Une seule injection de cette molécule connue et sans danger protègera pendant plusieurs mois  de la covid et de ses variants

 C’est une entreprise française qui propose une alternative à la course derriere les variants : Medincell.

MedinCell avance dans son traitement contre la Covid-19

  

MedinCell a testé l’ivermectine en prise régulière quotidienne sous forme orale pour simuler la libération continue du principe actif par un injectable longue action

Un moyen d’échapper à la course sans fin des vaccins derriere les variants.

MedinCell confirme des résultats positifs de son étude d’innocuité de l’ivermectine en administration continue dans le cadre de son programme mdc-TTG dans le traitement de la Covid-19. Aucun effet indésirable n’a été observé avec les trois doses d’ivermectine testées allant jusqu’à 100 microgrammes/kg. MedinCell développe plusieurs formulations injectables à action prolongée d’ivermectine, la plus avancée vise à prévenir de l’infection par la Covid-19 et de ses mutants pendant plusieurs mois.

MedinCell a testé l’ivermectine en prise régulière quotidienne sous forme orale pour simuler la libération continue du principe actif par un injectable longue action.
Au terme de cette étude et du rapport d’expertise du Professeur Jacques Descotes de mars 2021, le profil de sécurité de l’ivermectine soutient donc l’avancée des programmes MedinCell utilisant cette molécule, notamment les programmes mdc-TTG contre le Covid-19 et mdc-STM contre le paludisme.

« Nos hypothèses se confirment », déclare Christophe Douat, Président du Directoire de MedinCell : « la pandémie s’installe dans la durée et la vaccination pourrait ne pas suffire. Le corpus de données cliniques et de connaissances scientifiques soutenant l’efficacité de l’ivermectine à dose thérapeutique contre la Covid-19, notamment en prophylaxie, continue à s’enrichir. Dans ce contexte, notre traitement, basé sur une molécule largement connue, qui devrait se conserver à température ambiante et qui vise à offrir une protection de plusieurs mois après une simple injection contre la Covid-19 et ses variants, pourrait occuper une place de choix dans l’arsenal anti-Covid. Notre objectif est toujours d’avoir un produit prêt en 2022 », explique-t-il.

Actuellement en développement réglementaire, le programme mdc-TTG a pour objectif de proposer un traitement injectable sous forme de seringue pré-remplie, prête à l’emploi, et stable pendant 24 mois à température ambiante. La technologie BEPO de MedinCell va permettre la formation d’un dépôt sous-cutané de petite taille au moment de l’injection, qui agira ensuite comme une mini-pompe pour libérer régulièrement de l’ivermectine en se résorbant jusqu’à disparaitre complètement.

La formulation longue action d’ivermectine du programme mdc-TTG, vise à offrir une protection contre le Covid-19 et ses mutants pendant plusieurs mois après une simple injection. Elle pourrait également être administrée aux personnes identifiées cas contacts Covid-19 pour les protéger.

BIG PHARMA donnera t elle son avaL? La fondation de Bill Gates mise 19 millions de dollars sur MedinCell…

Ce sera pas 5 euros la dose mais ça devrait marcher …

Bravo la conspiration contre l’ivermectine, c’était juste pour gagner du temps et permettre de repositionner la molécule en décuplant le prix…

Qui peut encore douter de l’efficacité de l’ivermectine? Le problème c’était le prix….

Les comprimés ordinaires , ceux que les sud africains et bien d’autres achetent sous forme de kit ziverdo sur internet ne sera jamais validée. Mais les « principes actifs de l’ivermectine » repositionnés et plus chers le seront. Faisons confiance à Bill….

La presse officielle nous expliquera que c’est très très très différent…

Morale de cette histoire? y a pas de morale….

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

13 commentaires pour Une seule injection de cette molécule connue et sans danger protègera pendant plusieurs mois  de la covid et de ses variants

  1. Ping : Une seule injection de cette molécule connue et sans danger protègera pendant plusieurs mois  de la covid et de ses variants – Qui m'aime me suive…

  2. JPM dit :

    Est-ce que ce macron s’informe des avancées en matière de traitement. Ce mec avec sa compagne d’incompétents nous mène à la ruine

    J’aime

  3. Dandresy dit :

    Vous avez bien vu l’arnaque. C’est une question de fric, et l’INSERM comme l’ANSM ne voudra jamais valider le même produit à deux euros… Par contre la pompe à fric pour les actionnaires de B Gates, là les instances administratives et politiques qui sont en arrière plan, vont valider. Comment convaincre tous les conformistes moutons que c’est la même molécule ? La Castafiore va-t-elle inventer une » super – cherie » incroyable mais vraie pour nous expliquer que avaler la pastille à 2 balles c’est pas validé, mais qu’une injection retard à 50 euros, ça l’est. Il y a des coup de pieds aux fesses qui se perdent. Où va-t-on, sinon vers une dictature administrative comme en Chine ?
    Pour Kastête, le truc sur le portable sera obligatoire pour aller faire ses course, et pas avec Ivermectine, mais avec LE VACCIN…Encore le moyen de nous faire crever sans pouvoir sortir. La révolte va – t – elle gronder ? Des centres de vaccination comme à Nice, Beauvais ou ailleurs ne font pas le plein de candidats…bon signe

    J’aime

  4. staebler eric dit :

    avec Google vous les retrouverez aux postes indiqués Il y a quelques jours, Emmanuel Macron a fait autoriser la prescription d’un médicament « innovant » à plus de 1 000 euros le traitement.Ce médicament, appelé bamlanivimab, est très controversé : Il n’a même pas passé la phase 2 des expérimentations (normalement un médicament doit avoir passé la phase 3 pour être autorisé) ;Les tests préliminaires ne montrent pas d’efficacité probante… et on sait déjà que ce médicament sera inefficace contre les nouveaux variants ; Il doit être prescrit à l’hôpital, donc bien après le début des symptômes, alors qu’il n’a de chances d’être efficace qu’au début de l’infection ;Et pour couronner le tout, c’est le genre de médicament qui favorise l’apparition de nouveaux variants Bref, il n’y a vraiment aucune bonne raison d’accorder une « autorisation temporaire d’utilisation » à ce médicament. Mais c’est pourtant ce que vient de faire l’Agence du Médicament.« Une autorisation temporaire d’utilisation délivrée sur un niveau de preuve aussi faible, c’est probablement du jamais-vu », a déclaré le Pr Mathieu Molimard, chef de service de pharmacologie clinique au CHU de Bordeaux. Alors pourquoi avoir fait une chose pareille ?  Pour une seule raison : il y a derrière ce médicament un Big Pharma au lobbying puissant, le laboratoire Eli Lilly.  Les grands laboratoires comme Eli Lilly ont des relais chez les « grands pontes » de la médecine, les politiques et les hauts fonctionnaires bien placés.Généralement, on ne sait pas trop qui a corrompu qui, qui a influencé qui.Mais ici, on en a appris de belles ! Figurez-vous que parmi les grands directeurs du laboratoire Eli Lilly, on trouve une certaine Béatrice Cazeneuve. Or, tenez-vous bien : Son mari, Jean-René Cazeneuve, est député LREM, le parti d’Emmanuel Macron ;Son fils, Pierre Cazeneuve, est conseiller technique à l’Elysée ;Sa fille, Marguerite Cazeneuve, était cheffe du pôle santé, solidarités et protection sociale auprès du Premier ministre Jean Castex. Comme cela a été résumé sur twitter : « Donc le médicament miracle identifié par Macron qui ne marche pas est commercialisé par Eli Lilly, dont la directrice des nouveaux produits France est l’épouse d’un député LREM , la mère de l’adjoint au chef de cabinet de l’Élysée et de sa conseillère santé . »  Et comme si cela ne suffisait pas, le mari de la fille, Marguerite Cazeneuve, est le très influent patron de l’agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France !! Et voilà comment un médicament à 1 000 euros, inefficace et risqué a été approuvé par nos autorités. vrai ou faux.

    J’aime

  5. Patrick Huet dit :

    Notez ceci : ses études par voie orale ont donné d’excellents résultats. Conclusion de cette personne : on développe des INJECTIONS !

    Quand on parle d »injection, avec seringue, tous mes signaux d’alertes s’éveillent. Qu’y aura-t-il d’autres en plus de l’Ivermectine dans ces injections ?

    Aimé par 1 personne

      • roc dit :

        pas d’adjuvants ?

        J’aime

      • Dandresy dit :

        Pas si sûr que ça. Ils mettent des adjuvants, et font des brevets pour rafler la mise, à partir d’une molécule peu chère. Or, tant qu’on n’a pas la certitude que les adjuvants sont neutres dans tous les sens du terme, on ne voit pas à quoi ils servent. Faudra m’expliquer ça et pas par la Castafiore….

        Aimé par 1 personne

      • pgibertie dit :

        ce serait le « principe actif »

        J’aime

      • pps29 dit :

        1 – d’accord avec le commentaire de Patrick H.: il faut rester sur la voir orale; ça veut dire que c’est vous-même qui restez maitre de votre santé; une injection, on vous la donne; ce sera forcément par une tierce personne; vous n’êtes plus maitre de vous-même;
        2 – dans quelle catégorie va-t’on classer cette « injection »? médicament ou vaccin? Un vaccin ne subit pas autant d’études que le médicament; pas d’étude pharamacocinétique, mutagénèse, cancerogénèse. Bref: moins de garantie sur court terme, mais surtout le moyen et long terme;
        3 – une injection en mesure prophylactique: je regrette, beaucoup de personnes ont un système immunitaire qui fonctionne bien; inutile de venir le polluer avec des substances si tout fonctionne et aucun symptôme ne survient; asymptomatique veut die en bonne santé; préférer le médicament qu’on ingère dès les premiers symptômes; en synthèse: un traitement précoce et efficace que si c’est utile;
        4 – une périodicité d’injection: c’est donc maintenant à vie qu’on se fait piquouzer. Passage devant un administrateur en chef qui pourra vous tamponner votre passeport sanitaire; la façon d’opérer retombe dans le travers déjà décrié: l’individu n’est plus maitre de sa santé; il lui faut l’injection pour valider son passeport. Pas d’accord!
        5 – comment avoir confiance après tout ce qui vient de passer? la confiance ne pourra revenir quand tous les manipulateurs actuels auront cessé de nuire.

        J’aime

  6. fraternel dit :

    qu’en pensent nos délateurs zélés de l’ivermectine et autres perroquets des plateaux télé?
    déjà que depuis un moment on n’entend plus le docteur mascret sur france 2 et france3
    je ne doute aucunement qu’il soit un bon médecin et il faudrait qu’il s’informe de ces dernières bonnes nouvelles et dire ce qu’il en pense.
    et que nos informés des infos soient pour une fois indépendants et puissent faire un reportage sur cette découverte.

    J’aime

  7. Patrick Huet dit :

    Je crois que pps29 a parfaitement résumé la situation.

    D’une façon plus prosaïque, j’ajouterais que, puisqu’un de objectifs de Big Pharma est de faire de chacun un client à vie, s’ils ne peuvent entrer par la porte ( surtout que c’est mal partie avec la fronde qui s’élève autour de leurs vaccins), eh bien ils entrent par la fenêtre, en surfant sur une molécule qui a la faveur du public et de beaucoup de spécialistes, mais préparée à leur façon et toujours en jouant de la seringue.
    Le but étant que les gens fassent leur injection tous les trois mois jusqu’à vitam eternam.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s