LA VACCINATION PERTURBE LES REGLES MAIS AUCUNE ETUDE N’ A ETE LANCEE

Vous étiez ménopausées, vous avez à nouveau des règles, vous êtes jeunes, vous avez perdu les vôtres : ils disent que ce serait le stress ! Pourtant dans un tiers des cas le désordre dure encore , plusieurs mois après la vaccination

La relation entre la protéine spike et la perturbation des règles est biologiquement évidente, elle a longtemps été niée et aucune étude n’a été menée pour mettre en évidence la durée et les traitements

Plusieurs femmes ont témoigné sur les réseaux sociaux que leurs règles avaient changé après leur vaccination contre le Covid : une modification de leur durée de cycle et de l’intensité des saignements ou douleurs. Certaines évoquent des cycles menstruels plus compliqués, tandis que d’autres n’ont pas eu leurs règles pendant plus longtemps

Quelques initiatives privées ont été tentées pour lancer des études mais  sans suite

https://grants.nih.gov/grants/guide/notice-files/NOT-HD-21-035.html

https://abc7chicago.com/menstrual-cycles-and-covid-vaccine-side-effects-women-coronavirus-period/10552668/

https://www.chicagotribune.com/coronavirus/vaccine/ct-covid-vaccine-period-abnormal-menstruation-studies-nih-20210902-4yi5rypjrvbgzdzi5kfdmpyvre-story.html

Une étude lancée sur les effets du vaccin grippal n’a pas abouti mais les jeunes femmes se fhttps://clinicaltrials.gov/ct2/history/NCT01978262?V_10=View#StudyPageTopont rarement vacciner contre la grippe

Le déni s’est accompagné d’une explication purement psychologique :

« La menstruation en général est… probablement la plus minée, la plus méfiante et la plus mythifiée de, je dirais, toutes les fonctions du corps humain » , m’a dit Elinor Cleghorn, auteur de Unwell Women: Misdiagnoses and Myth in a Man-Made World , m’a dit sur Zoom. « Il y a le plus grand nombre de fantasmes, de fictions et de peurs projetés. Les menstruations, tout au long de l’histoire, ont toujours été très liées à l’émotivité. »

La médecine dit depuis longtemps aux femmes qui signalent des symptômes physiques que tout est dans leur  tête

Nous savons également que même si les vaccins ont été documentés comme affectant les menstruations depuis plus de 100 ans, la grande majorité des essais cliniques testant de nouveaux vaccins ou médicaments ne suivent toujours pas les changements menstruels. Un article de 1913 sur un vaccin contre la typhoïde a évolué de la même manière que la conversation autour des vaccins COVID-19 – ce n’est qu’après qu’un grand nombre de femmes ont signalé des changements que la médecine a jugé la menstruation digne d’être étudiée. « Il n’est pas rare que certaines personnes répondent à d’autres vaccins de cette manière – c’est documenté dans la littérature sur les vaccins », a écrit Gerber. « On pense qu’il s’agit d’une réponse inflammatoire. »

Ce que nous savons de cette recherche, c’est qu’il n’y a aucune indication que le vaccin COVID-19 influence la fertilité et rien n’indique qu’il y ait des événements indésirables attribués au vaccin pendant la grossesse.

Voici la réalité : sans recherche, sans inclure les changements menstruels comme effet secondaire potentiel dans les essais cliniques de toutes sortes, nous refusons aux personnes ayant leurs règles l’accès aux informations sur leur corps et à un consentement pleinement éclairé. « On ne fait pas confiance aux femmes pour prendre des décisions et on ne leur fait pas confiance pour avoir des informations claires, impartiales et directes », C’est comme si nous aurons une réaction trop émotionnelle à cela. »
Vendredi 30 juillet, l’ANSM a publié les résultats de sa dernière enquête de pharmacovigilance et recense plusieurs cas de troubles menstruels. 36 cas ont été signalés après la vaccination avec Moderna et 229 après l’injection du vaccin Pfizer. Les chiffres sont ridiculement sous estimés, il faudrait au moins ajouter cinq zéro.

L’ANSM fait part d’une évolution favorable pour 78 % des anomalies recensées pour Moderna et 63 % pour Pfizer-BioNTech – « pour les autres cas, l’évolution reste inconnue ou non résolue au moment de la déclaration ». Elle ajoute que ces syndromes menstruels sont souvent associés à d’autres effets indésirables, comme des symptômes pseudo-grippaux. Les remontées liées à ces produits concernent des femmes de tous âges (de 18 à 83 ans) et donc également des femmes ménopausées. Il s’agit d’« effets très majoritairement non graves mais inattendus ».

La menstruation régulière est une fonction complexe qui implique l’hypothalalmus, l’hypophyse, les ovaires et la réactivité de la muqueuse endométriale de l’utérus, entre autres tissus. Une ovulation et des menstruations régulières peuvent donc être un indicateur de la santé de tout le corps et ont même été appelées par certains le « cinquième signe vital ». 

En raison de l’interaction complexe des tissus, des cellules et de la signalisation (y compris les signaux hormonaux et autres signaux endocriniens), le cycle menstruel peut être extrêmement sensible aux variables internes ou environnementales : modifications temporaires de la cyclicité ou des caractéristiques menstruelles (durée, flux ou symptômes associés tels que comme la douleur) peut être observé en réponse à des changements de stress, de poids, de régime, de médicaments, de réactions inflammatoires et de maladies systémiques.

les changements menstruels en réponse aux vaccins contre le SRAS-CoV-2, ces associations et leurs conséquences à long terme n’ont pas été étudiées de manière rigoureuse ou systématique. Les essais cliniques pour le vaccin Pfizer, Moderna et Johnson & Johnson SARS-CoV-2 semblent avoir collecté les données de la dernière période menstruelle (LMP) (pour exclure les grossesses en cours), mais n’ont pas collecté les résultats du cycle menstruel post-vaccin.

Des mécanismes théoriques viables pour les changements menstruels liés au vaccin existent, y compris (mais sans s’y limiter) :

  1. La menstruation elle-même est un processus inflammatoire avec le recrutement de cellules tueuses naturelles, de macrophages, de mastocytes, de neutrophiles, de cellules dendritiques et de cellules T jouant un rôle dans la dégradation et la régénération de l’endomètre fonctionnel à chaque cycle. Cette inflammation (et/ou les molécules immunomodulatrices, telles que les cytokines et les chimiokines impliquées localement) pourraient être influencées par la réponse immunitaire systémique au vaccin SARS-CoV-2.
  2. Le récepteur ACE-2, la cible de la protéine de pointe du SRAS-CoV-2 dans une gamme de tissus biologiques, est exprimé dans l’utérus et jouerait un rôle fonctionnel dans la différenciation des fibroblastes de l’endomètre en cellules stromales déciduales dans la phase sécrétoire avant les règles.
Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour LA VACCINATION PERTURBE LES REGLES MAIS AUCUNE ETUDE N’ A ETE LANCEE

  1. Ping : LA VACCINATION PERTURBE LES REGLES MAIS AUCUNE ETUDE N’ A ETE LANCEE – Qui m'aime me suive…

  2. Patrick Huet dit :

    On pourrait leur rétorquer que puisque l’apparition de règles chez des femmes de plus de 80 ans est due uniquement à une action psychologique, alors, il n’y a aucune raison que des test pcr « positfs » ne soient pas dus à une action psychologique également.
    Après tout, si l’esprit humain est suffisamment fort pour faire réapparaître des règles, faire virer des tests en positif n’est rien du tout en comparaison.

    Et puisque nous sommes sur le chemin de la psychologie qui provoquerait la perturbation des règles, ainsi que les autres effets indésirables (les myocardies, paralysies, ou même la mort tout simplement), pourquoi ne pas avancer que toute cette histoire de corona n’est qu’une réaction psychologique.
    Et, dans ce cas, que tous ces médecins de plateau nous mènent en bateau depuis des mois et qu’il serait temps qu’ils nous laissent un peu tranquille. Et qu’ils laissent les soignants faire leur métier, et les généralistes prendre soin de leur patients comme ils l’ont toujours fait avant que les labos et la corruption ne s’en mêlent !

    Aimé par 3 personnes

  3. sebalex44 dit :

    Je ne me souviens plus dans pays de l’Europe de l’Est, on observait une augmentation des cancers de l’utérus….

    J'aime

  4. Alicia dit :

    J’avais vu l’information passer au journal télévisés. Le problème du vaccin sur le cycle menstruel était minimisé à mon sens. Ils expliquaient qu’il n’y avait pas de lien enfin que ce dernier n’était pas certains et que c’était un phénomène rare. Il y a eu cependant, beaucoup de témoignages qui sont malheureusement passés à la trappe. Je trouve qu’on manque de recul sur les vaccins, sur les effets secondaires.

    La médecine est corrompue pour satisfaire les politiques, on profite d’une épidémie pour instaurer de plus en plus de contrôle social. Ce contrôle social en devient banalisé car c’est ce qu’on « paye » pour avoir droit à une « relative » prétendue liberté.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s