La chasse au Sarko est ouverte

L’ancien président représenterait il une menace pour Jupiter? La presse aux ordres ne cesse de répéter qu’entre les deux ce serait l’entente parfaite et la justice politique veut sa peau après avoir eu celle de Fillon. On voudrait l’éliminer et pigeonner ses électeurs en faveur du divin Manu, on ne s’y prendrait pas autrement …

On peut aimer ou pas Sarko mais la triste mascarade politico judiciaire actuelle démontre une fois de plus que nous sommes tombé bien bas. L’excellent Régis de Castelnau ne peut être suspect de sarkozysme et il nous offre sur son blog de bonnes pages d’ « Une jutice politique », son futur livre en attente de parution .

Dans le code pénal, la corruption c’est quand vous prenez une décision en tant qu’autorité publique contre une rémunération. Donc pour pouvoir être corrompu, il faut être agent public et disposer d’un pouvoir de décision ès-qualité. Comme l’attribution d’un marché public par exemple, ou d’une Légion d’honneur.

Dans l’affaire Azibert Bismuth, on se demande bien ce que Nicolas Sarkozy pouvait rendre comme décision puisqu’il n’avait plus aucune responsabilité publique. Il avait donc rien à vendre. Donc « corrompu » ça ne colle pas.

Mais on peut aussi être poursuivi pour corruption si on a acheté une décision, par exemple qu’on a payé pour l’obtention d’un marché public. Là on devient un « corrupteur ». Mais pour être un corrupteur il faut corrompre quelqu’un qui a quelque chose à vendre.

Dans l’affaire Azibert/Bismuth, le corrompu aurait été l’ancien magistrat Gilbert Azibert. Il n’avait plus aucun pouvoir. Alors qu’aurait-il eu donc à vendre à Nicolas Sarkozy ? Une décision de justice dans une affaire de restitution d’un agenda ? Pas du tout puisque c’était les 12 magistrats composant la chambre criminelle de la Cour de cassation qui devaient statuer. Et qui ont d’ailleurs rejeté la demande de restitution de Sarkozy.

Quant à la contrepartie d’une nomination à Monaco, l’ancien président n’avait aucun pouvoir pour cela, et le poste était déjà pourvu !

Le problème, c’est que quand il s’agit de Nicolas Sarkozy, la rigueur procédurale et le respect des normes légales, voire la simple vraisemblance sont mises de côté. Cela fait huit ans qu’on lui court après, et à chaque fois, un grand tintamarre, et la meute des ignorants se précipite pour réclamer sa tête.

Alors attention, il n’est pas le seul à être confronté à une justice politique dévoyée, François Fillon, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen en savent quelque chose. Mais avec lui, on atteint des sommets.

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s