SOMMES NOUS DEVENUS LES ALLIES OBJECTIFS D’AL QAEDA EN SYRIE ?

obs-20130912_p48_photo-bhl-fabius-kouchner

La question peut à premier abord sembler incongrue la France n’a-t-elle pas combattu AQMI variante malienne d’Al Qaeda. Malheureusement la représentation médiatique et politique de la situation syrienne fait délibérément l’impasse  sur la diversité du terrorisme islamiste.

Nous connaissons tous les méfaits d’ISIS, rebaptisée DAESH. L’organisation est née en Iraq, elle est la conséquence directe de la déstabilisation de ce pays par les Américains en 2003. Issus des milieux sunnites iraquiens les dirigeants de DAESH ont d’abord combattu les occidentaux puis le gouvernement chiite mis en place par ces derniers en Iraq. Le régime syrien de BACHAR EL ASSAD n’a pas affronté directement DAESH pendant les premières années de la guerre civile et certains évoquent même  à cette époque-là une complicité tacite du régime avec Daesh. Les rapports se sont dégradés depuis un an avec les succès militaires de DAESH, la prise de Palmyre  et la décapitation de dizaines de soldats syriens.

Que représente Daesh, quels sont ses soutiens et ses adversaires aujourd’hui ?

D’un point de vue militaire Daesh avec ses 80 000 combattants  a pour adversaires principaux  sur le terrain les combattants kurdes et les chiites  irakiens soutenus par l’Iran. Malheureusement l’organisation peut recruter via la Turquie, vendre son pétrole via la Turquie et bénéficier  des bombardements turcs sur les positions  kurdes. Sans la position pour le moins ambiguë de la Turquie, Daesh ne serait plus un danger. En effet l’organisation s’est mise à dos les occidentaux et même  les pétro monarchies du Golfe. L’Arabie saoudite et le Qatar souhaitent d’abord renverser le régime  de Bachar pour affaiblir le monde chiite et construire un gazoduc vers la Méditerranée, ils préfèrent donc soutenir des  islamistes bien plus engagés contre Bachar que ne l’est DAESH .Depuis le début 2014  Daesh ne peut compter que sur des donateurs privés saoudiens ou qataris.

Mais Daesh n’est qu’une composante  du terrorisme islamiste dans la région, la seule dont nous entendions parler en Occident, peut-être pas la plus dangereuse.

En Syrie  se sont développés des organisations  comme AL NOSRA  variante locale d’AL QAEDA et surtout le Front ISLAMIQUE.

Le Front créé en 2013 regroupe 7 organisations et 80 000 combattants, il recrute dans le monde sunnite, bénéficie du soutien de la Turquie  et des pays du golfe, de la bienveillance occidentale. Son but affiché ; le renversement  de Bachar, la mise en place d’une république islamique avec la charia. Le Front islamique  appelé « rebelles » par nos médias n’a jamais été inquiété par les occidentaux et certains reprochent à Laurent Fabius d’avoir dit d’eux qu’ils faisaient du « bon travail ». La Cia  s’est posé la question de l’utilité ou non d’utiliser ces islamistes contre Daesh. Plusieurs organisations du Front Islamique sont issues des rangs de la fameuse « armée syrienne libre » présentée en Occident comme démocratique. Dans la réalité les combattants de l’ASL  privée d’aide militaire occidentale sont passés à  peu près tous dans les mouvements soutenus par l’Arabie saoudite et le Qatar. Le front islamique est l’ennemi le plus dangereux  pour Bachar, il menace Lattaquié, Alep,  les régions peuplées par les minorités chiites alaouites et chrétiennes. Dans le Sud de la Syrie le Front Islamique a pu bénéficier du bombardement de l’armée de Bachar par…Israël.  Al  Nosra moins fréquentable que le FRONT ISLAMIQUE  bénéficie à peu près des mêmes soutiens  et avoue des objectifs identiques, il s’est fait une spécialité des attentats à la voiture piégée dans les villes syriennes.

L’année 2015 a vu les « bons  rebelles » c’est à dire les terroristes islamistes acceptables pour l’occident, progresser. La situation devenant dramatique  à l’ouest, Vladimir Poutine  est entré dans le jeu. Personne ne s’y trompe, la Russie n’a pas pour intention de combattre Daesh mais AL QAEDA et le Front islamique. C’est d’ailleurs ce qui se passe depuis  la fin septembre.

Ne soyons pas surpris  si Laurent Fabius   exige des explications et critique la Russie…

Malheureusement les bons rebelles chers à Laurent Fabius ne sont pas des démocrates  et ils menacent la survie des populations civiles syriennes.

Le plus effrayant est de constater l’isolement   de la position française .Nous n’avons pas compris que depuis 2012 beaucoup de choses avaient changé. En ce temps-là  il existait peut être une alternative non islamiste à Bachar el Assad, mais aujourd’hui de rebelles « modérés » ont disparu.

Le régime de Bachar  survit car les civils ont peur et pas seulement  les chrétiens et les alaouites. Si les islamistes sont vaincus le temps viendra pour eux mais aussi pour les Russes et les iraniens de sacrifier Bachar

Les Etats Unis de manière implicite, l’Allemagne plus clairement, admettent que la chute de Bachar  conduirait à un chaos sanglant. Tous ont compris l’intérêt de composer avec l’Iran, protecteur de Bachar et des chiites syriens et iraquiens.

Laurent Fabius et François Hollande  intransigeants  ont fait le choix de s’aligner sur la position  du Qatar et de l’Arabie saoudite.

J’ avoue ne pas comprendre …

Cet article, publié dans géopolitique, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour SOMMES NOUS DEVENUS LES ALLIES OBJECTIFS D’AL QAEDA EN SYRIE ?

  1. pgibertie dit :

    excellente analyse de Roland Hureaux
    Roland Hureaux : John Mac Cain confirme donc que la CIA a formé des djihadistes car en fait de rebelles syriens il n’y a plus aujourd’hui que des djihadistes. Ils sont composés de deux groupes : Daesh à l’Est et Al Nosra (ex-Al Qaida) à l’Ouest. Quand on vous parle de rebelles modérés – pourquoi pas des terroristes modérés ! – n’en croyez pas un mot. Daesh et Al Nosra sont pratiquement interchangeables quant à l’idéologie.
    Il est vrai que les Occidentaux (surtout les Etats-Unis et la France) ont essayé d’organiser des stages pour former à l’usage des armes des rebelles soi-disant démocrates, mais ceux qui se sont présentés étaient pratiquement tous des djihadistes camouflés qui, à peine revenus au front, se sont livrés aux pires exactions et ont apporté au djihad les armes qu’on leur avait données.
    Le raisonnement des Ruses est simple et difficilement contestable : sur le terrain, il n’y a que le gouvernement syrien et les djihadistes, rien d’autre. Puisque les Etats-Unis ont engagé une croisade contre Daesh, les Russes les ont pris au pied de la lettre et ils leur disent en quelque sorte « Chiche ! ». Ils se sont portés de manière spectaculaire volontaires pour y participer mais avec la volonté d’aller jusqu’au bout de la démarche, ce qui signifie combattre tous les islamistes, qu’ils se rattachent officiellement à l’Etat islamique ou pas. Si vous me pardonnez cette expression ils ne veulent pas du coïtus interruptus qui caractérise la guerre faite par l’Occident à Daesh. Que les Russes aient commencé par bombarder des djihadistes autres que Daesh n’est sûrement pas une erreur, d’autant que leur premier objectif est de desserrer l’étau dans lequel est enfermé l’armée syrienne autour de Damas et que dans cette région, Al Nosra est plus présent que Daesh. En même temps, ils envoient un message clair : ils ne laisseront pas tomber le régime d’Assad, lequel a paru ces derniers temps en difficulté.
    Read more at http://www.atlantico.fr/decryptage/bombardements-russes-allies-americains-en-syrie-incident-militaire-entre-arabie-saoudite-et-iran-retrait-palestiniens-accords-2362242.html#2YzluJeK3IHZHDeB.99

    J'aime

  2. Alain dit :

    Entre les américains qui ont montré leur capacité à mal choisir leurs alliés dans la région, la Russie qui va s’enfoncer dans un nouvel Afghanistan en tentant de protéger son allié car elle ne pourra rien faire sans un engagement réel au sol (alors qu’il serait tellement plus simple de négocier, en amont, le départ d’Assad en échange d’un Tartous géré façon Guantanamo s’ils y tiennent vraiment), les opposants terroristes extrémistes et les opposants terroristes modérés, ça promet en effet. La position française n’est pas meilleure que la russe ou l’américaine. Pas pire non plus…

    Les plus à plaindre dans l’histoire sont les civils syriens…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s