LE BLOG DE PATRICE GIBERTIE

COMMENT DANS L’UTTAR PRADESH, L’IVERMECTINE A REDUIT DE MOITIE LE NOMBRE DE CAS  EN MOINS DE 15 JOURS . Dans les campagnes la population rend la vaccination responsable de l’explosion de l’épidémie.

COMMENT DANS L’UTTAR PRADESH, L’IVERMECTINE A REDUIT DE MOITIE LE NOMBRE DE CAS  EN MOINS DE 15 JOURS . Dans les campagnes la population rend la vaccination responsable de l’explosion de l’épidémie.

2000  observateurs de l’OMS présents sur place témoignent de l’efficacité d’une stratégie simple  de cet état indien  pauvre  et peuplé de 230 millions d’habitants.Il a été frappé par le variant venu de Mumbay via les effets mutagènes du remdesivir et de l’Astrazeneca

L’Uttar Pradesh a enregistré vendredi 14 mai 15 747 nouveaux cas de COVID-19 (le pic du  24 avril était à 38 000 cas), ce qui a porté le nombre d’infections à 1596 628 tandis que 312 autres décès ont porté le nombre de morts à 16 958, ont déclaré des responsables.

TEMOIGNAGE DE LA PRESSE INDIENNE

Dans la plupart des cas, ceux qui étaient décédés avaient pris leur première injection de vaccin. (Bien que les deux ne soient pas liés , précise le journaliste), la flambée des décès a conduit les villageois de Banda et des environs, et du district voisin de Chitrakoot, à éviter la vaccination.

Depuis la mi-avril, les chiffres de vaccination quotidiens dans les villages de Banda et Chitrakoot ont montré une baisse brutale.

«En moyenne, nous avons vacciné 30 personnes (par jour) âgées de plus de 45 ans au cours des quinze dernières semaines. Officieusement, on nous a dit de vacciner environ 120 personnes par jour. Mais les gens craignent que les vaccins ne les tuent », a déclaré le Dr Shiv Sagar Singh, responsable du CHC (urbain) d’Atarra.

«Nous avons également observé que dans la plupart des cas, la fièvre post-vaccination dure désormais au moins 15 à 20 jours, au lieu des trois à quatre jours habituels. Nous avons informé les responsables du ministère de la Santé de cette évolution », a déclaré le Dr Pahari.

La fièvre persistante, a-t-il dit, a dissuadé les gens de venir se faire vacciner.

«En janvier, nous vaccinions environ 100 à 120 personnes chaque jour. Mais ensuite, les chiffres ont chuté de façon drastique. Aujourd’hui, nous vaccinons en moyenne 30 à 40 personnes par jour. Nous envoyons un activiste accrédité pour la santé sociale (ASHA) pour convaincre les villageois de se faire vacciner, mais cela n’a pas beaucoup d’effet », a déclaré le Dr Pahari.

How earthen pots on peepal trees tell the real Covid death toll in UP’s Banda

Au premier mai l’Uttar était l’état le moins vacciné du pays avec 4,4% de la population avec au moins une dose …les gouvernements des États négocient séparément avec différentes sociétés de vaccins pour l’achat de vaccins Covid.

Only 1.97% Indians fully vaccinated so far, UP worst performer despite largest stock

Le gouvernement teste, isole et soigne avec le fameux kit ivermectine zinc antibio

Pas moins de 1 575 257 patients sont isolés à domicile

Témoignage de l’OMS

https://www.who.int/india/news/feature-stories/detail/uttar-pradesh-going-the-last-mile-to-stop-covid-19

Le gouvernement de l’État d’Uttar Pradesh a lancé une recherche active porte-à-porte des cas de COVID-19 dans les zones rurales pour contenir la transmission en testant les personnes présentant des symptômes pour l’isolement rapide, la gestion de la maladie et la recherche des contacts.  

Les équipes gouvernementales se déplacent dans 97 941 villages de 75 districts pendant cinq jours pour cette activité, qui a débuté le 5 mai dans l’État le plus peuplé de l’Inde avec une population de 230 millions d’habitants.


Chaque équipe de surveillance comprend deux membres, qui visitent les maisons dans les villages et les hameaux éloignés pour tester toutes les personnes présentant des symptômes du COVID-19 à l’aide de kits de tests rapides d’antigène (RAT). Ceux dont le test est positif sont rapidement isolés et reçoivent un kit de médicaments avec des conseils sur la prise en charge de la maladie. Tous les contacts de ceux qui sont testés positifs sont mis en quarantaine et testés à l’aide d’une RT-PCR à domicile par une équipe d’intervention rapide.

Deux fourgons mobiles ont été attribués à chaque bloc dans un district de l’État pour tester les personnes présentant des symptômes, alors même que la collecte d’échantillons et les tests de routine se poursuivent dans les centres de santé communautaires.


Le gouvernement de l’État a déployé 141 610 équipes et 21 242 superviseurs du département de la santé de l’État pour cette activité afin de s’assurer que toutes les zones rurales sont couvertes.


Les personnes présentant des symptômes sont testées et reçoivent des kits de médicaments et des informations sur la mise en quarantaine et l’isolement, à la fois à domicile et à l’hôpital.