Désolé mais Raoult ne s’est pas trompé sur la « deuxième vague » : même Libé le reconnait

Les esprits malveillants affirment que Raoult aurait annoncé qu’il n’y aurait pas de deuxième vague . Moi j’ai écouté et compris qu’il ne croyait pas à un renouveau de l’épidémie pendant le printemps et l’été . Il redoutait en même temps une dimension saisonnière et le retour du virus avevec le froid. C’est ce qui se passe . Heureuse surprise, Liberation a compris la même chose

pendant l’étéhttps://www.liberation.fr/checknews/2020/06/26/audition-a-l-assemblee-didier-raoult-a-t-il-change-d-avis-sur-une-deuxieme-vague_1792361

Brigitte Bourguignon, présidente de la commission, est revenue sur le fait que sa «position sur la gravité de la crise et l’évolution de l’épidémie» a été «amenée à évoluer» : «Dans un entretien à BFM, le 30 avril, vous estimiez très peu probable l’hypothèse d’une seconde vague, vous êtes revenu sur votre analyse le 19 juin. Pour quelles raisons votre appréciation a-t-elle évolué ?»

Une critique balayée par Didier Raoult, qui a réfuté tout changement d’avis, et a répondu lors de son audition : «La deuxième vague, je ne sais pas d’où vient ce fantasme journalistique, mais je n’ai jamais dit ça. […] J’ai pu dire au Président que si les choses se passaient comme elles se passent en général avec les maladies [dont les courbes] sont en cloche, nous on voyait (parce qu’on avait un mois d’avance, puisque ici on comptait les morts, et moi je comptais les positifs), qu’on avait passé le sommet de la courbe, et qu’on était en train de redescendre et qu’on pouvait voir où est-ce que la courbe allait s’arrêter, à peu près en mai.»

«Je n’ai jamais prononcé « deuxième vague »»

«Après, on vient de faire un très gros travail, que j’ai présenté aussi, poursuit-il. Je pense que c’est de là que vient le malentendu. On a mesuré quelle était la courbe des quatre coronavirus saisonniers, qui est exactement la même. Il y a quatre autres coronavirus qui sévissent depuis longtemps et qui font 8% à 10% des infections respiratoires dans l’année, qui sévissent pendant la saison froide. Ces coronavirus commencent entre janvier et mars et vont jusqu’à avril ou mai. La courbe est la même.» Selon lui, parmi toutes les hypothèses, il y en a deux «plus plausibles» «Il y a celle que cette maladie [le Covid-19, ndlr] devienne une maladie saisonnière comme les autres coronavirus. Ou qu’elle disparaisse comme le Sars à la fin de l’épidémie.»

«Ce qui entretient les infections de l’hémisphère nord c’est la circulation dans l’hémisphère sud. L’hiver c’est maintenant dans l’hémisphère sud. Comme la Nouvelle-Zélande a une latitude qui est la même que la nôtre sur l’hémisphère sud, s’il y a une épidémie de coronavirus actuellement en Nouvelle-Zélande qui débute, on peut se dire : « Mon Dieu, il est bien possible que nous en reprenions et qu’elle devienne saisonnière l’année prochaine pendant la saison froide. »»

«Donc je n’ai pas parlé de « rebond », conclut le directeur de l’IHU. Je n’ai jamais prononcé le mot de « deuxième vague », qui est un mot que je réserve à ceux qui l’utilisent et je ne l’ai jamais utilisé, sauf pour vous répondre.»

Cette réponse de l’infectiologue a été qualifiée de mensongère par plusieurs médias (ici par exemple) expliquant que le professeur marseillais, contrairement à ce qu’il dit, a bien changé d’avis ces dernières semaines.

Qu’a vraiment déclaré Raoult ces dernières semaines ?

Qu’a vraiment déclaré Didier Raoult ces dernières semaines ? Et y a-t-il eu évolution de son avis, ou contradiction entre certains de ses propos ? 

Le 30 avril, interrogé par BFMTV, l’infectiologue répondait au fait que «certains parlent d’une seconde vague» : «Je ne sais pas d’où c’est sorti ça encore. C’est une espèce de fantaisie ça. On peut tout imaginer mais c’est de la science-fiction. On peut penser ça, on peut penser le contraire. […] J’ai l’opinion que des infections respiratoires dans lesquelles il y a des secondes vagues, il n’y en a pas. Je ne vois pas pourquoi il y en aurait pour celle-là.»

Deux jours plus tôt, dans une vidéo publiée sur la chaîne YouTube de l’IHU et titrée «Point sur l’épidémie : risque-t-on vraiment une deuxième vague ?» il allait dans le même sens : «La courbe est en cloche, la courbe typique des épidémies. L’histoire de rebond, c’est une fantaisie qui a été inventée à partir de la grippe espagnole. […] Les épidémies ont disparu dans le temps bien avant qu’on ait les moyens de les contenir. Elles commencent, s’accélèrent, culminent […] et elles diminuent et elles disparaissent, on ne sait pas pourquoi.»

Dans une autre vidéo publiée le 12 mai, en réponse à la question «où en est-on de l’épidémie ?» Didier Raoult estimait surtout : «On voit que cet épisode-là est en train de se résoudre. Il n’y a nulle part de deuxième vague ou de [courbe en] « dos de chameau ». C’est la courbe banale. Il y aura quelques cas sporadiques qui apparaîtront ici ou là. Eventuellement, s’il y a quelqu’un qui est super contagieux il y aura quelques cas autour de lui mais tout ça ne traduit plus une dynamique épidémique. L’épidémie est en train de se terminer.»

Deux semaines plus tard, dans l’Express, Didier Raoult soulignait toutefois que même s’il la jugeait hautement improbable, il n’avait «jamais dit qu’il n’y aura pas de deuxième vague» : «J’ai rappelé que, pour l’instant, cela n’est jamais arrivé. C’est comme si vous me demandiez s’il faut jouer à l’Euromillion. Je le déconseille, mais finalement, il y en a qui gagnent. Tout est possible. Une deuxième vague n’est pas à exclure, mais on a du recul sur ce qui se passe en Chine, et on voit bien qu’il n’y a pas de rebond, simplement quelques cas sporadiques. La forme de cette épidémie est traditionnelle.»

Bref, selon Didier Raoult qui emploie à plusieurs reprises l’expression «deuxième vague» en interview ou dans ses vidéos, celle-ci serait, si ce n’est impossible, du moins hautement improbable.

Certains éditorialistes et médias ont donc cru voir un changement dans son discours lorsqu’il a déclaré dans une nouvelle vidéo publiée le 16 juin : «Personne n’est capable de prédire l’avenir. Il se peut qu’il y ait, au moment de la saison hiverno-printanière, un nouveau pic épidémique. Il se peut qu’elle disparaisse, ça dépendra de la distribution dans la zone intertropicale et du fait qu’il existera ou non des gens qui seront porteurs chroniques. Une chose à surveiller de très près, c’est la Nouvelle-Zélande.»

Inflexion ou contradiction ?

Alors inflexion ou contradiction ? En fait ni l’un ni l’autre, puisque Didier Raoult ne parle pas de la même chose.

Le paradoxe apparent tient à une différence d’interprétation entre le sens que donne Didier Raoult à l’expression «deuxième vague», et celle communément admise par le grand public.

Quand Didier Raoult explique dans ses interventions en avril ou mai qu’il n’y aura pas de seconde vague, il fait systématiquement référence à un regain du nombre de cas au printemps ou à l’été, dans le cadre de l’épisode actuel de l’épidémie. Ce qu’il juge donc fortement improbable. En revanche, il n’exclut pas que l’épidémie devienne saisonnière. Et donc qu’un nouvel épisode épidémique ait lieu lors de la prochaine saison froide. Une situation qu’il ne qualifie donc pas de «deuxième vague», alors que l’expression est aujourd’hui utilisée par les médias ou le grand public pour décrire le fait que l’épidémie puisse repartir lors de la prochaine saison froide. 

En résumé, Didier Raoult a toujours jugé improbable l’idée d’une deuxième vague comprise comme un rebond de l’épidémie au printemps ou à l’été. Sans écarter pour autant que l’épidémie, devenant saisonnière, revienne avec le retour du froid.

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Désolé mais Raoult ne s’est pas trompé sur la « deuxième vague » : même Libé le reconnait

  1. Ping : Désolé mais Raoult ne s’est pas trompé sur la « deuxième vague » : même Libé le reconnait | Qui m'aime me suive...

  2. JEAN-LUC dit :

    Pour moi j’ai toujours compris que Raoult pensait qu’il n’y aurait pas de reprise au printemps été. Ensuite il a bien dit que le virus pouvait être saisonnier et reprendre en saison froide. Or une période froide avec de gros écarts de température (20 degrés) est bien intervenue prématurément fin septembre. Et le virus peut-être réimporté par des voyageurs, réapparaît, donc il pourrait être saisonnier.
    Quand la grippe revient en hiver on parle pas de 2ème vague.
    Le procès qui est fait à Raoult est ridicule et fait par des gens de mauvaise foi qui cherchent à déstabiliser. C’est un faux procès.
    Il est dommageable que beaucoup en France dont des journalistes, se ridiculisent à vouloir abaisser un scientifique reconnu dans le monde entier.
    Cela reste Franco/Français.
    En attendant essayons de renforcer nos capacités hospitalières et de traiter un maximum de patients dès les premiers symptômes, afin de leur éviter d’aller aux urgences.

    J'aime

  3. fraternel dit :

    certains journalistes de mauvaise foi se font un malin plaisir à interpreter à leur sauce certains propos pour déstabiliser le professeur RAOULT je me demande s’ils feraient la meme chose s’ils posaient des question au docteur DOUSTE BLAZY qui a écrit un excellent livre que je suis en train de lire et qui s’appelle la maladie française avec une préface de Didier Raoult j’aimerai bien voir si leur réactions serait identique sans compter l’excellent livre du professeur PERRONNE quelle erreur n’ont ils pas commises en lisant ces deux livres j’ai pu me faire mon opinion sans rentrer dans débats stériles qui n’honorent pas certains
    ce sont deux livres que chaque médecin devrait avoir lu et ne particulier notre ministre de la santé
    Maintenant il est temps aussi de conseiller le renforcement des défenses immunitaires en prévention du froid
    je le fais depuis trois ans avec les produits de la ruche (miel gelée royale demi citron pressé vitamine d3vitamine b6 et magnésium)
    prudence étant mère de sureté je pense que le domaine médical devrait insister sur celà
    et l’histoire de la deuxième vague c’est très vague….
    le miel est un excellent antiviral reconnu depuis des siècles à condition d’en pendre chez le petit apiculteur du coin et fuir les miels industriels

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s