VOUS FAITES ENCORE CONFIANCE A BIG PHARMA ?COMMENT ILS ONT INTOXIQUE LES AMERICAINS A L’OPIUM 500 000 morts

Les opiacés ont tué 500 000  américains dont beaucoup après prescription médicale et autorisation de la Food and Drug. On vient d’apprendre que la famille  propriétaire  de PURDUE avait plaidé coupable et soldé ses comptes avec la justice  pour 4,5 MILLIARDS DE S ; le cabinet MC KINSEY qui conseille Macron  a fait de  même il y a quelques mois. Pour Johnson et trois autres ce sera 21 milliards sur trois ans

En 1995, l’OxyContin de Purdue Pharma arrive sur le marché. Ce médicament est proposé non seulement pour remédier aux douleurs sévères, comme celles liées au cancer, mais également à un panel plus large de douleurs, avec l’approbation de la Food and Drug Administration. Purdue lance alors une campagne de communication à grande échelle. Elle paye certains scientifiques renommés pour faire croire à la faible dangerosité du produit, ment sur les chiffres d’addiction et a recours à une campagne commerciale agressive (vidéos, brochures, visiteurs médicaux). Purdue donne ainsi des formations encourageant la prescription d’OxyContin et minimisant les risques d’addiction aux médecins17.

Purdue met en avant un étalement de l’action de l’OxyContin sur douze heures, limitant de ce fait les risques de dépendance, alors qu’elle sait que les effets durent moins longtemps que cela, sans compter l’utilisation détournée du produit qui est possible. La douleur n’est apaisée que pendant sept à huit heures, ce qui pousse à la surconsommation et augmente l’addiction. C’est vers cette époque que les prescriptions pour des antidouleurs opioïdes augmentent fortement

Un marché noir d’OxyContin se développe très vite, et le médicament est rapidement détourné pour ses effets euphorisants.les campagnes promotionnelles rencontrent un grand succès commercial et éveillent peu de soupçons..

Des méthodes malhonnêtes ont souvent été utilisées pour vendre plus d’opioïdes. Un laboratoire américain a ainsi fourni aux médecins des logiciels médicaux truqués afin de favoriser la prescription d’antidouleurs.

Tout a commencé en 1980 par une brève lettre publiée dans la très prestigieuse revue New England Journal of Medicine. Onze lignes présentent les résultats d’une étude évaluant l’effet des médicaments opiacés sur 11 882 patients hospitalisés.

Les deux auteurs constatent que seuls quatre d’entre eux présentent des signes de dépendance, avant de conclure que le phénomène est « rare ». Aucun détail n’est donné sur les molécules utilisées, leurs dosages ou la durée du traitement, et pourtant ces quelques phrases ont changé le cours de l’histoire aux Etats-Unis.

Pendant vingt-cinq ans, elles ont été au cœur de l’argumentaire des fabricants d’opioïdes, avec cette statistique reprise en boucle dans les brochures, les conférences et les échanges avec les docteurs : « Le risque d’addiction concerne moins de 1 % des patients. »

https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/video-ce-sont-des-dealers-de-drogue-legaux-une-victime-de-l-addiction-aux-antidouleurs-qui-ravage-les-etats-unis-temoigne-dans-envoye-special_3195945.html

La pandémie de Covid-19 a renforcé la crise des opioïdes : en raison du confinement, les victimes restent chez elles, diminuant d’une part les chances d’être secourues en cas de surdose, et freinant d’autre part l’accès aux dispositifs de désintoxication et aux groupes de parole. Par ailleurs, cette période d’anxiété pousse à une hausse de la consommation de médicaments ou de drogues, et la désorganisation des réseaux de trafic de drogue conduit à la consommation de produits de mauvaise qualité, plus dangereux.

En février 2021, le cabinet de conseil McKinsey & Company accepte de verser 573 millions de dollars pour solder des poursuites judiciaires lancées par des États américains qui l’accusaient d’avoir contribué à la crise des opiacés par ses conseils aux groupes pharmaceutiques dont Purdue Pharma, le fabricant de l’Oxycontin. Environ 650 000 prescriptions d’opioïdes sont faites par jour aux États-Unis mais … L’ivermectine sans danger et efficace contre la Covid est interdite

Johnson & Johnson a contribué à alimenter cette crise, mais aujourd’hui, il s’engage à quitter le secteur des opiacés, à New York, et y à payer 230 millions de S

Le laboratoire Johnson & Johnson a accepté de payer 5 milliards sur neuf ans, et les distributeurs McKesson, Cardinal Health et AmerisourceBergen – qui fournissent à eux trois 90 % des médicaments aux Etats-Unis –, 21 milliards sur dix-huit ans, avec l’espoir de solder près de 4 000 actions en justice intentées par des dizaines d’Etats américains et collectivités locales, dans le cadre d’une proposition d’accord à l’amiable « historique », a annoncé, mercredi 21 juillet, Letitia James, procureure générale de l’Etat de New York.

Douze millions de Français utilisent des médicaments opiacés, sans être alertés sur leur potentiel addictif et sur les risques d’overdose. Les hospitalisations pour ce motif ont doublé, les décès triplé. Il existe pourtant un antidote, à base de naloxone, que la personne concernée ou son entourage peuvent administrer ‘facilement’. Mais il est réservé aux acteurs du soin en addictologie, sans diffusion ni information large aux différents acteurs de la santé.

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

17 commentaires pour VOUS FAITES ENCORE CONFIANCE A BIG PHARMA ?COMMENT ILS ONT INTOXIQUE LES AMERICAINS A L’OPIUM 500 000 morts

  1. Ping : VOUS FAITES ENCORE CONFIANCE A BIG PHARMA ?COMMENT ILS ONT INTOXIQUE LES AMERICAINS A L’OPIUM 500 000 morts – Qui m'aime me suive…

  2. Ping : LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE:VOUS FAITES ENCORE CONFIANCE A BIG PHARMA ?COMMENT ILS ONT INTOXIQUE LES AMERICAINS A L’OPIUM 500 000 morts – naufrage/sauvetage

  3. sebalex44 dit :

    Que fait ce commentaire au bas de cet article?
    Dans la même veine que la « privation officielle du droit de vote puis des comptes bancaires au non-vaccinés »? https://nicolasbonnal.wordpress.com/2021/07/25/pessimiste-moi-les-francais-non-vaccines-ont-perdu-le-droit-de-vote-bof-avec-70-dabstentions-il-vont-bientot-perdre-la-vie-aussi-et-les-vaccines-aussi-pas-de-lits-dans-les-hopitaux-penuri/

    Paru le 25/07/2021 sur le blog du Dr Maudrux.

    J'aime

  4. Annwn dit :

    Histoire de « BIG PHARMA » :
    « Un Virus pour les gouverner tous, un Virus pour les trouver. Un Virus pour les amener tous et dans les ténèbres les lier. »
    Dans le règne primitif, la fonction de médecin étaient exclusivement réservées à la caste sacerdotale qui était féminine. Les hommes ne pouvaient pas y prétendre, ils étaient soumis au pouvoir des femmes appelées « des sages », qui leur faisaient faire un service régulier, un travail dont l’organisation avait été savamment établie. Dès que l’homme usurpa les fonctions médicales de la femme, il se créa, pour justifier cette usurpation, un passé médical, comme les prêtres s’étaient créé un passé religieux ; les médecins se sont inventés des ancêtres, tel Esculape, dont le nom est une parodie des Asclépiades, nom des femmes-médecins en Grèce ; puis Hippocrate, sur lequel on n’a jamais rien pu savoir. Et enfin on a donné à Galien la paternité de tous les livres de médecine écrits par des femmes avant son époque. En Egypte, dans les temples des « Hermès » (prêtres) se trouvaient des médecins qui mêlaient aux médicaments des prières, des sacrifices, des exorcismes. Comme les autres prêtres, les médecins vivaient de l’impôt sur les laïques et des sommes qu’ils savaient faire affluer au trésor. Les pratiques médicales valaient au temple de riches présents, et on assurait (déjà) que les guérisons dépendaient de l’offrande beaucoup plus que du remède. Clément d’Alexandrie a consacré à la chirurgie un des six livres qu’il a intitulés les HERMÉTIQUES des médecins. Ces livres les montrent comme des charlatans. En France, c’est par une Femme que fut représentée la médecine au moment où l’on fondait au XIIIème siècle une première Faculté d’où on allait l’exclure. En effet, sous le décanat de Jean de Roset, en 1274, la Faculté se fit faire un sceau. Ce premier sceau représentait une Femme assise sur un siège élevé ; elle tenait dans la main droite un livre, dans la gauche un bouquet de plantes médicinales ; quatre étudiants étaient assis plus bas et semblaient l’écouter avec attention. Il n’y avait à Paris en 1272 que six médecins diplômés par la Faculté. En 1274, il y en a huit. La vraie science restait libre, et les plus illustres savants ne passèrent jamais par l’Université. Ambroise Paré dut subir toutes les taquineries de la Faculté, qui le traitait d’ignorant et proscrivait ses livres parce qu’ils étaient écrits suivant l’ancienne méthode, celle qui guérissait. La Faculté n’était pas un corps savant, mais une corporation professionnelle, fondée plutôt pour défendre des intérêts matériels, et c’est ce qu’elle est toujours restée. Hugues Le Sage fut le premier doyen de la Faculté de Médecine en 1338. Ses fonctions étaient surtout de sévir contre les « charlatans », c’est-à-dire les « indépendants », la science libre. Aussi elle craignait surtout la concurrence. La médecine continuait d’être exercée par des médeciennes et leurs élèves et par les médecins libres. La Faculté n’avait alors aucune autorité ni aucun prestige, mais elle entendait rester maîtresse de la médecine comme le prêtre était resté maître de la religion. Aussi, le public n’avait aucune confiance dans la médecine des hommes. Le premier usage que les hommes firent de ce nouveau droit qu’ils se donnaient d’enseigner la médecine, fut d’interdire aux femmes l’exercice d’une profession qui avait été spécialement réservée à leur sexe jusque-là, ainsi que de défendre aux hommes qui enseignaient de se marier. Et l’homme, dès lors, put se livrer sans contrôle gênant à un enseignement incohérent et bizarre, issu de l’ancienne science des mages. Cette façon de pratiquer la médecine n’était pas faite pour inspirer une grande confiance au public. Aussi, lorsque les rois ou les grands personnages s’adressaient aux médecins libres, ils faisaient contrôler l’avis des uns par les autres et, au lieu d’un médecin, en prenaient un nombre plus ou moins grand, pensant sans doute que l’ignorance multipliée devient la science. Philippe le Bel avait douze médecins, entre autres un certain Hermingard, qui possédait l’art de deviner les maladies à la simple vue et sans tâter le pouls. Guillaume de Nangis raconte ainsi la mort de ce roi si bien soigné : « Le roi mourut d’une longue maladie, dont la cause, inconnue aux médecins, fut pour eux et pour beaucoup d’autres le sujet d’une grande surprise et stupeur. ». En 1395, on appela de la Guyenne un sorcier nommé Armand Guillaume, qui s’était vanté de pouvoir guérir le roi par un seul mot (solo sermone). Il ne guérit pas et eut la bonne chance de ne pas en être puni. En 1397, deux moines augustins, qui se disaient magiciens, offrirent aussi de guérir le roi ; ils lui firent prendre des perles réduites en poudre, ce qui n’eut pas l’effet qu’ils en attendaient, mais un autre qu’ils n’attendaient pas : ils furent décapités en place de Grève. A cette époque, c’est ainsi que les rois payaient leurs médecins. Dans un moment d’impatience on les chassa tous de Paris, mais ils revinrent.
    Depuis, ils sont partout, et ce sont eux (Ordre des médecins, OMS, industrie et lobby pharmaceutiques) qui « s’occupent » de votre santé.
    Cordialement.
    Moyen Âge : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/findu4emesiecledumoyenagealarevolution.html

    J'aime

  5. Ping : Vous faites encore confiance à Big Pharma ? Comment les Américains ont été intoxiqués à l’opium : 500.000 morts | Olivier Demeulenaere – Regards sur l'économie

  6. Ping : Patrick Cohen envoie dinguer le vaccin et l’effarant Véran en direct sur la 5 (Twitter et You Tube) ; le virus est endémique dit-il et le vaccin ne peut rien contre lui depuis le variant delta : voyez Véran en varan véreux very défait (merci à

  7. Ping : Patrick Cohen envoie dinguer le vaccin et l’effarant Véran en direct sur la 5 (Twitter et You Tube) ; le virus est endémique dit-il et le vaccin ne peut rien contre lui depuis le variant delta : voyez Véran en varan véreux very défait (merci à

  8. Ping : Patrick Cohen envoie dinguer le vaccin et l’effarant Véran en direct sur la 5 (Twitter et You Tube) ; le virus est endémique dit-il et le vaccin ne peut rien contre lui depuis le variant delta : voyez Véran en varan véreux very défait (merci à

  9. Ping : Patrick Cohen envoie dinguer le vaccin et l’effarant Véran en direct sur la 5 (Twitter et You Tube) ; le virus est endémique dit-il et le vaccin ne peut rien contre lui depuis le variant delta : voyez Véran en varan véreux very défait (merci à

  10. Ping : Patrick Cohen envoie dinguer le vaccin et l’effarant Véran en direct sur la 5 (Twitter et You Tube) ; le virus est endémique dit-il et le vaccin ne peut rien contre lui depuis le variant delta : voyez Véran en varan véreux very défait (merci à

  11. Ping : (Reseauinternational)Vous faites encore confiance à Big Pharma ? Comment ils ont intoxiqué les Américains à l’opium – 500 000 morts – 224News.com

  12. Ping : Vous faites encore confiance à Big Pharma ? Comment ils ont intoxiqué les Américains à l’opium – 500 000 morts. | Pro Fide Catholica

  13. Ping : Big Pharma: Comment ils ont intoxiqué les Américains à l’opium – 500 000 morts – Les moutons enragés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s