La France est première en Europe  pour les prélèvements obligatoires  et… pour le prix le plus élevé des carburants . La France est enfin le seul pays d’Europe où le chômage progresse…

 

 

images.jpg macron

 

Il parait que ça va mieux, les « spécialistes » se relaient pour annoncer le retour de la croissance et du pouvoir d’achat.

Les statistiques nous disent le contraire : le chômage en France n’est jamais passé en dessous de la barre des 9%, pire il est le seul en Europe où le chômage progresse : 9,3% des actifs contre 9,2% le mois dernier . La France est en queue de peloton, la Croatie est passée devant elle et l’Italie ne devrait pas tarder à faire de même .Depuis le mois de juin l’Italie est passée de 10 ,6% de chômeurs à 9,7% ….

Le taux de chômage semble inversement proportionnel au niveau d’intelligence tel qu’il est mesuré par la presse française. Ainsi aux Etats Unis le taux de chômage est tombé à 3,9%

 

 

Les « plaintes « des Français n’y sont pour rien , nous avons un des taux d’emplois vacants les plus faibles d’Europe. Les coûts non salariaux de la main d’œuvre explosent mais pas les salaires.

Dans la zone euro (ZE19), le taux de chômage corrigé des variations saisonnières s’est établi à 8,1% en août 2018, en baisse par rapport au taux de 8,2% de juillet 2018 et au taux de 9,0% d’août 2017. Il s’agit du taux le plus faible enregistré dans la zone euro depuis novembre 2008. Dans l’UE28, le taux de chômage s’est établi à 6,8% en août 2018, stable par rapport à juillet 2018 et en baisse par rapport au taux de 7,5% d’août 2017. Il s’agit du taux le plus faible enregistré dans l’UE28 depuis avril 2008. Ces chiffres sont publiés par Eurostat ,l’office statistique de l’Union européenne.

Difficile dans ce contexte pour Emmanuel Macron de se présenter comme un modèle en Europe . Seul le gouvernement socialiste espagnol fait plus mal (15%) avec la Grèce massacrée par les politiques d’austérité.

 

 

Les Français feraient ils les difficiles et refuseraient-ils massivement les emplois ? Un emploi vacant est un poste rémunéré nouvellement créé, non pourvu, ou qui deviendra vacant sous peu . Plus ils sont nombreux plus cela traduit des rigidités du marché du travail.

Et bien la France est un des pays dans lesquels il y a le moins d’emplois qui ne trouvent pas preneur : 1,2%         , deux fois moins que la moyenne européenne …

Autre mauvaise nouvelle, selon Eurostat, l’inflation explose en France en passant en 1 an  de 1% à 2.6% par an . Au même moment les retraites augmenteront de 0.3%       par ce qui entrainera une nouvelle baisse du pouvoir d’achat

La compétitivité ne s’améliore pas et les réformes ne donnent rien.

Les coûts horaires de la main-d’œuvre ont augmenté de 2,2% dans la zone euro (ZE19).En France c’est 2,4% et 5%.

La faute aux salaires trop généreux, non ils ne progressent que de 2% ;dans le coût de la main d’œuvre, les autres coûts progressent de manière dangereuse(5%) en un an. De quoi parle t on ? des charges sociales …

Les mauvaises politiques donnent de mauvais résultats, ce n’est pas une affaire de com…

https://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/9102919/3-17092018-BP-FR/7e5a0895-d702-445d-9731-c82035d0b566

https://ec.europa.eu/eurostat/documents/2995521/9102904/3-14092018-AP-FR/ff47e4c8-c8b5-4acf-b801-a45c2b17c803

 

Les boulets structurels

 

Les ménages et les entreprises souffrent de deux handicaps : le niveau de prélèvements obligatoires et le prix exceptionnels des carburants. Dans les  deux cas la France est.. première !

https://www.cargopedia.fr/prix-des-carburants-en-europe

Si cette croissance des prix touche donc tous les conducteurs, elle pénalise les métiers à grande mobilité pour lesquels les véhicules constituent un outil de travail. Avec l’accentuation des tarifs du gazole non routier (GNR) depuis la fin de l’année 2017, les agriculteurs sont eux aussi concernés.

Avant la hausse de la csg, la surcharge globale des prélèvements obligatoires en France s’évaluait à 14% relativement à la zone euro (soit 125 milliards d’euros), et à 18% par rapport à l’Allemagne (156 milliards d’euros). La prise en compte des crédits d’impôts réduirait ces écarts d’à peine 25 milliards d’euros, laissant apparaître 100 à 130 milliards d’euros supportés en trop par le contribuable français comparativement à ses voisins européens.

La différence est plus marquée concerne les prélèvements liés au travail, puisque de 23,9% du PIB en France ils sont plus élevés de 2,1 points et de 2,9 points de PIB relativement à l’Allemagne et à la zone euro, soit respectivement 46 milliards et 64 milliards d’euros en plus.

 

 

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s