. « Si on a peur de nommer l’ennemi, on ne risque pas de gagner cette guerre !

 

 

tariq_ramadan_et_edwy_plenel_a_bretigny_sur_orge

Alain Marsaud  sur BFM« À aucun moment, on a entendu le mot d’islamo-fascisme, d’islam intégriste », a-t-il ainsi lancé. « Si on a peur de nommer l’ennemi, on ne risque pas de gagner cette guerre ! (…) Que ce soit les journalistes ou les responsables politiques, pas un seul en deux jours n’a parlé d’attentats islamistes »

L’ancien juge disait la vérité mais   cette vérité heurte tous ceux qui refusent  de combattre le mal et qui s’accommodent d’un islamo  fascisme «  modéré »

Ouvrez les yeux la branche politique de l’Islamisme  a pris le contrôle de l’islam officiel en France. Jamais les Frères Musulmans n’ont eu un tel poids en France  .

Plenel et Ramadan sont les figures de proue de l’idéologie infame mais des faits nouveaux ne peuvent qu’inquiéter

Pour Frère Tariq, les mutilations génitales féminines « font partie des traditions de l’islam » et ne doivent pas être discutées avec des non-musulmans.

http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2017/06/23/31003-20170623ARTFIG00381-ce-que-revele-le-discours-de-tariq-ramadan-sur-l-excision.php

 

 

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a un nouveau président depuis juillet. Pour la première fois depuis sa création il y a quinze ans, c’est un membre des Frères Musulmans turcs, Ahmet Ogras, qui  accéde à ce poste.

Ahmet Ogras appartient à la fédération islamique contrôlant les quelques 250 mosquées liées au gouvernement turc. Son beau-frère travaille au palais présidentiel à Ankara

 

Il a aussi été le cofondateur de l’Union des démocrates turcs européens, un mouvement de la jeune génération parrainé par le président Erdogan lui-même.

Erkan Toguslu :

« Depuis l’arrivée d’Erdogan au pouvoir, la communauté turque a renforcé ses liens avec la Turquie pour plusieurs raisons. “Minorité dans la minorité”, elle s’intègre peu dans la société française et reste assez nationaliste, même si pour la nouvelle génération cet attachement est plutôt fictif, voire imaginaire. Les médias et les réseaux sociaux facilitent cette proximité. Erdogan et son gouvernement mobilisent en outre un discours religieux (sur l’ummat, la grande communauté musulmane) et utilisent les thèmes de “la grandeur de la Turquie” : celle-ci n’est pas seulement considérée comme le pays natal, mais aussi “le protecteur” ».

 

Les frères musulmans  sont au pouvoir en Turquie et au QATAR , ces pays sont dangereux  même pour leurs voisins saoudiens et égyptiens

POURQUOI les autorités françaises et les partis politiques  capitulent ils devant la branche politique des islamistes et font  ils semblant de s’indigner quand la branche armée commet un attentat ?

Edouard Philippe est le pitoyable protecteur des Frères Musulmans du Havre, L’imâm du Havre partage aussi les citations du Frère Musulman Omar Abdelkafi Au début des années 90, Omar Abdelkafi prêchait à la télévision publique, notamment lors du ramadan 1993. Mais il fut interdit de parole l’année suivante pour avoir interdit aux fidèles de saluer les chrétiens. Il s’est fait remarqué pour avoir menacé du « châtiment de la tombe » les femmes non voilées. Edouard Philippe a reçu au Havre un élu frère musulman marocain, Mohamed El-Bachir Abdellaoui, du parti islamiste PJD (Parti Justice et Développement), pour signer un protocole de jumelage entre Le Havre et la ville de Tanger, où cet islamiste occupe le poste de maire.

Mohamed LOUIZI/ « Ce même El-Bachir Abdellaoui a défrayé la chronique de l’autre côté de La Méditerranée très récemment, lorsqu’il a demandé une étrange fatwa au Conseil des Oulémas — au nom de sa fonction de maire de Tanger ! — pour savoir s’il est islamiquement licite ou illicite d’ériger deux statuts d’Ibn Batouta et d’Hercule dans les rues de Tanger. Une demande plutôt salafiste radicale, pour ne pas dire «daechienne», qui a étonné ledit Conseil des Oulémas marocains »

« Depuis le 11 septembre 2001, dix pays européens sont ciblés, à tour de rôle, par la terreur islamiste : Allemagne, Belgique, Danemark, Espagne, Finlande, France, Italie, Pays-Bas, Royaume-Uni et Suède. Des pays arabes sont aussi ciblés par cette même terreur comme l’Algérie, l’Arabie Saoudite, l’Égypte, l’Irak, la Jordanie, le Liban, la Libye, le Maroc, la Syrie et la Tunisie. Seul le «vilain petit Qatar» semble — curieusement ! — être épargné par les attaques jihadistes. L’Australie, tout comme d’autres pays africains, asiatiques et américains, ne sont pas en reste.

La terreur islamiste ne répond pas à cette grille de lecture très relativiste à dessein, très présente par ailleurs chez certains «éditocrates» et autres commentateurs et chroniqueurs ultra médiatisés. Elle ne répond qu’aux constances de son idéologie manichéenne et aux impératifs de son projet totalitaire. Combien de fois n’a-t-on pas entendu que la France serait visée «à cause de» sa laïcité, de son passé colonial et de son modèle sociétal ? Comme si les neuf autres pays européens visés lui étaient tous similaires. Combien de fois n’a-t-on pas entendu que l’Égypte serait visée «à cause de» son régime politique qui ne peut être qualifié de démocratique ? Comme si les autres pays arabes étaient tous à l’image politique, culturelle et sociale de l’Égypte.

Force est de constater que la diversité (culturelle, politique, religieuse) des cibles de la terreur islamiste, en Orient comme en Occident, dément tous ces modèles d’analyse (sociologique et politique) relativistes qui portent, à fortiori, les stigmates de tant de subjectivités idéologiques et d’intérêts pécuniaires sous-entendus, à chercher patiemment en filigrane, non sans difficulté liée à l’empilement de tant de masques, de tant de précautions. Des «spécialistes», ayant développé diverses modèles inadaptés et désuets, semblent avoir beaucoup de mal à admettre leurs erreurs et approximations qui ont entraînés tant de fautes dans l’action étatique et citoyenne. Ils s’enfoncent dans le déni. L’idéologie islamiste, elle, ne se trompe pas. Elle avance sur les cadavres. Elle écrase l’innocence. Elle tue sans état d’âme. Elle place ses pions et agents, là on s’y attend le moins, pour assurer sa couverture, son absolution.

La partie d’échecs, engagée depuis plusieurs siècles entre une idéologie islamiste totalitaire et expansionniste et le reste du Monde semble s’accélérer dangereusement. Les modèles des «spécialistes», eux, font du sur-place et tournent en rond. Devrait-on craindre un «échec et mat» imminent en faveur de l’islamisme ? La question devient de plus en plus vitale. L’odeur d’une guerre civile devient de plus en plus persistante.

Mais il n’y a pas que des «spécialistes» et des «éditocrates» qui se sont trompés : encore faut-il qu’il s’agirait de simples erreurs d’appréciation ! Il y a aussi des hommes et des femmes politiques, de gauche comme de droite, à tous les étages de l’exécutif, du local au national, qui font délibérément le jeu de l’islamisme, en marchant les yeux ouverts, malgré la multiplication des alertes citoyennes. Ils pensent devoir «intégrer les intégristes» au nom des valeurs de la République. Mais en vérité, ils offrent aux islamistes, ceux imberbes et habillés en costumes italiens trois pièces, une ambition, un pouvoir, une notoriété publique, une respectabilité et surtout un … avenir radieux et prometteur.

Hier, je donnais l’exemple de la municipalité de Denain et de cette liaison dangereuse entre la baronnie socialiste et le clan de l’islamiste Iquioussen : je publierai très prochainement un article synthétisant les derniers développements administratifs de ce dossier, rendant hommage aussi aux fonctionnaires de l’État qui ont su mener des enquêtes supplémentaires et prendre des décisions importantes n’en déplaise à certains politiques qui ont déjà perdu le Nord et à des «journalistes» qui, bien qu’ils soient encartés, agissaient plutôt comme des agents de communication.

Prochainement, je présenterai le portrait d’un islamiste franco-marocain, établi aux premières loges, un des dirigeants en France et en Europe du parti frériste marocain PJD (Parti Justice et Développement) et qui, tout en s’affichant publiquement, ostentatoirement, en tant que tel, à côté d’islamistes infréquentables au Maroc, en Tunisie et en France, occupe toujours le poste d’adjoint au Maire à la municipalité d’Athis-Mons (91200) dans l’Essonne. La mairesse Christine Cordier (LR) confie à cet islamiste le portefeuille sensible de l’action sociale, de la vie des quartiers et du CCAS (Centre communal de l’action sociale) : le terrain préféré des islamistes, en Orient comme en Occident, pour s’enraciner et se développer aux frais de la République.

Tant qu’on ne comprenne pas la complémentarité fondamentale existant entre les deux principaux versants de l’islamisme qui tue et qui assujettit : le civil et le jihadiste ; le politique et le militaire ; les réservistes et les opérationnels, toute lutte contre cette idéologie mortifère est vouée à l’échec. Point ! Le cas du PJD marocain — que je connais très bien pour l’avoir pratiqué des années durant — pourrait servir d’exemple pour mieux comprendre cette complémentarité structurelle entre ces deux versants :

En effet, sans parler de son soutien indéfectible au Hamas palestinien, sans parler de l’implication de quelques-uns parmi ses dirigeants dans l’appel au jihad en Syrie, lancé depuis le Caire de Morsi un 13 juin 2013, téléguidé depuis le Qatar, sans parler de ses liaisons avérées avec le Tanzim international des Frères musulmans, un événement très récent montre à quel point l’idéologie de la terreur islamiste est un facteur commun entre les islamistes opérationnels et les islamistes réservistes. En témoigne ce jugement d’un tribunal marocain condamnant, il y a presque un mois, 8 jeunes du PJD d’un ou de deux ans de prison ferme pour «apologie du terrorisme». Le PJD avait fait appel. Ces jeunes islamistes se sont réjouis, publiquement sur les réseaux sociaux de l’assassinat en décembre dernier de l’ambassadeur de la Russie à Ankara. Deux semaines plus tard, le roi Mohammed VI les a graciés, comme signe d’apaisement, dans un contexte très tendu que traverse le Royaume en lien avec les contestations du Rif.

Peut-on continuer sans se poser les bonnes questions, en France et en Europe, à promouvoir le versant fourbe de l’islamisme au nom de la lutte contre son versant criminel ? La multiplication des attentats, comme celles de Barcelone, le rappellera sans cesse à nous autres. A quoi serviraient les messages d’indignation, les minutes de silence, les bougies, l’éclairage de la Tour Eiffel, si l’on continue à faire de la place aux islamistes dans les médias, le Parlement, les Conseils municipaux, les centres de recherche, les établissements financiers, l’École, les quartiers, les centres de ladite déradicalisation, les hôpitaux, et partout ailleurs ? A quoi serviraient les bonnes intentions, presque toujours au stade du déclaratif, de vouloir combattre le terrorisme mais tout en épargnant l’islamisme qui le nourrit, qui le justifie ?

Là où la lâcheté d’un républicain, homme ou femme, de gauche comme de droite, s’exprime au grand jour, un terreau islamiste s’implante et pousse tranquillement. Par conséquent, une campagne de «désherbage» total devient inéluctable à tous les niveaux, à tous les étages. Faute de quoi, l’islamisme ne tardera pas à pratiquer sous peu une purge totalitaire, à la «Erdogan», avant de dérouler son programme liberticide et antidémocratique. Cela semble être de l’ordre de la fiction dans l’esprit court-termiste de certains naïfs. J’en conviens très volontiers. Mais entre nous, qui, en l’an 2000, aurait imaginé que le visage de l’Europe et du Monde ressemblerait à celui qui nous terrifie désormais ? Les islamistes l’imaginaient, le projetaient même, mais pas leurs idiots utiles, tous ces dignes héritiers de la collaboration sous Vichy : toute une tradition, dirait l’autre !

L’islamophobie est une mystification qui vise à réduire au silence tous ceux qui voudraient voir progresser l’islam vers un islam éclairé.

 

Cet article a été publié dans géopolitique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s