Les Américains ont-ils éliminé la pire ?

rrcc3

 

Le ciel ne nous est pas tombé sur la tête avec l’élection de Donald Trump ,  le peuple américain s’est exprimé , les donneurs de leçons ont la gueule de bois, rien de plus.

Ne fallait-il pas se taire au cours des dernière semaines  car aller à l’encontre du  politiquement correct  revenait   à  être inaudible. Désormais il faudra faire avec   un président  que nos élites détestent. Les moqueries  doivent laisser la place à l’analyse  .Peut-on parler rationnellement de géopolitique avec quelque espoir  d’être entendu ? Je regrette déjà Obama mais j’ai toujours considéré que Trump ou Poutine étaient moins dangereux pour la paix du monde que Killary CLINTON  ou que Georges W Bush

La défaite de la candidate de la guerre et des faucons

Killary CLINTON me faisait peur et sa défaite ma rassure. Le  président OBAMA  ne l’avait-il pas écarté du Secrétariat d’Etat   en désaccord avec une politiquement ouvertement belliciste.

La doctrine Obama a consisté à faire entrer les États-Unis dans le 21° siècle, prenant acte des limites de la puissance américaine. Il a voulu faire évoluer le statut de son pays de celui de ‘Nation indispensable’ à celui de ‘Partenaire indispensable’. Mais cette recherche d’un juste milieu entre interventionnisme et isolationnisme a désappointé de nombreux bellicistes qui y ont vu de la faiblesse et parmi eux KILLARY .

La réputation de faucon d’Hillary Clinton n’est pas injustifiée. Durant le premier mandat d’Obama, lors des débats politiques sur la guerre et la paix, alors qu’elle était secrétaire d’État, Clinton s’alignait presque toujours avec le secrétaire de la Défense, Robert Gates, et ses généraux. Elle a appuyé leur volonté d’envoyer 40.000 hommes de plus en Afghanistan (Obama a accepté avec réticence d’en envoyer 30.000 et seulement avec une date de retour assurée). Elle a voulu maintenir 10.000 soldats en Irak (Obama a décidé de tous les faire rentrer). Elle a soutenu le plan du général David Petraeus, qui consistait à armer les rebelles syriens «modérés» (Obama a rejeté l’idée).

En LYBIE elle était en faveur d’une intervention armée pour aider la résistance qui a fini par renverser Mouammar Kadhafi, alors que Gates et les hauts gradés s’opposaient à un engagement des États-Unis.

 

Dès les débuts du conflit  en Syrie en 2011, Hillary Clinton est convaincue qu’armer et former les djihadistes de al Qaeda était la meilleure des solutions .

Elle s’inscrit dans la tradition de Zbigniew Brzeziński  qui finança et arma Ben Laden  dans les années 80.

https://www.youtube.com/watch?v=C3vFGs3h6ac

Elle est dans la continuité de Madeleine Albright secrétaire d’Etat de BILL CLINTON qui  assume la mort de 500 000 enfants irakiens… dans les années 90

https://www.youtube.com/watch?v=lbLCY4iHDRE

 

Huma Abedin a souvent été dépeinte comme « l’ombre » d’Hillary Clinton et l’inspiratrice d’une politique favorable aux islamistes  …En juin 2012, la sénatrice républicaine Michele Bachmann et quatre autres de ses collègues adressent une lettre confidentielle au département d’Etat pour les mettre en garde contre Huma Abedin. Selon elles, les Frères musulmans infiltrent les plus hautes strates de l’Etat via cette jeune femme.

Le courrier la cite nommément : « Huma Abedin a trois membres de sa famille connectés aux organisations des Frères musulmans », affirment les congresswomen.  Abedin sera soutenue par le plus faucon des faucons, le sénateur Mc CAIN, pathologiquement obsédé par la nécessité d’une guerre contre la Russie

 

Clinton veut une intervention contre Assad quitte  à affronter la Russie. Les jusqu’au bushistes  des années 2000 la soutiennent tous dans sa campagne électorale.

Robert Kagan  lève des fonds pour elle :

«Je dirais que tous les professionnels républicains de la politique étrangère sont anti-Trump», la majorité des gens dans mon cercle va voter pour Hillary.»

En tant que co-fondateur du think tank néoconservateur Project for the New American Century, Kagan a VOULU l’ invasion américaine unilatérale de l’Irak en 2003

Et c’est la femme de Kagan, la néoconservatrice  Victoria NULAND  que Hillary Clinton a fait nommer secrétaire d’État adjoint. De ce poste, Nuland a coordonné la « révolution de couleur » en Ukraine, en s’appuyant sur des réseaux extrémistes et néo-nazis.

Elle est, célèbre par son « fuck the UE » car elle trouve les Européens trop mous en Ukraine.

Clinton  suivant ses conseils a comparé le Président russe Poutine à Hitler.

N’en déplaise aux donneurs de leçons, nous avions aimé les guerres de Bush ,nous allions adorer celles de Killary ….

Barack Obama, hostile lui aussi au bellicisme néoconservateur, martelait : «Je ne suis pas contre toutes les guerres, je suis contre les guerres stupides.» En mars 2008, durant l’âpre campagne des primaires démocrates, il accusait : «Elle a permis à cet individu [George Bush, ndlr] de prendre une décision qui a été nuisible stratégiquement pour les Etats-Unis !» Le camp démocrate était en effet divisé. «Vingt-deux des 51 démocrates du Sénat, et plus de la moitié de ceux de la Chambre, refusent le recours à la force, mais Hillary a voté avec les faucons»,

http://www.les-crises.fr/une-victoire-de-clinton-signifierait-elle-plus-de-guerres-par-robert-parry/

 

la victoire de l’inconnu

Trump a fait campagne contre le programme belliciste de sa rivale l’accusant d’avoir créé Daesh et de chercher une troisième guerre mondiale .

Donald Trump souhaite que les alliés des Etats-Unis au sein de l’Alliance Atlantique (OTAN) payent plus pour assurer leur propre sécurité. Si ce n’était pas le cas, il menace de sortir de l’organisation. Par ailleurs, il estime que celle-ci doit se concentrer plus sur la lutte contre le terrorisme et les flots migratoires et moins sur la force de dissuasion envers la Russie.

Concernant l’organisation Etat islamique (EI), le nouveau président a appelé à sa destruction sans donner plus de détails, invoquant la nécessité de préserver un « effet de surprise ». En Syrie, M. Trump est favorable à laisser à la Russie plus de latitude d’action, considérant que Moscou est mieux placé que les Etats-Unis pour intervenir dans ce pays.

Que savons nous d’autres, au-delà des caricatures ?

Dans le domaine commercial, le libre-échange  a été dénoncé par Trump et Bernie Sanders. Ils accusent les traités de libre échange de détruire les emplois américains et   expriment une peur de la mondialisation  partagée par beaucoup. Il a par ailleurs promis la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain (Alena), responsable, selon lui, des délocalisations vers le Mexique. Il s’oppose également au partenariat transpacifique (TPP), en cours de ratification.

Trump promet de consacrer 1 000 milliards de dollars (900 milliards d’euros) au développement des infrastructures en s’appuyant notamment sur des partenariats public-privé. Sur le plan fiscal, il veut faire passer le taux d’imposition fédéral le plus élevé de 39,6 % à 33 %. L’impôt sur les sociétés serait abaissé à 15 % (contre 35 % actuellement) et la taxe foncière supprimée.

Trump a promis qu’il annulerait l’accord de Paris sur le climat et qu’il supprimerait l’Agence de protection de l’environnement (EPA). Il veut également lever les restrictions à la production d’énergies fossiles et relancer le projet d’oléoduc Keystone XL.

Il y a un monde entre le programme et les réalités, Trump  sera-t-il un nouveau Reagan ?

Dans les prochaines semaines  la composition  de son équipe nous en dira plus que les déclarations du candidat  qui ne sait sans doute pas encore ce qu’il fera vraiment  en dehors d’une relance keynésienne et d’une politique étrangère prudente

Relance  par les infrastructures, retrait militaire, cela me rappelle  étrangement le programme d’Obama en 2008

Que restera-t-il des propos outranciers  du candidat ? Notre DSK , leurs KENNEDY ou Bill CLINTON  étaient ils moins sexistes ?

Trump veut désormais limiter l’interdiction du territoire américain aux ressortissants des « Etats et nations terroristes », tout en réclamant une « extrême vigilance » pour les musulmans désirant se rendre aux Etats-Unis.

Et dans les faits ???

Trump appelle à l’édification d’un mur de 1 600 kilomètres le long de la frontière mexicaine afin d’endiguer l’immigration illégale en promettant que Mexico financerait le projet. Le candidat républicain veut également tripler le nombre d’agents de l’immigration, tout en annonçant l’expulsion des onze millions d’immigrants sans papiers qui vivent actuellement aux Etats-Unis. Il a également promis de revenir sur le droit du sol, qui permet à quelqu’un né aux Etats-Unis d’obtenir la nationalité américaine.

Trump déclare vouloir abroger la loi sur l’assurance-santé, dite Obamacare, adoptée en 2010 MAIS Il veut permettre aux personnes qui souhaitent s’assurer par leurs propres moyens de déduire le montant des cotisations de leurs impôts.

Ila proposé de permettre aux familles de déduire de leurs impôts le coût de garde d’enfants. Concernant le congé maternité, qui n’existe pas aux Etats-Unis de façon universelle, il propose d’accorder six semaines payées comme une indemnité chômage.

Faut-il rappeler que Trump n’est ni un religieux ni un idéologue, il devra composer avec les élus républicains qui sont souvent les deux. La réalité de son pouvoir  dépend du soutien de son parti.

Je n’ai aucune sympathie pour Donald Trump  mais  les Américains ont peut-être préféré l’inconnu à la guerre …

Qu’importe alors si les bellicistes européens  sont aujourd’hui désorientés.

Cet article a été publié dans géopolitique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les Américains ont-ils éliminé la pire ?

  1. Guillaume dit :

    Merci pour cet éclairage qui va au-delà des simples mots ou des caricatures qui nous sont parvenues jusque là.
    C’est bien là tout le problème: on ne traite plus que de la forme. Un mysogyne raciste vs une oie blanche. Du coup, personne ne semble comprendre pourquoi les américains ont pu ne pas voter pour Clinton et ont l’impression que c’est une Marine Le Pen qui dirige les Etats-unis…
    Il suffit de lire les programmes et voir l’historique de l’oie. Je n’ai pourtant rien trouvé sur le sujet dans les medias FR.
    Par ailleurs, on manque de pédagogie: qui pour expliquer en quoi le système US est fondamentalement différent du notre ? Qu’il existe beaucoup de contre-pouvoirs ? Que le système de grands électeurs existe aussi chez nous (mairie de Paris) ?
    Il reste du travail à faire pour éviter ces réactions pavloviennes des foules sentimentale, sans recul, au lendemain des résultats

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s