Macron s’inspire de Serge Tchuruk en promouvant la Nation sans usines

une-voie-qui-ne-mène-nulle-part...

Macron  a choisi ,au nom de la modernité ,de prendre  l’autoroute à contre sens . Le reste du monde choisit le patriotisme économique . Regardons ce qui se passe en Italie et en Allemagne . Macron  lui brade l’industrie et  néglige de favoriser l’investissement productif.

Pourquoi  la fiscalité macronienne ne fait pas de différence entre les revenus du capital productif et ceux  liés à la spéculation , à la détention de yachts ou même d’obligations d’Etat?

Les épargnants ont intérêt à placer leur argent dans des obligations d’Etat. La France s’est interdit de constituer des fonds d’investissement ou de capitalisation

La France  se désindustrialise  …

Alstom  sera avalé par Siemens.

Pourquoi n’a-t-on pas exploré une alliance avec Bombardier

Pourquoi n’y a-t-il pas eu un autre choix de rapprochement, par exemple entre Alstom et Thalès pour l’activité de signalisation, ce qui aurait créé un leader mondial ?

Alstom possède 2 milliards d’euros de cash et plus de 30 milliards d’euros de commandes. Où est l’urgence ?
Ce gouvernement n’a pas de ministre de l’Industrie, il baisse l’impôt sur les sociétés mais ne s’attaque pas aux 153 taxes qui pèsent sur la production. Il ne croit plus à l’industrie française.

Le gouvernement allemand, a toujours fait la promotion de l’industrie allemande  c’est le gouvernement allemand qui a fait échouer le rapprochement entre EADS à l’époque et le groupe britannique BAE car les Allemands avaient le sentiment que ce n’était pas l’intérêt de leur industrie.

Avec cette opération, on ne construit pas un champion européen mais un champion allemand.

Apres STX, après Thomson, Alcatel, Nexans, Alstom est le dernier des grands fleurons industriels à passer sous bannière étrangère.

Beaucoup se souviennent d’Alcatel et de la phrase emblématique de son PDG dans les années 2001.

 Pour Serge Tchuruk  : « Alcatel doit devenir une entreprise sans usine. »

Alcatel, c’était au début des années 2000 : 120 sites industriels, 150 000 salariés dans le
monde
Aujourd’hui, Alcatel a disparu ou presque.
Avec ce qui se passe sur les chantiers de l’Atlantique ou sur Alstom avec Siemens, la France est en train de perdre ses centresde décision.

La liquidation de tout ce qui fait la substance même de la France va « dans le sens de l’histoire », vent qui comme par hasard ne souffle jamais dans le sens des intérêts français.
Macron innove en promouvant la Nation sans usines.

 

 

Cet article a été publié dans économie. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :