Quand on a le covid en ephad , pas de soins précoces mais on peut être attaché Ça fait partie du protocole !!!

« Quand vous êtes positif, vous devez vous isoler pour protéger les autres « . Georges Bordes est mort après avoir été attaché pendant 15 jours…

Il y a quelques jours un médecin était inquiété pour avoir soigné à l’Ivervectine et sauvé les patients, celui du Tarn sera-t-il félicité pour avoir laissé crever le sien attaché ?

Les mensonges sur les réalités de la vaccination en Ehpad  conduisent à transformer les non vaccinés en boucs émissaires et à les maltraiter…

La vaccination dans les ehpad,est importante pour le personnel volontaire mais je connais trop de personnes vaccinées qui sont mortes  compte tenu de la réactivité du vaccin et  de son faible effet :

La vaccination n’empêche pas d’être contagieux ,  Ce n’est pas moi qui le dit mais le ministre et le conseil d’Etat.  

Olivier Véran invoque quatre arguments pour confiner les vaccinés . D’une part, « l’efficacité partielle des vaccins », et en deuxième lieu le fait que « l’efficacité des vaccins est devenue particulièrement contingente du fait de l’apparition des nouveaux variants ».

En troisième lieu, « les personnes vaccinées sont aussi celles qui sont les plus exposées aux formes graves et aux décès en cas d’inefficacité initiale du vaccin ou de réinfection post-vaccinale ou de la virulence d’un variant. » Enfin, « le vaccin n’empêche pas de transmettre le virus aux tiers. L’impact de la vaccination sur la propagation du virus n’est pas encore connu ».

Les études confirment même qu’un tiers des vaccinés de plus de 80 ans  deux doses Pfizer ne génèrent pas le moindre anticorps !

L’étude que tout le monde attendait mais dont la presse ne parlera pas : le Pfizer protege effectivement les moins de 60ans mais très mal les plus de 80ans après deux injections

La vaccination ne protègerait pas de la maladie mais de mourir attaché…

Vaccinés ou non les résidents ne sont ni plus ni moins contagieux !

La vaccination ne protègerait pas de la maladie mais de mourir attaché…

Aurait il été attaché ? Que préconise l’ATS en pareil cas ?  S’agit il d’une mesure de précaution applicable à tous ou d’une mesure punitive  à l’encontre des non vaccinés?

La direction de l’Ehpad le considérait elle dangereux comme un pestiféré ? Ne croyait elle donc  pas en l’efficacité du vaccin pour les résidents et le personnel vacciné ?

« Sur le papier on nous dit qu’il ne faut pas qu’il y ait de discriminations, mais il faut quand même des mesures différenciées selon le statut vaccinal« , pointetil. « Il y a un régime spécifique aux résident non vaccinés

Le plus choquant ; il n’y aurait que respect de la procédure ! Alors la procédure est indigne !

la direction de l’Ehpad réfute toute maltraitance et se dit choquée par les dires de la famille. « Nous sommes très étonnés, et assez en colère de ce qui a pu paraître dans la presse, explique Sarah Caminade Marty, la directrice de l’Ehpad. D’être accusée d’homicide involontaire sachant qu’on ne fait qu’appliquer des protocoles, des recommandations et des prescriptions médicales. Je peux comprendre que les gens soient tristes du décès de leurs parents, mais nous le mettre sur le dos, c’est un petit peu compliqué. »

Le procureur de Castres, Shérif Chabby, joint ce vendredi, affirme: « qu’il n’y a pas  de dépôt de plainte, mais qu’une enquête est en cours pour vérifier les dires de cette famille, relatés dans la presse. Des auditions du personnel soignant vont être lancées pour vérifier les éléments dénoncés et démêler cette histoire ».

La directrice, quant à elle, assure ne pas avoir été convoquée au commissariat et explique qu’elle mettra à disposition des enquêteurs tous les éléments permettant de faire la lumière sur cette affaire.

http://www.centpourcent.com/les-infos-10/mazamet-mort-attache-dans-un-ehpad-13507

Ce qui s’est passé est contraire à tous les discours officiels :

Quid de la responsabilité du médecin ?  Sera -t-il poursuivi par le conseil de l’Ordre : personne ne l’obligeait à prescrire la contention ?  A-t-il prescrit des soins ?

Il y a quelques jours un médecin était inquiété pour avoir soigné à l’Ivervectine et sauvé les patients, celui du Tarn sera-t-il félicité pour avoir laissé crever le sien attaché ?

 Didier Bordes, originaire de Mazamet (Tarn), ne cache pas sa colère. Son père Georges Bordes, est décédé le 30 mars dernier à l’âge de 93 ans. Il était résident à l’Ehpad de La Chevalière à Mazamet depuis le 8 février 2018.

Le 15 mars 2021, Georges Bordes est déclaré positif au Covid-19. « Ce jour-là, l’établissement a demandé au médecin de famille de rédiger une ordonnance pour prescrire une contention physique, raconte le fils aîné et tuteur légal de Georges Bordes. Parce qu’on le connaît bien, mon frère Denis et moi, ce médecin nous a contacté pour nous prévenir qu’il allait établir cette ordonnance ‘à contre-coeur’, mais que ‘c’était le protocole’. On a donc su que notre père, pendant huit jours, allait être attaché au fauteuil de sa chambre. À partir de ce jour-là, on ne l’a plus revu…»

« Il est resté durant les quinze jours qui ont précédé son décès, entravé sur ce fauteuil en journée et sous somnifères importants la nuit. Tout cela afin qu’il ne puisse quitter sa chambre et déambuler. C’est ce qu’une infirmière nous a expliqué », ajoute Didier Bordes, qui avec son frère et sa sœur, a décidé de porter plainte, le 1er avril au commissariat de police de Mazamet, contre la direction de l’Ehpad La Chevalière pour homicide involontaire.

« Avant le mois de mars, nous lui rendions visite de façon régulière. Mon père, bien qu’aphasique depuis son AVC en 2012, comprenait très bien ce qu’on lui disait. Il avait toute sa mobilité, et il ne souffrait d’aucune maladie. Il était en bonne santé. Je reste convaincu qu’un lien de causalité est réel entre le décès de mon père et la façon dont il a été maltraité durant ses derniers jours dans cet établissement », assure Didier Bordes, qui souhaite, via cette plainte, que « ces faits ne se reproduisent plus et que les patients terminent leur vie dans de bonnes conditions humaines ».

« L’établissement a bien suivi, scrupuleusement, les prescriptions et directives du médecin et le protocole de façon générale »

Du côté de la direction de l’Ehpad La Chevalière, on confirme que Georges Bordes est décédé, au sein de l’établissement, des suites du Covid-19. Il n’était pas vacciné par refus de la famille. « En effet, dès que nous avons un résidant positif, nous faisons appel à son médecin traitant. Et l’établissement a bien suivi, scrupuleusement, les prescriptions et directives du médecin et le protocole de façon générale, protocole commun à tous les établissements de soins et même aux personnes extérieures, explique Sarah Caminade Marty, directrice de l’Ehpad. Quand vous êtes positif, vous devez vous isoler pour protéger les autres. Donc, on rentre bien dans ce cadre, il n’y a pas de soucis de ce côté-là. Et il faut savoir, que nous sommes toujours en lien, lorsque nous avons des cas positifs, avec l’ARS et la plateforme Covid de l’hôpital pour toutes les recommandations et conduites à tenir. »

https://www.ladepeche.fr/2021/04/09/tarn-la-famille-dun-residant-decede-dans-un-ehpad-a-mazamet-porte-plainte-pour-homicide-involontaire-9477915.php

Cet article a été publié dans éducation prépa école de commerce. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

10 commentaires pour Quand on a le covid en ephad , pas de soins précoces mais on peut être attaché Ça fait partie du protocole !!!

  1. Michèle MacHenin dit :

    Merci Patrice concernant le décès, en HEPAD, de ce pauvre papy. Bien sûr, c’est désolant d’avoir agi ainsi et je vois d’ici à peu près le protocole :
    . 1/ peut-être était-ce un monsieur âgé qui, une fois ses fils partis, déambulait ou aurait déambulé et collé le virus à tous les autres,
    . 2/ il ne devait sûrement pas être attaché en permanence : toilettes, douche, repas, puisqu’il n’était devenu que « aphasique » à la suite d’un accident vasculaire cérébral, mais il comprenait tout,
    . 3/ il semble, au demeurant, qu’il n’ait pas reçu immédiatement de l’Ivermectine qui aurait pu éviter le décès,
    . 4/ Quant au refus de la famille de le faire vacciner : elle devait, sans aucun doute, être déjà bien informée,
    . 5/ Pourquoi ce monsieur de 85 ans, à l’époque de son entrée en EHPAD, était en « bonne santé » comme le disent ses enfants ? c’était plutôt une charge de l’avoir à la maison, étant donné son AVC..
    . 6/ Je sais parfaitement combien c’est pesant d’avoir une personne âgée dépendante chez soi, mais c’est une question d’organisation aussi et d’amour,
    . 7/ Par contre, je déplore ce fait tout aussi lamentable de l’avoir laissé mourir attaché à son fauteuil et dopé pour dormir (ça on le sait, en EHPAD, c’est courant, car il n’y a pas assez de personnel (généralement). Je pense qu’il a dû se débattre avec force, pour se libérer des sangles et en a fait un arrêt cardiaque subit, A cet âge-là, on est extrèmement fragile et angoissé,
    . 8/ De toutes façons, porter plainte ou pas, cela ne changera rien au processus (protocole) dans des cas extrêmes (allez faire un tour dans un service Eilzehmer, vous comprendrez). Toutefois, ce n’était pas le cas de Monsieur Georges !
    Tout est désolant, désolant.
    Mes condoléances à sa famille.

    J’aime

  2. Thomas dit :

    C’est pas nouveau, mon père est mort attaché et frappé dans un hôpital il y a 10 ans , tout simplement parce qu il ne voulait pas rester à l hôpital , il avait une bronchite .

    J’aime

  3. Jean-Luc dit :

    Suite à des abus d’emploi de la contention en Ehpads, hôpitaux, Établissements psychiatriques, le code de la santé publique essaie d’encadrer cette procédure. Art L.3222-5-1
    Le principe de base est que toute personne âgée en situation de handicap ou de dépendance conserve la liberté de communiquer, de se déplacer et de participer à la vie en société.
    Néanmoins nombre d’abus existent, pour insuffisance de formation du personnel, manque ou confort du personnel etc…
    Adeline Hazan, contrôleure des lieux de privation de liberté avait réalisé un rapport édifiant à cet ègard, ainsi que Mme Catalina Devandas-Aguilar rapporteuse spéciale des Nations Unies.
    La responsabilité pénale du prescripteur et des personnels peut être engagée.

    En tous les cas un suivi et contrôle sérieux doivent être réalisés par les institutions et familles, mais les moyens sont souvent insuffisants. Les mêmes problématiques de contrôle existent dans d’autres domaines comme celui des mises sous tutelle.

    La fin de vie est malheureusement souvent un naufrage, aggravé en période de Covid par le refus dogmatique des soins préventifs et des soins précoces, dont auraient dû bénéficier les personnes âgées à domicile ou en Ehpad.
    Par contre on n’a pas hésité à leur infliger une vaccination expérimentale (en AMM conditionnelle), laquelle n’avait pas fait l’objet d’essais pour ces tranches d’âge, les prenant ainsi pour des cobayes.
    Quid alors de leur consentement éclairé ?
    Et à les euthanasier au rivotril…….

    Pendant que des médicaments qui soignent attendent toujours leur autorisation, comme l’Ivermectine, l’hydroxychloroquine, les antibiotiques macrolides etc….

    Et qu’on attend aussi l’arrêt des poursuites contre les médecins qui soignent.
    D’ailleurs chaque président de conseil de l’ordre impliqué, devra être poursuivi pour mise en danger de la vie d’autrui ou complicité d’homicide le plus rapidement possible.
    Cette politique criminelle envers nos aînés n’a que trop duré.

    Pour revenir au sujet, à défaut des soins, en Ehpads on a la solution: c’est la contention pour nos anciens, le syphonnage de leur retraite et accessoirement la captation de leurs biens personnels…
    De quoi ils se plaignent ?
    (Souvenir personnel: j’ai connu un cadre retraité octogénaire en bonne santé, dont l’épouse est entrée en Ehpad section alzheimer; vu le coût de la pension, après avoir constaté qu’il allait devoir vendre sa maison, ne plus pouvoir subvenir décemment à ses besoins, il a bu un alcool fort et s’est jeté à la rivière.)
    Voilà une triste réalité qui ne fait pas les unes de nos magazines.
    Et pendant ce temps, les médias mainstream, se faisant les supplétifs de la préfecture de police, nous font des scandales sur les restaurants clandestins…..et amusent la galerie.

    J’aime

    • Michèle MacHenin dit :

      Au sujet du papy, il y aura sûrement par la suite des choses à éclaircir :
      . 1/ Pourquoi a-t-il été relegué dans un EHPAD ? alors que ses fils disent qu’il était en bonne santé.
      . 2/ Pourquoi, en effet, l’avoir attaché, s’il marchait normalement sans danger ?
      . 3/ Il eut été plus simple et pas dangereux pour lui, pour qu’il soit isolé en tant que contaminé contagieux, de fermer sa chambre de temps en temps, pour qu’il ne se sauve pas (ce qui, sûrement, lui faisait envie… et peut-être envie de retourner chez lui… comme c’est le cas de nombreuses personnes âgées qu’on colle en EHPAD pour soulager sa peine… mais pas la sienne… (sauf en cas justifié d’une très, très lourde dépendance). L’HEPAD n’est plus une « Maison de Retraite » !!!
      . 4/ S’il m’arrive un jour de devenir dépendante, mon testament est clair, net et précis, que l’on me fasse une piqure pour me rendre « ma liberté absolue »…
      Le protocole qui va priver des soignantes et une directrice de leur boulot est peut-être lourd, mais de l’autre côté, justifié par un décès injustifié !!! Quant aux deux fils ??? Ne vont-ils pas s’arranger pour se disculper ???
      Réfléchissons donc, ensemble, en terme d’Amour et de Compassion surtout !
      MMM

      J’aime

  4. fraternel dit :

    toutes mes condoléances à cette famille
    c’est inimaginable à notre époque de voit de tels abus d’autorité
    honte à eux!
    il aurait été tellement plus simple avec l’accord de la famille de fermer la porte à clé pourquoi l’attacher?
    c’est indigne inhumain et irrespectueux!

    J’aime

    • Michèle MacHenin dit :

      Tiens ! c’est exactement aussi ce que je viens de dire : ne pas attacher le papy, mais fermer sa porte à clef !
      J’ai souvent rendu des visites à des personnes de notre connaissance, devenues vieilles, pour n’avoir jamais constaté de malades attachés (et même avant le Covid, à l’EHPAD de Bourg Saint-Maurice.
      Cependant, il faut bien savoir qu’en unité Cantou, certains malades d’Eilzehmer sont intenables et rendent infernal la gestion de ce service. Donc, il est fermé et on avait un code pour entrer voir un proche (avant le Covid). Maintenant c’est différent.
      Cela n’excuse en aucun cas le fait qui vient de se produire.
      Je vous dis qu’il a voulu se dépêtrer de sangles, et il a fait une crise cardiaque !

      J’aime

  5. DS007 dit :

    Toutes mes condoléances à la famille de ce papi qui avait le visage d’un gentil homme.
    Je ne supporte même l’idée d’imaginer un de mes parents en « Ehpad » et pour les « contentions, c’est effectivement très courants et pas QUE dans les Ehpad et cela ne fait même pas l’objet de registres ou volontairement oublié lors des contentions… A moins d’avoir un membre du personnel soignant assez courageux pour dénoncer ce qu’il a vu (sans y prendre son pied !…), la pseudo justice penche pour le côté qui tient les caisses… et si vous avez la chance d’avoir des preuves des maltraitances, l’arme ultime de la « justice » est tout simplement d’occulter les arguments et les preuves au moment de rendre son « jugement », ce qui vous obligera à des appels et des recours en cassation jusqu’à la cour EDH même entre temps, d’ici à ce que vous franchissiez chacune de ces épreuves (physiques, morales, financière…), un réseau se sera mis en place pour faire en sorte que les précédents « jugements » soient scrupuleusement suivi – 3 étoiles (astérisques)…

    J’aime

  6. Jean-Luc dit :

    La contention est quand même une torture physique insupportable:
    Ne pas pouvoir soulager une démangeaison, essuyer une larme, aller aux toilettes etc…..!
    C’est de la torture .

    J’aime

    • Michèle MacHenin dit :

      Oui, Jean-Luc, il n’a jamais été bien supportable d’être « attaché » quelque part ! Mais n’oublions pas les personnes paralysées et qui ne peuvent pas non plus, pratiquement, rien faire d’eux-mêmes et se reposent entièrement sur ceux ou celles qui les accompagnent et les choient « à la maison ». Ce qui est mon cas d’accompagnante et épouse ! Mais toujours avec le sourire. Au moins, celui-là, ne peut pas se sauver, bien qu’il le supporte depuis soixante et une années, à en devenir terriblement despote parfois et à en transformer, parfois, son entourage en bête de somme. Heureusement, il parle lui, trop !! Alors qui est le plus à blamer dans toutes ces histoires d’HEPAD ! Mais oui, là, c’était de la torture pour le papy Georges !
      Il reneige chez nous ! et peut-être allons-nous muter en Yeti, l’homme des neiges et pas une cerise à manger au mois de juillet !

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s