QUATRE ETUDES SCIENTIFIQUES DEFINISSENT LA MALADIE DE LA VACHE FOLLE POST VACCINALE

Plus d’une centaine de cas d’une forme nouvelle de la maladie de vache folle, vaccinale, ont été répertoriés en France, mais il y en a beaucoup plus. La forme est nouvelle avec les premiers symptômes en moyenne 11 jours après l’injection et un décès en moins de six mois

Cette maladie a tué Mauricette Doyer.

PAS MOINS DE QUATRE études sur les vaccins COVID-19 ont suggéré des liens entre la maladie de Creutzfeldt-Jakob (MCJ) – une maladie à prion incurable et mortelle – et l’obtention du vaccin COVID-19 .

Une forme beaucoup plus agressive et rapide dans la progression de la maladie par rapport à la MCJ traditionnelle.

Bonne nouvelle: pas de risque de maladie à prions après une contamination Omicron. Mauvaise nouvelle: les liens sont établis entre vaccx et maladie de la vache folle

La MCJ est une maladie rare causée par une protéine anormale du cerveau appelée prion.

Les prions se produisent naturellement dans le cerveau et sont généralement inoffensifs, mais lorsqu’ils deviennent malades ou mal repliés, ils affectent les prions voisins pour qu’ils se déforment également, entraînant une détérioration des tissus cérébraux et la mort.

La maladie est incurable car une fois qu’un prion est infecté, il continue de se propager à d’autres prions sans traitement capable d’arrêter sa progression.

La majorité des personnes atteintes de MCJ ont une MCJ sporadique; ils sont infectés sans raison apparente. Cependant, de petits sous-ensembles de personnes sont diagnostiqués en raison de l’héritage.

La MCJ sporadique, est liéeà la consommation de viande qui a été infectée par des prions malades, comme les personnes qui ingèrent du bœuf d’une vache qui a été infectée.

Une nouvelle forme de mjc , la mjc vaccinale

Bien que la variante Omicron de COVID-19 ne porte pas de région de prion dans sa protéine de pointe, la première variante de Wuhan COVID-19 a une région de prion sur sa protéine de pointe. Les injections sont construite sur le variant Wuhan…

 Une étude américaine indique que la zone prion de la proteine spike vaccinale est capable d’interagir avec les cellules humaines.

https://www.mdpi.com/2076-2607/10/2/280/htm

nous avons identifié la présence de domaines de type prion dans la protéine de pointe SARS-CoV-2. Comparé à d’autres virus, une différence frappante a été observée dans la distribution des domaines de type prion dans la protéine de pointe puisque le SRAS-CoV-2 est le seul coronavirus avec un domaine de type prion trouvé dans le domaine de liaison au récepteur de la région S1 de la protéine de pointe.

Par conséquent, lorsque les informations sur le gène de la protéine de pointe de la variante de Wuhan ont été transformées en un vaccin dans le cadre des vaccins à ARNm et à adénovirus, la région du prion a également été incorporée.

Dans le cadre du processus cellulaire naturel, une fois l’ARNm incorporé dans les cellules, la cellule transformera les instructions de l’ARNm en une protéine de pointe COVID-19, incitant les cellules à croire qu’elle a été infectée afin qu’elles créent une mémoire immunologique contre un composant du virus.

Cependant, le processus biologique de traduction des informations d’ARNm en protéines n’est pas parfait et à l’abri des erreurs.

Une autre étude américaine a émis l’hypothèse qu’une protéine de pointe mal repliée pourrait à son tour créer une région de prion mal repliée qui pourrait être capable d’interagir avec des prions sains pour causer des dommages, conduisant à la MCJ.

https://ijvtpr.com/index.php/IJVTPR/article/view/23

Dans cette revue, nous décrivons d’abord en détail la technologie sous-jacente à ces vaccins. Nous passons ensuite en revue les deux composants et la réponse biologique prévue à ces vaccins, y compris la production de la protéine de pointe elle-même, et leur relation potentielle avec un large éventail de pathologies induites aiguës et à long terme, telles que les troubles sanguins, les maladies neurodégénératives et les maladies auto-immunes. maladies. Parmi ces pathologies potentiellement induites, nous discutons de la pertinence des séquences d’acides aminés liées à la protéine prion dans la protéine de pointe. Nous présentons également une brève revue des études soutenant le potentiel de « délestage » de la protéine de pointe, transmission de la protéine d’une personne vaccinée à une personne non vaccinée, entraînant des symptômes induits chez cette dernière. Nous terminons en abordant un point de débat commun, à savoir si oui ou non ces vaccins pourraient modifier l’ADN de ceux qui reçoivent la vaccination. Bien qu’aucune étude ne démontre définitivement que cela se produit, nous fournissons un scénario plausible, soutenu par des voies précédemment établies pour la transformation et le transport du matériel génétique, par lequel l’ARNm injecté pourrait finalement être incorporé dans l’ADN des cellules germinales pour la transmission transgénérationnelle.

Une étude évaluée par des pairs en Turquie ( pdf ) en octobre 2021 décrit un premier cas suspect

Creutzfeldt-Jakob Disease After the COVID-19
Vaccination

ENFIN UNE ETUDE FRANCAISE

L’étude a identifié 26 cas en Europe et aux États-Unis ; 20 des cas étaient déjà décédés au moment de la rédaction de l’étude, le décès survenant en moyenne 4,76 mois après avoir été vacciné.

« Cela confirme le caractère radicalement différent de cette nouvelle forme de MCJ, alors que la forme classique demande plusieurs décennies », écrivent les chercheurs, dirigés par le Dr Jean-Claude Perez.

Deux articles établissent les faits

Vers l’émergence d’une nouvelle forme de la maladie neurodégénérative de Creutzfeldt-Jakob : Vingt-six cas de MCJ déclarés quelques jours après une injection « vaccin » COVID-19

Jean Claude Perez, PhD Université de Bordeaux ; France ; https://orcid.org/0000-0001-6446-2042 France jeanclaudeperez2@gmail.com Claire Moret-Chalmin, MD. Neurologue, 13 rue Roger Martin du Gard 60600 Clermont France clmoret@gmail.com Luc Montagnier RIP MD. Virologue, Fondation Luc Montagnier Quai Gustave-Ador 62 1207 Genève, Suisse M

Nous mettons en évidence la présence d’une région Prion dans les différentes protéines Spike du virus SARS-CoV2 originel ainsi que de tous ses variants successifs mais aussi de tous les « vaccins » construits sur cette même séquence du Spike SARS-CoV2 de Wuhan . Paradoxalement, avec une densité de mutations 8 fois supérieure à celle du reste du spike, l’éventuelle nocivité de cette région Prion disparaît complètement dans la variante Omicron.

 Nous analysons et expliquons les causes de cette disparition de la région Prion du Spike of Omicron. En parallèle, nous analysons la concomitance des cas, survenus dans différents pays européens, entre les premières doses de vaccin ARNm Pfizer ou Moderna et l’apparition soudaine et rapide des premiers symptômes de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, qui nécessite généralement plusieurs années avant d’observer ses premiers symptômes. Nous étudions 26 Maladies de Creutzfeld Jakob, en 2021, d’un point de vue anamnestique, centré sur l’aspect chronologique de l’évolution de cette nouvelle maladie à prion, sans pouvoir avoir d’explication sur l’aspect étiopathogénique de cette nouvelle entité. 

Nous rappelons ensuite l’histoire habituelle de cette redoutable maladie subaiguë, et la comparons à cette nouvelle maladie à prion, extrêmement aiguë, qui suit de près les vaccinations. En quelques semaines, plus de 50 cas d’émergence quasi spontanée de la maladie de Creutzfeldt-Jakob sont apparus en France et en Europe très peu de temps après l’injection de la première ou deuxième dose des vaccins Pfizer, Moderna ou AstraZeneka. Pour résumer, sur les 26 cas analysés, les premiers symptômes de la MCJ sont apparus en moyenne 11. 38 jours après l’injection du « vaccin » COVID-19. Sur ces 26 cas, 20 étaient décédés au moment de la rédaction de cet article tandis que 6 étaient encore en vie. Les 20 décès sont survenus seulement 4,76 mois après l’injection. Parmi eux, 8 d’entre eux conduisent à une mort subite (2,5 mois). Tout cela confirme le caractère radicalement différent de cette nouvelle forme de MCJ, alors que la forme classique demande plusieurs décennies.

https://twitter.com/i/status/1533477550122536961
Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour QUATRE ETUDES SCIENTIFIQUES DEFINISSENT LA MALADIE DE LA VACHE FOLLE POST VACCINALE

  1. pujos claude dit :

    Mais qui fait son boulot dans nos instances sanitaires?Pas grand monde pour cacher ce qu’il se passe!

    J’aime

  2. Ping : QUATRE ETUDES SCIENTIFIQUES DEFINISSENT LA MALADIE DE LA VACHE FOLLE POST VACCINALE – PAGE GAULLISTE DE RéINFORMATION . Les médias nous manipulent et nous mentent, sachons trier le bon grain de l ivraie

  3. Greg dit :

    Pour ceux qui ne comprennent pas la fraude électorale : https://crowdbunker.com/v/Av9b4UpyQZ
    En fin de compte, c’est bien Marine qui a gagné les présidentielles !!! XPTR !!!
    Mais elle a préféré ne pas s’emmerder et encaisser le chèque de 300 millions des francs-maçons !!
    Pour la 1ere fois de ma vie depuis 50 ans , je n’irai plus jamais voté !!

    J’aime

  4. Jean Sentrais dit :

    Effectivement, Luc Montagnier nous l’avait largement expliqué. Avant de mourir d’épuisement en nous l’instruisant.

    Entretemps, sa Seigneurie l’EMmerdeur promène sa rondelle ambulante sur tous les remparts de Varsovie … et Kiev itinérant.

    Aimé par 1 personne

  5. K2r dit :

    Bonne nouvelle : on peut manger de la vache en toute sécurité à partir de 60 ans, on sera gaga avant la MCJ. Mauvaise nouvelle : il va falloir se planquer pour éviter la nouvelle formule suractivitée, et ne pas trop se coler aux vaxxinés pour éviter les attaques indirectes à la spike folle. Pour la bonne nouvelle, il faut en profiter avant que ça soit rationné ou interdit par les fous qui nous gouvernent…

    Aimé par 1 personne

  6. Greg dit :

    Nos journalopes et politichiens nazis collabos de Zobensky devront répondre un jour de leurs crimes contre l’humanité !
    Une petite erreur dans un des titres : MJC au lieu de MCJ.

    Aimé par 1 personne

    • Jean Sentrais dit :

      Entre les Mouvements de la Jeunesse Communiste, et ceux épars de la Communiste Jeunesse : y’a pas photo ! Enfin pour rire …

      J’aime

      • Greg dit :

        Pour les vieux kons comme moi, MJC = Maison des Jeunes et de la Culture !!
        Lieu peu fréquenté par des jeunes communistes il y a 50 ans !!
        Les jeunes coco étaient des fils à papa aisés de profs ou de bourges et ne fréquentaient pas les Q terreux sans le sou qui n’avaient que ces lieux pour côtoyer un peu de culture !

        J’aime

  7. Madge Hirsch dit :

    Il y a une erreur dans cet article. Le MCJ sporadique n’est pas associé avec la viande infectée . Ca c’est le MCJ nouvelle variant. La cause dd MCJ sporadique est inconnue.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s