LES CHINOIS ONT TESTE SUR DES ANIMAUX  /LES ANTICORPS DIRIGES CONTRE LA PROTEINE SPIKE  DU VIRUS  SONT DANGEREUX  EN CAS DE NOUVELLE INFECTION  ET DECLENCHENT DES MALADIES AUTO IMMUNES

Cette étude constitue un appel pour de nouveaux vaccins ciblés sur d’autres composantes du virus que la fameuse protéine de Pfizer ou Moderna, un appel pour des traitement précoces. Les anticorps tournés contre cette protéine SPIKE se révèlent pathogènes  ce qui explique l’échec  dramatique de la thérapie par plasma et sérums (Karine Lacombe) , la deuxième étape de la maladie, les covid longs mais également(  les effets secondaires des vaccins et le fait constaté que les personnes  vaccinées  soient certes moins souvent contaminées que les non vaccinées mais atteintes de formes plus graves …En attendant la suite

L’étude enterre les Regénéron qui tuent les bébés souris et plaide pour des recherches  sur la protéine N (nucleocapside) les anticorps sont   sans danger…

Cette étude, utilisant un modèle de souris sans virus, explore les rôles pathogènes et le nouveau mécanisme d’action de certains anticorps spécifiques aux protéines de pointe des coronavirus hautement pathogènes tels que les virus COVID-19 et SARS-CoV. Ces anticorps pathogènes, induits lors d’une infection hautement pathogène telle que l’infection au COVID-19, ciblent et se lient aux cellules ou tissus vulnérables de l’hôte tels que les cellules épithéliales pulmonaires endommagées, initient une réponse immunitaire d’auto-attaque persistante et conduisent à des affections graves, notamment le SDRA. , les tempêtes de cytokines et la mort. 

De plus, les anticorps pathogènes peuvent également être responsables de maladies auto-immunes liées aux infections, y compris De plus, les anticorps pathogènes peuvent se lier aux tissus fœtaux non matures et provoquer des avortements, des accouchements post-partum, des mortinaissances, et les décès néonatals de femmes enceintes.

 De nouvelles interventions cliniques, en perturbant la liaison de ces anticorps pathogènes, peuvent être développées pour lutter contre la pandémie de COVID-19. De plus, le nouveau concept exploré par cette étude peut être applicable à d’autres maladies infectieuses, telles que les infections grippales hautement pathogènes. 

La blessure primaire est limitée, courte et diminue à mesure que le virus est éliminé, comme on le voit dans les infections grippales régulières.Cela signifie que le virus lui-même n’est pas suffisant pour causer des conditions graves telles que le SDRA, les tempêtes de cytokines et décès. En revanche, la blessure secondaire causée par les anticorps pathogènes est plus long, plus large et additif car les anticorps persistent beaucoup plus longtemps que  le virus et peuvent se lier de manière non spécifique à d’autre stissus ou organes inflammatoires autres que les poumons.

Heureusement un ancien malade a également  des anticorps N qui le protègerait des effets des anticorps S

Quid d’un vacciné (vaccin non traditionnel) qui n’a que des anticorps S ?

Les données suggèrent que la coexistence d’anticorps non pathogènes peut réduire la pathogénicité des anticorps pathogènes. Ainsi, un vaccin capable d’induire des anticorps multivalents peut être plus sûr, dans lequel au moins un type d’anticorps est du type non pathogène qui induit moins de réactions indésirables. Un exemple d’un tel vaccin est le vaccin viral inactivé traditionnel (par exemple le vaccin COVID-19 inactivé) qui induit des anticorps multivalents spécifiques de plusieurs antigènes d’un virus. Autre exemple, un vaccin COVID-19 recombinant ou ARNm capable d’induire les anticorps spécifiques non seulement de la protéine de pointe mais aussi des protéines de la nucléocapside, ou une protéine sans pointe du virus SARS-CoV-2 peut être plus sûr

Les Anticorps de pointe SPIKE induisent seuls inflammation systémique et blessure in vivo Pour plus de confirmation, une souris enceinte et sans infection virale a été utilisée

 Injection de REGN10987  ( le fameux regeneron  autorisés pour les humains  ou anticorps monoclonaux )à des souris gravides induit une mort fœtale significative et une mort néonatale desdes souriceaux livrés à ces femelles.REGN10987 a le potentiel le plus élevé pour induire maladie et décès (61,9 %), suivi de B38 (45,8 %)et l’anti-COVID-19 S1 polyclonal (45,5%). L’anti-SRAS S polyclonal a également causé une maladie importante

Pfizer et Moderna se sont plantés de cible avec leur protéine S

Ni les anticorps de contrôle sains ni les anti-COVID-19 N ni l’anti-SRAS N(protéine de nucléocapside) ont causé de maladie importante ou mort des souriceaux nouveau-nés Les principaux antigènes contre lesquels est dirigée la réponse anticorps sont la protéine Spike et la protéine de nucléocapside. les anticorps contre cette protéine protègent sans danger.

Contrairement à la protéine Spike externe, la protéine N est enfermée dans le virus, protégée des pressions environnementales (notamment immunitaires) qui provoquent les mutations de la protéine Spike. Dans le sang, cependant, la protéine N flotte librement après avoir été libérée des cellules infectées. La protéine en liberté provoque une forte réponse immunitaire, conduisant à la production d’anticorps protecteurs. La plupart des kits de test d’anticorps recherchent la protéine N pour déterminer si une personne a déjà été infectée par le virus – par opposition aux tests de diagnostic PCR qui recherchent la protéine Spike pour déterminer si une personne est actuellement infectée.

Si l’analyse des séquences de protéines N des humains, ainsi que de différents animaux considérés comme des sources potentielles de la pandémie, tels que les chauves-souris, les civettes et les pangolins révèle des différences, l’analyse de la structure 3D de la protéine N par cryo-microscopie électronique, permet de constater que le site de liaison de l’anticorps reste identique dans tous les échantillons de patients COVID-19 analysés.

Cela suggère que ce site de liaison, constant, est une cible possible pour lutter contre toutes les variantes connues du COVID-19. Un traitement conçu pour cibler le site de liaison de la protéine N pourrait en effet permettre de réduire l’inflammation et d’autres réponses immunitaires durables au COVID-19, en particulier en cas de COVID long

De plus la protéine N joue un rôle dramatique dans l’inflammation, la combattre est vital

https://www.santelog.com/actualites/covid-19-et-si-la-proteine-de-pointe-netait-pas-la-bonne-cible

A DEFAUT DE SOURIS LA PREMIERE AUTOPSIE D UN VACCINE DECEDE

Un homme de 86 ans auparavant asymptomatique a reçu la première dose du vaccin COVID-19 à ARNm BNT162b2. Il est décédé 4 semaines plus tard d’une insuffisance rénale et respiratoire aiguë.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC8051011/

Le 9 janvier 2021, l’homme a reçu le vaccin à ARN BNT162b2 modifié par des nucléosides, formulé à base de nanoparticules lipidiques à une dose de 30 g. Ce jour-là et au cours des 2 semaines suivantes, il ne présenta aucun symptôme clinique . Le jour 18, il a été admis à l’hôpital pour une aggravation de la diarrhée. Comme il ne présentait aucun signe clinique de COVID-19, l’isolement dans un cadre spécifique n’a pas eu lieu. Les tests de laboratoire ont révélé une anémie hypochrome et une augmentation des taux sériques de créatinine. Le test d’antigène et la réaction en chaîne par polymérase (PCR) pour le SRAS-CoV-2 étaient négatifs.

Il aurait été contaminé dans sa chambre d’hopital et il est mort deux jours après avec une surabon dance d’anticorps anti spike

 La liaison à l’antigène de la protéine de pointe (S1) a montré des niveaux significatifs pour l’immunoglobuline (Ig) G, tandis que l’IgG/IgM de la nucléocapside n’a pas été provoquée.

Donc des anticorps anti spike partout et en quantité dans tous les organes… L’apport du vaccin mais ces anticorps sont dangereux… et pas d’anticorps nucleocapsides protecteurs

La présence d’inflammation a montré que le vaccin lui-même avait entraîné des effets indésirables. L’anémie hypochrome était présente avant le jour 24, ce qui signifie que le vaccin lui-même peut provoquer une anémie, conformément au rapport des essais de vaccin (nombre faible). La protéine C-réactive a également montré l’inflammation avant le jour 24, le jour de transmission du SRAS-CoV-2. Ainsi, le vaccin lui-même avait provoqué une anémie et une inflammation rénale.

 La bronchopneumonie aiguë et la défaillance tubulaire ont été désignées comme cause de décès à l’autopsie ; cependant, nous n’avons observé aucune caractéristique morphologique caractéristique de COVID-19. La cartographie moléculaire post-mortem par amplification en chaîne par polymérase en temps réel a révélé des valeurs seuils pertinentes du cycle SARS-CoV-2 dans tous les organes examinés (oropharynx, muqueuse olfactive, trachée, poumons, cœur, rein et cerveau) à l’exception du foie et du bulbe olfactif.

Mort de la rencontre du virus de la covid et des anticorps anti spike générés par la vaccination?

Ces anticorps sont ils dangereux? L’admettre conduirait à suspendre les vaccins occidentaux…

Le CNRS reconnait des bizarreries:

https://insb.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/effets-surprenants-de-certains-anticorps-neutralisant-la-proteine-spike-du-sars-cov-2

Des observations en cryo-microscopie électronique d’immuncomplexes ont révélé des modes distincts de liaison des anticorps à la protéine Spike, certains pouvant en stabiliser des conformations favorisant la formation de syncytia cellulaires. Cela pourrait compromettre l’activité de neutralisation virale dans le traitement des cas sévères de COVID-19 et accentuer les dommages tissulaires chroniques observés chez les patients. 

Les anticorps dangereux? Etrange?Une étonnante corrélation entre la sévérité de la maladie et le taux d’anticorps neutralisants chez les patients COVID-19

 Les chercheurs ont montré que les patients avec peu de symptômes développent peu d’anticorps neutralisants alors que les patients en réanimation, qui présentent une maladie plus sévère, ont des taux d’anticorps neutralisants significativement plus élevés, sans qu’il soit à ce stade possible de déterminer s’il y a un lien de cause à effet entre les deux paramètres.  

https://insb.cnrs.fr/fr/cnrsinfo/une-etonnante-correlation-entre-la-severite-de-la-maladie-et-le-taux-danticorps

L’un des tournants dans l’histoire de la pandémie a été la prise de conscience que la force de frappe déployée par le système immunitaire pour lutter contre le coronavirus pouvait mener à des victoires à la Pyrrhus. Chez les patients atteints de formes sévères de Covid-19, le processus inflammatoire destiné à combattre le SARS-CoV-2 s’est en effet avéré potentiellement responsable de dommages collatéraux pour l’organisme du patient.

https://theconversation.com/les-formes-severes-de-covid-19-seraient-liees-a-une-reponse-anticorps-de-type-auto-immune-147942

https://www.lemonde.fr/blog/realitesbiomedicales/tag/proteine-spike/

https://www.santelog.com/actualites/covid-19-et-si-la-proteine-de-pointe-netait-pas-la-bonne-cible

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour LES CHINOIS ONT TESTE SUR DES ANIMAUX  /LES ANTICORPS DIRIGES CONTRE LA PROTEINE SPIKE  DU VIRUS  SONT DANGEREUX  EN CAS DE NOUVELLE INFECTION  ET DECLENCHENT DES MALADIES AUTO IMMUNES

  1. Iver-lover dit :

    Dr gibertie
    Mefiez Vous Des machines a traduire
    Qui produisent Des textes inintelligible !! Donc contre productifs

    et Des exasperants
    « Correcteurs » qui caviardent Les textes

    J'aime

    • pgibertie dit :

      je ne suis pas toubib mais je tente de traduire

      J'aime

      • Franz dit :

        Bonjour M. Gibertie,
        Avez-vous écouté ceci? https://www.youtube.com/watch?v=Du2wm5nhTXY&t=2s

        Aimé par 1 personne

      • Eric dit :

        Effectivement, trop de personnes veulent parler de sujets qu’ils ne connaissent pas ou connaissent de manière trop sommaire.
        C’est le cas, notamment, de trop nombreux journalistes ou apprentis journalistes, voir les fameux fast-checking à ce sujet, et courriers des lecteurs ultra professoraux.
        Moins on a de confiture, plus on l’étale…
        Pour revenir au covid, il est maintenant devenu évident qu’il s’agit d’une mise en oeuvre mondialisée dans laquelle de nombreuses parties tirent ou cherchent à tirer bénéfices.
        Ne pas mettre en priorité dans toute discussion ce point de vue, rend tout développement inutile voire contre productif, ce qui ne fait qu’embrouiller un peu plus le sujet avec le risque supplémentaire de voir l’arbre cacher la forêt.
        Du pragmatisme, du pragmatisme avant tout !

        J'aime

  2. Patricia dit :

    Je viens de faire une sérologie : ce sont les IgG anti spike qui ont été recherchées et pas les anti N.
    J’ai bien précisé que je n’étais pas vaccinée et que j’avais eu le covid, mais ce sont les mêmes anticorps qui sont recherchés (dans ce laboratoire) pour les vaccinés et les non vaccinés.

    J'aime

  3. Ping : Les Chinois ont injecté des anticorps anti protéine Spike à des souris , regardez ce qui s’est passé… | LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s