Le pire, c’est pour demain …

attention_manipulation15

 

La France se prépare pour  une crise politique majeure.Les républicains   de droite comme de gauche sont déboussolés comme le furent  nos amis américains il y a quelques mois.

Ceux à qui je donne la parole viennent de la gauche républicaine  

Une grande figure intellectuelle du PCF, Régis de Castelnaud vient d’écrire :

«  À Christophe Guilluy qui lui demandait ce qu’il comptait faire, s’il était élu pour la France des exclus et des invisibles, Macron a répondu très simplement : « je ne sais pas ». En d’autres termes, « je m’en fous », et de son point de vue et de celui de ses maîtres, il a entièrement raison.

Là où la tragédie se noue, c’est que le « stop » sera incarné par Marine Le Pen ! Serons-nous obligés de nous dire comme le faisait Susan Sarandon au moment des présidentielles américaines avec son « Clinton est plus dangereuse que Trump », « Macron est plus dangereux que Marine Le Pen ». Mais comment en est-on arrivé là ? À devoir peut-être choisir entre la peste et le choléra en étant sûr d’attraper le typhus. Ceux qui nous y ont amenés devront rendre des comptes. »

Quand le peuple vote mal, il faut dissoudre le peuple, mieux le priver de débat. La frustration sera terrible, les élites réussiront sans doute  à imposer l’élection du Vide ….

La gauche comme la droite sont orphelines, Fatiha Boudjahlat , issue de l’ancien parti de JP Chevènement ,résume bien l’impasse dans laquelle nous nous trouvons :

« À partir de mai, 5 ans de neurasthénie sinistre au mieux, d’hostilité au pire.

Quel candidat, quelle candidate sera-t-elle en mesure d’obtenir une majorité aux législatives? Aucun. Mieux Aucune.

À part Le Pen ( et encore, le FN du Sud, canal historique ne l’apprécie guère), Ils se présentent tous sans pouvoir compter sur le soutien de leur Parti naturel : Fillon, Hamon, Mélenchon ( d’où la France insoumise, un machin autre que Le PG et Le PCF) , Macron. En dehors des militants, l’électorat est volatile, c’est un vol d’étourneaux.

Les Français voteront comme on se met en colère et institueront de fait un régime de cohabitation. Comme garde-fou, si Le Pen est élue. Comme vengeance, si c’est un autre.

Dans tous les cas de figure, l’autorité politique est diminuée de manière inédite. Celle-ci repose sur le consentement de la population. Aucun candidat n’est en mesure de susciter ce consentement. La faute à la violence des échanges, aux clivages, à une personnalisation qui ne doit pas être confondue avec une incarnation.

Si Le Pen est élue, chacun pourra se croire Jean Moulin en refusant d’appliquer ses décisions.
Si c’est Fillon, il sera renvoyé aux délits qu’on lui prête des qu’il demandera un effort.
Si c’est Hamon ou Mélenchon, ils auront à subir ce à quoi ils n’ont cessé d’appeler: la fronde.
Si c’est Macron, c’est le régime Parlementaire de la IIIem qui reparaîtra, à l’Italienne, parce que sans colonne doctrinale, tous les élus retrouveront leurs réflexes. Et son charisme émeut peut être ses militants, mais c’est avec les députés qu’il devra composer… »

gal1000-082-1978

 

Et pendant ce temps … la crise se poursuit, la guerre civile larvée  se prépare dans l’indifférence la plus totale.

Un exemple, personne n’ a relevé cette discrète information  rapportée par le seul Mohamed  LOUIZI :

« Depuis plusieurs mois, des bruits courent concernant la volonté des Frères musulmans de l’UOIF de changer le nom de leur organisation islamiste. Désormais, c’est chose faite. Un article du site Saphir News précise qu’ « à l’issue d’une assemblée générale organisée samedi 25 février [2017] au Blanc-Mesnil, en région parisienne, la fédération s’est dotée d’un nouveau nom pour remplacer celui qu’elle a depuis 1983, […] Et le choix s’est porté à la majorité des membres à … «Musulmans de France», a-t-on appris lundi 27 février. »

Imaginons un instant l’impact ravageur, car essentialiste, des « futurs » titres de la presse nationale comme : « Les Musulmans de France dans le collimateur du premier ministre » ou « Les musulmans de France soutiennent la Manif pour Tous » ou « Les Musulmans de France s’opposent à la loi interdisant les signes religieux à l’École » ou « Les Musulmans de France sont financés par le Qatar » ou « Les Musulmans de France soutiennent Erdogan et le Hamas » ou « Marine Le Pen souhaite interdire les Musulmans de France » … Le CCIF, par exemple, ne pourrait que se frotter les mains ! »

 

 

 Fatiha Boudjahlat:

« L’imam Ramadan reproche aux enseignants de dire aux enfants que l’homosexualité est normale. Cela vous rappelle les Journées des retraits de l’Ecole ? Alors l’imam conseille aux parents d’interférer dans l’enseignement des profs et de faire pression sur eux.

Nous, enseignants, ne parlons pas de normalité ou d’anormalité. Nous parlons d’égalité en droits et en dignité, y compris pour les extrémistes religieux que, à titre purement personnel, je trouve dans l’anormalité. Mais je rappelle que le livret laïcité ( qui dit tout et son contraire et qui nécessite d’avoir un doctorat en Droit pour l’utiliser) demande de ne pas mettre en conflit la foi et la science, donc les programmes scolaires. »

https://t.co/0HaRyjWD1W

 

 

Le doute s’installe partout  et comment en serait-il autrement lorsque des chroniqueurs du service public d’information ne parlent plus que de l’affaire Pénélope avec des tirades dignes des grands inquisiteurs. Les Ruquier et autres Apathie gagnent en un mois ce que touche un assistant parlementaire en une législature.  Macron a encaissé en deux ou trois ans chez Rothschild  plus que tous les membres de la famille Fillon en quarante ans de vie politique …

Quant  à la maitresse du Président, Julie Gayet , elle coute chaque année au contribuable autant que le « Pénélopegate »

Que l’on ne s’y trompe pas, je ne défends pas François Fillon et j’ai fait part de ma déception il y a de plusieurs semaines,  mais que cela plaise ou non  les 20 000 euros que touche un parlementaire chaque mois pour sa rémunération, ses frais de fonctionnement, ses assistants  ne relèvent pas du contrôle du pouvoir exécutif. Le mélange des genres c’est la confusion des pouvoirs, peut-être la possibilité de combattre la corruption mais surtout le moyen demain  pour un pouvoir dictatorial de faire tomber ses ennemis politiques.

D’éminents juristes ont soulevé le problème mais personne ne les a écoutés.

« La précipitation avec laquelle l’enquête a été ouverte, sans même le respect d’un délai suffisant pour lire à tête reposée le Canard enchaîné laisse perplexe ; surtout, la publication dans Le Monde par deux « journalistes » familiers du président de la République, de son secrétaire général etc., des procès-verbaux de l’enquête à peine sont-ils clos, au mépris de secret de l’enquête, démontre irréfutablement une collusion entre les officiers du ministère public ou leurs délégataires et ces « investigateurs ». Le même journal combat d’ailleurs les moyens de défense constitutionnels invoqués par la défense de François Fillon en faisant appel à un civiliste…

Dans leur acharnement, ceux qui ont ourdi cette machination ont pourtant négligé ou sous-estimé un risque : celui d’une action engagée contre l’Etat, en application de l’article L.141-1 du Code de l’organisation judiciaire, en réparation du dommage causé par le fonctionnement défectueux du service public de la justice au cas de faute lourde. En effet, il ne se discute pas que la violation du secret de l’enquête ou de l’instruction en matière pénale constitue un fonctionnement défectueux du service public de la justice et que le rôle actif ou passif du parquet dans cette violation caractérise une faute lourde. »

Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/francois-fillon-appel-juristes-contre-coup-etat-institutionnel-geoffroy-vries-philippe-fontana-andre-decocq-2967969.html#gzey8e47AGghSr4a.99

http://www.atlantico.fr/decryptage/francois-fillon-appel-juristes-contre-coup-etat-institutionnel-geoffroy-vries-philippe-fontana-andre-decocq-2967969.html/page/0/1

Régis de Castelnaud, brillant avocat  est plus incisif encore ;

« Que le premier président de la Cour de Cassation autorité judiciaire hiérarchique des juges du siège, se fende d’un communiqué COMMUN avec l’Avocat Général, le patron du parquet aux ordres de l’État, est purement un barbarisme judiciaire. Absolument n’importe quoi. Quant au texte de l’USM, à la fois mensonger et d’une arrogance folle, il en dit long sur la dégradation des institutions. Et sur la façon dont la haute hiérarchie judiciaire se vit et envisage ses propres pouvoirs. Détachés des institutions républicaines et de leur fonctionnement. »

Que penser en effet de la violation permanente du dossier de l’instruction sans la moindre réaction de l’autorité judiciaire???

http://www.lejdd.fr/Politique/EXCLUSIF-Les-19-PV-de-l-affaire-Fillon-851951

Régis de Castelnaud :

« François Fillon a déposé plainte pour violation du secret de l’enquête à la suite de la publication par le journal le Monde des procès-verbaux de l’enquête préliminaire déclenchée par le Parquet National Financier deux heures après la publication par le Canard enchaîné d’informations relatives à l’emploi d’attaché parlementaire de son épouse.

Le parquet de Paris compétent a immédiatement lancé de vigoureuses investigations. Dans la mesure où la fuite de ces éléments, qui constitue une violation très grave de la loi, n’a pu être réalisée que par les policiers chargés de l’enquête ou par les magistrats du PNF, les locaux de ces deux organismes ont été perquisitionnés et les ordinateurs saisis. Des experts informatiques sont mobilisés pour identifier ceux des fonctionnaires assermentés qui ont ainsi trahi leur devoir. Dans le même temps, le parquet de Paris a fait procéder à des auditions de ces mêmes fonctionnaires sous le statut de la garde à vue. Le procureur du TGI de Paris a fait une conférence de presse, dans laquelle il a notamment déclaré : « personne n’est au-dessus de la loi, et la justice doit passer sans désemparer. Le fait d’être magistrat ou fonctionnaire de police n’empêche pas d’avoir des comptes à rendre comme tous les citoyens. Et ce d’autant que leur mission est justement de veiller au respect de la loi ». À sa sortie de garde à vue, la patronne du PNF a protesté contre ce qu’elle a appelé : « un complot pervers visant à empêcher d’empêcher la candidature de François Fillon et de Marine Le Pen à l’élection présidentielle ». Elle a également protesté contre la perquisition de son domicile et de sa maison de campagne. Considérant qu’il s’agissait de mesures inutiles et vexatoires. L’Union Syndicale des Magistrats lui a apporté son soutien. En rappelant que la justice était l’institution la plus importante de la République, et qu’il était interdit de la critiquer, de quelque façon que ce soit.

Mediapart, le Monde, Libération, l’Express, BFM, Paris-Match, Challenges, Sciences et Avenir, toutes les chaînes de France Télévisions, France Inter, France Culture, France Infos, Canal+ et une soixantaine d’autres médias ont publié un communiqué commun pour dénoncer : « une manœuvre grossière portant atteinte à la liberté d’information et destinée à empêcher la victoire indispensable du candidat du renouveau Emmanuel Macron ». »

Oupssss, réveil pénible, je n’aurais pas dû abuser du rhum arrangé passion hier soir. Je sais pourtant qu’au-delà d’une certaine dose c’est la garantie du casque à pointe avec la pointe à l’intérieur au réveil. Et de faire avant des rêves absurdes. Comme si dans la vraie vie la justice faisait des enquêtes pour savoir qui des magistrats ou des flics violaient délibérément la loi. N’importe quoi !
Retour sur terre, avec mal au crâne. » »

 

La démocratie est-elle sortie grandie de  cet acharnement médiatique ? Il aurait suffi de reprendre quelques points du programme de Fillon comme les 48h de travail hebdomadaires  pour le mettre en difficulté.

Fillon doit partir,  peut-être,  mais le remplacer par Juppé … C’est un gag ! Lors de primaire  il était soutenu par la gauche et ses électeurs ont rejoint Macron depuis longtemps

On voudrait étayer une thèse complotiste, on ne s’y prendrait pas autrement …

Il ne s’agit pas de défendre François Fillon , l’homme ou le programme , vous avez le droit d’être sévère

Régis de Castelnaud:

« La nullité de Fillon cible idéale montée sur le pavois par des lodens/barbours imbéciles et aveugles n’est pas le sujet principal. Soyons clairs, on se fout de Fillon, et il n’est pas illogique de penser que c’est bien fait pour sa gueule. Mais ce qui est grave c’est de voir que les libertés publiques ne pèsent plus pour rien et qu’il se trouve des gens de bonne foi pour approuver ce qui s’apparente, combiné aux atteintes aux libertés qui ont émaillé le quinquennat Hollande, à une forme de proto-fascisme. Il fallait s’y attendre, notre ennemi le Capital n’allait pas lâcher l’affaire comme ça. Il ne le fait jamais. Et comparer la manifestation pro-Fillon du 5 mars, au 6 février 1934 est confondant de stupidité. Le danger est en face. »

Proto fascisme? Je ne suis pas loin de le penser avec la mise en place d’un suffrage indirect, les élites  choisissent les candidats  et le bon peuple vote pour l’un des candidats pré choisi.

Comment interpréter autrement  le dénigrement de Valls , la destruction de Fillon, de Sarkozy même si ces candidats avaient beaucoup de défauts. Que l’on étudie le traitement médiatique qui leur a été réservé.

Le président de Debout La France a estimé qu’en limitant à cinq le nombre de participants à son débat présidentiel du 20 mars, TF1 «ne respectait pas la loi».

Pour Nicolas Dupont-Aignan, la décision de TF1 est « une mauvaise nouvelle pour la démocratie. Cela veut dire qu’une chaîne privée sélectionne les candidats avant les Français », a-t-il insisté. « Et je remarque que le critère de sélection est totalement arbitraire puisqu’il repose sur les sondages et qu’ils ont pris ceux qui étaient au-dessus de 10%.

Le système  est allé plus loin en réinventant l’Inquisition  comme nous le démontre Jacques Sapir  lui aussi homme de gauche :

« Le site Web du journal Le Monde vient de lancer, depuis quelques jours, un « outil » nommé « Decodex », qui est censé permettre à ses utilisateurs de trier le faux du vrai dans le différents sites. Nul ne conteste la nécessité de vérifier les sources. On pouvait penser que cet outil serait une tentative honnête pour aider le lecteur. Elle s’avère en réalité un outil idéologique servant à la fois à l’autopromotion de ce journal (ce que l’on peut comprendre sans nécessairement l’approuver) mais aussi, et c’est sur ce point que toute l’opération est bien plus discutable, un outil de tri idéologique. Prétendant lutter conte ce que l’on appelle les « fake news », soit la multiplication des fausses nouvelles, les journalistes du Monden’ont rien eu de plus pressé que de réinventer l’Index du Vatican. A quand l’Imprimatur ?

Decodex se présente comme une application que chacun peut utiliser. Cette application classe les sites du vert (garantie de « bonnes » informations) au rouge (site réputé dangereux), avec la couleur orange (site peu sérieux), ou bleu (site parodique). Seulement, pour faire fonctionner un système comme Décodex, il faut au préalable établir une liste de sites d’information que l’on considère comme recommandables ou non et une liste de critères qui permettent de jauger et de juger de la crédibilité de tel ou tel. On entre là dans un domaine ou joue à plein la subjectivité idéologique des journalistes du Monde. En mettant les pastilles, qu’elles soient vertes, oranges ou rouges, Le Monde s’arroge un droit de jugement alors qu’il est lui-même, et nul ne le lui reproche par ailleurs, un journal d’opinion, un journal qui défend ses idées, mais des idées qui ne font que représenter sa subjectivité. Ce qui gène, ce qui choque avec cette création du Monde c’est que ce journal se donne ainsi le rôle de censeur du Web, de l’information en ligne. Il s’approprie un pouvoir qui pourrait, à l’extrême limite, relever d’un comité indépendant, ou du CSA, mais certainement pas d’un journal qui est un acteur de cette sphère de l’information et qui ne peut donc prétendre à l’impartialité nécessaire pour une telle fonction.

La dimension idéologique de l’opération se révèle quand on se promène un peu su Décodex. On constate que les sources de l’établissement médiatique (les journaux avec lesquels Le Monde a des collaborations ouvertes ou implicites) sont systématiquement en vert. Les autres, sont en orange et en rouge, et en particulier les sources dites alternatives. Se révèle alors la dimension « monopoliste » de l’opération. Dans un monde ou le journalisme traditionnel est contesté, car chacun peut, à sa guise, créer un site d’information, l’opération Décodex apparaît comme une volonté un peu puérile et clairement désespérée de certains journalistes pour se garantir le monopole de l’information. Il eut été plus utiles, et plus profitables à tous, que ces dits journalistes s‘interrogent sur les raisons de leurs pertes d’audience. Mais, ce type d’autocritique, il ne faut pas rêver : ils en sont clairement incapables. »

http://www.les-crises.fr/le-principe-du-decodex-illustre-par-lequipe-macron-discrediter-les-geneurs/#.WLvbrCnVxk8.facebook

 

Nous sommes privés de débat, certains candidats  sont moqués méprisés  par les Ruquier et autre Barthes, je pense à Poutou et plus encore à Dupont Aignan.

Une seule échappe à la censure du système,Marine Le Pen ;

Régis de Castelnaud :

« Marine Le Pen qui sait ce que le rapport de force politique veut dire a adopté l’attitude du combat. Et ses troupes et ses électeurs la suivront. Renforcés par les électeurs de droite « raisonnables » en rage à juste titre contre ce que se permettent les vrais dominants. Le deuxième tour de l’élection présidentielle, ce sera donc « stop ou encore. » 

Là où la tragédie se noue, c’est que le « stop » sera incarné par Marine Le Pen ! Serons-nous obligés de nous dire comme le faisait Susan Sarandon au moment des présidentielles américaines avec son « Clinton est plus dangereuse que Trump », « Macron est plus dangereux que Marine Le Pen ». Mais comment en est-on arrivé là ? À devoir peut-être choisir entre la peste et le choléra en étant sûr d’attraper le typhus. Ceux qui nous y ont amenés devront rendre des comptes.

En attendant, la contradiction principale du jour oppose ceux qui approuvent le coup d’État politico-médiatico-judiciaire et ceux qui le refusent, les républicains et les démocrates. Les élections présidentielles, on verra après.

 

Marine le Pen peut se réjouir même si pour légitimer Juppé un sondage  surréaliste la place derrière le dit Juppé et Macron ….

Alors que faire ?

Résister en refusant les candidats préselectionnés: Macron, Hamon , Juppé

Mais ensuite???

Cet article a été publié dans SCIENCES POLITIQUES. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s