J’ai dû manquer quelque chose …Le Royaume-Uni refuse  l’asile à un Iranien converti au christianisme: la religion chrétienne ne serait pas une religion de paix, en France ESchyle est censuré

55470316_10157022519052645_7047821297266458624_n

 

 

Le Royaume-Uni refuse  l’asile à un Iranien converti au christianisme: la religion chrétienne ne serait pas une religion de paix

Le cas d’un Iranien converti au christianisme et qui s’était vu refuser une demande d’asile va être réexaminé par le ministère de l’intérieur du Royaume-Uni.Une lettre du ministère, rendue publique le 19 mars, donnait le motif du refus initial : la religion chrétienne ne serait pas une religion de paix. À l’appui, des passages du livre de l’Apocalypse «chargés d’images de vengeance, de destruction, de mort et de violences».

Le département de l’intérieur du Royaume-Uni avait justifié sa décision en s’appuyant sur des passages de l’Apocalypse de saint Jean, dans lesquels on trouve des images « de vengeance, de destruction, de mort et de violence ».

 

« Ces exemples sont incompatibles avec votre affirmation selon laquelle vous vous êtes converti au christianisme après avoir découvert qu’il s’agit d’une religion « pacifique », par opposition à l’islam qui contient violence, rage et vengeance », précise la lettre du ministère de l’intérieur.

La Grande Bretagne, qui laisse des prêcheurs déblatérer des insanités, des salafistes faire la Loi sur la base de textes religieux parfois belliqueux, des tribunaux islamiques défavoriser des femmes, serait donc à ce point soumise à la religion de paix et d’amour qu’elle a envisagé de refuser d’accorder le droit d’asile à un apostat de l’islam ?!

 

Il semble bien que certains pays occidentaux aient décidé de s’autodétruire en se livrant pieds et poings liés, tête néo-zélandaise voilée, à la charia.

https://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/Monde/Le-Royaume-Uni-revient-refus-lasile-iranien-convertit-christianisme-2019-03-26-1201011497?fbclid=IwAR2KzjgqKXA_KSmsVgL3G7gDm0OK4vp1GU86CECd2CXHcS94ghb-IUNvN-4

 

En France, Un ultra demande la suppression d’une croix dans un cimetiere

De quand la croix du cimetière de Bernes-sur-Oise date-t-elle ? C’est une question sur laquelle a été appelé à se pencher le tribunal administratif de Cergy-Pontoise. La juridiction examinait le recours déposé par un conseiller municipal de la ville. Pour l’élu, la présence de ce signe religieux dans l’allée centrale du cimetière, construit bien après 1905 puisque rebâtit après la Seconde Guerre mondiale, est contraire à la loi de séparation des Églises et de l’État et celle de novembre 1887 sur la liberté des funérailles. L’affaire a été mise en délibéré à ce jeudi.

http://www.leparisien.fr/val-d-oise-95/dans-le-cimetiere-de-bernes-sur-oise-la-croix-de-la-discorde-27-03-2019-8040723.php#xtor=AD-1481423552

 

Licencié parce qu’il refusait de serrer la main de collègues femmes, le chauffeur de bus clermontois gagne devant les prud’hommes

En 2016, un conducteur de la T2C était congédié pour « actes répétés de discrimination » envers des collègues féminines. Un licenciement « sans cause réelle et sérieuse », a tranché le conseil de prud’hommes, qui a condamné l’entreprise à payer une indemnité de 27.000 euros.

« Pour moi, c’est une victoire morale. Ils ont voulu me faire passer pour la bête horrible, mais la vérité est enfin rétablie. La vraie discrimination, c’est moi qui l’ai subie… »

Au bout du fil, ce mercredi, Brahim M. confie d’abord son soulagement. « Cette histoire a quand même pourri ma vie professionnelle, ajoute-t-il aussitôt. Je galère toujours pour retrouver un boulot stable. »

Le Clermontois a passé douze ans à conduire bus et tramways de la T2C. Jusqu’à ce jour d’avril 2016 et ce courrier l’informant de la fin brutale de son CDI. Motif de la sanction : le salarié avait refusé de serrer la main de collègues féminines.
Un premier incident lui avait valu une mise à pied de quinze jours, à l’été 2015. Quelques mois plus tard, il aurait encore décliné la poignée que lui proposaient deux femmes d’une équipe de contrôle.

 

En Nouvelle Zélande  la première ministre se voile la tête et les néozelandadaises font le signe de DAESH…

55547037_2828670090478250_193822846047223808_n

À l’attention de la Première Ministre de la Nouvelle-Zélande Jacinda Ardern

Madame La Première Ministre,

C’est avec beaucoup de tristesse que nous avons suivi le drame qui a frappé votre pays à la suite de l’assassinat de cinquante Néozélandais musulmans dans les deux mosquées de Christchurch. Un crime odieux qui a horrifié le monde entier. Cette situation dramatique que vous vivez avec vos concitoyens nécessitera pour être surmontée du temps et du courage.

Mais aucune tragédie ne peut justifier que l’on ignore les valeurs universelles d’égalité et de liberté. En tant que citoyennes et citoyens du Canada de foi et/ou de culture musulmanes, il nous apparait crucial de vous informer des retombées désastreuses de la parodie pseudo religieuse à laquelle vous vous êtes livrée avec les femmes de votre pays, sans aucun doute par ignorance et en signe de solidarité, en portant sur la tête un voile islamiste qui n’a rien de musulman. Ce voile est un symbole d’infériorisation de la femme. Sous sa forme la plus avilissante, il sert d’étendard à des groupes islamistes tels qu’ISIS, Boko Haram ou Chebab qui kidnappent, violent, assassinent et emprisonnent sans aucun scrupule les femmes des pays où ils sévissent. En agissant ainsi, les Néozélandaises font preuve d’inconscience envers une extrême droite religieuse qui instrumentalise les femmes pour faire avancer un agenda politique totalitaire.

Qu’en est-il de la solidarité envers les femmes musulmanes qui se battent pour se libérer de l’oppression du voile ? Comment, dans un pays aussi égalitaire que la Nouvelle-Zélande, peut-on choisir d’exprimer sa compassion en revêtant un symbole de minorisation de la femme et de ségrégation sexuelle ? Le plus avilissant est que cette initiative émane de femmes qui le portent à titre symbolique pour quelques heures mais qui, par leur geste, contribuent à légitimer des pratiques misogynes dont sont victimes des femmes qui le portent toute leur vie.

Rappelons quelques faits. Le voile islamique n’est pas une prescription coranique. Il a été imposé en Iran après la révolution islamique de 1979, et propagé dans les pays arabes vers la fin des années 1980 avec la montée en puissance de l’organisation des Frères musulmans d’Égypte, du Wahhabosalafisme saoudien, et grâce aux pétrodollars de la monarchie saoudienne et des pays du Golfe. Ce voile est associé à la mouvance de l’islam politique, et représente son moyen de prosélytisme et de marquage du territoire le plus efficace.

Nul besoin d’évoquer les exactions commises par les différentes factions islamistes à travers le monde, pour imposer leur vision d’un islam sclérosé et revanchard. Les Algériennes et Algériens qui ont vécu les atrocités d’une guerre menée par les islamistes contre les civils, et qui ont vu des femmes assassinées parce qu’elles refusaient de se voiler, manifestent en ce moment même dans les rues d’Algérie pour un changement démocratique de la gouvernance de leur pays mais également pour l’égalité, l’émancipation des femmes et l’abrogation du code de la famille inspiré de la charia.

Comment expliquer qu’au même moment, et à l’heure où en Iran l’avocate Nasrin Sotoudeh est condamnée à 38 ans de prison et 148 coups pour sa défense de femmes refusant de se voiler, des Néozélandaises participent à normaliser le voile islamique comme symbole de l’islam ?

Madame La Première Ministre, nous faisons appel à votre sens des responsabilités pour faire cesser cette banalisation du voilement des femmes et des petites filles. Comme le dit notre compatriote Tarek Fatah, compatir avec les musulmans tombés sous les balles à Christchurch est un devoir absolu, qu’ils soient hommes ou femmes, voilées ou non voilées. Consentir à se transformer en publicité vivante pour ce symbole de l’islam politique relève d’une inconscience face à l’agenda des islamistes.

C’est en misant sur des valeurs universelles de liberté et d’égalité, au-delà de nos particularismes religieux et de nos convictions philosophiques, que l’on pourra tisser une solidarité entre les humains.
Association québécoise des Nord-africains pour la laïcité (AQNAL)
Mohand Abdelli, ingénieur retraité
Nora Abdelli, ingénieure chimiste
Radhia Ben Amor, militante associative
Djemila Benhabib, politologue et écrivaine
Leila Bensalem, enseignante
Nawal Bouchareb, technicienne en organisation scolaire à la CSDM
Fares Chargui, docteur en medecine, resident en Psychiatrie
Ferid Chikhi, conseiller en emploi
Yasmina Chouakri, Consultante
Nadia El Mabrouk, professeure à l’Université de Montréal
Hassiba Idir, gestionnaire
Nacer Irid, ingénieur
Hassan Jamali, professeur retraité
Ali Kaidi, militant pour la laïcité
Karim Lassel, analyste organisationnel
Leila Lesbet, technicienne en éducation spécialisée
Nacera Zergane, conseillère financière

https://www.facebook.com/144877842389728/posts/1067569703453866/

 

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s