines Spike pouvaient être toxiques ! 

Les fabricants de vaccins ont choisi de cibler la protéine unique, permettant aux cellules de la personne vaccinée de fabriquer la protéine qui, en théorie, provoquerait alors une réponse immunitaire à la protéine, l’empêchant d’infecter les cellules.

« Ce qui a été découvert par la communauté scientifique, c’est que la protéine de pointe à elle seule est presque entièrement responsable des dommages au système cardiovasculaire, si elle entre en circulation »

Elle serait sans doute responsable d’une partie des troubles engendrés par le Sars-Cov-2, peut-être des plus importants, vasculaires et hématologiques. Ce serait la substance la plus active et toxique du virus. Le virus sans spike serait alors quasi inoffensif, et les variations de la spike le rendraient plus ou moins toxique, c’est le cas des variants récents, variations du virus qui ne portent que sur la spike.

Un vaccin classique injecte le “toxique” atténué ou mort. Ici on l’injecte “actif”, non atténué, d’où les effets secondaires très nombreux, parfois mortels, comme jamais vus dans les vaccins autorisés à ce jour. Si la spike est la substance la plus active du virus, ce n’est plus un vaccin que l’on injecte, mais le toxique.

Dans ces conditions, l’injection indirecte de la substance la plus toxique du Sars-Cov-2, sans l’avoir atténuée au départ, serait une erreur. Erreur non prévisible au départ, vu les connaissances sur la spike au début. Aux effets secondaires initiaux, dus à la spike et non à l’ADN ou l’ARN injecté, peuvent alors s’ajouter des effets plus tardifs, dus à des modifications génétiques.

Deuxième erreur : la protéine de pointe du coronavirus pénètre dans le sang où elle circule pendant plusieurs jours, puis s’accumule dans les organes  dans concentrations assez élevées dans les ovaires.

Les chercheurs avaient fait l’hypothèse que les nouveaux vaccins à ARNm COVID se comporteraient comme des vaccins traditionnels et que la protéine de pointe du vaccin – responsable de l’infection et de ses symptômes les plus graves – resterait principalement dans le site de vaccination au niveau du muscle de l’épaule. Au lieu de cela, les données japonaises ont montré que la tristement célèbre protéine de pointe du coronavirus pénètre dans le sang où elle circule pendant plusieurs jours après la vaccination, puis s’accumule dans les organes et les tissus, y compris la rate, la moelle osseuse, le foie, les glandes surrénales et dans concentrations assez élevées dans les ovaires.

Les vaccins ARNm qui ont été testés pour la première fois sur des animaux et dont les études n’ont jamais été rendues publiques, montrent que les nanoparticules d’ARNm ne restent pas localement au site de ponction dans le tissu musculaire, comme supposé et revendiqué par les fabricants, mais vont dans les organes à des concentrations parfois dramatiques, où ils sont transférés de cellules en cellules et absorbés en continu. »

 On croyait que l’injection dans l’épaule restait localisée. Mais une étude a observé où va la protéine après : dans le sang, s’accumule dans le foie, les ovaires. C’est pourquoi on l’utilise en thérapie génique vaccinale, on la fabrique, notre système la détecte et se défend contre elle, en théorie.

En pratique, on a découvert que la protéine pose problème : 13 jeunes ont reçu la thérapie génique Moderna et on a observé que la protéine Spike est passée dans leur sang chez 11 des 13 jeunes. En passant dans le sang, elle peut se lier aux récepteurs de nos plaquettes pouvant provoquer coagulation, caillots, problème neurologique. Ce qui explique tous les effets secondaires graves que l’on a pu observer (thromboses et autres caillots)

Le rhumatologue pédiatrique J.Patrick Whelan avait averti un comité consultatif sur les vaccins de la Food and Drug Administration du potentiel problème de la protéine Spike dans les vaccins COVID de causer des dommages microvasculaires causant des dommages au foie, au cœur et au cerveau de manières qui n’ont pas été évaluées en les essais de sécurité.

Alors que Whelan n’a pas contesté la valeur d’un vaccin contre le coronavirus qui a fonctionné pour arrêter la transmission de la maladie (ce qu’aucun vaccin COVID en circulation n’a été démontré), a-t-il déclaré : souffrent de dommages durables ou même permanents à leur microvascularisation cérébrale ou cardiaque en raison de l’incapacité à apprécier à court terme un effet involontaire des vaccins à base de protéines de pointe complètes sur d’autres organes. »

Le pic de protéines associé au vaccin dans la circulation sanguine pourrait expliquer une myriade d’événements indésirables signalés par les vaccins COVID, y compris les 4000 décès à ce jour et près de 15000 hospitalisations, signalés au système de notification des événements indésirables des vaccins (VAERS) du gouvernement américain au 21 mai 2021. Puisqu’il s’agit d’un système de notification passif, ces rapports ne sont probablement que la pointe de l’iceberg d’événements indésirables, car une étude de Harvard Pilgrim Healthcare a révélé que moins d’un pour cent des effets secondaires que les médecins devraient signaler chez les patients après la vaccination sont en fait rapportés. VAERS.

Bébés, enfants et adolescents qui allaitent, fragiles, les plus à risque

Bridle a déclaré que la découverte d’une protéine de pointe induite par le vaccin dans la circulation sanguine aurait des implications pour les programmes de don de sang. « Nous ne voulons pas de transfert de ces protéines de pointe pathogènes à des patients fragiles qui sont transfusés avec ce sang », a-t-il déclaré. Le scientifique a également déclaré que les résultats suggéraient que les bébés allaités dont les mères avaient été vaccinées risquaient d’obtenir des protéines de pointe COVID de son lait maternel. Bridle a ajouté que « toutes les protéines du sang se concentrent dans le lait maternel » et « nous avons trouvé des preuves de nourrissons allaités souffrant de troubles de la coagulation dans le tractus gastro-intestinal » dans VAERS.

Bien que Bridle ne l’ait pas cité, un rapport VAERS décrit un nourrisson de cinq mois allaité dont la mère a reçu une deuxième dose du vaccin Pfizer en mars. Le lendemain, le bébé a développé une éruption cutanée et est devenu inconsolable, a refusé d’allaiter et a développé une fièvre. Le rapport indique que le bébé a été hospitalisé avec un diagnostic de purpura thrombocytopénique thrombotique , une maladie sanguine rare dans laquelle des caillots sanguins se forment dans de petits vaisseaux sanguins dans tout le corps. Le bébé est mort.

La nouvelle recherche a également trouvée de graves implications pour les personnes pour qui le SRAS Coronavirus 2 n’est pas un agent pathogène à haut risque, et cela comprend tous nos

La forte concentration de protéines de pointe trouvée dans les testicules et les ovaires dans les données secrètes de Pfizer publiées par l’agence japonaise soulève également des questions. « Allons-nous rendre les jeunes stériles? » Bridle a demandé. Il y a eu des milliers de rapports de troubles menstruels par des femmes qui avaient pris un vaccin COVID-19, et des centaines de rapports de fausses couches chez des femmes enceintes vaccinées, ainsi que de troubles des organes reproducteurs chez les hommes.

https://www.francesoir.fr/societe-sante/nous-avons-fait-une-erreur-la-proteine-spike-est-elle-meme-toxique-et-dangereuse-pour

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Les scientifiques mettent en garde contre les erreurs graves  de conception des vaccins

  1. mhsaugeron dit :

    Quand et comment ces informations atteindront elles les populations ? Il me semble que c’est la priorité absolue.

    J’aime

    • André ROBERT dit :

      Quand on veut vraiment s’informer, on y arrive. Il existe suffisamment de sites de résistants (donc complotistes évidemment !). J’ai essayé d’informer et d’alerter autour de moi depuis un an. Résultat des courses : 95 % de vaccinés dans mes connaissances !
      Alors, comme pourrait dire Bigard : Allez tous vous faire… ino-culer !

      Aimé par 1 personne

  2. restif89 dit :

    Désolé pour votre oncle.Quand on essaye d’avertir les gens c’est encore pire.

    J’aime

  3. Eric dit :

    Mes condoléances à Patrice Gibertie, je passe mon temps à essayer d’ouvrir les yeux à mon entourage et je suis consterné de voir à quel point le lavage de cerveau a opéré.
    En fait, ce ne sont plus les élites qui imposent la norme mais la foule bêlante complètement apeurée qui fait maintenant la police !
    Le principal révélateur est le port du masque et s’il y a quelque chose à faire qui puisse se montrer réellement efficace, c’est de ne plus le porter. Plus il y aura de gens à ne plus le porter et plus nous aurons de chance que les conformistes fassent pencher la balance du bon côté et ainsi regagner du terrain pour enfin faire comprendre que nous sommes l’objet d’une énorme manipulation.
    Quoi de plus évident que le moins de 0,045 % de mortalité mondiale (3 millions / 7 milliards) pour assurer aux plus incrédules qu’il n’y a jamais eu la moindre pandémie !

    J’aime

  4. André ROBERT dit :

    De la peine pour vous Patrice. Je comprends votre « Hélas… »

    J’aime

  5. JEAN-LUC dit :

    Sincères condoléances
    Il est en effet triste de constater que malgré le très faible taux de mortalité, la peur s’est instillée dans la société, annihilant toute capacité de réflexion à tous les étages y compris chez nos proches.
    Les multiples reportages en réanimation, avec les discours catastrophiques sur les contaminations, les morts et l’absence de traitement, ont produit l’effet désiré, la docilité et l’obéissance.
    Il faut malheureusement constater que les intellectuels sont absents, les médecins tétanisés par l’ordre, les médias dépourvus de toute analyse critique.
    Ça aide pas.

    Maintenant on va voir si la boîte mail de Fauci va parler et réveiller quelques consciences endormies qui s’interrogeront sur les raisons pour lesquelles Delfraissy se vante auprès de Fauci, de réussir à bloquer l’hydroxychloroquine en France et pour le compte de qui? On aimerait en savoir plus….avant que la justice s’en mêle.
    Aux US des juges ont dû intervenir déjà en faveur de l’ivermectine au profit d’un patient.

    Il faudrait que nos vaillants responsables de la santé dans un instant de lucidité arrêtent de nous prescrire du Doliprane, remdesivir et rivotril et autorisent enfin les molécules qui soignent comme l’ivermectine, l’hydroxychloroquine…,avant de se retrouver dans les mailles du filet en bonne compagnie.

    J’aime

  6. faguelin1 dit :

    Toutes mes condoléances, cher Patrice.
    Soyez certain que vos énormes travaux de recherche et de diffusion de la vraie science ont contribué, contribuent et contribueront toujours à sauver énormément de personnes, directement et indirectement.
    Merci pour vos efforts et votre ténacité et courage à vous.

    J’aime

  7. Tassadit dit :

    Bonjour,

    Bravo et merci pour vos recherches et publications qui nous permettent de nous tenir informer
    sur les risques de la vaccination.
    Bonne continuation.

    Aimé par 1 personne

Répondre à JEAN-LUC Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s