Les  macroniens chargés de la propagande et des fake news  ressortent la colonisation française crime contre l’humanité et s’en prennent à Bellamy.

7807683lpaw-7848214-jpg_4187399

 

Les macroniens draguent les indigénistes et les électeurs communautaristes en taclant FX Bellamy

Team progressiste et les jeunes macroniens espèrent ils obtenir le soutien du parti des Indigène, des islamistes ? Il reprennent tout l’argumentaire des sales colonisateurs et caricaturent une conférence de Bellamy datant de  2015 . Le philosophe qui dérange n’avait pas défendu la colonisation mais avait regretté que l’on ne parle jamais de la générosité de ceux qui depuis la France,  se tournaient vers l’Afrique.

Bellamy ne faisait que reprendre ce que tous les historiens rappellent, l’existence d’une motivation humanitaire , médicale. La volonté d’améliorer le sort de l’Afrique est une réalité , celle de combattre l’esclavage pratiqué par les marchands arabes sont des faits indéniables.

Bellamy reconnait les drames de la colonisation , il ne la défend pas,  mais c’est une autre histoire . Pour les historiens la colonisation française n’a pas été une bonne affaire, surtout pas pour la métropole ( relire Jacques Marseille).

Les macroniens entendent cultiver la mauvaise conscience occidentale pour quelques suffrages islamistes . Cette mauvaise conscience qui nous tue .

Bellamy n’a pas fait de la polémique mais de l’histoire et c’ est pourquoi il est infiniment plus dangereux pour les macroniens que Bardella et Le Pen .

 

Bellamy a fait du Olivier Grenouilleau, historien et spécialiste de la colonisation . Grenouilleau a consacré un livre à cette rencontre des peuples précédant la colonisation

https://www.lepoint.fr/culture/grenouilleau-revelations-sur-les-premiers-europeens-en-afrique-28-03-2017-2115248_3.php

Il y a des motifs généraux propres à l’Europe. Une dimension morale, philanthropique les incite à vouloir mettre un terme à l’esclavagisme et à la traite atlantique. En outre, ils entendent opposer des arguments économiques aux esclavagistes, qui prétendent que, si on met fin à la traite, les économies occidentales vont s’écrouler. Ils veulent leur démontrer que celle-ci peut être remplacée par un commerce qu’ils appellent « légitime », c’est-à-dire l’échange de produits du travail libre des Européens et des Africains. Enfin, il ne faut pas négliger la dimension scientifique et géopolitique : il s’agit d’explorer un monde totalement inconnu, de reconnaître le cours de grands fleuves (le Sénégal, la Gambie, le Niger) qui sont autant de voies de pénétration. J’ajouterai des motivations propres à ces voyageurs, le plus souvent des hommes jeunes, portés par des envies d’ailleurs, qui s’en vont à l’aventure, parfois tout seuls, sans mandat officiel de leur État.

 

 

Même si la traite atlantique est à son apogée en 1795, et qu’en 1830 elle est encore importante, notamment du côté portugais – les Anglais ont aboli l’esclavage en 1807 –, ils l’évoquent assez peu, de même qu’ils restent prudents sur la traite transsaharienne en direction de l’Afrique du Nord. Ils sont surtout surpris par l’esclavage au sein même de l’Afrique, pratiqué par les chefs africains. Les abolitionnistes en Europe pensaient que, si la traite atlantique disparaissait, toute forme d’esclavage serait abolie. Les voyageurs laissent entendre que la chose est plus complexe. Par ailleurs, ils insistent sur ce que j’appelle des « contours de civilisation » : les manières de se nourrir, de se vêtir, de parler, de penser… Une masse énorme de données, d’informations, où certains clichés disparaissent : non, l’Africain n’est ni indolent ni paresseux, mais travailleur ; oui, il est hospitalier. Mais d’autres clichés se forment : l’Africain n’est jamais pressé, une image établie par des voyageurs qui, eux, le sont. Dans ce corpus exhaustif de ces sept grands récits, j’ai voulu montrer un certain combat des valeurs à l’œuvre : ces voyageurs veulent décrire le réel, mais – comment faire autrement ? – ils le décrivent avec les lunettes de leur monde.

 

Il faut d’abord rappeler que ces textes, aujourd’hui oubliés, hormis peut-être celui de René Caillié, le premier Européen à entrer à Tombouctou et à en revenir, furent à leur époque largement lus par les « honnêtes hommes », curieux et cultivés. Sur la question de l’abolition de l’esclavage, ils vont fournir quantité d’arguments dans un débat contradictoire. Sur le plan économique, leurs auteurs ne disent pas explicitement qu’ils sont déçus. Mais si, au-delà des supposées richesses fabuleuses de l’Afrique, il y a bien des terres fertiles, le bilan, à les lire, n’est guère incitatif. Ils s’attachent surtout à essayer, pour les Européens, de faire entrer l’Afrique dans le réel…

 

Capture bellamy

Les voyageurs dépeignent des peuples déjà « évolués », sur le chemin de la « civilisation », comme on dit alors. Mais qu’il faudra aider, éduquer, faire grandir ; un point de vue qui pourra être récupéré par les colonialistes. D’autant plus qu’ils rendent compte d’une méconnaissance totale des Noirs à l’égard des Blancs. Les Africains pensent ainsi que les Européens sont cannibales, qu’ils vivent sous la mer, qu’ils sont dotés de pouvoirs très importants. Si nos voyageurs amendent ces premières images, ils se gardent bien de corriger cette dernière croyance de toute-puissance, dont ils se servent en guise de sauf-conduit. Une image du Blanc qui, ensuite, a pu inciter à se lancer dans l’aventure coloniale.

Il y a quelques années Grenouilleau soutenu par tous les historiens avait été attaqué par les indigénistes car il avait osé évoquer la traite musulmane à côté de la traite atlantique. Décidément les historiens dérangent et il est interdit d’être intelligent…

Et oui s’il y a eu de sales colonisateurs mais il y avait à côté des hommes et des femmes généreux.

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Les  macroniens chargés de la propagande et des fake news  ressortent la colonisation française crime contre l’humanité et s’en prennent à Bellamy.

  1. GOIN michele dit :

    J’aimerais savoir ce que pensent ces macronniens, sur SOROS, l’ami et financier de macron et parrain de son introduction en Afrique. SOROS qui arrose certains gouvernements africains au détriment des peuples qu’il pousse vers l’Europe. Avant de répondre renseignez vous de façon honnête, si vous connaissez cette qualité.

    J'aime

  2. Chemel dit :

    Macron a été choisi par les milliardaires, qui ont descendu Fillion, et ainsi a été élu. Non pas par ce qu’il avait l’expérience, laquelle Monsieur autocar,
    -faire entrer la société d’autocar allemande,
    – qu’il allait réaliser le programme imposé.
    – La baisse du chomage n’est pas de son fait mais de celui des entreprises.
    La dette augmente car les fonctionnaire sont aussi nombreux et inefficaces. J’ai ,deu des réponses avec l’adminsitration allemande d’un jour à l’autre, copie de documents datant de 1973.
    Essayez en France!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s