Hydroxychloroquine: nous avons la réponse !!!

Pourquoi ces contradictions entre les études sur l’hydroxychloroquine ?

 Pas une seule étude randomisée en double aveugle n’a été réalisée mais nous avons des études cliniques d’équipes médicales favorables à Raoult  et des analyses mathématiques  défavorables, réalisées auprès de bases de données, pas auprès de malades.

Pour vous soigner, vous préférez un médecin ou un modèle mathématique qui dira ce que le pouvoir politique a choisi?

Afin de comprendre quels éléments pouvaient conduire à des résultats contradictoires, il faut comparer les résultats des études réalisées par des cliniciens (monde réel) et celles réalisées par des analystes de base de données (monde virtuel du « Big data »).

Ceux qui s’intéressent aux études cliniques constatent qu’elles consacrent le protocole Raoult. Pour les résultats des modèles virtuels, c’est l’inverse …

De quoi adapter aux temps modernes l’Amour médecin de Molière

M. Véran.- Comment se porte son cocher ?

LISETTE.- Fort bien, il est mort.

M. Véran .- Mort !

LISETTE.- Oui.

M. Véran.- Cela ne se peut.

LISETTE.- Je ne sais si cela se peut, mais je sais bien que cela est.

M. Véran.- Il ne peut pas être mort, vous dis-je.

LISETTE.- Et moi je vous dis qu’il est mort, et enterré.

M. Véran .- Vous vous trompez.

LISETTE.- Je l’ai vu.

M.Véran – Cela est impossible.le modèle mathématique  dit, que ces sortes de maladies ne se terminent qu’au quatorze, ou au vingt-un, et il n’y a que six jours qu’il est tombé malade.

Les études cliniques utilisaient un protocole standardisé de traitement mentionnant dans les méthodes l’évaluation des contre-indications, la posologie quotidienne, les mesures adjuvantes et la durée du traitement avec au moins 48 h de traitement avant de pouvoir évaluer l’objectif. Par exemple, l’évaluation de la kaliémie et de l’électrocardiogramme est capitale avant la mise sous traitement, notamment quand le dérivé de la chloroquine est associée à l’azithromycine.

 Dans le même temps, les études virtuelles de « big data » ne mentionnaient pas ces éléments et considéraient de façon binaire la présence dans les dossiers électroniques de la prescription de chloroquine. , ce type d’étude a une puissance statistique colossale mais elles sont limitées par une inexactitude clinique qui rend leurs conclusions difficiles à croire.

Les analyses numériques complètement déconnecté de la réalité démontrent toujours ce que l’on veut qu’elles démontrent  mais un esprit critique peut se rendre compte du subterfuge  car des résultats annexes sont délirants comme  le prouve l’équipe Raoult !

L’une de ces études, publiée dans le Lancet, identifiait même une toxicité des dérivés de la chloroquine avec une mortalité multipliée par 3, et une toxicité cardiaque conduisant à une tachycardie ventriculaire chez 8% des patients (Mehra, 2020). Ici à l’IHU, nous avons traité et suivi nous-mêmes plus de 3500 patients par bithérapie (hydroxychloroquine + azithromycine) avec un protocole très détaillé (Million, 2020), nous n’avons jamais observé de mortalité et de toxicité cardiaque compatible avec les données rapportées dans cette étude s’appuyant sur des registres de dossiers de patients (Million, 2020). Sur plus de 1000 patients infectés non sélectionnés de tous âges traités par hydroxychloroquine + azithromycine selon un protocole thérapeutique standardisé détaillé (Million, 2020), 8 morts (74 à 95 ans) ont été identifiés (8/1061) avec 0% de mortalité avant 70 ans (0/995 – intervalle de confiance à 95% selon Wilson 0 – 3.73%) et une mortalité de 12% (8/66 – CI95% 6.3 – 22.1) chez ceux de 70 ans et plus. Aucune tachycardie ventriculaire de novo n’a été observée. Ces résultats ne sont pas compatibles (p<10-7) avec ceux rapporté par analyse d’une base de données récente (mortalité tous âges confondus, 1479/6221 – 23.8% – IC95% 22.7 à 24.8) (Mehra, 2020).

il est intéressant de voir le développement de 2 types d’analyses. Ceci a été décrit par Jean Baudrillard, l’inspirateur des films Matrix , Simulacres et Simulations . D’une part, il existe un monde biologique dans lequel les médecins observent les patients et rapportent leurs observations. 

À l’inverse, une analyse informatique, déconnectée du contact réel avec les patients,  celle de l’analyse médicale du big data, avec des bases de données plus ou moins bien remplies par des individus qui ne sont pas directement inclus dans les travaux rapportés. Cette analyse est sans rapport avec les observations des médecins en contact direct avec les patients mais elle répond à sa mission : donner aux politiques un argument « scientifique »pour justifier leurs erreurs

https://pgibertie.com/2020/05/15/les-etudes-anti-raoult-decriptees-aucune-ne-remet-en-question-lefficacite-du-protocole-bien-au-contraire/

Le Lancet a publié deux  études, personne ne vous parle de la seconde ; devinez pourquoi ?

Olivier Véran restera comme l’homme de main de Big Pharma, celui qui aura tout fait pour empêcher les malades d’avoir d’autres soins que le doliprane ou la ventilation…

Il aura réussi à empêcher en France toute étude sur le protocole Raoult, il aura interdit  la prescription de bon sens aux médecins.

Véran c’est celui qui tenait les cordons de la bourse avant de devenir ministre…

La presse célèbre son professionnalisme  et pourtant …Il s’est ridiculisé il y a quelques semaines en s’appuyant sur l’a série dite des vétérans, reconnue depuis comme « bidouillée ». Il récidive avec une autre  série publiée par le Lancet  qui ne vaut pas mieux . Etrange mais la presse ne parle jamais d’une étude publiée par the Lancet …

La série statistique  publiée par The Lancet sur les effets de l’hydroxychloroquine.

Celle qui fait le plus de bruit, dont tous les journaux parlent, suggère que les patients covid atteints de troubles sévères mourraient plus vite avec l’hydroxychloroquine.

Voici la critique qu’en fait le collectif « Covid laissons les médecins prescrire » :

Étude sur 96032 dossiers médicaux émanant de 671 hôpitaux sur les 6 continents.
Patients hospitalisés entre le 20/12/19 et le 14/04/20 – Publication le 21/05/20 – 4 auteurs signataires Chapeau ! un record d’efficacité pour recueil data, traduction des différentes langues étrangères y compris asiatiques + analyse statistique + écriture article + reviewing + publication !
Au bas mot une publication à 50 millions d’euros. Qui l’a financée ?
Et on passe sur les liens d’intérêt déclarés par les auteurs avec l’industrie pharmaceutique.

  1. Des patients hospitalisés à un état grave de la maladie
  2. Des patients suivis dans des pays n’ayant pas les mêmes attitudes thérapeutiques
  3. Des critères d’inclusion flous ex : des co-prescriptions d’antiviraux dans 40% des cas, sans information sur leur répartition dans les groupes analysés
  4. Des imprécisions sur les traitements analyses : on parle de macrolides. Impossible de savoir qui a reçu de l’azithromycine
  5. Des patients avec des co-morbidités n’en faisant pas une population représentative (ex : 1 patient sur 3 avec hypertension dans le groupe hydroxychloroquine + macrolide)
  6. Des groupes non comparables : ex groupe HCQ* + macrolide plus grave avec 20% de ventilation mécanique versus 7,7% des patients du groupe « dit témoin », idem sur paramètre sao2 ˂ 94
    Alors qu’il est écrit « No significant between-group differences were found among baseline characteristics or comorbidities. »

« Foot note » du tableau 2 surprenante : « Age and BMI are continuous variables.
The 95% cis have not been adjusted for multiple testing and should not be used to infer definitive effects. »

  1. Des doses et durées de traitement non précisées
  2. Des résultats exprimés en moyenne, on aurait aimé aussi des médianes et des range.
  3. Aucune information sur les « missing values » « multiple imputation for missing values was not possible » « it was assumed that the characteristic was not present » – alors qu’il est évident que les missing values doivent se compter à la pelle sur une analyse multicentrique multi-pays aux soins variés
  4. Aucune analyse des groupes en fonction des traitements associés ni des risques cardio.
  5. Aucun scanner thoracique a la recherche des atteintes cardiaques du virus qui sont fréquentes pour une analyse correcte de ce qui est appelé évènement indésirable.
  6. Pas de mesure des intervalles QT ni de recherche de torsades de pointe !!!
  7. Une prescription vendue comme précoce (moins de 48h après l’hospitalisation) qui occulte la date des premiers symptômes et veut faire croire à une prescription précoce !

« Assez d’une telle désinformation ! QUI a intérêt à faire croire que l’Hydroxychloroquine est inefficace et dangereuse quand elle est bien prescrite ? LAISSONS LES MÉDECINS PRESCRIRE ! » conclut le Collectif.

Ce qui est sûr, c’est que l’étude du Lancet est de la très très mauvaise science. Que la plus prestigieuse revue médicale, ayant admis les difficultés éthiques liées à la faible qualité de la plupart des publications, ayant identifié le problème majeur des conflits d’intérêts, ose publier un tel papier est à vrai dire assez époustoufflant.

The Lancet nous fournit ici un exemple emblématique de malhonnêteté scientifique tel qu’il en existe tant -et qui pourrissent de manière systémique le domaine.

Celle dont personne ne parle, qui vient de Chine, dit tout autre chose. Elle suggère que de doses faibles d’hydroxychloroquine sont efficaces chez des patients covid sévèrement atteints.

Cette étude rétrospective a inclus 550 patients COVID-19 gravement malades qui ont eu besoin d’une ventilation mécanique à l’hôpital de Tongji, Wuhan, du 1er février 2020 au 4 avril 2020. Les 550 patients ont reçu des traitements de base comparables, y compris des antiviraux et des antibiotiques, et 48 d’entre eux ont été traités par un traitement oral au HCQ (200 mg deux fois par jour pendant 7 à 10 jours) en plus des traitements de base.

Les critères d’évaluation principal – la mortalité des patients et les niveaux de cytokines inflammatoires – ont été comparés entre les traitements HCQ et non hydroxychloroquine (NHCQ).

Les résultats montrent que

– le taux de décès de 18,8% (9/48) dans le groupe HCQ est significativement inférieur au taux de décès du groupe NHCQ (47,4% , 238/502; P <0,001). Pour les patients décédés, la durée d’hospitalisation avant la mort est de 15 (10-21) jours pour le groupe HCQ et de et 8 (4-14) jours pour le groupe NHCQ (P <0,05).

– Les niveaux de cytokine inflammatoire IL-6 ont été significativement réduits de 22,2 (8,3 à 118,9) pg mL – 1 au début du traitement à 5,2 (3,0–23,4) pg mL – 1 (P <0,05) à la fin du traitement dans le groupe HCQ alors qu’il n’y a pas de changement dans le groupe NHCQ.

Selon les auteurs, ces données montrent que l’ajout de HCQ aux traitements de base est efficace pour réduire la mortalité des patients gravement malades de COVID-19 par l’atténuation de la tempête inflammatoire des cytokines. Il sauve des vies.

Il y a eu une augmentation du nombre de cas rapportés ces dernières années en Europe. Aux Pays-Bas en particulier, plus de 4 000 cas ont été décrits entre 2007 et 2010.

LE PRECEDENT DE LA FIEVRE Q

La fièvre Q affecte tous les âges, mais elle est surtout rapportée entre 30 et 70 ans. La période d’incubation est de 2 à 3 semaines. Environ 60% des cas sont asymptomatiques. Les manifestations les plus fréquentes de la fièvre Q aigüe sont une forte fièvre, une céphalée sévère, une myalgie, des frissons et une toux. Elle peut aussi être associée à une pneumonie ou une hépatite. Les enfants souffrent souvent de manifestations gastro-intestinales et d’éruptions cutanées (chez jusqu’à 50% des enfants diagnostiqués).

L’infection peut évoluer vers une forme chronique (< 5% des cas) chez des personnes prédisposées (par ex. anomalie des valves cardiaques ou trouble vasculaire), des mois ou des années après l’infection initiale. Les manifestations chroniques incluent une endocardite, des infections vasculaires et une ostéomyélite, ou plus rarement, une fièvre accompagnée d’une hépatite évoluant vers une fibrose hépatique ou une cirrhose.

Les médecins ont voulu prescrire antibiotique et… hydroxychloroquine avec l’équipe Bleeker – Rovers, qui a suivi des patients atteints de valvulopathie significative et traité la moitié d’entre eux qui n’ont pas évolué vers une endocardite; l’autre moitié sans traitement prophylactique a évolué vers une endocardite dans 50% des cas . Ils veulent un dépistage et un traitement.

À l’inverse, l’analyse de de Lange et al, qui rapportent leurs travaux dans Clinical Infectious Diseases [, est purement une analyse informatique, déconnectée du contact réel avec les patients. Ils concluent:Nous n’avons trouvé aucune différence de résultat entre les patients avec et sans valvulopathie nouvellement détectée par dépistage échocardiographique.  Ils ne voient pas l’intéret du dépistage et du traitement .

« Le simulacre n’est jamais ce qui cache la vérité – c’est la vérité qui cache qu’il n’y en a pas. Le simulacre est vrai », écrivait ainsi le philosophe Jean Baudrillard dans Simulacres et simulations, le livre aperçu dans une des scènes d’ouverture du premier volet de la trilogie Matrix. Si tout le monde s’accorde sur la perception, où est la fausseté de la perception. Qu’importe la guérison, ce qui devient vrai sera la perception imposée par la machine … Prenez un doliprane et attendez d’étouffer!

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Hydroxychloroquine: nous avons la réponse !!!

  1. JULIA MARIE dit :

    M. Silvano Trotta est un lanceur d’alertes qui fait des vidéos pratiquement tous les jours et défend le Pr. Raoult. Dans dernière vidéo ou celle d’avant, il indiquait une étude randomisée des Chinois qui donnait raison au Pr. Raoult. Maintenant est venu le moment de rendre des comptes. Je vous invite à vous inscrire à « n’oublions rien-droit de soigner action collective ».

    J'aime

    • LANCE Jean-Jacques dit :

      Suite à la publication du Lancet, l’OMS vient de suspendre tous les essais cliniques avec l’hydroxychloroquine. Autant dire que les « carottes sont cuites » et que leurs préoccupations n’auront jamais été de soigner les gens. A partir de ce constat qui n’est plus à remettre en cause, il va maintenant falloir être attentifs à la proposition de loi discutée au Parlement ce mercredi 27 mai. Elle concernera la mise en service prévue du dispositif de traçage des contaminations via l’application smartphone « Stop-Covid ». Si cette loi liberticide est validée, elle sera opérationnelle dès le 02 juin, sur volontariat.
      Il faut bien comprendre qu’à partir de toute aggravation future de la situation sanitaire, inventée ou non, il sera alors possible de la rendre obligatoire pour un traçage numérique de tout individu.
      Une « guerre secrète » contre les peuples est ouverte…..et si peu de personnes n’en ont encore conscience !

      J'aime

  2. Ping : LES JOURNALISTES N’ONT TOUJOURS PAS APPRIS A LIRE | LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE

  3. fraternel dit :

    il ne faut pas s’étonner vu les intérêts financiers de bigpharma pas question de prescrire de la chloroquine c’est pas assez cher!d’ou cette ruée des infos en continu sur l’étude de lancet c’est quand meme dingue ces études comme le dit le professeur raoult ne mènenetà rien mais les grands médias s’en délectent faut bien faire le buzz n’est ce pas lci cnews et la star bfmtv et leur spécialiste santé comme sur lci mais elle fait quoi dans la vie cette spécialiste santé médecin virologue épidémiologiste on n’en sait rien juste rabacher ce qu’on connait déjà n’en jetez plus et comme par hasard pas un mot sur l’académie de médecine qui préconise de la vitamine d aux patients atteints du covid ce que les médecins de la médecine naturelle disent déjà depuis mars mais chut!pas un mot ce sont illuminés qui ne connaissent rien à la médecine ah bon?mais alors que je sache l’académie de médecine n’est pas une entité forçément favorable aux plantes et à l’homéo mais quand meme merçi à eux d’avoir ouvert les yeux!
    Alors mesdames et messieurs les journalistes des chaines d’info faites votre boulot en toute sincérité et non à l’ordre de grands groupes financiers.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s