LUTTE CONTRE L’ISLAMISME / LE BAL DES TARTUFFES ET DES IGNARES

Trop de confusions dans les analyses de l’Islamisme, les données géopolitiques sont oubliées et l’on finit par confier la formation des imams aux Frères musulmans …

Trop de complaisances avec les vrais ennemis de la démocratie et de maladresses envers les croyants (chrétiens, juifs, musulmans) : Tuer des caricaturistes pour ce qu’ils ont dessiné, c’est un acte monstrueux qui nous ramène au nazisme.

Cette liberté autorise aussi à ne pas aimer ce journal.

La vraie laïcité n’est pas la haine des religions. Les islamistes cultivent l’amalgame : laïcité= haine des religions .

Samuel Paty accomplissait un remarquable travail , il a été tué par ceux qui ont travesti ce qu’il réalisait , qui n’assistaient pas au cours mais l’ont présenté comme un ennemi de la religion .  Leur culpabilité est totale  et personne ne comprendrait qu’ils ne soient pas condamnés !

Il en va de même pour toute une série d’associations qui vivent de cet amalgame et entretiennent la haine de la France et de son histoire

On voit alors Oubrou et le président de la Fondation de l’Islam de France faire en direct du révisionnisme historique , expliquer qu’il n’y a pas eu de guerre pour envahir les empires byzantins et sassanide. Anecdotique direz vous ? Bien au contraire  il s’agit de présenter le camps du Bien , des victimes, contre celui des croisés, des esclavagistes . Encore un amalgame qui arme les tueurs.

Les discours sur les horreurs de la colonisation portent les mêmes responsabilités et font naître la haine . Pourquoi n’enseigne t on pas les belles leçons de Jacques Marseille qui nous démontra que la colonisation , cette idée de gauche , ruina la France.

Les programmes d’histoire actuels sont des inepties  qui confortent l’amalgame France= pays raciste, esclavagiste, exploiteur

Je vous renvoie à ma petite étude qui n’ a pas pris une ride :

Revenons sur des évidences qu’ils n’ont toujours pas compris.

l’Arabie Saoudite n’a strictement rien à voir avec l’islamisme des Frères musulmans

On peut détester l’Arabie Saoudite et son traditionalisme mais elle n’a jamais eu pour projet politique la création d’un Califat islamiste mondial. ELLE COMBAT, pourchasse les frères musulmans, chez elle , en Egypte et partout où elle le peut, elle déteste le Qatar et la Turquie, pays fréristes. La monarchie saoudienne redoute d’être renversée par les Frères et les organisations qui les soutiennent. Nous, en France, on confie aux Frères l’organisation de l’Islam

Les Frères musulmans  ont un objectif politique, l’extension du Califat Islamiste. Il suffit de revoir l’explication qu’en donnait avec conviction  le frère BCBG Tariq OUBROU, aujourd’hui grand imam de Bordeaux . Les Frères disposent de deux bases arrières : le Qatar et la Turquie d’Erdogan . Ils s’appuient sur des organisations djihadistes en Syrie (contre le gouvernement et contre les Kurdes ou les Arméniens), en Palestine avec le Hamas et en Lybie .

 Les données géopolitiques compliquent la situation française. Les Frères et leurs proches incarnent l’Islam officiel reconnu par les autorités. C’est à eux que Macron veut confier la formation des Imans au détriment  des Algériens de la Mosquée de Paris .

Que dire du Conseil Français du Culte musulman  présidé par un proche d’Erdogan ?

Mohamed Louizi  EST LE MEILLEUR SPECIALISTE DE CES QUESTIONS «  Pourquoi j’ai quitté les Frères musulmans, retour éclairé vers un islam apolitique (Michalon – 2016).

Pour le rappel, cette mouvance a été fondée en Egypte en 1928, par un jeune instituteur de vingt-quatre ans nommé Hassan Al-Banna – qui est aussi le grand-père maternel des frères suisses Tariq et Hani Ramadan. A l’époque, l’Egypte fut colonisé par l’Angleterre. Le Proche-Orient fut divisé entre français et britanniques suite aux accords de Sykes-Picot. L’Empire Ottoman, le califat pour les uns, « l’homme malade de l’Europe » pour d’autres, venait de chuter, quatre ans auparavant, laissant la place à la création d’une Turquie laïque, sous l’égide du militaire Mustafa Kemal Atatürk (1881 – 1938).

Par ailleurs, le débat sociétal, entre modernistes et conservateurs, fut très rude mais très riche aussi. L’Egypte se cherchait un horizon. La modernité occidentale prospectait son modèle. L’institution religieuse sunnite, représentée par Al-Azhar, s’y est opposée et a mené son combat religieux contre ce modèle considéré comme dangereux pour la foi et pour la communauté de l’islam. L’Arabie saoudite déployait son salafisme wahhabite des deux rives du Nil, pour contrer les « vents » du communisme soufflant depuis l’URSS. La production littéraire, intellectuelle et religieuse de cette époque témoigne de cette dynamique et de ces questionnements profonds qui préoccupaient et les religieux, et les hommes de lettres et l’intelligentsia égyptienne dans sa diversité et complexité aussi.

L’islam, un récit particulier de l’islam, était au foyer de ces questionnements presque philosophiques. L’essai du théologien azharite progressiste Ali Abderraziq : L’islam et les fondements du pouvoir publié au Caire en 1925, résume à lui seul la dynamique de toutes ces forces opposées tout comme l’essai littéraire de Taha Hussein (1989 – 1973) intitulé : De la poésie préislamique en 1926. Alors que les conservateurs défendaient la thèse (voire la croyance)  d’un rôle politique de l’islam et de ses normes, pour organiser et gérer la société égyptienne, le théologien Ali Abderraziq prenait le contre-pied de cette idée et prônait la sécularisation de l’Etat comme horizon et comme solution aussi. De même, il refusait le principe d’un « califat islamique », partant d’une remise en question de la dimension politique de la prophétie. Dans de tel climat, cet essai, prônant subsidiairement un « islam apolitique »,  avait fait grand bruit et son auteur avait subit toute sorte de pressions. Dans ce climat aussi, Hassan Al-Banna créa sa mouvance, trois ans plus tard, pour confirmer à sa manière que l’islam est fondamentalement politique. L’islamisme contemporain – l’islam politique – est donc né à ce moment précis sous le label des Frères musulmans.

L’objectif planétaire du « califat islamique» axé sur l’éducation

Hassan Al-Banna rêvait alors de rétablir le « califat islamique » planétaire, conquérant et impérialiste, et annonçait clairement ses objectifs politiques et géopolitiques. Cela passait d’abord par chasser les britanniques et libérer les terres. Mais la principale tâche qu’il s’est donnée, tout au long de sa vie et jusqu’à son assassinat en février 1949, c’était d’avoir une vision stratégique globale à long terme et une organisation optimale pour atteindre ses objectifs, étape par étape et permettre à l’islam politique de « dominer et de triompher partout » : c’est l’essence du projet Tamkine que les Frères musulmans conduisent depuis.

Dans ses épîtres écrites, il dit : « Nous croyons fermement qu’il n’y a qu’une seule et unique idée qui est capable de sauver ce monde tourmenté, d’orienter l’humanité perdue et de guider les gens vers le droit chemin. Une idée qui mérite que l’on y sacrifie nos vies, notre argent et tout ce que l’on possède, que ce soit des choses dérisoires ou bien des choses très chères, pour la proclamer et l’annoncer aux gens, afin de les entraîner à l’embrasser. Cette idée, c’est l’islam ». Il rêva de permettre, à terme, à « la bannière d’Allah d’être arborée à nouveau au-dessus de toutes ces contrées qui avaient connues le bonheur de l’islam – disait-il – et l’appel à la prière, pendant un certains temps, mais qui, par malheur, ont perdu ses lumières et se sont retournées à la mécréance. En effet, l’Andalousie, la Sicile, les Balkans, le Sud de l’Italie et les îles méditerranéennes, toutes ces colonies islamiques d’antan, doivent revenir au domaine géographique de l’islam. La Méditerranée et la Mer Rouge doivent redevenir islamiques comme avant » !

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s